L’autre fracture numérique

Le 12 octobre 2009

Winds of change – CC sarniebill1 Si la problématique de la fracture numérique en tant que disparités vis à vis de l’accès aux infrastructures internet (problème du déploiement du haut débit principalement) est un problème bien connu de tous, il existe peut être une autre fracture numérique dont on parle moins. Cette seconde fracture numérique est la [...]

Winds of change - CC sarniebill1
Winds of change – CC sarniebill1

Si la problématique de la fracture numérique en tant que disparités vis à vis de l’accès aux infrastructures internet (problème du déploiement du haut débit principalement) est un problème bien connu de tous, il existe peut être une autre fracture numérique dont on parle moins.

Cette seconde fracture numérique est la fracture des usages et des consciences.

Comme je m’efforce de l’expliquer sur mon blog, internet est en train de révolutionner notre société, de changer les règles politiques et économiques, entre autres… Mais si ce blog a une raison d’être, c’est bien qu’à la base il y a un problème : tout le monde n’a pas conscience de ces profondes mutations ! Et il n’est pas si facile que ça de les expliquer…

Tout un écosystème à repenser…

Ainsi, lorsque j’essaye par exemple d’expliquer à mes amis pourquoi hadopi est une mauvaise loi, c’est toute une longue histoire qu’il faut patiemment expliquer et rééxpliquer. Dans l’exemple de la loi hadopi, il y a ainsi au moins 6 points clés à comprendre :

Et c’est d’autant plus difficile que l’on ne peut aborder ces points séparément ! En effet, comme Thierry Crouzet l’explique sur l’exemple du piratage : tout est étroitement lié :

“On comprend que le problème du piratage n’est pas un problème simple mais, au contraire, qu’il équivaut à une pique se trouvant au cœur du jeu de Mikado. Quand on la touche, tout bouge dans la société.”

C’est donc tout le système qu’il faut repenser… Mais combien sont prêts à faire cet effort intellectuel ?

J’ai beau maitriser (à peu près) ces problématiques, il n’en reste pas moins difficile d’arriver à expliquer tout cela de manière claire et concise à quelqu’un qui n’en a jamais entendu parler avant… Bien sûr, cela va encore quand mon interlocuteur est vif d’esprit et ouvert à la discussion (prêt à faire des concessions), mais je dois bien admettre que dans la plupart des cas je me heurte soit à l’incompréhension de mon interlocuteur soit à mon incapacité à expliquer assez bien tout le barzingue (soit encore tout simplement au manque de temps).

Ces discussions sont même parfois complètement improductives car mon interlocuteur finit par se conforter dans ses préjugés (qui n’est autre qu’une solution de facilité après tout).

Rassurez-vous, je ne suis pas pour autant sur le point d’abandonner : je continuerai aussi longtemps que nécessaire à expliquer tout cela :).

Une difficulté qui soulève une grande crainte

En fait ma crainte se trouve bien plus profonde : mes différentes expériences me plongent dans un grand doute : comment construire une société numérique avec un tel fossé entre les initiés d’internet dont je fais partie, et gens “normaux” ?

J’ai bien peur que de nombreuses personnes loupent complètement le virage de la révolution numérique et restent sur le carreau de l’ère analogique… confirmant ainsi la thèse de Alexander Bard et Jan Söderqvist, lorsqu’ils prédisent l’apparition d’une nouvelle élite (les netocrates) vs une nouvelle sous-classe sociale (le consumtariat)…

Autrement dit cette autre fracture numérique ne va-t-elle pas tuer dans l’oeuf le concept d’origine du 2.0 ? Ou plus exactement le 2.0 ne va-t-il pas uniquement profiter à une minorité de geeks et “social media addicts” plutot qu’à l’ensemble de la société ?

Voilà des questions qui m’agitent profondémment, et je m’impatiente d’avoir votre avis sur le sujet ;-) !

Article initialement publié sur Tête de Quenelle !

– — –

Voir aussi sur ce blog :

Quelle stratégie pour la démocratie numérique ?

Faire entrer internet dans les règles ?

Et à lire ailleurs :

En politique et dans certains médias, la fracture numérique est toujours là – [Enikao]

Les “experts” du web : une vision enfantine ou doctrinaire – Net & Sans détours

Candide chez les politiques – RWW France

La technologie comme écosystème – RWW France (ajouté après ;-) )

Laisser un commentaire

  • Alexis Mons le 12 octobre 2009 - 14:07 Signaler un abus - Permalink

    Les “gens normaux” sont aussi sur le web et, s’ils ne conceptualisent pas tout, ils ressentent les choses et les tensions. Le reste, ça s’appelle de la pédagogie, de la pédagogie, de la pédagogie. Si nous sommes sûr de pouvoir la faire, il faut aussi que nous acceptions de sortir du web pour entrer en connexion “un real life”. C’est tout simplement du militantisme …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
1 ping

Derniers articles publiés