[APP] Mémorial des morts aux frontières de l’Europe

Le 18 février 2011

Plus de 14 000 réfugiés sont "morts aux frontières" de l'Europe depuis 1988. Afin de mesurer l'ampleur de cette "guerre aux migrants", OWNI propose un mémorial, sous forme de carte interactive.

Plus de 5 000 réfugiés ont débarqué à Lampedusa, île italienne située entre Malte et la Tunisie, depuis le début de l’année. La situation est d’autant plus critique, souligne l’Organisation internationale pour les migrations (OIM), que l’île, forte de 5 000 habitants, ne peut a priori accueillir que 800 réfugiés.

Dans un communiqué, United for Intercultural Action, une ONG de défense des droits des migrants et des réfugiés, rappelle de son côté que depuis 1993, 857 réfugiés au moins sont morts en tentant de rejoindre Lampedusa. Depuis le début de l’année, United a d’ores et déjà recensé 6 morts, et 31 disparus, un bilan qui risque fort de s’aggraver, si l’on en croit ce qui s’est passé le 11 février dernier :

Des garde-côtes tunisiens ont été vus en train d’éperonner délibérément un bateau ironiquement nommé “Liberté 302″ et transportant 120 passagers jusqu’à le scinder en deux; les corps de 5 migrants ont à ce jour été récupérés, mais il en manque encore des dizaines.

United, qui compile depuis 1992 articles de presse et signalements effectués par des ONG, journalistes, universitaires, sources gouvernementales, etc., a dénombré plus de 14 000 “morts aux frontières de l’Europe” depuis 1988.

La majeure partie, plus de 11 000, sont morts avant même d’entrer sur le territoire européen, dont 4 696 en Afrique. Près de 10 000 sont morts noyés, dans la Méditerranée, lors du naufrage de leurs bateaux, mis à l’eau par leurs passeurs, en pleine mer ou à l’approche de la côte, ou fuyant les policiers qui cherchaient à les interpeller.

  • 864 sont morts de soif ou de faim, la majorité, perdue dans le désert, ou dans une embarcation à la dérive,
  • près de 300 sont morts étouffés dans un camion,
  • 254 ont été assassinés,
  • plus de 250 écrasés en traversant une route ou en tombant d’un camion,
  • 215 sont morts de froid,
  • 138 des 335 suicidés ont opté pour la pendaison, 4 sont morts en grève de la faim et 33 par immolation.

No Border, de son côté, en répertorie 3899, mais Fortress Europe, dont la base de données remonte à 1988, 14 921, dont 10 952 en mer, et 1 691 dans le désert du Sahara…

Cette disparité de chiffres montre bien qu’il est impossible de recenser réellement la totalité des migrants morts pour avoir voulu trouver refuge en Europe. United estime d’ailleurs que le chiffre réel pourrait être trois fois plus important.

14 000 en Europe, plus 4 500 aux Comores

Pour s’en convaincre, il suffit de voir qu’United ne recense ainsi que quelques dizaines de morts à Mayotte, là où Fortress Europe en répertorie de son côté 629, noyés pour la plupart en voulant passer des Comores à la collectivité d’outre-mer française, et alors même qu’un rapport sénatorial datant de 2001 “estime à 4.000 le nombre de morts dus à des naufrages de Kwasa-kwasa, ces barques souvent surchargées servant à transporter des clandestins…” le site Stop Kwassa avançant, de son côté, le chiffre de 4500 morts noyés.

D’après un rapport [pdf] de la Cour des comptes, la situation se serait depuis quelque peu améliorée : “quatre naufrages par an en moyenne depuis 2007 sont à déplorer. Les disparitions et décès en mer sont élevés quoique en diminution (64 en 2007, 47 en 2008, 35 en 2009)“. Mais le rapport note cependant que “cette forte pression migratoire risque de s’accroître encore sous l’effet de la départementalisation“.

De plus, nombreux sont les morts qui ne sont pas répertoriés, parce que leurs corps n’ont pas été retrouvés, ou que leur mort a été cachée, comme ce fut le cas lors d’une terrible tempête dans la nuit de Noël 1997, où 283 personnes périrent noyées au large de la Sicile après que leur rafiot fut éperonné par un bateau-poubelle lui aussi rempli de candidats à l’exil. La tragédie ne fut révélée qu’en 2001, lorsqu’un pêcheur brisa l’omerta. Canal+ vient d’ailleurs d’y consacrer un reportage, Méditerranée : Enquête sur un naufrage fantôme.

Pour mieux prendre la mesure de cette tragédie, OWNI a contacté l’ONG United, qui a bien voulu lui transmettre une copie de sa base de données, où elle recense tous ces morts aux frontières, classés par dates, pays, et causes des décès, afin d’en dresser une carte interactive qui vous permettra, en cliquant sur les noms des pays, ou les causes des décès, de suivre leur évolution au fil du temps, mais également de consulter chacun des faits et histoires répertoriés par United.

Cartographie : Olivier Clochard (Migreurop)

Paradoxalement, les “morts aux frontières de l’Europe” meurent essentiellement en Méditerranée, et en Afrique, ce que montrent bien les nombreuses cartographies déjà produites par le Monde Diplomatique; la première en 2004, la seconde en 2010 (voir aussi ce résumé de l’évolution de la situation, et le formidable travail graphique d’Elise Gay à ce sujet).

Cartographie : Philippe Rekacewicz (Le monde diplomatique)

Certains se souviennent peut-être de ces 58 Chinois découverts morts étouffés dans un camion à Douvres, en juin 2000. La lecture de la base de données montre à quel point leur cas est loin d’être isolé. Et parce qu’il ne peut être question que de chiffres, de statistiques, de courbes et de graphiques, voici, compilées, quelques-unes de ces histoires de réfugiés “morts aux frontières de l’Europe“, témoignant de la brutalité et des ravages causés par ce que plusieurs ONG d’aide et de défense des migrants n’hésitent pas à qualifier de “guerre aux migrants“.

On l’a vu, la majeure partie des migrants meurent noyés. L’une des pires tragédies se déroula le 29 mars 2009, lorsque trois embarcations de fortune, en partance pour l’Italie, coulèrent au large de la Libye. D’après l’Organisation internationale pour les migrations, plus de 300 hommes, femmes et enfants auraient péri dans le naufrage, mais le chiffre serait en fait bien plus important, à en croire le témoignage d’un survivant, qui expliqua aux autorités libyennes que le bateau dans lequel il était monté, censé accueillir 75 personnes, en avaient embarqué 365.

235 migrants tués par les policiers

Les noyades ne sont pas toutes forcément dues aux mauvaises conditions climatiques, ou au surpeuplement des embarcations. Ainsi, en mars 1997, 87 Albanais se noient après que leur embarcation soit entrée en collision avec un bateau militaire italien. En mai 2000, 32 réfugiés meurent dans le naufrage de leur embarcation près de Tanger : les autorités ne font rien pour les secourir. En 2008, 36 Africains -dont 4 bébés- meurent noyés après que les garde-côtes marocains aient crevé d’un coup de couteau leur canot pneumatique…

En août 2002, 16 Africains meurent noyés après que leur bateau ait chaviré lors d’une manœuvre destinée à échapper au contrôle du Système Intégré de Surveillance Extérieure (S.I.V.E.), monstre des mers et “dispositif très complexe de surveillance des frontières intégrant bandes vidéo, liaison satellitaire, radars, caméras thermiques et infrarouges, appuyé par des unités d’intervention par hélicoptères et maritimes“.

Nombreux sont également ceux qui meurent de froid, de soif ou de faim. En octobre 2003, on retrouve 5 cadavres, morts de froid, dans un camion frigorifique incendié, puis 12 Somaliens, morts de froid et de faim, dans un bateau parti de Libye vers Lampedusa, après avoir passé 20 jours sans manger. Le capitaine est par ailleurs accusé d’avoir jeté 50 autres cadavres par-dessus bord.

En août 2008, 56 subsahariens meurent de soif dans le Sahara après y être restés bloqués 10 jours sans eau suite, à une panne d’essence. En janvier 2010, L’Espresso avait ainsi publié cette vidéo où l’on voit, à la fin, deux Africains déshydratés, mais en vie, et la triste cohorte de tous ceux qui, par contre, n’ont pas survécu à leur traversé du Sahara [attention : images explicites].

Plusieurs centaines de réfugiés ont par ailleurs été les victimes directes des dispositifs mis en place pour leur interdire l’entrée sur le territoire européen, à l’instar de ces 11 réfugiés morts brûlés dans l’incendie d’un centre de rétention à l’aéroport Schiphol, aux Pays-Bas :

  • 73 personnes sont mortes dans des champs de mines,
  • 63 ont été tuées, ou sont portées disparues, après leur déportation,
  • 110 sont mortes dans des centres de rétention,
  • 48 en garde à vue, et 57 en prison… alors même qu’elles étaient pourtant censées être, sinon sous la protection, tout du moins sous la responsabilité des autorités.

Fortress Europe estime que 235 migrants sont morts tués par des policiers aux frontières, “dont 37 aux enclaves espagnoles au Maroc, Ceuta et Melilla, 50 en Gambie, 75 en Égypte et 33 en Turquie, le long de la frontière avec l’Iran et l’Iraq. Ainsi, en septembre 2003, Vullnet Bytyci, un Albanais de 18 ans, est tué par un garde-frontière grec, ce qui lui valu d’être condamné à une peine de deux ans et trois mois d’emprisonnement avec sursis. Amnesty International avait dans la foulée dénoncé 6 autres affaires révélant les “mauvais traitements” auxquels furent soumis plusieurs autres réfugiés, battus, roués de coups et dépouillés, par des garde-frontières cette semaine-là.

Le 8 octobre 2009, entre 6 et 38 Somaliens sont tués par les policiers libyens en tentant de fuir le camp où ils étaient internés. Déjà, en septembre-octobre 2000, 560 étrangers avaient été tués par les autorités libyennes lors d’affrontements racistes.

Tschianana, Mariame, Israfil, Manuel, Osamyia et les autres

Si la quasi-totalité de la base de données porte sur des anonymes, quelques entrées comportent les noms et prénoms de certains de ces “morts aux frontières“. Occasion, sinon de mettre un visage, tout du moins d’humaniser quelque peu cette longue litanie.

  • En 2004, Tschianana Nguya, une Congolaise de 34 ans, malade, enceinte et maman de deux enfants de 2 et 10 ans, est arrêtée en allant se soigner, et renvoyée dans son pays par les autorités allemandes. Immédiatement arrêtée par la police, internée dans un camp militaire, elle meurt, et son bébé avec, en accouchant, laissant son mari, et son plus grand fils de 16 ans, “quelque part en Europe“.
  • En janvier 2003, Mariame Getu Hagos, un Somalien de 24 ans, meurt dans l’avion qui le reconduisait en Afrique après que les policiers français aient “usé de la contrainte” pour l’empêcher de se débattre.
  • En mars 2003, Israfil Shiri, un homosexuel iranien de 30 ans, s’immole après s’être vu refuser l’asile en Grande-Bretagne, où il était arrivé caché dans un camion en 2001.
  • En juillet 2005, Laye-Alama Kondé, soupçonné de trafic de drogue et conduit au commissariat de Brême, est menotté à une chaise par deux policiers qui le forcent à avaler des vomitifs, et meurt noyé dans l’eau qu’on le force à ingérer pour pomper le vomitif.
  • En septembre 2005, Manuel Bravo, 30 ans, se suicide par pendaison dans le centre de rétention britannique où il était interné avec son fils de 13 ans après avoir appris qu’il allait être renvoyé en Angola, afin de lui éviter la déportation : en Grande-Bretagne, les mineurs de moins de 18 ans isolés ne peuvent être expulsés.
  • En septembre 2007, Osamyia Aikpitanhi, un Nigérian de 23 ans meurt étouffé par le bâillon que les policiers lui avait mis pour qu’il ne les morde pas dans l’avion qui le reconduisait de l’Espagne au Nigéria.
  • En ce même mois, Chulan Lui, une Chinoise de 51 ans se défenestrait en voulant fuir la police.

D’après la base de données d’United, une cinquantaine d’autres réfugiés sont ainsi morts, “de peur“, en fuyant les autorités.

La révolution, c’est bien, mais de loin

Confronté à l’afflux massif de réfugiés tunisiens à Lampedusa, le gouvernement italien a laissé entendre que des criminels en fuite et des terroristes se faisaient passer pour des demandeurs d’asile, et qu’il fallait “bloquer le flux” des migrants. De son côté, la France a indiqué qu’elle n’accueillerait que des “cas marginaux“.

Le réseau Migreurop, créé en 2002 suite à un séminaire sur « l’Europe des camps » par des militants et chercheurs “dont l’objectif est de faire connaître la généralisation de l’enfermement des étrangers dépourvus de titre de séjour“, dénonce lui aussi la tournure que prend l’accueil des réfugiés tunisiens à Lampedusa :

Brandissant l’argument de l’invasion et de la menace terroriste, l’Italie, qui a déclaré l’état d’urgence humanitaire, réclame l’intervention immédiate d’une mission de l’agence Frontex pour patrouiller au large des côtes tunisiennes et intercepter les embarcations de migrants.

Le réseau Migreurop s’interroge sur les raisons qui ont permis le passage, en quelques jours, de plusieurs bateaux des migrants dans cette zone de la Méditerranée qui était “verrouillée” depuis plusieurs mois à la suite d’accords de coopération conclus entre l’Italie, la Libye et la Tunisie pour le contrôle des frontières maritimes. Qui a intérêt à faire peser la menace du désordre ?

Plutôt que les patrouilles de Frontex et les accords de réadmission, c’est la levée des contrôles migratoires qui doit célébrer le souffle de liberté venu de Tunisie et d’Égypte.

Pour éviter la répétition des tragédies passées, United appelle de son côté le gouvernement italien et les autorités européennes à cesser d’exploiter le spectre d’une explosion de l’immigration maghrébine, et d’appliquer la résolution 1637 du Conseil de l’Europe sur l’accueil des boat people :

Une chose est de soutenir la révolution tunisienne, une autre est de l’accompagner jusqu’à ce que la paix et la stabilité soient restaurées, ce qui inclut le respect des droits de l’homme des Tunisiens, et leur droit fondamental de demander asile.

Carte réalisée par Marion Boucharlat au design et James Lafa au développement. Merci à eux.

Voir aussi la “une” d’OWNI consacrée à ce sujet, et notamment l’entretien avec Claire Rodier, de Migreurop et du Gisti : La liberté de circulation s’impose comme une évidence.

Laisser un commentaire

  • Zaidou le 18 février 2011 - 19:20 Signaler un abus - Permalink

    Ce qui se passe à Mayotte ile occupée en violation des résolutions onusiennes qui considèrent que Mayotte est comorienne est hallucinant. Il faut réagir

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Fabien le 19 février 2011 - 14:15 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour cette carte. Les chiffres rééls doivent cependant être plus élevés, car la méthode est de se référer a la presse pour compter les morts.

    Je reviens de la région d’Evros, à la frontière gréco-turque, et la police compte 10 morts de froid dans cette région pour la seule année 2009, à comparer aux 2 morts de froid pour l’ensemble de la Grèce sur toute la période considérée.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Yannick Comenge le 21 février 2011 - 10:51 Signaler un abus - Permalink

    On se pose la question pour l’Union pour la Méditerranée. Est elle juste une fortification contre l’immigration… avec tout ce que cela implique. J’aimerai bien qu’Ovni se penche sur le meme problème consernant les illégaux d’Amérique centrale sur la frontière texane. A une époque, des chercheurs voulaient mettre au point des sortes de mines “électriques”, lorsqu’elles auraient été activées meme en plein déserts elles auraient été prévues pour envoyer des flash de types Taser dans toute les directions… idée assez problématique car en plein désert…

    Excellent billet, il faut se demander si c’est pas plutot un tribunal international qui doit juger de cette politique d’immigration. Car on tue en notre nom et au nom de nos républiques et dans la plus grande indifférence, le plus grand silence.

    Enfin, quel destin. Je me souviens avoir interagi avec des afghans pourchassés par Besson. Leur sort a été médiatisé. Ils ont été renvoyé à Kaboul. L’un d’entre eux pourtant avait souvent servi d’interprete pour les journalistes qui couvraient l’affaire. Je ne sais pas si son sort a été revu et corrigé mais aux dernières nouvelles il était dans un “pays pacifiés”. L’autre point concernant ces jeunes afghans de 15 ans qui étaient drivés par une jeune femme très courageuse dont j’ai oublié le nom… on a communiqué sur un logement transitoire… ils étaient 4OO, on a donc donné 150 places… J’ai cru comprendre que l’ordre dans ce batiment passait par des corrections physiques menée par des mollosses qui s’occupaient de la sécurité… curieux, que des gamins de 15 ans soient tabassés pour leur bien… enfin, c’est des témoignages que j’ai eu sur ce sujet là…

    On a peut etre donc des “frontières interieures” à abattre. Rappelez vous d’ailleurs d’une interview de Maitre Verges qui balança qu’une politique avait feté au champagne le fait d’avoir tué sur l’autoroute un illégal… il avait dit cela dans une émission TV… combien sont ils à subir un sort terrible???

    Enfin, n’oublions les guerres entre mafieux qui controlent des autoroutes, des routes, de voies… là, cela tue encore… pour qui encore? des négriers qui laissent croire que l’avenir est au bout d’un voyage.

    Bel article sinon ;)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Almape le 22 février 2011 - 9:37 Signaler un abus - Permalink

    On n’arrête pas le progrès dans l’ignominie. Le rideau de fer soviétique, y compris le mur de Berlin, était dix fois moins meurtrier que le rideau législatif européen.Regardez les chiffres sur Wikipédia.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Pedro le 6 mai 2014 - 2:21 Signaler un abus - Permalink

      dit :Merci ^^Pour le micro, j ai tout mis e0 fond mais je n ai pas utilise9 un loiicgel de9die9 pour l enregistrement audio et faire un peu de post prod dessus (nettoyer le son, augmenter le volume surtout que je peux utiliser quelque chose en guise d ampli).

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Lafrite le 27 février 2011 - 22:20 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour ce site, j’ajouterais quelques précisions.
    En France, le jeune Malien qui s’est jeté dans la Marne le 5 avril 2008 pour échapper à un contrôle de police s’appelait Baba Traore.
    Et on a oublié de mentionner le jeune yougoslave de 8 ans Todor Bogdanovic, tué par un policier à Sospel alors qu’il dormait à l’arrière de la voiture avec laquelle ses parents entraient en France, le 20 août 1995.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre le 13 juillet 2012 - 0:39 Signaler un abus - Permalink

    Vraiment très bon boulot

    1 remarque et 1 question cependant :
    Vous utilisez les termes réfugiés et migrants dans l’article. Ne serait-il pas plus approprié de parler uniquement de migrants pour ces personnes dont le potentiel statut de réfugié, n’a de facto, de toute façon pas pu être établit par les pays d’accueil dans la plupart des cas. Et du coup je me pose aussi la question de savoir quel part de ces migrants auraient pu être considérée comme clandestins. Au sens de entrés illégalement sur le territoire. Et la part qui aurait pu être considérée comme réfugiés.

    Aussi, avez vous une idée du pourcentage que cela représente par rapport au nombre total de migrants illégaux en Europe ? chiffre lui aussi bien entendu difficile à chiffrer j’imagine.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • tala le 6 avril 2013 - 19:09 Signaler un abus - Permalink

    mon fils etait au poste de police de paleo kastritsa a kerkyra en grece.il avait 21 ans .c.etais en decembre 2010.3ans aucune reponce.je veux connaitre la verité ou est il mort assassiné?JE SUIStres triste et malade

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
29 pings

Derniers articles publiés