Paris, l’arme secrète de Kadhafi

Le 4 mars 2011

Dès 1999, bien avant la levée de l'embargo sur les armes de 2004, le groupe Thales a négocié des ventes d'armes avec le colonel Kadhafi. Une enquête OWNI.

Officiellement, aucun pays d’Europe n’a cherché à vendre des armes à la Libye avant la levée de l’embargo par l’Union Européenne, le 14 octobre 2004. Mais des documents obtenus par OWNI.fr révèlent que la France, de son côté, a cherché à fournir des matériels de guerre à Tripoli longtemps avant cette décision, en 1999. En toute discrétion. Et donc en contradiction avec les résolutions internationales de l’époque.

Cette découverte tranche avec les récents propos du porte-parole du ministère de la Défense, Laurent Teisseire. Qualifiant d’ « extrêmement mineure », la coopération entre les deux pays dans le domaine de l’armement, lors d’un point presse du 24 février dernier. À en croire ses déclarations, cette relation industrielle remonterait à 2007.

Les procès-verbaux de réunions que nous avons obtenus décrivent pourtant des discussions secrètes tenues les 13 et 14 février 1999, à Tripoli, entre les représentants du groupe d’armement français Thales (dénommée Thomson-CSF à cette époque) et l’état-major militaire du Colonel Kadhafi.

Le gouvernement Jospin

Comme le précise le document ci-dessus, les réunions ont été organisées « avec l’autorisation du gouvernement français », à l’époque dirigé par le socialiste Lionel Jospin, Premier ministre, avec Alain Richard au ministère de la Défense. Et elles se sont déroulées en présence de Jean-Paul Perrier, président de Thales International, la filiale chargée des exportations. Ainsi que du général Abdel Rahman Esseed. Cet officier supérieur de l’armée libyenne dirigeait alors le département chargé des acquisitions ; avec pour principale préoccupation d’obtenir des pièces détachées de nature à maintenir à niveau les différents régiments, malgré l’embargo qui frappait la Libye.

À cette période, les militaires du régime libyen exprimaient surtout le désir de mettre leur équipement aérien à niveau. À ce titre, ils demandaient à Thales de moderniser les systèmes électroniques des Mirages F1 (du groupe Dassault) acquis jadis à la France.

Ventes d’armes

Une requête qui sera effectivement satisfaite. Les appareils de ce type en service dans l’armée de l’air libyenne ont été rénovés par Thales. En 1999, le calendrier de ces tractations secrètes suivait de près l’évolution des procédures judiciaires menées à Paris dans le cadre de l’attentat contre le DC-10 d’UTA, perpétré dix ans plus tôt. Elles intervenaient en effet à la veille de la condamnation de la Libye pour cet acte terroriste. Le 10 mars 1999, la Cour d’Assises de Paris reconnaissait la responsabilité de l’État libyen et de plusieurs agents de renseignement libyen dans l’organisation de cet attentat. Les familles des victimes savaient ainsi à quoi s’en tenir.

L’une d’elles en tirait les conséquences juridiques qui s’imposaient et le 15 juin 1999 déposait une plainte visant directement le Colonel Kadhafi. Comme commanditaire de l’attentat. Le parquet de Paris s’opposera avec constance à ce nouveau développement, et après plusieurs années de querelles de procédure, la plainte sera écartée par la Cour de cassation, en mars 2001. Dès janvier 2004, quelques mois avant la fin de l’embargo, Thales et la Libye donneront un contour un peu plus officiel à leurs relations, comme le montre le procès-verbal de cet autre entretien.

Cette antériorité dans les négociations explique peut-être l’accueil chaleureux que réservera un an plus tard le colonel Kadhafi à la ministre française de la Défense Michèle Alliot-Marie. Lors d’un déplacement effectué à Tripoli en février 2005. Dans son très bon « Armes de corruption massive », sorti ces jours-ci aux éditions La Découverte, le journaliste Jean Guisnel décrit la scène, à laquelle il a assisté. Le colonel Kadhafi salue la ministre et s’enquiert illico de la forme de son mari, Patrick Ollier. Lobbyiste des intérêts libyens à Paris et actuel ministre chargé des relations avec le Parlement.

Contactés dans le cadre de cet article, ni le groupe Thales ni le ministère des Affaires Étrangères n’ont répondu à nos questions.

Crédits photos CC FlickR jmiguel.rodriguez

Retrouvez notre dossier ainsi que l’ensemble de nos articles sur la Libye.

Laisser un commentaire

  • stephane le 5 mars 2011 - 21:33 Signaler un abus - Permalink

    Pour la rencontre dont vous parlez survenue en Fevrier 2005 avec Alliot-Marie, il est possible effectivement qu’il y ait un rapport avec ces contrats, c’est marrant parce qu’en lisant ce soir cet article, ça m’a fait penser à un document que je lisais cet après midi et qui pourra permettre eventuellement de completer les infos sur cette rencontre :

    http://www.libyaninvestment.com/index.php?option=com_content&view=article&id=71904&catid=42:libya-auctions&Itemid=54

    Je conseille vivement la lecture de ce site pour avoir une vue d’ensemble de tous les partenaires confirmés/potentiels de la Lybie. Les contrats avec les dates sont précisées, notamment la rencontre avec Tony Blair là aussi pour un contrat de vente d’armes (mais après la levée de l’embargo lui, ce qui ne rend pas ce contrat plus sympathique pour autant).

    commencer de preference par la dernière page.

    Merci pour votre article, très instructif. La révolte dans les pays arabes a ce côté rigolo de montrer que notre monde est construit sur une base d’une hypocrisie extraordinairement developpée, c’est un de ses mérites.
    Et la suite risque d’être particulièrement amusante, principalement pour la droite qui evidemment n’a absolument pas les moyens de respecter les principes pour lesquels elle se bat, soi-disant.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • walter le 6 mars 2011 - 13:23 Signaler un abus - Permalink

    Comment se fait il qu’il faut lire la presse étrangère en l’occurence La Repubblica (Italie) pour apprendre que les avions dont se sert Khadafi sont des Mirage??????Dans la presse française, c’est le consensus motus et bouche cousue !!Quid des canons , des chars ?? C’est beau de faire aujourd’hui de l’humanitaire, de dire aujourd’hui que Khadafi “est fou”. Alors , on a vendu des armes de destruction massive à un fou???Merci de répondre et de réagir car je ne suis pas sûr de mes informations…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • bob le 6 mars 2011 - 23:31 Signaler un abus - Permalink

    Owni.fr pourrait faire un résumé complet des financements des industries d’armement françaises ?

    c’est bien beau de dire que c’est mal de vendre des armes à l’autre andouille, mais en Corée du Sud : le F-15 a été préféré pour des raisons diplomatiques, pour les ravitailleurs : ça sent la magouille, …

    on est un peu le dindon de la farce avec l’aide de nos gentils alliés de toujours.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Piotr le 7 mars 2011 - 10:53 Signaler un abus - Permalink

    (qwerty)De belles magouilles revelees au grand jour…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • éric le 7 mars 2011 - 11:08 Signaler un abus - Permalink

    C’est quoi ces “pseudo-documents” ?

    « … entre THALES et le Department Du procurement Miltiraire. »

    Vraiment ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ser le 7 mars 2011 - 12:32 Signaler un abus - Permalink

    J’avoue que cela doit être des documents ratés ou abandonnés suite à une relecture. Mais effectivement, on peut voir diverses fautes dans le doc en français.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Reza le 7 mars 2011 - 19:42 Signaler un abus - Permalink

    Oh Lala! Quelle catastrophe! mais il ya rien de nouveau, France a vendue la’armee a Saddam, Ben Ali, Mobarak…mais bien sure pour quoi pas a Ghadafi! merci la France!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • reborn le 9 mars 2011 - 0:43 Signaler un abus - Permalink

    Ceci n’est qu’un vulgaire fake, monté par je ne sais qui.
    Pour des papiers “officiels” ils sont un peu trop bourrés de fautes….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Richard V. le 17 mars 2011 - 10:19 Signaler un abus - Permalink

    Il ne casse pas trois pattes à un canard votre article… Et le titre est bien trop aguicheur par rapport au contenu!
    Au final vous nous dites que Thalès est allé en Libye – waouh quel scoop! Ils faisaient juste leur boulot pour ne pas se faire doubler par les anglais et les italiens (les plus actifs en terme de vente d’armes à la Libye). Chacun attendait la fin de l’embargo. Et puis vous n’avez aucune preuve qu’ils aient violé l’embargo sur les armes.
    Ce qui serait intéressant, ce serait de raconter comment vous avez obtenu ces documents…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Julien le 20 novembre 2014 - 11:31 Signaler un abus - Permalink

    c’est fou ce genre de magouille. Où est l’éthique dans tout ça. Je découvre cet article longtemps après sa publication, un peu par hasard en recherchant des articles sur tout ce que l’on ne sait pas sur nos gouverneurs…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Kelly le 15 février 2015 - 1:24 Signaler un abus - Permalink

    I think you have observed some very interesting details, appreciate it for the post.
    Kelly http://petronilabuswell.wordpress.com/2015/01/05/treatment-for-malignant-melanoma-of-the-foot

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés