#Chatroulette : Andrey Ternovskiy, le créateur de 17 ans, s’exprime enfin

Le 14 février 2010

C'était le buzz de ces dernières semaines sur le web : Chatroulette, un chat vidéo aléatoire avec un internaute du monde entier. Comme à la loterie, on ignore sur qui - ou quoi - on va tomber : un être humain, une bite, sa voisine… Une socialisation en mode trash interdite au moins de seize ans.

Pour la Saint-Valentin, la soucoupe vous offre deux merveilleux articles sur Chatroulette. Un site où, nous en sommes certains, de nombreuses idylles verront le jour.

Amour sur vous tous.

C’était le buzz de ces dernières semaines sur le web : Chatroulette, un chat vidéo aléatoire avec un internaute du monde entier. Comme à la loterie, on ignore sur qui – ou quoi – on va tomber : un être humain, une bite, sa voisine… Une socialisation trash interdite au moins de seize ans.

On ignorait jusqu’à présent l’identité de l’auteur du site. Le blog Bits, du New York Times a réussi à lever le mystère de la plus simple des façons, en envoyant un questionnaire par mail sur le site. M. Chatroulette s’appelle M. Ternovskiy, et c’est un étudiant moscovite de 17 ans. Loin des adolescents obsédés par les filles qui comptent parmi les fans de Chatroulette, le jeune homme est surtout un bel exemple de la génération Y.

Voici la traduction de ses propos :


” J’étais pas sûr de savoir si je devais dire au monde qui j’étais car je suis mineur. Maintenant, je pense que ce serait mieux de me dévoiler.

J’ai créé ce projet pour m’amuser. Au début, je n’avais pas d’objectif commercial. Je l’ai créé récemment. J’étais et je suis toujours moi-même un adolescent, c’est pour ça que je sentais ce que les autres adolescents voulaient voir sur Internet. J’aimais moi-même parler à des amis avec Skype en utilisant un micro et une webcam. Mais finalement on s’est lassé de se parler les uns les autres. J’ai donc décidé de créer un petit site pour moi et mes amis où nous pourrions nous connecter aléatoirement avec d’autres gens.

Cela n’a pas été si facile pour moi de le créer, mais je code depuis l’âge de 11 ans (grâce à mon père qui m’a amené tôt sur le web – la plupart des mes connaissances viennent de là).

Je n’ai pas fait de publicité pour mon site et je n’ai rien posté à son sujet, mais d’une façon ou d’une autre, les gens ont commencé à en parler entre eux. Et l’information s’est mise à circuler. C’est ainsi que le nombre d’utilisateurs simultanés est passé de 10 à 50 puis de 50 à 100 et ainsi de suite. À chaque fois que le nombre d’utilisateurs a augmenté, j’ai dû complètement réécrire le code, parce que mon logiciel et l’équipement ne suivaient pas. Je n’aurais jamais pensé que faire face à une charge pareille serait la part la plus difficile de mon projet.

Comme la base d’utilisateurs grandissait, les factures de bande passante et d’hébergement ont commencé à augmenter. Je suis content que mes proches m’aient aidé sur ce point en ‘investissant’ un peu d’argent dans mon idée.

Cela n’était pas une somme importante, je n’ai donc pas pu m’acheter de nouveaux serveurs, à la place j’ai dû optimiser mon code autant que possible. Je dois dire que beaucoup de gens m’ont aidé et m’aident encore quand j’ai des questions sur le code. Je leur en suis très reconnaissant. Je continue cependant à tout coder moi-même. J’aimerais partager mon travail avec quelqu’un d’autres mais je ne suis pas aux USA, et la plupart des gens intéressés sont loin de moi, car je vis à Moscou. Donc je dois encore tout faire moi-même. Mais je ne m’inquiète pas.

J’aime ce que je fais. C’est comme un jeu pour moi. Je fais des découvertes Je résous des problèmes intéressants.

Chatroulette utilise sept serveurs haut de gammes tous situés à Francfort, en Allemagne. Le débit réseau est de sept gigabits par seconde, j’utilise différentes technologies pour minimiser la consommation de bande passante. Mais beaucoup de bande passante est toujours consommée. Les montants des factures de bande passante me choquent en tant qu’adolescent mais je ne me fais pas de soucis. Je suis content que les gens manifestent de l’attention envers le projet, j’ai reçu des offres intéressantes qui pourraient certainement aider mon projet à survivre et à s’améliorer.

La publicité sur Chatroulette est gardée au minimum, car il existe de nombreux sites plein de publicité qui vous distraient de ce que vous voulez faire sur ces sites. J’aime aussi le minimalisme. C’est pourquoi je n’ai mis que quatre liens publicitaires en bas de page. Et ce qui est intéressant, c’est que ces publicités couvrent quasiment toutes les dépenses, seulement ces quatre liens en bas!

Je pense que c’est merveilleux de ne pas avoir à mettre beaucoup de publicité sur mon site pour qu’il continue de fonctionner. Je ne suis pas sûr de savoir pourquoi. Peut-être parce que Google AdSense (l’outil que j’utilise pour afficher les publicités) affiche des liens vers divers chat vidéos. Je ne pense pas que ce soit une mauvaise chose. En fait je pense même que c’est une bonne chose, car seuls les gens qui ne sont pas intéressés ou qui sont fatigués d’utiliser mon site cliquent sur ces liens, pour explorer d’autres services.

Je suis conscient que Chatroulette est populaire aux USA. C’est intéressant mais je n’ai moi-même jamais été aux USA. Pourtant la plupart des utilisateurs de mon site viennent de là. J’aimerais visiter les USA.

En fait je pense que le mieux serait que Chatroulette soit une entreprise basée aux USA. Mais c’est juste une idée.

J’ai toujours voulu que Chatroulette soit quelque chose d’international. C’est pour cela que j’ai choisi l’Allemagne pour l’hébergement, parce que c’est à mi-chemin entre la Russie et les USA. C’est aussi le centre névralgique de plusieurs réseaux européens. Je pense que c’est le bon endroit pour héberger un projet qui connecte les gens les uns avec les autres partout dans le monde.

Cependant, je prévois d’avoir bientôt d’autres serveurs dans d’autres pays. Avec ça, je vais faire des fonctionnalités plus intéressantes et plus “étranges” (au bon sens du terme) qui vont rendre mon site encore plus amusant.

Ce qui m’empêche actuellement d’ajouter d’autres fonctionnalités qui ont été suggérées par beaucoup et que j’ai eu en tête, c’est que je ne suis même pas sûr de ce qu’est Chatroulette.

Tout le monde trouve sa propre manière d’utiliser le site. Certains pensent que c’est un jeu, d’autres que c’est un monde totalement inconnu, d’autre que c’est un service de rencontre.

Je pense que c’est cool qu’un concept aussi simple puisse être utile à autant de monde. Bien que certains l’utilisent de façon pas très sympa – je suis vraiment contre ça. D’autres font des choses vraiment incroyables auxquelles je n’aurais jamais pu penser. Ils écrivent des chansons sur des étrangers et leurs chantent, les dessinent, écoutent de la musique, leur diffusent leur propre musique. Deux groupes d’adolescents peuvent faire la fête ensemble. À mon avis c’est juste super. Je suis content d’avoir fait ce projet et c’est un plaisir pour moi de travailler dessus.”

Photo : Sankt Andreas sur Flickr

Laisser un commentaire

4 pings

  • Reportage sur un site odieux | Owni.fr le 14 février 2010 - 1:14

    [...] ce reportage n’a pas été encore diffusé et a été inspiré par ces articles (l’interview de Andrey, Bits, Glazman, Slate.fr, Abstrait≠Concret, Le Post, Action Innocence) et par de réelles [...]

  • [...] Dans une interview accordé au Times, Andrey souhaite acheter encore plus de serveurs dans le monde pour répondre à la demande grandissante des utilisateurs. On peut imaginer que, dans des pays où l’internet est hyper-controlé, le site connaitra une interdiction d’accès pour son contenu à tendance explicites. Dans la même interview, le créateur ne mentionne pas le besoin cruel de modération sur son service. [...]

  • [...] > le créateur témoigne + > un site odieux [...]

  • Charoulette : le tribut de danah | Owni.fr le 23 février 2010 - 19:39

    [...] sur son blog, elle analyse Chatroulette avec sa vision de femme, apportant un angle intéressant à ce sujet que nous avons déjà abordé sur Owni. — J’ai observé l’agitation autour de Chatroulette depuis pas mal de temps [...]

Derniers articles publiés