Influence Networks: mode d’emploi

Le 11 avril 2011

OWNI présente Influence Networks, un répertoire ouvert et sémantique des relations entre personnalités, institutions et entreprises. Chaque élément est noté selon sa crédibilité, si bien que le bruit reste distinct du signal.

En octobre 2010, lors du Personal Democracy Forum de Barcelone, plusieurs journalistes d’investigation ont expliqué comment ils avaient débusqué des affaires de corruption en procédant à l’analyse de réseaux. L’un d’entre eux, Dejan Milovac, a enquêté sur un projet immobilier situé sur la côte du Monténégro. Il a décortiqué les réseaux financiers autour du projet et montré comment des politiciens locaux étaient de mèche avec les promoteurs qui saccagent le littoral. Le résultat se visualise ainsi :

Le schéma pourrait gagner en lisibilité. Par ailleurs, les relations exposées par cette enquête peuvent être utiles à d’autres journalistes travaillant sur des thèmes connexes. En l’état, difficile de réutiliser le travail de Milovac.

L’analyse de réseaux est un thème en vogue chez les médias et les ONG. Channel 4 entretien Who Knows Who, une base de relations entre personnalités britanniques. A Hong Kong, le South China Morning Post a lancé Who Runs HK ?, qui fonctionne de la même manière. Ces interfaces, bien que gérées par des journalistes, restent fermées et incompatibles avec les standards ouverts.

Du côté des geeks, le projet Little Sis est, lui, collaboratif et ouvert, avec son API. Il recense 57 000 personnes et près de 300 000 connexions. Seul problème : l’information présentée n’est pas validée et seul un système d’alerte (flag) permet de lutter contre la désinformation. Compte-tenu de la sensibilité d’un tel projet, les lobbys de tous poils auront tôt fait de manipuler le système.

Comment ça marche ?

Il manquait donc un outil d’analyse de réseaux d’influence à l’usage des journalistes qui soit à la fois ouvert et fiable. Influence Networks cherche à répondre à ce problème. La plateforme permet à quiconque d’insérer une relation dans la base de données (onglet add a relation). L’information insérée reçoit le statut de “rumeur” tant que personne n’a vérifié sa fiabilité.

L’onglet review a relation permet de vérifier la crédibilité des relations ajoutées par les autres utilisateurs. La relation est alors notée sur une échelle allant de rumeur à fait établi. La note reçue par la relation dépend également de l’indice de confiance (trust level) de l’utilisateur qui la vérifie.

Prenons un exemple. Mathias s’inscrit sur la plateforme. Il commence avec un trust level de 1 sur une échelle de 5. Il insère une relation sourcée, qui est ensuite validée comme un fait établi par un utilisateur possédant un trust level de 5. La relation obtient alors le statut de fait établi et le trust level de Mathias augmente de 0.5.

Mathias ajoute ensuite une autre relation sourcée, validée cette fois en tant que “fait établi” ci par Georges, qui a, lui, un trust level de 1. Cette fois-ci, puisque l’on ne sait pas quelle confiance accorder à Georges, la relation obtient un statut légèrement supérieur à celui de rumeur.

Aujourd’hui, alors que le projet vient d’être lancé, la base ne compte encore que peu de relations. Nous ajouterons dans les mois qui viennent une fonctionnalité d’ajout de relations en masse (une feuille de présence à un meeting, par exemple). Par ailleurs, les entités (personnes et organisations) que l’on peut mettre en relation sont celles offertes par freebase, une sorte de Wikipédia structuré dans un format compréhensible par l’ordinateur. Dès lors, si l’entité recherchée n’est pas disponible, il faut aller l’ajouter manuellement dans freebase [inscription nécessaire]. Là encore, nous allons ajouter une fonctionnalité permettant d’effectuer cette tâche au sein d’Influence Networks.

Investigation collaborative

L’objectif d’Influence Networks est, à terme, qu’un journaliste ou un groupe de citoyens engagés puissent définir un sujet d’enquête (les liens entre l’actionnaire majoritaire d’un groupe de cosmétiques et le gouvernement, par exemple) et collecter des informations de manière collaborative, sans passer un temps considérable à valider et vérifier les éléments reçus.

Les éléments collectés étant recueillis dans un format compréhensible par l’ordinateur et structuré de manière sémantique, les données peuvent être croisées et parler d’elles-mêmes. Une recherche entre les entités L’Oréal et gouvernement français, par exemple, aurait pu montrer directement les possibles conflits d’intérêts d’Eric Woerth en montrant qu’il était lié à la multinationale via sa femme.

L’outil n’est, bien sûr, pas adapté à de l’investigation réalisée à partir de documents confidentiels, mais il permet de structurer et de réorganiser l’information déjà publique. Et l’analyse d’origine source ouverte (OSINT) reste l’un des domaines les plus dynamiques du renseignement – et, partant, du journalisme d’investigation.

Open-source et international

Influence Networks est le fruit d’une collaboration entre OWNI, Transparency International, Zeit Online et l’Obsweb de l’université de Metz. Ce groupe a porté le projet et l’a présenté à deux concours de journalisme innovant. Nous n’avons pas été sélectionnés en finale du Knight News Challenge, mais sommes arrivés parmi les 75 premiers (sur plus de 1 500 candidats).

Nous faisons en revanche partie des 10 finalistes de l’Uutisraivaaja Challenge, concours similaire organisé par les finlandais de la Sanomat Foundation. La dotation de 10 000€ reçue nous permettra de rajouter plusieurs fonctionnalités et de continuer à rechercher des moyens de développer le projet.

Par ailleurs, le code de l’application est ouvert avec la licence MIT. N’hésitez pas à aller le décortiquer chez GitHub et à contribuer au développement de nouvelles fonctionnalités !

Laisser un commentaire

  • Pierre Bascoul le 11 avril 2011 - 18:03 Signaler un abus - Permalink

    Excellente initiative ! Ca reste encore grandement à peaufiner mais l’idée de base est prometteuse.

    nkb: merci!

    Juste:
    - Comment faire pour ajouter une entité ? Ou du moins proposer la création d’une nouvelle entité ?

    nkb: Il faut aller sur Freebase et se créer un compte. Modifier la base est ensuite très simple (sauf l’ajout d’entités). Quelle est la personne/organisation que vous souhaitez ajouter?

    - Ne peut-on pas imaginer une “map” complète de ces relations que l’on pourrait parcourir ? J’imagine que techniquement, ça doit être difficile…

    nkb: C’est prévu :-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Bascoul le 11 avril 2011 - 18:26 Signaler un abus - Permalink

    Hum, Freebase est basé sur en.wiki à ce que je comprends. Du coup des entités bien plus nationales comme Le Siècle (http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Siècle) ne sont pas intégrées à la base de donnée.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Benoît le 11 avril 2011 - 18:29 Signaler un abus - Permalink

    ce serais cool que vous le fassiez pour la société 22 mars, je voit déjà le lien entre le conseil général du Cher situé au centre de la france et le mouvement démocrate situé aux milieu du paysage politique.

    nkb: 22mars et le MODEM sont dans freebase, vous pouvez ajouter la relation ;-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Thomas le 11 avril 2011 - 19:12 Signaler un abus - Permalink

    Salut et merci pour cet article et ces explications.

    @nkb, tu mentionnes que les ONG utilises en ce moment l’analyse des réseaux mais tu ne mets pas de liens. En même temps, LittleSis semble porté par une ONG, mais aurais-tu d’autres exemples d’actions de sensibilisation illustrées par des interfaces développés par des ONG ?

    Merci !

    nkb: Je pensais au boulot réalisé par Ronny Patz, qui bosse avec Transparency Intl (http://polscieu.ideasoneurope.eu/) et qui travaille sur les lobbyistes qui tournent autour des institutions communautaires. C’est, entre autres, en discutant avec lui qu’est venue l’idée d’Influence Networks.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Bascoul le 11 avril 2011 - 19:44 Signaler un abus - Permalink

    Une dernière remarque: quid de l’ancienneté des relations ?

    Si je veux par exemple utiliser Influence Networks pour expliciter des relations de cartel dans le domaine de l’ampoule, il pourrait être intéressant d’avoir des précisions sur les dates de ces relations (cartel Phoebus début 20s, puis ses potentielles évolutions). Si Influence Networks doit devenir un outil d’investigation, il faut l’élargir à l’histoire…

    nkb: Il y a déjà la possibilité d’indiquer les dates de début et de fin des relations :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Bascoul le 11 avril 2011 - 21:19 Signaler un abus - Permalink

    Mea Culpa.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • @Raphv le 12 avril 2011 - 0:19 Signaler un abus - Permalink

    Bonsoir…

    Je ne sais pas si c’est propre à mon navigateur, mais j’ai quelques bugs quand je cherche à visualiser des gros réseaux (par exemple, celui de “Bilderberg Group”)…

    Petite question, lorsqu’on veut visualiser les connexions entre deux entités, est-on limité à ne voir de ponts que s’il y a des intermédiaires ayant des relations avec les deux autres, ou peut-on voir des relations à distance avec deux intermédiaires ou plus au milieu ?

    R.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • vincent le 12 avril 2011 - 15:19 Signaler un abus - Permalink

    Je rêvais depuis longtemps de ce système, vous l’avez fait ! Merci !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Vinch le 12 avril 2011 - 15:41 Signaler un abus - Permalink

    Ce système semble un peu génial :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • capdevilla le 12 avril 2011 - 17:58 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    Je trouve cette initiative très intéressante. Serait-il possible d’entrer en contact direct avec les concepteurs? Je peux peut-être proposer des solutions de financement.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Yves Tradoff le 12 avril 2011 - 21:52 Signaler un abus - Permalink

    Comment faire quand un individu n’est pas dans la base de données?

    nkb: Il faut aller dans Freebase et vous créer un compte. Là, vous tapez ‘Person’ dans la barre de recherche en haut à gauche, ce qui vous amènera sur cette page http://www.freebase.com/view/people/person. Cliquez ensuite sur le bouton ‘Add More Topics’ sur la droite et vous n’avez plus qu’à remplir les champs sur la personne que vous souhaitez ajouter.

    Nous travaillons à une interface plus simple pour ajouter des entités!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • (-) le 18 avril 2011 - 12:29 Signaler un abus - Permalink

    Pour des éléments de théorisation, voir aussi : http://www.raison-publique.fr/La-connaissance-et-la-praxis-des.html

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jf le scour le 21 avril 2011 - 18:44 Signaler un abus - Permalink

    la poésie… de la machine sémantique !
    vivement qu’il n’y est plus d’électricité
    on prendra de nouveau le crayon

    en attendant je prends le temps de parler à l’autre…
    c’est tout à fait plaisant d’échanger sur le bord du trottoir…
    http://ready.thecroute.com/2011/04/18/vous-dites-episode-n°3/

    bon d’accord je fais un sérieux blocage avec la machine et le réseau
    j’émets un doute sur cette croyance dans le code, la machine
    comme une suprématie que donnerait la statistique, le croisement des données

    un peu de poésie, d’intuition, de “gros nez”
    pour “élever” les idées
    non ?

    franchement voyez-vous un karl ou une rosa
    nous parler de la nécessité de stigmatiser le religieux chez la bourgeoisie dominante
    afin d’endormir les velléités du bon peuple ouvrier
    (cf la chronique du patron de médiapart sur france culture
    http://www.franceculture.com/player?p=reecoute-4147401#reecoute-4147401)
    avec le recours de votre machinerie sémantique ?

    et sans lancer freud ou lacan
    sur la piste du code…
    vous ne pensez pas qu’un bon esprit critique
    beaucoup d’indépendance
    et du temps ne suffisent à faire ce que votre collaboratif geek tente de numériser ?

    c’est peut-être le singulier contre la masse
    le singulier “inconscient” qui “dé-pense”
    la masse “numérique” qui “re-re-coupe” ?

    aller* quelle époque
    jf le scour

    *je sais, je sais, je revendique

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jf le scour le 21 avril 2011 - 18:50 Signaler un abus - Permalink

    petite erreur c’est lénine et non karl !!!
    dans le commentaire que je faisais juste avant

    jf le scour

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • kiki le 3 mai 2011 - 13:04 Signaler un abus - Permalink

    J’arreterai de pourrir le fb de mes amis pour faire mon role citoyen!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bateau occasion le 10 mai 2011 - 10:57 Signaler un abus - Permalink

    J’adore passer du temps sur votre site, j’apprends, je me divertis, bonne continuation !!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fred131 le 14 mai 2011 - 18:18 Signaler un abus - Permalink

    Très bizarre et compliqué pour rajouter des entrées dans freebase.

    Avec la sortie des déclarations d’intérêts du gouvernement j’ai voulu rajouter des liens, par exemple Longuet et Sokrates group, mais impossible de faire une nouvelle entrée dans freebase pour ce groupe de conseil.

    Pas très ergonomique tout ça

    fred131

    nkb: On travaille dur à améliorer l’interface! La possibilité d’ajouter directement des entités depuis Inluence Networks arrive dans quelques semaines. Abonne toi à https://www.facebook.com/influence.networks pour avoir les updates :-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
6 pings

  • [...] récemment OWNI a mis en ligne une application de crowdsourcing ayant pour but de constituer une base de données sémantique des [...]

  • [...] similitud semántica y la revisión manual gracias a la colaboración de los usuarios registrados (y sus niveles de confianza) son algunos de los puntos claves que facilitan el análisis, la transformación y la [...]

  • [...] Alors aujourd’hui nous parlerons d’un nouveau site ouvert en collaboration avec OWNI, Transparency International, Zeit Online et l’Obsweb de l’université de Metz. Ce dernier ce [...]

  • [...] on termine avec l’iniative crowdsourcing de la semaine avec Owni. Influence Networks se propose de dresser les réseaux d’influence des puissants via participation des [...]

  • [...] poursuivre l’aventure, l’article de Nicolas Kayser-Brill vous donnera un angle complémentaire et nettement moins technique sur le fonctionnement [...]

  • Réseaux Sociaux by stonehenge - Pearltrees le 16 décembre 2011 - 2:48

    [...] En octobre 2010, lors du Personal Democracy Forum de Barcelone , plusieurs journalistes d’investigation ont expliqué comment ils avaient débusqué des affaires de corruption en procédant à l’analyse de réseaux. L’un d’entre eux, Dejan Milovac, a enquêté sur un projet immobilier situé sur la côte du Monténégro. Il a décortiqué les réseaux financiers autour du projet et montré comment des politiciens locaux étaient de mèche avec les promoteurs qui saccagent le littoral. Influence Networks: mode d’emploi » OWNI, News, Augmented [...]

Derniers articles publiés