Vendeurs de vent

Le 16 juin 2010

Présentés depuis 2 décennies comme l'énergie renouvelable par excellence, les éoliennes coûtent cher. Mettez-vous dans la peau d'un décideur et observez le prix - et la rentabilité - de l'éolien fluctuer.

Pourquoi y a-t-il 10 fois plus d’éoliennes en Lorraine qu’en PACA, alors que la Fédération française de cerf-volant y compte 4 fois moins de licenciés ?

Prêt à tout pour répondre à cette question existentielle, nous avons posé la soucoupe au fonds des abysses de la filière éolienne. Et nous avons la réponse.

Pour les politiques, un cheval de bataille sexy

Les maires et les Conseils Généraux et se battent pour faire naître des tramways, gouffres financiers mais succès politiques. Les députés et les ministres ont les éoliennes. C’est visible, c’est élégant, c’est moderne… Qui n’a pas envie de se faire photographier devant un de ces somptueux mats?

Il est vrai que pour réduire les émissions de CO2, il existe d’autres moyens, beaucoup plus abordables. Mais on imagine mal un ministre poser devant des panneaux d’isolation thermiques (100 fois moins cher que l’éolien par tonne de CO2 évitée), des chaudières à condensation (7 fois moins chères) ou des pompes géothermales (2 fois moins chères).

En dépit de l’efficacité de ces autres technologies, le gouvernement a quand même décidé d’offrir aux exploitants d’éoliennes la garantie que leur production leur serait achetée à un prix fixe, bien supérieur au prix du marché (même s’il est loin d’être le plus élevé d’Europe). Ce qui fait dire à la Commission de Régulation de l’Energie, l’un des organismes les plus indépendants en la matière, qu’au prix actuel de 86€/MWh le surcoût pour le consommateur tournera autour de 2 milliards d’euros par an en 2015 (voir le rapport). Presque de quoi construire un porte-avion par an !

CC Sebastiano Pitruzzello

Peu d’effets sur le marché de l’électricité

Du côté des activistes pro-éoliens, on fait valoir que l’énergie du vent fait baisser le prix des factures d’électricité, si bien que le bilan net serait positif pour les consommateurs. Il est vrai qu’une fois l’éolienne construite, les coûts de production sont quasi-nuls. Pas comme pour une centrale au gaz, par exemple, où il faut acheter sans cesse du combustible à brûler.

En toute logique, le producteur d’énergie éolienne à toujours intérêt à vendre, même à un prix très bas. C’est ce qui a fait que les jours de grand vent, les prix sur le marché spot scandinave (transaction effectuées d’une heure pour la suivante) descendent parfois aux environs de 2€/MWh au lieu de 40€, l’ensemble de la demande étant couverte par l’éolien.

Ce raisonnement montre que plus on construit d’éoliennes, plus les prix diminuent. Certains avancent une diminution de 12%, après avoir mesuré les prix les jours avec vents et les jours sans vent. D’autres ont montré qu’une production annuelle de 10 TWh faisait baisser les prix du marché de 2€/MWh. En France, avec une production de 7,8 TWh en 2009, on aurait du constater une diminution du prix de 1,56€/MWh. Sur un prix de marché à 47€, ça fait quand même 3% de réduc.

Manque de bol, toutes ces études ont été faites au Danemark, où la situation n’a rien à voir avec la France. Paris reste assez froid vis-à-vis de l’économie de marché, si bien que seule 20% de la production se négocie sur le marché, contre plus de 70% en Scandinavie. En France, l’électricité vient surtout du nucléaire, dont la production se prévoit sur un mois plutôt que sur une heure. Elle ne se négocie que très partiellement sur le marché spot, l’essentiel étant contracté de gré-à-gré. Ce qui signifie que les variations induites par les éoliennes n’ont que très peu d’impact.

CC Bob Cox Photography

Au niveau local, une manne

Pour un maire, une ZDE représente avant tout des retombées fiscales. D’après les chiffres de la région Languedoc-Roussillon, environ 3% de l’investissement total se retrouve sous forme de taxe professionnelle (ou du machin qui va la remplacer). Imaginez-vous au conseil municipal de Fruges, dans le Pas-de-Calais, décidant du sort de vos 1500 administrés et de leur 14% de chômage (chiffres INSEE 2006). Votre budget s’élève à 2,3 million d’euros par an. Arrive Ostwind avec ses 70 éoliennes et ses 1,7 millions de retombées fiscales (partagées entre plusieurs communes, quand même). Quelle décision prenez-vous ?

Pour un propriétaire de terrain, une éolienne représente un loyer de plusieurs milliers d’euros par an. Un agriculteur engrange moins de 23 000€ par an et par travailleur. Si vous êtes exploitant avec votre époux, un loyer de 5 000€ c’est un 13e mois gratuit. Vous hésitez longtemps ?

Bien sûr, si vous êtes propriétaire du champ juste à côté de la ZDE et que votre commune ne bénéficie pas de la taxe professionnelle supplémentaire, c’est une autre affaire. Ce qui pousse parfois les riverains à allumer des feux de broussaille sur le parc du voisin.

De toute façon, le seul avis qui compte reste celui du préfet. Et lorsque ce dernier ‘oublie’ de regarder le dossier, ce dernier est considéré tacitement accepté, sans consultation locale. Et, oui, c’est déjà arrivé.

En dehors du préfet, tous ceux qui entourent la décision d’installer une ZDE ont un intérêt financier énorme à démarrer le projet. Est-ce un hasard si certains champions de l’éolien sont aussi les régions les plus pauvres? La Picardie et la Lorraine, qui totalisent à elles deux 25% de la production, sont aussi les 3e et 5e régions les plus pauvres de France métropolitaine en PIB par habitant, respectivement.

Les régions peu industrialisées et peu peuplées, comme la Champagne-Ardenne, sont aussi concernées. Riche en implantations nucléaires et en activités agro-alimentaires la région va souffrir de la perte prochaine des revenus de la PAC. Elle se place au 19e rang des régions métropolitaines françaises pour le revenu disponible brut par habitant, d’où peut-être une baisse démographique marquée. Et moins il y a de monde, plus les édiles locaux ont de chance d’éviter les associations d’anti-éoliens attachés à leurs paysages.

Comme le souligne un ingénieur d’une grosse boîte du secteur, les éoliennes s’installent « là où les habitants ont plus besoin de revenus que de paysages. »

CC Changhua Coast Conservation Action

Pour les opérateurs, des projets peu risqués

Avec un prix assuré quelle que soit la production, les investisseurs se sont rués sur l’éolien. Imaginez ce cas de figure dans une autre industrie. Un boulanger assuré d’écouler tous ses croissants à 2€ pièce, par exemple, va faire tout ce qu’il peut pour augmenter sa production tant que durera l’aubaine.

Ce mécanisme de prix garantis est responsable de la multiplication des parcs éoliens ces 20 dernières années. Que ce soit au Danemark, en Allemagne ou en Espagne, la mise en place de ces prix feed-in a été suivie par un boom de l’éolien.

Pour tenter de modéliser l’importance de ce prix, nous avons construit l’application ci-dessus vous permettant d’estimer les effets d’une variation du tarif feed-in. Faites glisser le curseur pour fixer le prix entre le prix du marché et le prix actuel et observez les conséquences. Si vous déplacez l’icône ‘mon éolienne’, vous pouvez également constater la rentabilité d’une ZDE dans une région donnée en fonction du nombre et de la puissance des aérogénérateurs que vous installez.

L’application est une hypersimplification d’un modèle qui suppose que seul le prix feed-in détermine la rentabilité, sans prendre en compte les risques liés au vent ni le montage financier. Les sources des données sont indiquées sur la feuille de calcul que nous avons utilisé. Lorsque la source n’est pas citée, les données proviennent du rapport du CRE cité plus haut.

Les coûts d’un parc éolien sont basés sur un épluchage en règle de la presse régionale, qui a permis de faire un modèle pas trop mauvais estimant le coût en fonction du nombre de mâts et de leur puissance. Les sources sont dans le Google Doc.

Le vent tourne (quel bon calembour)

Ce qui ressemble à une gabegie, et qui a mené à bien des excès (voir l’article du New-York Times au titre transparent, With Wind Energy, Opportunity for Corruption), semble bien terminé.

Les revers subis par l’industrie éolienne ces dernières semaines ne sont qu’un exemple parmi d’autres. En faisant l’hypothèse que les marchés sont, quand même, parfois rationnels, nous avons compilé un indice des compagnies éoliennes européennes côtées en bourse (Vestas, Danemark ; Gamesa et Iberdrola Renovables, Espagne ; Nordex et REpower, Allemagne ; Theolia, France).

Vous pouvez jouer avec sur Google Finance ou observer le graph ci-dessus, mais la conclusion reste la même : les investisseurs se dégagent de l’éolien. Nos 6 titres accusent une performance de 40 points inférieure à celle de l’Eurostoxx, qui regroupe 50 valeurs européennes. Seul REpower sort du lot.

Comme le soulignait Eco89, industriels et investisseurs sont lassés de l’éolien. Si le business model semble alléchant, les risques commencent à peser sur les porteurs de projets. Comme l’explique notre ingénieur,

Le gros problème n’est en effet pas le prix de rachat mais les incertitudes sur les différents projets, les recours, les délais, les obligations de bridage s’il y a perturbation de bruit effective (ou mort de chauve-souris), la fiabilité des machines supposées vivre 20 ans et les coûts de maintenance et d’exploitation, le vent (données statistique non certaine d’une année sur l’autre), les provisions pour démantèlement (assez faibles [qui viennent d'être inaugurées en France par la loi Grenelle 2]), les coûts du foncier et leur incertitude, les zones d’interdiction autour des radars météo et militaires qui vient de s’agrandir à 30km (bientôt officiel) et font annuler des projets, les taxes (locales ou non) qui changent relativement souvent et sont assez conséquentes et les impôts, heureusement plus stables.

C’est sûr que quand on investi 30 millions sur un parc de 10 éoliennes sans avoir l’assurance que les conditions actuelles resterons stables, on y réfléchit à deux fois. Les prix sont garantis sur 10 ans, à partir du moment où le dossier est complété. Pas à partir du moment où l’investisseur se met à plancher sur le projet, qui dure en tout entre 5 et 10 ans.

Résultat, la France n’est plus attractive pour l’éolien industriel et les objectifs du Grenelle de l’environnement n’ont aucune chance d’être atteints. Est-ce un mal ? Si on connaissait les coûts de l’énergie nucléaire, on pourrait peut-être en juger. Mais tant que le coût du démantèlement des centrales n’est pas évalué correctement (voir le rapport de la Cour des Comptes), la réponse sera dictée par l’idéologie plus que par les faits.

Laisser un commentaire

  • JC le 16 juin 2010 - 12:18 Signaler un abus - Permalink

    La véritable gabegie c’est en effet le nucléaire qui a englouti des milliards de subventions et qui va encore couter très cher à la collectivité quand il faudra démanteler les réacteurs nucléaires avec des provisions très largement insuffisantes…

    Les MWH éoliens est parmi les moins cher. En Espagne le MWH eolien, est racheté 50 euros et l’éolien couvre deja 15% des besoins du pays. On parle deja d’un MWH a 65 euros pour l’EPR …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Nicolas Kayser-Bril le 16 juin 2010 - 12:23 Signaler un abus - Permalink

      Tout à fait d’accord: le problème reste l’opacité de la filière nucléaire. Maintenant, ce manque d’information sur le nucléaire ne doit pas nous pousser vers des substituts les yeux fermés. Ce serait intéressant d’avoir des infos sur la situation en Espagne. Vous voulez écrire un papier en contrepoint? ;-)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • lesveilleurs99 le 16 juin 2010 - 22:04 Signaler un abus - Permalink

    Au choix :
    à cause des subventions
    à cause du schéma directeur général de développement éolien
    à cause de la démographie, la région PACa est plus dense
    à cause des resistance locales (finances de communes, associations diverses et variées)
    à cause de la notion de paysages, essayer de mettre des eoliennes sur la Ste Victoire ?
    Autres idées ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Renaud le 18 juin 2010 - 11:45 Signaler un abus - Permalink

    Très bon article!

    Je crois qu’il y a une petite coquille : “…descendent parfois aux environs de 2€/kWh au lieu de 40€”
    Si je ne me trompe pas, il s’agit de 2€/MWh?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • DEMAGNY JOEL le 20 juin 2010 - 5:54 Signaler un abus - Permalink

    Etant originaire de Fruges,ma fille et ma petite fille y vivent encore;je ne remonte plus là bas de peur de rencontrer le principal protagoniste de ce vaste carnage dans ce que j’appelais le Haut pays d’Artois.Cette rencontre se passerait très mal et j’ai d’autres actions à mener dans la région que j’ai choisie pour terminer ma vie,l’Auvergne et principalement la Haute Loire.J’ai vue sur Ally de chez moi à 25km à vol d’oiseau et je méne un combat pour que cela ne se reproduise pas de nouveau,car des projets sont aux fonds des tiroirs et ne demandent qu’à sortir au moment opportun dans toute la région,tout cela au mépris du bon sens,tant au niveau écologique,qu’économique,du respect de l’environnement et bien d’autres critiques justifiées.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • tüp bebek le 23 juin 2010 - 12:56 Signaler un abus - Permalink

    a été un article que j’ai aimé. Merci pour le partage.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Dany'Aile le 1 juillet 2010 - 21:39 Signaler un abus - Permalink

    Un article qui va intéresser un de mes amis, grand éoliennophobe devant l’éternel.

    Pourtant il s’ouvre sur une erreur manifeste:
    ———–
    Pourquoi y a-t-il 10 fois plus d’éoliennes en Lorraine qu’en PACA, alors que la Fédération française de cerf-volant y compte 4 fois moins de licenciés ?
    ———–

    Il n’existe pas de Fédération française de cerf-volant.
    La FFVL est à l’origine ue fédération de “volants”, pas de cerf-volant. Que je sache, la FFVL n’a pas encore exclu de ses rangs ceux qui ne restent pas les pieds sur terre. Des deltistes l’ont fondée, des parapentistes l’ont rejointe…
    Ce n’est que récemment que cervolistes et kite-surfeurs y ont été admis.

    Alors, si l’article est truffé de telles inexactitudes…. les éoliennes ont de beaux jours devant elles.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • KnappKimberley21 le 29 juillet 2010 - 5:18 Signaler un abus - Permalink

    Some specialists claim that mortgage loans help people to live the way they want, just because they are able to feel free to buy needed things. Moreover, some banks give bank loan for different classes of people.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Dossier très intéressant de Nicolas Kayser-Bril. En existe-t-il un à venir sur le photovoltaïque ?

    Mes yeux ont piqué en lisant : la feuille de calcul que nous avons utilisé..e !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés