Subventions à la presse: l’heure des fuites?

Le 9 août 2010

OWNI s'est procuré des documents détaillant les subventions accordées à la presse depuis 2003. Nous libérons ces données et ouvrons une enquête contributive. Un article mis à jour au fur et à mesure de l'enquête. Dernière MAJ : le 11/08.

Comme le soulignait en 2004 un rapport remis au Sénat, la France est un des pays européens qui finance le plus ses médias, et notamment sa presse papier. Parmi de nombreux autres fonds et organismes, le fonds d’aide à la modernisation de la presse (FDM), créé en 1998, a vocation à “soutenir des projets de développement et de recentrer les aides à la presse sur les publications d’information politique et générale”.

En 2008, selon le ministère de la Culture, près de 25 millions d’euros ont été distribués par ce fonds à 78 projets différents. Jusqu’à présent, le détail et le montant alloués à chaque projet n’étaient pas connus.

OWNI s’est procuré des documents exposant sur plusieurs centaines de pages les montants, les récipiendaires et la nature des projets financés depuis 2003, ainsi que les comptes-rendus des réunions de la commission chargée de distribuer ces aides. OWNI ouvre aujourd’hui une enquête crowdsourcée (contributive), nous comptons sur votre apport ! Vous pouvez retrouver la totalité des documents en notre possession à la fin de cet article.

Ces documents, en vertu de la loi de 1978 sur la liberté d’accès aux documents administratifs, n’étaient pas confidentiels et peuvent donc être diffusés.

On peut d’ores et déjà distinguer plusieurs postes de dépenses principaux : l’imprimerie, la numérisation des archives, la maquette et la refonte ou la création des sites internet tiennent le haut du pavé. Le chapitre “reconquête du lectorat jeune” (sic) figure à de nombreuses reprises comme motifs de subventions.

De manière générale, ce fonds touche et finance tous les domaines de la presse, de la presse quotidienne régionale à la presse spécialisée, en passant évidemment par la presse nationale.

[MAJ 11/08/2010 à 15 h 55 heures]

Des chiffres dans le détail : le papier avant toute chose

Quel a été la part de l’argent attribué au papier et au web ? Recontacté une seconde fois, le FDM a en fait confirmé notre première version : le fonds d’aide au développement des services en ligne des entreprises de presse (fonds SEL), créé en 2004 et remplacé par le fonds Spel en 2009, concernait aussi les quotidiens éligibles au FDM. Mais son montant était dérisoire : 500.000 euros en 2009 (source 20mn.fr). En outre, il s’agissait d’avances, partiellement remboursables. Il était donc plus intéressant d’aller voir directement du côté des grasses subventions du FDM.

La question de la part des investissements dans le papier et le web du FDM se pose donc toujours. En gras, nous avons souligné les sommes les plus significatives destinées au papier : on constate qu’elles représentent les lignes budgétaires les plus importantes. Quand nous ne savions pas si les subventions concernaient le papier, le web ou les deux (“développement du lectorat jeunes” par exemple), nous ne les avons pas inclus dans les investissements papier.

2010
1.338.200 euros, Ouest-France : salle d’expédition de Nantes
1.945.000 euros, La Voix du Nord : nouveau système éditorial
1.426.042 euros, Le Parisien, Aujourd’hui en France : modernisation de la salle des expéditions
2.745.000 euros, France-Soir : le 16 mars 2010, soit la veille de la sortie de sa nouvelle formule, France-Soir s’est vu accorder une subvention de 2.745.000 euros pour réaliser sa “nouvelle maquette”. Son nouveau propriétaire depuis 2009, Alexandre Pougatchev, le fils d’un oligarque russe, n’est pourtant pas un miséreux.

2009

5.033.030 euros : Un journal gratuit dès 18 ans, abonnements et volet technique. L’Agence Français Abonnement Presse (A2Presse) a obtenu une subvention de 5 033 030 euros pour une opération destinée “à aider la presse à reconquérir un lectorat jeune en créant une habitude de lecture qui l’amènera plus tard à lire ou à s’abonner à un journal.” Un peu comme de convaincre de revenir à la carriole, et c’est un peu plus compliqué dans les faits. L’opération, qui devrait durer trois ans, financera 200.000 abonnements par an pour un montant total de 15 millions d’euros.
2.745.000 euros, Ouest-France : rotative à Nantes
2.367.554 euros, Les Dernières Nouvelles d’Alsace : modernisation de la salle d’expédition
1.020.968 euros, L’Est Républicain : modernisation et refonte de : contenu-maquette-format
1.400.000 euros, La Tribune : acquisition d’une rotative. Un an plus tard, en pleine déconfiture économique, le quotidien économique envisage de passer au tout web.
2.745.000 euros, Nice-Matin : rotatives
3.000.000 euros : modernisation des moyens d’impression des titres de la PQN pour la région parisienne

2008

1.453.796 euros, France-Soir : tours quadrichromie
1.125.573 euros, La Tribune : lancement d’une nouvelle formule
1.498.640 euros, Syndicat de la presse quotidienne régionale : développement du lectorat jeunes

2007

2.202.048 euros, La Nouvelle République du Centre : projet Cap Tabloïd
1.999.712 euros, syndicat de la presse quotidienne régionale, développement du lectorat jeune
3.000.000 euros, SAS Midi Print : installation d’une rotative
1.589.104 euros, Le Télégramme : augmentation et amélioration des capacités couleur sur le journal
2.745.000 euros, La Voix du Nord : acquisition de quatre rotatives

2006

2.296.668 euros, Le Journal de l’île de la Réunion : acquisition d’une rotative nouvelle génération
1.500.000 euros, La République du Centre : modernisation de la rotative
2.745.000 euros, Le Figaro : nouvelle imprimerie du Sud
2.745.000 euros, Le Républicain Lorrain : remplacement d’une rotative
1.886.600 euros, Le Courrier de l’Ouest : acquisition d’une nouvelle rotative

2005

1.762.153 euros : Syndicat de la presse quotidienne Régionale, À la conquête du lectorat jeune
1.174.267 euros, La Montagne : nouveau système informatique rédactionnel
1.016.000 euros : Ouest France, 6ème tour
1.152.684 euros : L’Est Républicain, modernisation de la salle d’expédition
1.113.301 euros : Le Figaro, adaptation de l’imprimerie au nouveau format du Figaro

2004

1.361.200 euros, Le Monde : mise à jour technologique du site Internet
1.830.000 euros, L’Est Républicain : tours d’impression quadrichromiques
1 450 700 euros, Faximpress : acquisition de systèmes Computer To Plate (CTP)
1 830 000 euros, Corse-Matin : création d’une unité d’impression

2003

1.166.061 euros, Le Tarn libre : création d’un site de production
1.494.831 euros, Les Échos, nouvelle formule
1.734.584 euros, Aujourd’hui en France : création d’un centre d’impression à Istres
3.660.000, Ouest-France : tours d’impression couleur

[MàJ 09/08/2010 - 15h22]

LeMonde.fr a-t-il touché des subventions?

En 2004 et 2008, selon les documents en notre possession, la “société éditrice du Monde” aurait touché deux subventions du Fonds d’aide à la modernisation de la presse : l’une de 1 361 200 € pour “la mise à jour technologique du site internet” et une autre de 1 592 000 € pour le “développement et optimisation de l’offre internet”.

Le financement de cette activité du journal Le Monde peut surprendre.

D’une part, le site LeMonde.fr n’est pas détenu par la Société Le Monde mais par Le Monde Interactif, une filiale de la société, qui n’a pas semblé être éligible à la subvention si l’on en croit le compte-rendu de la réunion du comité du fonds d’aide à la modernisation de la presse du 18 mars 2008. Cette dernière fut d’ailleurs le théâtre d’une discussion mouvementée (voir la page 101 du slideshare, disponible ici ou en bas de cette page) sur le sujet, se concluant finalement par un vote favorable (9 voix sur 10) à la subvention.

D’autre part, et malgré ce que nous apprennent ces documents, Philippe Jannet, le PDG du Monde Interactif, déclarait dans une émission de la Ligne Jaune d’@rret sur Images du 8 janvier 2010 que LeMonde.fr n’avait pas touché d’aides depuis 2002 (31:32) :

- Philippe Jannet [PDG du Monde Interactif] : “Pour le moment, LeMonde.fr n’a pas d’aide, le Post non plus. On ira peut être en chercher.”

- Guy Birenbaum : “Il n’y en a jamais eu ?”

- PJ : “Ce n’est pas les mêmes. C’est des aides sur la numérisation des archives du Monde.”

- Daniel Schneidermann : “Il n’y a jamais eu d’aide pour LeMonde.fr ?

- PJ : “Si, il y a eu des aides sur LeMonde.fr en 2002 mais plus depuis.

[...]

- PJ : “Par contre je suis effectivement favorable à la transparence. Qu’à un moment on puisse dire, voilà, j’ai touché tant d’aides…”

Si on peut ne pas s’étonner que le site internet du premier média français soit financé, en partie, par des subventions, on peut davantage s’interroger sur la contradiction entre les documents du comité du fonds et les propos du PDG du Monde Interactif.

[MàJ 09/08/2010 - 18h40]

Nous avons contacté M. Philippe Jannet, le PDG du Monde Interactif, qui nous a répondu dans la journée. Il a été très surpris par les chiffres en notre possession que nous lui avons communiqués : “Je n’ai pas vu 1,5 millions arriver dans mes comptes”, a-t-il expliqué.

S’il ne dément pas que Le Monde Interactif ait reçu des aides (malgré ses déclarations sur le plateau d’Arrêt Sur Images), il paraît surpris par l’ampleur de ces dernières :

“Je sais qu’il y a eu de l’argent versé par le fonds de modernisation de la presse, mais 1,5 millions, ça me semble beaucoup.”

Philippe Jannet l’explique par la faible proportion prise par les subventions dans le budget total du Monde Interactif : “1,5 millions d’euros répartis sur plusieurs année, sur un budget annuel de 15 millions ça ne fait pas grand chose”.

Interrogé sur ses déclarations à l’antenne d’@si, il affirme avoir été interrogé sur le fonds SPEL, par lequel LeMonde.fr n’a pour l’instant pas été subventionné, même s’il affirme avoir déposé une demande récemment.

Par ailleurs, il rappelle que pour 40% abondés par le fonds de modernisation, 60% doivent être abondés par Le Monde Interactif. Il souligne également le bien fondé des subventions ainsi que leur ancienneté et leurs effets : “derrière il y a de la création d’emplois et du développement technologique”. On attend des chiffres sur ce dernier point.

[MàJ 09/08/2010 - 17h]

Selon les documents en notre possession, le groupe Agro Business Communication, éditeur notamment de Viande Magazine a touché 85 739 € pour la réalisation de son portail de la part du fonds d’aide au développement des services en ligne des entreprises de presse, un autre fonds. [maj du 09/08 à 18 h 18]

Des documents qui soulèvent des questions

Ces documents soulèvent plusieurs questions auxquelles nous allons tenter de répondre au fur et à mesure de l’avancée de nos recherches :

  • Quels sont les principaux titres et types de presse bénéficiaires ?
  • Ces axes sont-ils judicieux ?
  • Ces subventions ont-elles porté leurs fruits ? Par exemple, les ventes du papier ont-elles augmenté ? L’offre en ligne a-t-elle été vraiment bien développée ? Le trafic a-t-il augmenté en conséquence ? In fine, peut-on parler de gaspillage ou d’investissement pertinent ?
  • Par comparaison avec d’autres pays, la France est-elle sur-subventionnée ? Dans la moyenne ? En dessous ?
  • Qui sont exactement les membres de la commission chargée de décider de l’attribution de l’argent ?

Nous avons déjà des idées de datavisualisation :

  • Pour le prix total annuel des subventions, combien finance-t-on de nouveaux pure players ?
  • Quel est le ratio nombre de lecteurs (VU)/montant de l’aide/an ?

Vous pouvez nous proposer vos idées et vos pistes : nkb@owni.fr !

Cet article sera actualisé au fur et à mesure de notre avancée et des révélations que permettent de détecter ces quelques 500 pages.

Consultez les documents

[NDLR] Important: nous publions ces documents tels que nous les avons reçus, passages noircis inclus.

Vous pouvez également télécharger le PDF intégral (16Mo) à cette adresse.

Vous trouvez dans ces documents des informations dignes d’être rapportées?

N’hésitez-pas à contacter nous contacter : nkb@owni.fr !

Vous voulez extraire des données et les insérer dans un fichier XLS ?

Nous en aurons besoin pour des datavisualisations et autres applications de journalisme de données. N’hésitez pas à nous contacter : nkb@owni.fr

L’enquête se poursuit ailleurs

> Erwann Gaucher a consacré un billet à ces documents et évoque le “nouveau feuilleton médiatique de l’été”. A lire ici.

> La liste complète des aides publiques directes et indirectes est disponible sur le site de la Direction générale des médias et des industries culturelles.

__

Sabine Blanc, Martin Clavey, Martin Untersinger

Crédits Photo CC Flickr : Mammal, Crumbs.

[disclaimer : à ce jour, OWNI et 22Mars - sa société éditrice de presse - n’ont jamais sollicité de subventions et n'envisagent pas dans un futur proche d'en solliciter. OWNI n'est pas opposé au principe même des subventions, lorsqu'elles sont systématiques ET transparentes. En revanche, nous regrettons - comme d'autres - le poids considérable pris par l'État et les collectivités locales dans les budgets publicitaires de la presse, dont la gestion est plus quotidienne et impactée par le contexte.]

Laisser un commentaire

  • Erwann Gaucher le 9 août 2010 - 13:22 Signaler un abus - Permalink

    Un billet à lire également sur le sujet des aides à la presse : http://bit.ly/bK6REL et

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Dan le 9 août 2010 - 15:14 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour l’info !

    Par contre, désolé de devoir faire mon relou, mais slideshare c’est pas forcement user friendly. Un bon lien en pdf ça n’aurait pas été de trop c’est pas forcement old school, c’est juste une question d’accessibilité.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Martin Untersinger le 9 août 2010 - 15:52 Signaler un abus - Permalink

    Cher Dan,

    Merci pour cette remarque ! Nous avons mis à disposition un lien vers le PDF intégral en dessous du Slideshare.

    A bientôt,

    /Martin U.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Romain le 9 août 2010 - 16:06 Signaler un abus - Permalink

    Merci d’aider la transparence ;)
    A creuser aussi, la manne des annonces légales.
    A chaque création ou modification de son statut une société est obligée de payer une annonce dans un journal papier, ce qui est loin d’être une méthode efficace d’information.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Erwann Gaucher le 9 août 2010 - 16:42 Signaler un abus - Permalink

    @ Romain : à propos des annonces légales, lire aussi : http://bit.ly/ciSMzy

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Hervé BERNARD le 9 août 2010 - 17:08 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    Pouvez vous m’expliquez pourquoi, la plupart du temps, on omet de parler des subventions de Libération, quotidien, qui, à ma connaissance, n’a quasi jamais connu l’équilibre budgétaire. Ce silence est étrange, certes le président du Monde a menti mais c’est un journal qui n’a pas toujours reçu des subventions.
    Merci pour ce travail.
    Hervé

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ReGuff le 9 août 2010 - 17:53 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour.
    Demandez des subventions !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Patoche le 9 août 2010 - 19:58 Signaler un abus - Permalink

    Il n’y a pas deux fonds pour le net. Maintenant que le fonds spel existe c’est sur lui que son déposes les dossiers concernant le online. Avant ce fond c’était le fond de modernisation de la presse.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • norbit le 9 août 2010 - 21:50 Signaler un abus - Permalink

    @patoche : comme on peut le lire dans ces doc, c’est sacrément moins clair (que cela devrait l’être). et je m’étonne que ces infos aient mis tant de temps à sortir… Bravo à ceux qui ont rendu cela possible !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bertrand le 10 août 2010 - 10:09 Signaler un abus - Permalink

    Et pendant que cette vieille presse reçoit des subventions utilisées pour le web elle empêche en même temps les pure player de se développer. Jetez un œil aussi aux monopoles d’informations en régions, sur qui gèrent les cartes de presse, les accréditations pour le sport pro, les accès en tribune presse… Mais ça leur laisse du temps.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Erwann Gaucher le 11 août 2010 - 20:06 Signaler un abus - Permalink

    Et ça continue ! Ma contribution du soir : un fonds d’aide aux quotidiens nationaux qui vendent peu d’exemplaires et pas assez de pub (Libération, La Croix, L’Humanité, France-Soir) va être pérénisé en 2010 avec plus de 9 millions €… Le détail ici : http://bit.ly/9wd5Ms

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gillet le 11 août 2010 - 22:25 Signaler un abus - Permalink

    Le Journal de l’île de la Réunion s’est fait financer sa roto par l’Etat. L’autre quotidien de l’île (Le Quotidien) s’en est payé une grâce à la défiscalisation outre-mer. Ce qui est marrant, avec le Journal de l’île, c’est qu’il appartenait au groupe Hersant. Depuis, le Jir a été vendu a un homme d’affaires local. Vive la presse libre…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • corine le 12 août 2010 - 20:42 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,
    Je ne comprends pas comment certains membres de la commission (qui attribue les fonds) peuvent être “juges” et “parties” tel Mr Jannet du monde.fr ? Mais je me trompe surement à son sujet!
    Le figaro et france-soir appartiennent à des millionnaires, est-il normal qu’ils soient financés ainsi ???

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • corine le 12 août 2010 - 22:44 Signaler un abus - Permalink

    dijOnscOpe va-t’il percevoir quelque chose ?
    persécuté qu’il est par de mauvaises PQR ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bruno le 14 août 2010 - 22:59 Signaler un abus - Permalink

    Sur la dotation aux jeunes,

    mon fils bénéficie bien d’un abonnement au Bien Public envoyé chaque vendredi par voie postale, valable cette année.

    Quant à savoir si cela aura un impact ultérieur, je ne le crois pas (mais c’est mon opinion personnelle).

    Amicalement.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Rodolphe le 19 août 2010 - 12:12 Signaler un abus - Permalink

    Le fonds conditionne le versement des aides à la capacité du projet à créer des emplois. Voilà pour la théorie. L’ajout d’une colonne sur ce volet serait donc intéressante.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Albéric Lagier le 19 août 2010 - 16:02 Signaler un abus - Permalink

    @patoche : petite précision technique : le SPEL (ouvert aux pure-players) succède au “Fonds d’aide au développement des services en ligne des entreprises de presse” (fermé aux pure players). Le fonds de Modernisation leur est antérieur (1999) et est conçu pour aider des investissements de la presse quotidienne et aux agences de presse (fermé aux magazines, donc, et pure players).

    Pour plus de détail – à l’usage de ceux qui arrivent à débroussailler ce maquis : la liste des aides publiques française, disponible sur http://www.ddm.gouv.fr/rubrique.php3?id_rubrique=27. Attention! Il s’agit des mécanismes considérés comme tels par le gouvernement. Certaines mesures n’y figurent pas – le fait que la TVA de la presse papier soit de 2,1% alors que la TVA sur les services en lignes est de 19,6%, ce qui est une autre façon d’aider le papier; le fait que les recettes publicitaires de Google en France ne soient pas imposées (selon Philippe Jannet en tout cas), et bien d’autres mesures fiscales (dont des niches fiscales).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Simon le 31 août 2010 - 18:06 Signaler un abus - Permalink

    Quelles contres parties sont exigées pour l’attribution de ses fonds publics ? De quelles obligations les bénéficiaires de ses aides doivent ils s’acquitter pour justifier de leur bonne utilisation ?
    Une des première contre partie ne devrait elle pas être « la démarche citoyenne » c’est-à-dire réinjecter le maximum de cet argent public dans l’économie Française en favorisant les constructeur de matériel Français ou tout du moins de ceux faisant parties des Pays contribuant à Bruxelles ?
    Un exemple, parmi tant d’autre, pris dans la liste. Ouest France a touché en 2009 2 745 000 € et en 2006 1 8886 600 € pour deux rotative l’une située a Nantes et l’autre pour sa filiale située à Angers, rotatives achetées a un Constructeur Suisse au détriment d’un constructeur Français dont l’usine située à Nantes à fermé depuis mettant une centaine de personnes sur le carreau. Et pour le matériel d’expédition même démarche, fabricant Suisse au détriment des entreprises de la CEE et de leur filiales Françaises.
    Quelqu’un a-t-il conscience que cet argent est celui du contribuable Français. Qu’il contribue à assurer la survie de la Presse est une bonne ou une mauvaise chose pour la démocratie on peut discuter sur un autre plan. Mais qu’il contribue au moins à faire travailler ces mêmes contribuables.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Citizen Nantes le 22 janvier 2011 - 10:57 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,
    À quand la suite de ce merveilleux dossier ? Merci.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • imarion le 29 avril 2011 - 16:40 Signaler un abus - Permalink

    J’ai peur pour ma part que les grands médias soient achetés par une seule et même personne ou par plusieurs personne d’un même “camp” comme on peut le voir par exemple en Italie avec Berlusconi. On pourrait alors craindre la fin de la démocratie dans notre beau pays.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
16 pings

Derniers articles publiés