Ceci n’est pas une pipe (d’ailleurs on n’avale pas la fumée)

Le 23 février 2010

La dernière campagne de lutte contre le tabac chez les jeunes, commandée par l’association Droit des non-fumeurs et réalisée par BDDP & fils a fait… un tabac. Dans le dispositif, la vidéo est plutôt bien vue [...] C’est la partie affiche qui pose problème ...

La dernière campagne de lutte contre le tabac chez les jeunes, commandée par l’association Droit des non-fumeurs et réalisée par BDDP & fils a fait… un tabac du bruit. Dans le dispositif, la vidéo est plutôt bien vue et fait passer un message fort en jouant sur la communication de crise, les déchets toxiques et la crédulité des jeunes.

Là-dessus, peu à dire, c’est très efficace sur le plan des messages que de la scénographie, qui montre le cynisme et rajoute un peu de théorie du complot. Noirceur. Et un message fort : « Ne vous faites pas rouler par la cigarette ».

article_esclave

C’est la partie affiche qui pose problème : elles présentent de jeunes personnes agenouillées devant un homme, cigarette aux lèvres et regard interrogateur, la main de l’homme posée sur la tête, dans une posture évoquant la fellation. La signature est : « Fumer c’est être l’esclave du tabac ».

Les réactions ont été vives, en voici un petit panorama :

- Familles de France (Christiane Therry) : « Mélanger l’addiction au tabac et le sexe est un raccourci ridicule et scandaleux » (+1)

- Enfance et Partage (Christiane Ruel) : « C’est cruel et déplacé. Les publicitaires ont-ils pensé à la réaction d’une victime de sévices sexuels face à cette affiche ? »

- Office français de prévention du tabagisme (Bertrand Dautzenberg) : « Cette campagne va choquer les adultes sans faire peur aux ados » (+1)

- Chiennes de garde (Florence Montreynaud) : « Cette image d’un vieil homme posant sa main sur la tête d’adolescents est insupportable »

- Mouvement de libération de la femme (Antoinette Fouque) : « A ma connaissance, pratiquer une fellation ne provoque pas de cancer » (+1)

On notera que personne n’a songé / osé interroger une association homosexuelle, alors que deux visuels sur trois montrent un jeune garçon dans la position incriminée.

Ce qui a choqué, c’est l’association imagée des deux actes : le tabac et le sexe, que récuse efficacement Antoinette Fouque.

Passons sur les déclarations de Gerard Aduro, qui ne voit dans ces images « aucune connotation sexuelle » mais simplement l’autorité et la soumission. Là, on se demande bien ce qu’il lui faut.

Passons également sur les explications de Marco de la Fuente sur la soumission docile, qui ne voit dans ces images aucune allusion à un acte forcé. L’ambigüité sur le viol tient à la main posée sur la tête, il aurait suffi de l’enlever pour que l’on soit dans la simple suggestion et non la contrainte. Rappelons qu’au regard de la loi, un viol est aggravé s’il est commis par un ascendant (père, beau père, grand père…), ou par une personne ayant autorité sur la victime (enseignant, moniteur…). Autant dire que de toute façon l’imagerie choisie par BDDP & fils est très vite à la frontière…

Pour Marco de la Fuente : « Dans l’imaginaire collectif, la fellation est le symbole parfait de la soumission ». Ah. Parce que ça peut se pratiquer à genoux ? Parce qu’en apparence un seul des participants (deux, trois, douze…) prend du plaisir ? Et pourquoi le cunnilingus n’est pas un acte de soumission, lui ? Le sexe oral serait-il asymétrique dans le rapport à l’autre ? La fellation comme symbole parfait de soumission, dans son imaginaire, sûrement, mais dans l’imaginaire collectif on demande à voir. Etude à l’appui. La soumission au pouvoir de l’image et de la publicité, en revanche, c’est étrange mais ça semble nettement plus crédible…

On peut utilement renvoyer à des réflexions plus poussées et plus documentées sur la fellation (références culturelles à l’appui). En renversant la perspective, c’est un acte d’abandon et de mise en faiblesse : ne se soumet pas forcément qui l’on croit…

En 2010, pareilles calembredaines ont de quoi faire bondir. C’est être bourré de préjugés : pratiquer la fellation peut tout à fait être un plaisir. C’est manquer d’imagination : on peut sucer assis, couché, lové, en faisant le poirier, à quatre pattes, attaché, on peut faire d’autres choses pendant (lire, se limer les ongles, s’en griller une, regarder un débat animé par Arlette Chabot…), on peut simuler le fait d’être forcé, et on n’a pas besoin de main pour être guidé quand on aime ça.

L’image d’une cigarette sans fumée, c’est un bien mauvais choix.

Enfin, ce qui est dangereux dans ce message, c’est la confusion. Une double confusion. Une grave confusion. Le message peut être compris d’une manière différente :

- La cigarette, c’est comme une bonne pipe, c’est cool et sympa, il suffit de s’y mettre. Bravo, c’est un beau contresens par rapport à l’objectif initialement visé.

- Le sexe, c’est comme le tabac, c’est toxique. Turlutu-tue. Le sexe qui se partage comme un acte d’amour, le sexe récréatif pour le plaisir et pour le plaisir de faire plaisir, le sexe furtif et marrant, ça n’existe pas ? Criminaliser le sexe est le meilleur moyen de saper les discours des associations sur la protection contre les infections sexuellement transmissibles. Si c’est mal, c’est tabou, si c’est tabou on ne peut plus en parler. Bravo bis. Comme si on n’avait pas déjà des publicités qui font passer le sexe pour un venin ou les séropositifs pour des criminels contre l’humanité.

Après tant de bêtises et d’énervement, on apprend finalement que tout ça c’était de la blague, que choquer était un moyen d’obtenir une couverture médiatique gratuitement. Et bien entendu, ces retombées polémiques seront analysées et transformées en équivalents publicitaires. Plusieurs services comme l’Argus de la Presse proposent cela, en convertissant l’espace médiatique occupé en argent : 1 minute au JT de 20 de TF1 équivaut à tant si cela avait été une publicité sur la même chaîne au même horaire ou à un horaire équivalent. BDDP pourra alors se vanter de l’argent ainsi économisé en achat d’espace publicitaire.

Sauf que… sauf qu’en attendant, l’association et l’agence passent pour les gens qui ont donné envie de régurgiter, en pratiquant l’amalgame catastrophique, les déclarations caricaturales. En attendant leur e-réputation sera durablement entachée de toutes les réactions et de toutes les idioties au premier degré qu’ils auront semé ici et là, et qui auront été repris ici et là. Ceux qui feront une recherche tomberont-ils en premier sur leurs simagrées ou sur le correctif ? S’ils tombent sur leurs crétineries, iront-ils plus loin où en resteront-ils à la première impression ? Mentir pour la bonne cause, ça jette le doute sur tout le reste.

Pareil cynisme les rabaisse au même niveau que les industriels du tabac qu’ils entendaient dénoncer.

Et ça, ça mérite bien une taffe baffe.

[Enikao]

Laisser un commentaire

  • Patrick Peccatte le 23 février 2010 - 20:47 Signaler un abus - Permalink

    La vidéo est visiblement calquée sur un téléfilm retraçant la conférence de Wannsee, et çà pose quand même un sacré problème :
    http://www.youtube.com/watch?v=swjr_WS9vMw

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jo le 23 février 2010 - 20:51 Signaler un abus - Permalink

    Il y a une troisième interprétation pour l’affiche, où tout se joue au niveau du regard:
    http://uppix.net/2/c/7/ea7107bd8935fcaad90b086444d54.jpg

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Enthousiaste le 23 février 2010 - 21:14 Signaler un abus - Permalink

    Excellent! Brillant!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Max le 20 mai 2012 - 21:05 Signaler un abus - Permalink

    Un article très visiblement subjectif.
    “Les réactions ont été vives, en voici un petit panorama :

    - Familles de France (Christiane Therry) : « Mélanger l’addiction au tabac et le sexe est un raccourci ridicule et scandaleux » (+1)

    - Enfance et Partage (Christiane Ruel) : « C’est cruel et déplacé. Les publicitaires ont-ils pensé à la réaction d’une victime de sévices sexuels face à cette affiche ? »

    - Office français de prévention du tabagisme (Bertrand Dautzenberg) : « Cette campagne va choquer les adultes sans faire peur aux ados » (+1)

    - Chiennes de garde (Florence Montreynaud) : « Cette image d’un vieil homme posant sa main sur la tête d’adolescents est insupportable »

    - Mouvement de libération de la femme (Antoinette Fouque) : « A ma connaissance, pratiquer une fellation ne provoque pas de cancer » (+1)

    Un panorama, cette liste? Vous ne citez que les associations/personnes qui récusent l’affiche, où sont les citations des parties qui soutiennent cette affiche?

    “En 2010, pareilles calembredaines ont de quoi faire bondir.”

    C’est votre connaissance de l’année actuelle qui m’a fait bondir.

    “C’est être bourré de préjugés : pratiquer la fellation peut tout à fait être un plaisir. C’est manquer d’imagination : on peut sucer assis, couché, lové, en faisant le poirier, à quatre pattes, attaché, on peut faire d’autres choses pendant (lire, se limer les ongles, s’en griller une, regarder un débat animé par Arlette Chabot…), on peut simuler le fait d’être forcé, et on n’a pas besoin de main pour être guidé quand on aime ça.”

    Ce que vous oubliez délibérément de mentionner, c’est qu’il n’est pas question de fellation entre deux personnes consentantes ici, mais d’un homme se forçant (de façon imagée) sur une jeune femme ou un jeune homme. Une fellation forcée est impossible sans contrainte physique, naturellement. Ce qui fait de ce paragraphe un honteux amalgame hors-sujet. L’affiche est loin de renier que la fellation peut être pratiquée pour le plaisir. Ce n’est cependant pas le cas ici.

    “Le sexe, c’est comme le tabac, c’est toxique. Turlutu-tue. Le sexe qui se partage comme un acte d’amour, le sexe récréatif pour le plaisir et pour le plaisir de faire plaisir, le sexe furtif et marrant, ça n’existe pas ? Criminaliser le sexe est le meilleur moyen de saper les discours des associations sur la protection contre les infections sexuellement transmissibles. Si c’est mal, c’est tabou, si c’est tabou on ne peut plus en parler. Bravo bis.”

    Vous voyez dans cette affiche un acte sexuel consentant? Je me répète, c’est une fellation forcée, cette affiche ne criminalise en rien des pratiques sexuelles consentantes, il s’agit d’ici d’une représentation d’une fellation forcée.

    “Après tant de bêtises et d’énervement, on apprend finalement que tout ça c’était de la blague, que choquer était un moyen d’obtenir une couverture médiatique gratuitement. Et bien entendu, ces retombées polémiques seront analysées et transformées en équivalents publicitaires. Plusieurs services comme l’Argus de la Presse proposent cela, en convertissant l’espace médiatique occupé en argent : 1 minute au JT de 20 de TF1 équivaut à tant si cela avait été une publicité sur la même chaîne au même horaire ou à un horaire équivalent. BDDP pourra alors se vanter de l’argent ainsi économisé en achat d’espace publicitaire.”

    De l’ad hominem, tout simplement, complètement hors sujet de surcroît. Revoyez votre manuel de rhétorique avant de vous lancer dans le journalisme d’opinion.

    “Sauf que… sauf qu’en attendant, l’association et l’agence passent pour les gens qui ont donné envie de régurgiter, en pratiquant l’amalgame catastrophique, les déclarations caricaturales. En attendant leur e-réputation sera durablement entachée de toutes les réactions et de toutes les idioties au premier degré qu’ils auront semé ici et là, et qui auront été repris ici et là. Ceux qui feront une recherche tomberont-ils en premier sur leurs simagrées ou sur le correctif ? S’ils tombent sur leurs crétineries, iront-ils plus loin où en resteront-ils à la première impression ?”

    Ad hominem, une nouvelle fois, dans une bonne partie de cette citation.
    Où sont les déclarations caricaturales dont vous parlez? Où est l’amalgame? Il s’agit ici de faire passer un message, et toute publicité/affichage utilise des métaphores, des représentations qui sont parfois éloignées du concret. Pensez-vous vraiment que ce sont des petits lutins rouge et blanc qui acheminent votre boisson dès que vous achetez une bouteille d’obésité gazeuse dans un distributeur? Non, et pourtant nombre de publicité Coca-Cola utilisent ce genre d’images dans leur matraquage publicitaire.

    “Mentir pour la bonne cause, ça jette le doute sur tout le reste.”

    Je comprends que cette affiche puisse faire polémique, mais où voyez-vous du mensonge ? Fumer, c’est exactement une soumission. Une soumission à un effet de mode, à un rituel pour être accepté dans son groupe de collégiens. Fumer permet, dans une majorité de collèges et de lycées, une intégration facile à son groupe.
    Fumer, même vendre du tabac, c’est être soumis à ce capitalisme outrancier qui permet la vente de tout et n’importe-quoi, qui malheureusement prime sur l’intérêt humain aujourd’hui. Fumer, c’est se faire entuber par une compagnie brassant des milliards de dollars à leur payer régulièrement une rente pour être certain de mourir d’un cancer du poumon.

    A l’avenir, prenez un ton plus objectif, car l’argumentation, ce n’est visiblement pas du tout votre fort.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
2 pings

Derniers articles publiés