Athlètes féminines à grosse bite

Le 23 avril 2012

"Célébrités à grosse bite" ou "Athlètes féminines à gros seins"... Ce sont les titres vedettes d'un marché lancé par des sous-éditeurs, spécialisés dans le copié collé des contenus gratuits de Wikipedia pour les transformer en livres payants, vendus en nombre sur Amazon, grâce à des titres mi-provoc mi-ridicule.

Des célébrités à grosse bite, comme Jay-Z, Liam Neeson, Colin Farrell, et plein d’autres1. Qui n’a jamais rêvé de disposer d’un tel ouvrage dans sa bibliothèque ? C’est aujourd’hui possible, grâce aux efforts conjugués d’une start-up opportuniste et d’Amazon. Avec l’apport involontaire de Wikipédia.

Dans un récent article publié par Gawker, le journaliste Max Read dévoile les subtilités du phénomène. Il s’agit de profiter de la possibilité offerte par Amazon aux États-Unis d’imprimer des livres à la demande (print-on-demand). Et de compiler des articles issus principalement de Wikipédia sous des titres absurdes, mais susceptibles de faire l’objet de requêtes sur les moteurs de recherche. En l’occurrence, il s’agit des biographies de stars soupçonnées de bénéficier d’une nature avantageuse, précédées du long article que l’encyclopédie en ligne, dans sa version anglaise, consacre au pénis.

La couverture de l'un des livres issus du "projet Webster", disponible sur Amazon.

On peut ainsi se trouver nez à nez avec un ouvrage à la couverture étrange intitulé Les juifs névrosés qui deviendront des zombies. Tout un programme. A l’intérieur, on ne lira rien d’autre que des articles de Wikipédia compilés avec malice, et chapitrés. Sur Amazon comme dès les premières pages du livre, il est d’ailleurs bien précisé que le contenu “provient principalement d’articles disponibles sur Wikipédia”.

Interrogé sur la question, Rémi Mathis, président de Wikimédia France -fondation qui fait fonctionner Wikipédia-, nous confie :

Wikimédia France n’a pas de position officielle sur le sujet, puisque la pratique est légale : la licence est généralement respectée. Nous trouvons simplement qu’un tel ouvrage est un peu inutile. Et surtout que l’on perd tout ce qui fait le sel de Wikipédia : les liens hypertextes entre articles, les discussions, l’évolution constante et la mise à jour des articles.

A l’heure où l’on considère qu’une partie de l’avenir de l’édition se joue sur Internet, et où certains prédisent que le livre évoluera en partie en s’adaptant au réseau, ce reverse publishing peut en effet surprendre.

La section Kindle d’Amazon US est pourtant d’ores et déjà assaillie par ce type d’ouvrages, s’appuyant sur l’immensité des contenus libre de droit produits chaque jour par les internautes. Philip Parker, un professeur américain en science du management, a d’ailleurs déjà publié plus de 200 000 “livres” fonctionnant sur ce principe, aidé de quelques développeurs et de pas mal d’ordinateurs.

Couverture de "Les juifs névrosés qui deviendront des zombies." Un autre ouvrage issu du Projet Webster.

Revenons à nos célébrités bien membrées. Derrière le projet se trouve une start-up évoluant dans le milieu de l’édition numérique, BiblioLabs. Parmi plusieurs projets d’édition de contenus, elle a développé le “projet Webster”, dont l’objectif est d’utiliser des “curateurs” humains pour assembler des contenus issus de Wikipédia dans une nouvelle œuvre.

Les livres issus du projet Webster ont des auteurs, payés 5 dollars le livre. Parmi eux, Dana Rasmussen, à qui l’on doit les deux œuvres d’ores et déjà citées, mais aussi plus de 1000 “oeuvres”, parmi lesquelles Bateaux à moteur et athlètes féminines à gros seins, Guide Alphabétique des Groupes Chevelus, volume 5, Célébrités d’Internet et phénomènes comme Justin Bieber ou 2 Girls 1 cup ou encore Cultes de l’Apocalypse, se préparer à l’extase. Des morceaux de bravoure sur des sujets essentiels, vendus en moyenne 17$. Et qui n’apporteront peut-être pas toute la satisfaction escomptée à l’acheteur imprudent.

“On a tendance à reporter la responsabilité sur le lecteur lui-même : tant qu’il est clairement indiqué que le contenu provient de Wikipédia, c’est à l’acheteur de faire attention” , nous dit Rémi Mathis.

Ce n’est pas gagné : ces livres parviennent à faire quelques ventes, même si le contenu est disponible gratuitement ailleurs. Pour expliquer cet acte d’achat, le président de Wikimédia France évoque une autre hypothèse :

Cette affaire révèle aussi la puissance légitimante du papier. Même sur Internet, c’est plus facile de dire : ‘il y a des livres sur le sujet’ que de renvoyer vers des blogs ou des articles en ligne. On peut penser que les gens qui vendent ce genre de produit le prennent en compte.

Ainsi, en jouant sur l’image de sérieux renvoyé par tout ouvrage publié sur du bon vieux papier, les entrepreneurs malins de BiblioLabs induirait en erreur quelques inconséquents. Une pratique qui peut être vue comme le prolongement numérique de procédés ayant cours dans l’édition traditionnelle :

Si ce genre de livre existe, c’est qu’il y a une tradition, dans l’édition, de proposer des livres dont l’intérêt n’est pas toujours évident, y compris dans l’édition scientifique. Lorsque l’on compile plusieurs articles d’un même auteur publiés à différents endroits pour en faire un volume, ce n’est finalement rien de plus que du copié-collé.

En France, il n’est pas encore possible de faire imprimer des ouvrages à la demande via Amazon. En revanche, certains éditeurs proposent des ouvrages issus de Wikipédia. C’est le cas des “Petits bouquins du web“, dont la collection de petits livres à 5 euros existe depuis 2010. Sans s’aventurer, pour le moment, dans des thématiques absurdes.


Illustration et couverture par Ophelia Noor pour Owni /-) Détournement d’image via Betsythedevine/Flickr [CC-byncsa]. La troll face est une création originale de l’artiste Whynne via Deviant Art et adoptée par les interouèbes depuis 2008 #mème
Captures d’écran en CC des sublimes couvertures des livres cités via Amazon/Flickr/Wikipedia (CC).

  1. retiré depuis hier d’Amazon []

Laisser un commentaire

  • John le 23 avril 2012 - 21:17 Signaler un abus - Permalink

    Mouhahahahaha excellent !!!!!!!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Lucas le 24 avril 2012 - 16:01 Signaler un abus - Permalink

    Sans vouloir la ramener sur un sujet aussi limite, je ne partage pas votre traduction du “motorboating female athletes” car quand on parle de gros seins, le “motorboat” a plus à voir avec une onomatopée réalisable par un homme dont la tête est coincée entre ceux-ci que par la pratique réelle des sports nautiques. (une recherche google images sur Motorboating ne renvoie d’ailleurs que peu d’images de bateaux !)
    Maintenant, le lien étant cassé, peut être est-il en réalité et effectivement question de bateaux, mais j’y verrais alors un succulent jeu de mots.

    Bien cordialement,

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
1 ping

  • [...] Wikipedia ■ Des livres composés d’articles copiés-collés de Wikipedia vendus sur Amazon (variante plus drôle) ■ Orange Tunisie offre l’accès gratuit à Wikipédia à tous ses clients mobile ■ Elite [...]

Derniers articles publiés