Ebook : le cahier de l’OpenData 2010

Le 27 décembre 2010

Acteur du datajournalism, Owni suit de près le mouvement open data. Les fortunes sont diverses selon les pays. Retour sur les avancées et les reculs de l'année 2010 en dix articles.

«Nous ouvrons les gouvernements» : si le slogan de WikiLeaks semble voir été entendu, au moins en partie par les gouvernements anglo-saxons, comme en témoignent les initiatives des Etats-Unis, de la Grande-Bretagne, de l’Australie et du Canada, la majeure partie des pays restent à la marge.

Ainsi, les pays européens peinent à suivre le mouvement de l’open data, malgré la mise en place de la directive européenne INSPIRE en 2007, et la France ne déroge pas à cette règle. Les politiques nationales, conservatrices en la matière, ont peu évolué depuis la loi du 17 juillet 1978 et restent aujourd’hui contradictoires et inégales selon les secteurs, orientées parfois vers un mouvement de fermeture, comme en témoigne la récente loi Loppsi2.

Les initiatives les plus poussées se développent au niveau local, Bretagne en tête, et le mouvement de l’open data est d’abord porté par les citoyens, les journalistes, les universitaires et les communautés open source.

Que les gouvernements le veuillent ou non, le mouvement de libération des données est lancé et c’est à nous de les encourager à aller vers plus de transparence et d’ouverture pour le bénéfice de nos démocraties.

Libérez les données !

Laisser un commentaire

5 pings

Derniers articles publiés