Flash-Ball: 15 ans de documents révélés

Le 24 novembre 2010

8 circulaires, 9 documents officiels dont le mode d'emploi des Flash-Ball, 15 ans de stratégie : une enquête de David Dufresne, un design d'Upian et un développent d'OWNI pour une application inédite. Flash-Ball : la totale.

Ce sont huit circulaires et un mode d’emploi des FlashBall que nous divulguons intégralement et mettons à la disposition de tous. Ce sont neuf documents officiels issus des services internes de la police; neuf notes pour la plupart confidentielles qui disent la place prise progressivement par les «lanceurs de balles de défense» au sein de l’arsenal policier. 1995-2010: quinze ans de stratégie en quelques pages et en… comparatif libre.

De 1995 (première note connue) à 2009 (dernière note faisant foi et loi), tout s’éclaire, s’expose, se révèle: le Flashball, d’abord réservé à des services d’élite dans des cadres d’intervention stricts et particulièrement dangereux, va se généraliser. Et dans les services, et dans les usages (points 1, 2, 3 de notre graphique et onglet «Les cadres d’intervention»).

D’arme de catégorie 4, le Flashball va gagner au fil des années en précision et en longueur de tir pour devenir ce qu’il est aujourd’hui: une arme de catégorie 1 (cf. onglet «Les armes employées»). Dans l’intervalle, l’équipement a changé: du Flash Ball SuperPro, la police est passée au 40×46 Exact Impact. Un monde qui marque la rupture tactique: adieu l’arme dissuasive initiale, voici le temps du Flashball pour tous (cf. onglets «Les cadres d’intervention» et «En savoir plus»).

De circulaire en circulaire, c’est tout ce glissement qui se fait jour; y compris sémantique (cf. onglet «Les circulaires»): en 1995, le flashball est un «fusil»; en 2009 il est un «nouveau moyen de force intermédiaire [mettant] en œuvre l’énergie cinétique d’un projectile à effet lésionnel réduit».

Paradoxe: plus l’arme est généralisée, et son usage élargi, plus elle est soumise à des restrictions et à des réserves. Année après année, bavure après incident, les «doctrines d’emploi» s’allongent, se précisent, racontent ce que les militaires appelleraient des dommages collatéraux (cf. onglet «Les cadres d’intervention», rubrique «restrictions»).

Mais le paradoxe n’est qu’apparent. Ces rappels administratifs dans les usages sont le prix à payer pour la généralisation de l’arme.

Voici les pièces complètes du dossier.
À vous de les comparer.

Précisions
À propos du nombre de lanceurs de balles de défense dans la police
(cf. graphique de l’onglet «En savoir plus»)

Le total du parc 2010 comprend les armes en dotation, celles destinées à la la formation, les armes cassées ou en réparation. On les retrouve principalement dans les Directions départementales de la Sécurité Publique et «anecdotiquement» en Police Judiciaire.

Selon une source policière, le Bureau de l’armement de la police aurait procédé en février denier à un rappel en catimini de la quasi-totalité du parc des LBD 40×46 Exact Impact. Direction Limoges: l’atelier central logistique de la police nationale. Système de visée? Revu. Munitions? Mise en place de projectiles «moins vulnérants, plus souples pour les opérations de Maintien de l’ordre» selon notre source, qui a suivi la révision de près.

À propos des tableaux investissements et dépenses totales (ci-dessus)

Sources :
*Service interne de communication de la police (Ministère de l’intérieur)
*Procédure d’évaluation du LBD 40×46 (non daté, Bureau de l’armement et des matériels techniques de la Police Nationale)
*Rapport relatif à l’exécution sur l’exercice 2005 de la loi d’orientation et de programmation pour la sécurité intérieure du 29 août 2002 (septembre 2006, n°IGA : 06-064-01 LOPSI, p.75)

Merci au Groupe de travail du 27 Novembre pour sa précieuse aide.

Pour en savoir plus
* Groupe de travail du 27 novembre, groupe d’expertise sur les LBD
* Ministère de l’Intérieur.
* Verney-Carron, fabricant du Flash Ball SuperPro.
* Brugger & Thomet, fabricant du Lanceur 40×46 Exact Impact.

Enquête : David Dufresne [davduf.net]
Design : Fred Bourgeais Upian [upian.com]
Développement : OWNI

Laisser un commentaire

  • Media Hacker le 24 novembre 2010 - 23:12 Signaler un abus - Permalink

    <3 davduf

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Denis le 25 novembre 2010 - 1:02 Signaler un abus - Permalink

    C’est bien de balancer des docs mais pourquoi en rendre la consultation alambiquée en éloignant au max la sélection des docs de leur contenu ? Les onglets auquel il est fait référence dans le texte sont invisible, il s’agit de liens, pas d’onglets. Ergonomie de consultation limite barbante.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • wilnock le 25 novembre 2010 - 6:24 Signaler un abus - Permalink

    Bravo a toute l’equipe pour la compilation de ces documents.
    J’ai en effet mis 3 minutes a comprendre l’application… que les documents en haut sont reproduit en bas…

    Je me suis pourtant concentre sur la zone centrale qui m’a suffit a comprendre:
    – qu’une arme de categorie 4 a mis 7 ans a etre experimente, avant introduction definitive, alors qu’une arme de categorie 1 n’a ete teste que pendant 2 ans.
    – que le cadre d’utilisation auparavant pour les prise d’otages, a evolue aux attroupements (apero facebook?)

    Et enfin, pour en savoir plus, faut aller voir davduf, et la masse de travail qu’il realise

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fabien le 26 novembre 2010 - 8:13 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    Je suis assez surpris de voir cette “révélation” de documents que je considère comme désuète. Sur le modèle de wikileaks tu nous balance des documents parfaitement valides et sans aucune infraction. On est bien loin de la circulaire visant à expulser prioritairement les roms en dehors de nos frontières.

    Surpris également parce que ton travail est habituellement bien meilleur.

    Bonne journée.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • David Dufresne le 26 novembre 2010 - 8:51 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour Fabien,

    Petite précision: je crois qu’en contextualisant, nous ne «balançons» rien. Nous mettons à la disposition de tous un outil de comparaison. C’est la forme et le nombre, ici, qui importent.

    Et c’est justement parce que ces documents sont «parfaitement valides et sans aucune infraction», pour reprendre tes dires, qu’ils sont… notables.

    Un des titres de travail de cet application était: «Les Flashballs, c’est la police qui en parle le mieux». Nous voulions comprendre et décortiquer les logiques à l’œuvre dans la police autour de ces «lanceurs de balles de défense» qui prennent une importance de plus en plus considérable.

    C’est pourquoi nous sommes restés sur les textes et rien que les textes dont la plupart demeuraient, jusqu’à hier… confidentiels.

    Cordialement.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • gaudefroy le 4 décembre 2010 - 13:58 Signaler un abus - Permalink

    Tout ça n’est pas très convaincant.
    L’enquête de spécial investigation partie interviewer le manufacturier verney-carron va beaucoup plus loin (on y apprend que la police expérimente le lanceur de 40 lors des dernières manifs):
    http://www.agoravox.tv/actualites/societe/article/attention-flash-ball-28454

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • David Dufresne le 4 décembre 2010 - 15:00 Signaler un abus - Permalink

    @gaudefroy: en effet, le reportage de Spécial Investigation est particulièrement fouillé.

    Vous trouverez dans les circulaires que nous rendons disponibles ici pour la première fois des éléments qui viennent, justement, corroborer cette enquête de Canal +…

    Pour notre part, notre parti pris était d’examiner à la loupe la seule parole policière…

    Bien à vous.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jmplouchard le 7 juin 2011 - 15:28 Signaler un abus - Permalink

    Il faut avoir fait cinq fois polytechnique pour pouvoir lire les documents ? C’est plus compliqué qu’une notice de flasball.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
2 pings

Derniers articles publiés