Annonces sécuritaires: IFOP a déconné

Le 6 août 2010

Un sondage IFOP révèle qu'une majorité de Français approuve la récente crispation sécuritaire de Nicolas Sarkozy. Mais est-ce vraiment le cas ? Décryptage et retour sur ces sondages qui nous inquiètent.

Crédits : T0ad (unsitesurinternet.fr)

Ce matin, Le Figaro a dévoilé les résultats d’un sondage IFOP (pdf) dont les résultats n’ont pas fini de surprendre et de susciter la polémique, affirmant qu’une majorité de Français soutiennent le récent virage sécuritaire entrepris par Sarkozy.

La méthodologie du sondage nous a surpris. En effet, on n’y retrouve pas les habituels ‘ne se prononce pas’ qui permettent de jauger l’intérêt que portent les sondés à une question. Vérification prise auprès de l’Ifop, il s’avère que les sondages auto-administrés de ce type, où les sondés répondent eux-mêmes aux questions, en l’occurrence devant leur ordinateur, ne comportent jamais de case ‘nspp’.

L’Ifop explique sans rire que ça permet d’éviter un trop grand taux d’abstention. Devant un sondeur, les personnes interrogées ont tendance à donner un avis, même s’ils n’en ont pas vraiment. Parce qu’on a toujours l’air tarte quand on ne sait pas répondre aux questions. Sur internet, le sondé est libéré de cette pression, si bien qu’on l’on y constate une « explosion » du nspp. « Les taux peuvent dépasser les 10, 15, 20 points » contre 3 à 8 sur les autres types d’enquête, explique l’Ifop.

Les mauvaises langues diront que les instituts de sondages forcent des gens sans opinion à en donner une, préférant ainsi fausser les résultats pour économiser les coûts que nécessiterait un élargissement de l’échantillon. Et elles n’auront pas tort.

D’autres biais affaiblissent ce sondage

La méthode, tout d’abord. Tous les français ne sont pas connectés à internet. L’Ifop nous assure que les résultats sont redressés pour les 25% de non-internautes (31% selon l’ITU). La période, ensuite. Comment contacter les estivants ? L’Ifop assure que 60% des Français ne partent pas (30% selon le Credoc, mais passons) et que ceux qui partent restent connectés. Est-ce qu’ils possède des statistiques sur le nombre de personnes ayant répondu de leur iPhone, ou ceux dont l’adresse IP montre une localisation différente de leur ville de résidence? L’Ifop n’en voit pas l’intérêt mais assure que “des vacanciers ont participé à l’enquête”.

Les vacanciers sont souvent plus riches, plus éduqués et plus sensibles aux libertés individuelles, de l’aveu même de l’Ifop. Leurs réponses auraient sans doute détonnées avec celles des autres sondés. Espérons que les 2 biais (les non-connectés d’une part, les vacanciers de l’autre) s’annulent. Mais la chance et les statistiques se marient mal ensemble.

L’Ifop assure enfin que toutes les questions posées ont été publiées. Ça ne nous empêchera pas de critiquer la manière dont elles ont été rédigées. “Êtes-vous favorables au démantèlement des camps illégaux de Roms?” revient à dire “Voulez-vous que la loi soit appliquée?”. Il aurait pu être intéressant de demander aux sondés si ils étaient favorable à une sanction pour les préfets qui n’ont pas appliqué la loi du 5 juillet 2000 [PDF] qui leur permet d’obliger les maires à construire des aires d’accueil (préfets qui, soit dit en passant, dépendent directement du gouvernement).

Le questionnaire donné au sondé l’installe à chaque nouvelle question dans un climat très anxiogène. On commence dès la première question avec le terme “multirécidiviste” qui permet de faire peur. Mais de qui parle-t-on ? Le terme est très flou. On enchaîne ensuite avec les termes de “polygamie”, “incitation à l’excision”, “assassins de policiers”, ”camps illégaux”, “atteinte à la vie d’un policier”, “délinquants”. Il faut beaucoup de volonté pour ne pas être mal à l’aise à la fin de ce questionnaire…

Ce sondage Ifop est aussi peu fidèle à la réalité que ses multiples cousins qui tentent de construire une opinion publique, le plus souvent à l’image de celle souhaitée par le gouvernement.

Petit historique des manipulations sondagières

Le Pen au second tour ? On n’avait pas prévu !

Lors de la campagne électorale des Présidentielles de 2002, aucun sondage rendu public avant le 1er tour du scrutin ne prévoyait Le Pen au deuxième tour. En effet, souvent la marge d’erreur des sondages ne permet pas d’établir de conclusion définitive. Or beaucoup d’interprétations ne prennent pas en compte cette marge. Cette erreur d’interprétation était d’autant plus à éviter en 2002 que le nombre de sondés qui se déclaraient indécis était toujours très important. C’est comme ça que tout le monde a pris le duel Chirac-Jospin comme acquis.

Un allié (in)attendu dans la bataille Hadopi

En 2008, en pleine bataille HADOPI, un sondage IPSOS proclamait qu’une très large majorité de Français étaient favorables à la riposte graduée prévue par la haute autorité. Un sondage qui avait en fait été commandé par la société civile des producteurs phonographiques (SCPP), organisme extrêmement favorable à la dite loi. Mieux, elle avait même rédigé les questions que l’institut a posé aux sondés, qui devaient peu ou prou répondre à cette question : “voulez-vous faire de la prison et/ou payer une lourde amende pour téléchargement illégal ou écoper d’un avertissement par mail éventuellement assorti d’une coupure de votre accès Internet ?”.

“L’affaire Opinion Way”

En juillet dernier, un rapport de la cour des comptes sur le budget de la présidence de la République avait pointé la position ambigüe de l’Elysée vis-à-vis de l’institut de sondage Opinion Way. En effet, ce dernier avait facturé près de 1,5 millions d’euros d’études à la présidence (en passant outre le code des marchés publics). Problème : les résultats de ces sondages étaient étonnamment proches – voire identiques – à ceux publiés dans les grands médias, notamment dans Le Figaro et LCI. Outre donc l’inutilité de la dépense pour le contribuable, les résultats des dits sondages n’aident pas à lever le soupçon qui pèsent sur leur financement. Le tout posant la question de l’indépendance et de l’objectivité de telles études d’opinions vis-à-vis du pouvoir.

Les Français sont-ils vraiment prêts à travailler plus longtemps ?

Au début de cette année, le JDD publiait le résultat d’un sondage sur l’allongement de la durée de cotisation de retraite et titrait les Français prêts à travailler plus longtemps. L’hebdomadaire se basait sur les réponses à la question « Jusqu’à quel âge seriez-vous prêt à travailler pour avoir une bonne retraite ? ». On pouvait déjà mettre quelque peu en doute les résultats du sondage. En effet la fameuse question était posée logiquement aux seuls actifs du panel mais réduisant l’effectif à 522. Mais comme le démontrait le docteur Panel sur Rue89, les résultats du sondage n’étaient pas tout à fait ce qu’annonçait le JDD. En effet, en comparant les résultats des questions « D’après vous, à quel âge serez-vous contraint de partir à la retraite ? »  (moyenne des réponses 64,7 ans) et  « Jusqu’à quel âge seriez-vous prêt à travailler pour avoir une bonne retraite ? » (moyenne des réponses 62 ans), Rue89 conclue que « les français sont prêts à s’arrêter de travailler 2,7 ans avant l’âge auquel ils pensent devoir partir pour toucher « une bonne retraite » ! »

Et tant d’autres…

La liste des sondages sujets à caution est malheureusement longue. Récemment, un sondage réalisé par BVA affirmait que 6 Français sur 10 défendaient la proposition de loi du sénateur Jean-Louis Masson sur l’anonymat des blogueurs. Outre le fait que, comme le rappelle le journaliste David Abiker, les sondés n’auraient probablement pas répondu si ils n’avaient pas été anonymes, les questions étaient très biaisées et posées à un public ne maîtrisant pas forcément toutes les implications et les enjeux du domaine en question.

Il y a quelques semaines sur Rue89, le blogueur Le Yéti a judicieusement pointé du doigt le pouvoir de “faiseurs d’opinions” détenus par les instituts de sondages, et nous explique comment ils “favorisent” certaines personnalités politiques, faisant fi de l’importance réelles de certaines personnalités dans le paysage politique.

Taper sur la nouvelle politique ultra-sécuritaire du président, un loisir de gauchiste ? Pas forcément, si on en croit le dernier edito du New-York Times, qui dénonce aujourd’hui une véritable “fièvre anti-immigrés“. Y faut pas déconner.

__

Martin Clavey, Nicolas Kayser-Bril, Martin Untersinger.

Crédit Illustration : T0ad.

Crédits Photo CC Flickr: Dunechaser.

A lire également

> Un dossier réalisé par l’association Pénombre, qui “réfléchit sur les usages du nombre dans le débat public”.

> “L’opinion publique n’existe pas” de Pierre Bourdieu, toujours d’actualité

> Les résultats du sondage IFOP en intégralité (pdf).

> “La fabrique de l’opinion publique“, par Noam Chomsky.

Laisser un commentaire

  • Jean-no le 6 août 2010 - 16:01 Signaler un abus - Permalink

    Ce genre de sondage est performatif, il ne sert pas à prendre la température mais à la faire monter (par ailleurs la psychologie sociale a prouvé que les gens se adhèrent facilement à une opinion qu’ils croient générale). Les biais mentionnés me semblent assez grossiers, mais peu importe, toute la presse plonge pour l’instant…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • M.sébastien le 6 août 2010 - 16:09 Signaler un abus - Permalink

    Hello

    Entre 25 et 33% des français ont un parent ou un grand parent étranger. http://0z.fr/-PSW3

    Donc soit IFOP a un problème de méthode soit les français sont devenus schizophrènes !

    Le horlà s’est-il emparé des esprits ? http://0z.fr/V9TfC

    Le bulletin officiel médical du président indique que tout va bien !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • piotrr le 6 août 2010 - 16:16 Signaler un abus - Permalink

    Moi, j’aimerais bien qu’on revérifie les données de ce sondage. Parce que lorsqu’on regarde dans le détail, on trouve des résultats vraiment très très surprenants. Prenons, par exemple, les réponses des sympathisants Verts (parti très anti-autoritaire). 64% des Verts seraient favorables à la déchéance de la nationalité, 56% pour le démantèlement des camps de Roms. Vous croyez ça ? Comment peut-on voter pour ce parti dont tout le code génétique est déterminé par la tradition libertaire, et être favorable à la décahance de nationalité, les peines incompressibles, la vidéo-surveillance ? Je ne dis pas que le sondage est nécessairement faux (outre les différents biais exposés plus haut), mais ses résultats sont tellement surprenants qu’il serait bon qu’ils soient revérifiés à deux fois, voire refait, éventuellement avec les mêmes questions, mais une autre méthode (téléphonique) et à un autre moment (à la rentrée par exemple).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • GdeC le 6 août 2010 - 16:30 Signaler un abus - Permalink

    félicitations aux tenanciers de ce bazar… c’est le billet le plus documenté, performant, efficace et bien écrit que je connaissse… bien que certains se comlètent bien. Et je sais de quoi je parle : cela fait plus de trois heures que je suis en tain de farfouiller sur le sujet… (voir ici facultativement : http://gauchedecombat.wordpress.com/2010/08/06/sondage-en-eaux-troubles%e2%80%a6/)

    merci pour tout ça.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • JP le 6 août 2010 - 17:06 Signaler un abus - Permalink

    “Entre 25 et 33% des français ont un parent ou un grand parent étranger. Donc soit IFOP a un problème de méthode soit les français sont devenus schizophrènes”

    En quoi cela devrait ne pas les rendre favorable une déchéance de la nationalité pour les criminels d’origine étrangère ? Insinuez-vous que les Français d’origine étrangère sont tous des criminels et seront donc tous menacés ?
    Tout le monde sur Internet semble perdre de vue que cette loi est censée menacer des auteurs de crimes relativement graves…

    Nos prisons sont pleines, quel est l’intérêt de garder des personnes supplémentaires en prison en France ? Autant les renvoyer dans leur pays d’origine. Je comprendrais d’ailleurs qu’on trouve cette mesure injuste pour les “pays d’origine” en question (on les laisse s’occuper de nos criminels, pas très sympa) mais ce n’est pas ce reproche là que je lis le plus souvent sur Internet.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • bertrand le 6 août 2010 - 17:12 Signaler un abus - Permalink

    un des meilleurs sondage restera celui qui indiquait que la majorité des français étaient favorable à la suppression du lundi de Pentecote ; sondage réalisé auprès des lecteurs du “temps retrouvé”, un journal de retraité.

    Les sondages n’ont jamais servi à autre chose que de convaincre les gens que la majorité est favorable aux thèses de celui qui a commandé ledit sondage.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • M.sébastien le 6 août 2010 - 17:22 Signaler un abus - Permalink

    @JP

    Ne me faites pas dire ce que je n’ai pas dit

    C’est justement parce que 25 à 33% des français ont des parents ou des grands parents qui sont d’origines étrangères qu’ils savent que la criminalité n’a rien à voir avec les origines ou le code génétique n’en déplaisent aux défenseurs de la “sélection naturelle forcée” de certains membres du gouvernement. http://0z.fr/neVGO

    La criminalité quand elle n’est pas organisée par des cols blancs résulte entre autre de la lutte des classes.

    Seuls les con-sanguins ont leurs facultés ou leur patrimoine génétique qui s’altèrent si je peux me permettre cette note d’ironie.

    Il serait réducteur de considérer la violence sous le tropisme ethnique alors qu’il est davantage social.

    Mais Power Point et ses bullet think sont passés par là !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Incanus le 6 août 2010 - 19:20 Signaler un abus - Permalink

    “Nos prisons sont pleines, quel est l’intérêt de garder des personnes supplémentaires en prison en France ?”

    @JP: En suivant votre (abscence totale de) logique, quelle est l’intêret de garder des gros cons comme vous en France? Aucun! Je propose donc qu’on vous déchoie immédiatement de votre nationalité et que vous alliez vous installer ailleurs (trouvez un endroit plein de glands, vous vous y sentirez comme chez vous) :-).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • GastLag le 6 août 2010 - 19:23 Signaler un abus - Permalink

    Je rajouterais une autre référence dans la liste des articles scientifiques contre les sondages d’opinions :

    (lien)

    le pdf est ici.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • JP le 6 août 2010 - 19:28 Signaler un abus - Permalink

    @ M.SÉBASTIEN

    Oui, j’avais bien compris que ce n’était pas le sens de votre message.

    Cependant, vous semblez trouver, comme la plupart des réactions sur Internet, que ce projet de loi est injuste pour les personnes d’origine étrangère et qu’il est donc incohérent que ces personnes ne voient pas ce projet de loi d’un mauvais oeil.

    D’où ma réponse : pourquoi des citoyens n’ayant rien à se reprocher (et attention, on ne parle pas de petits délits mineurs “supportables”, on parle de violence…) auraient à craindre cette loi ? En quoi ces “français d’origine étrangère” seraient-ils différents et ne voudraient pas d’une mesure visant à renforcer la sécurité de leur pays (l’efficacité d’une telle mesure est un autre débat, mais sur le principe elle est censée tirer dans le bon sens) ?

    Attention, il n’y a rien de personnel dans mon commentaire, je réagis plus à toutes les déclarations que j’ai pu lire ça et là qu’à la votre en particulier :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • JP le 6 août 2010 - 20:18 Signaler un abus - Permalink

    @ Incanus

    Ola, vous m’avez cloué le bec là :p

    Tenez, ça vous fera de la lecture : http://fr.wikipedia.org/wiki/Débat

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Kiosk le 6 août 2010 - 20:47 Signaler un abus - Permalink

    Voici une copie du commentaire que j’ai écrit ce matin sur Marianne 2 :
    —————————
    Le sondage commence par ceci :
    “Vous savez que le gouvernement a annoncé différentes mesures pour lutter contre l’insécurité. Pour chacune de ces mesures, vous me direz si vous y êtes très favorable, plutôt favorable, plutôt opposé ou très opposé ?”

    Deux biais dès le départ :

    Le sondé sait que. Or, il peut savoir…
    - pour avoir écouté Nicolas 1er prononcer sa fatwa contre les Roms et entendu les critiques (mais en a-t-il eu le temps ? Discours le 22 juillet, pendant les vacances, et sondage en ligne du 3 au 5 août, à chaud, toujours en période estivale, contrairement à l’éthique du métier
    - pour avoir écouté SoKrazy éructer contre les immigrants, mais sans avoir eu connaissance des réactions.
    - pour avoir lu dans les journaux de qu’à raconté le président de l’UMP de sa république,
    - pour en avoir entendu parler
    … ou il peut ne pas savoir du tout.

    Le sondage ne précise pas dans quel cas se trouvent les sondés, ce qui n’est pourtant pas neutre. Le sondé est considéré comme sachant, et il est donc incité à se comporter comme tel. Ce sentiment est renforcé par l’absence de l’option “sans opinion”. Le sondé n’a d’autre choix que de s’impliquer en se déclarant plutôt favorable ou plutôt défavorable lorsqu’il n’a pas d’avis (rappelons qu’il a très peu de recul par rapport à l’événement, et que l’on est encore dans le fait divers à peine refroidi, ce qui influence fortement les réactions).

    Il est dit aux sondés que les mesures annoncées ont pour objectif de lutter contre l’insécurité. Il y a là une mise en condition du sondé. En effet, on aurait aussi bien pu sans travestir la vérité dire que les-dites mesures avaient pour but de racoler les bas du front, ou de faire remonter la cote de notre sur-vérins.

    On notera avec intérêt qu’il n’y a aucune question concernant la pertinence ou l’efficacité des mesures annoncées. Il n’est pas non plus demandé aux sondés leur avis sur la constitutionnalité des peines envisagées ni sur la possibilité de les appliquer, alors que les médias en ont parlé dès le lendemain du discours. Les sondés ne sont pas non plus informés de la portée des mesures prises (au maximum 1 ou 2 personnes par an seraient concernées pour avoir tiré sur un agent de la force publique !)
    Tout est donc fait pour que les mesures de SoKrazy soient vues comme des évidences, et il n’y a pas d’alternative. Notamment, alors que toutes les mesures sont répressives, on ne demande pas aux sondés leur avis sur l’absence totale de mesures préventives.
    Comme d’habitude, il faut se contenter de l’affirmation selon laquelle les sondés sont sélectionnés sur des critères qui en feraient un échantillon représentatif de la population, ce qui est invérifiable… quoi que l’on puisse douter qu’un seul SDF ou qu’un seul non abonné à Internet aient été consultés.

    En conclusion, ce sondage est fortement orienté. (Bravo aux sondés classé LO/NPA ou Front de Gauche, qui on eu les réactions les plus saines en se laissant moins manipuler dans l’ensemble que les autres sondés).

    Voici la liste des questions qui étaient posées :

    Le contrôle par bracelet électronique des délinquants multirécidivistes pendant plusieurs années après la fin de leurs peines

    qt[• Le retrait de la nationalité française aux ressortissants d’origine étrangère coupables de polygamie ou d’incitation à l’excision

    • L’instauration d’une peine incompressible de 30 ans de prison pour les assassins de policiers et de gendarmes

    • Le démantèlement des camps illégaux de Roms

    • Le retrait de la nationalité française pour les délinquants d’origine étrangère en cas d’atteinte à la vie d’un policier ou d’un gendarme

    • La mise en place de 60 000 caméras de vidéo surveillance d’ici à 2012

    • La condamnation à deux ans de prison pour les parents de mineurs délinquants en cas de non respect par ces derniers des injonctions de la justice (interdiction de fréquenter certains lieux ou personnes suite à leur condamnation…)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Spin doctor le 7 août 2010 - 0:20 Signaler un abus - Permalink

    Un seul mot : Astroturfing.

    (Au passage, j’ai découvert le Push poll… c’est beau, quand même, les “relations publiques”)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • simon le 7 août 2010 - 10:47 Signaler un abus - Permalink

    Si les buts de l’exploitation de ce sondage commandé par
    le Figaro ne font aucun doute, on découvre en même temps
    que représente l’Ifop : la propriété et la direction de
    Mme.Laurence Parisot .Un institut de sondage devrait suivre
    une procédure insoupçonnable de partialité, une éthique
    sans faille. Les erreurs et les manipulations de ces institutions les rendent encore moins fiables que les prévisions météo, c’est dire….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • H le 7 août 2010 - 11:59 Signaler un abus - Permalink

    Je n’ai pas trouvé beaucoup d’information sur Owni sur les auteurs de cet article, dont deux des trois sont visiblement jeunes. Le sondage étant un métier complexe (l’art de “redresser”), l’avis de tout un chacun – qui va peut-être glaner ici ou là des informations – est par nature pas très pertinent, non?
    Bien qu’étant documenté, ce genre de billet m’énerve. Toujours à critiquer, dénoncer, voir des manipulations là où il n’y en a peut-être pas…

    Conclusion : oui, il faut prendre les résultats de sondage avec des pincettes. Personne ne peut prétendre rendre compte parfaitement de l’avis des Français.

    PS : auriez-vous fait le même travail d’enquête si les résultats avaient été globalement défavorables aux mesures annoncées?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Media Hacker le 7 août 2010 - 12:13 Signaler un abus - Permalink

    @ H : l’enquête a été faite par 3 journalistes professionnels.

    Notez qu’Yves-Marie Cann, de l’IFOP, répondra à nos/vos questions d’ici lundi, ici-même /-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • H le 7 août 2010 - 12:21 Signaler un abus - Permalink

    Ah c’est une bonne nouvelle qu’il s’exprime ici!

    A propos des journalistes, je ne remets pas en cause leurs talents et compétences, mais peut-être leur (maigre?) expérience.

    Merci Owni pour cet article en tout cas :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • o le 7 août 2010 - 15:07 Signaler un abus - Permalink

    Sinon, ya le référendum aussi, c’est pas mal.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Spin doctor le 7 août 2010 - 18:00 Signaler un abus - Permalink

    Mais, la seule question à se poser, c’est : est-ce que la majorité a raison ?

    Il ne faudrait pas oublier l’expérience de Milgram ! Où une très large majorité (65 %) commet un crime barbare si on le lui demande (pour résumer). Est-ce qu’il faut autoriser les crimes barbares parce qu’une large majorité est d’accord pour ça ?

    Et, si c’est ce qui arrive, alors : qu’est-ce qu’il faudra en conclure ? Que ça n’a pas beaucoup évolué depuis des siècles ? Que l’Histoire est condamnée à se répéter, que les mêmes atrocités vont elles aussi se répéter ? C’est désespérant !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Europasionaria le 9 août 2010 - 9:31 Signaler un abus - Permalink

    Très bon article. Je ne suis pas surprise quand je vois la liste de lecture à la fin. Comme ce cher Bourdieu le disait, le problème des sondages c’est que l’on pose des questions aux gens qu’eux-mêmes ne se posent pas.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • chichi le 9 août 2010 - 9:53 Signaler un abus - Permalink

    j’adore votre site il est super continuez ainsi et bon courage

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • hayewski le 1 septembre 2010 - 5:43 Signaler un abus - Permalink

    tout simplement merçi

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
9 pings

Derniers articles publiés