Pourquoi la planche à billets fait exploser les prix

Le 16 mai 2011

Derrière l'impression que le coût de la vie augmente régulièrement, le blogueur canadien Le Minariste retrouve l'un des fondements de l'inflation : l'augmentation permanente de la masse monétaire.

N’est-il pas fascinant que les prix ne cessent d’augmenter, d’année en année? Le phénomène de variation des prix, nommé inflation, est généralement mesuré par l’Indice des Prix à la Consommation (IPC) qui est calculé en suivant la valeur d’un panier de biens dans le temps. Si le taux d’inflation a été de 3% cette année, cela signifie que les prix de ce panier de biens ont, en moyenne, grimpé de 3%. Cela signifie aussi que le pouvoir d’achat du dollar a baissé de 3%, c’est-à-dire qu’il vous faudra dorénavant 3% plus de dollars que l’an passé pour acheter ce panier de biens1. Si votre salaire est demeuré stable, cela implique que vous êtes maintenant 3% plus pauvre que l’an passé.

Sur le site de la Banque du Canada, on peut s’amuser à calculer la valeur d’un panier de biens de $100 de 1914 à aujourd’hui (2010). Il apparaît qu’un tel panier de bien coûterait aujourd’hui $1,971. Sur cette période de 96 ans, le taux annuel d’inflation moyen a été de 3.15%. Cela implique que le pouvoir d’achat d’un dollar a diminué de près de 95% sur cette période!

Avez-vous déjà entendu l’expression « l’argent lui brûle dans les poches » ? Lorsque l’inflation est positive, cette expression est tout à fait juste! Mais en fait, ce n’est pas la monnaie qui brûle, mais seulement le pouvoir d’achat de celle-ci.

Pour comprendre comment l’inflation se manifeste, il faut d’abord comprendre le rôle de la monnaie dans l’économie.

La métaphore de l’île déserte

Supposons que trois naufragés sont sur une île déserte et se répartissent les tâches : l’un d’eux pêche du poisson à raison de 6 par jour, l’un d’eux transporte de l’eau douce d’une source au centre de l’île à raison de 6 portions par jour et l’un d’eux trouve des bananes à raison de 12 par jour.

Au début, les naufragés séparent les victuailles en trois parts égales. Cependant, leur problème est que leurs préférences sont différentes : certains préfèrent plus de poissons alors que d’autres préfèrent plus de bananes. Afin de pouvoir échanger les victuailles selon leurs préférences, les naufragés décident d’utiliser une monnaie d’échange. Ils décident d’utiliser un petit coquillage plutôt rare sur l’île. Après avoir ratissé la plage, ils en trouvent 24, ce qui leur en fait 8 chacun au départ.

Chaque jour, les naufragés vendent leur cueillette de la journée entre eux. Les prix s’établissent rapidement à 2 coquillages pour un poisson, 1 coquillage pour une banane et 2 coquillages pour une ration d’eau. Les denrées sont toujours vendues à la fin de chaque journée; rien n’est gaspillé, mais les prix peuvent varier en fonction des préférences du jour.

Un beau jour, durant son périple quotidien vers le centre de l’île, le naufragé responsable du transport de l’eau douce tombe par hasard sur un petit tas de 4 coquillages. Excité par sa découverte, il se présente au marché le soir avec l’intention de dépenser ses coquillages sur une troisième ration de poisson.

Comme le pêcheur n’a pas pêché davantage de poissons que d’habitude (6), tandis que le pêcheur veut se garder deux poissons et que le ramasseur de bananes en veut deux lui aussi, le porteur d’eau devra tenter de convaincre l’un des deux autres de consommer un poisson de moins qu’à l’habitude. Il offre donc au pêcheur 4 coquillages pour son troisième poisson.

Tout excité, le pêcheur accepte et utilise les deux coquillages supplémentaires pour s’acheter deux bananes pour compenser la perte alimentaire du poisson vendu. Cependant, le porteur d’eau désire toujours ses quatre bananes, tout comme le ramasseur de bananes. Le pêcheur devra donc convaincre l’un deux de diminuer sa consommation. Il réussit à obtenir les deux bananes supplémentaires en doublant le prix à 2 coquillages plutôt qu’un.

Si vous avez bien suivi l’histoire, vous aurez remarqué que 5 poissons ont été vendus pour 12 coquillages, ce qui fait un prix moyen de 2.40 par poisson, et que 10 bananes ont été vendues pour 12 coquillages, ce qui fait un prix moyen de 1.20. Ces nouveaux prix représentent une augmentation de 20% par rapport aux prix qui prévalaient auparavant.

Voici ce qu’il y a à retenir de cette petite histoire :

  • Les nouveaux coquillages trouvés ont fait augmenter la quantité de monnaie en circulation : ce qu’on appelle la masse monétaire. Le nombre de coquillages en circulation est passé de 24 à 28, soit une augmentation de presque 17%.
  • La quantité de biens à vendre n’a pas augmenté. Autrement dit, une augmentation de la quantité de monnaie ne signifie pas qu’il y a plus de richesse dans la société. Créer de la monnaie ne permet donc pas de créer de la richesse.
  • Cependant, l’apport de monnaie a modifié la répartition de la richesse entre les habitants de l’île. Le premier à avoir reçu la nouvelle monnaie est celui qui s’est le plus enrichi initialement : le porteur d’eau a eu droit à 3 poissons, 4 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur totale de 14 coquillages si on utilise les prix initiaux. Après lui, c’est le pêcheur qui a bénéficié le plus de la nouvelle monnaie puisqu’il a consommé 1 poisson, 6 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur de 12 coquillages en utilisant les prix initiaux. Le ramasseur de banane n’a consommé que 2 poissons, 2 bananes et 2 rations d’eau, d’une valeur de 10 coquillages en utilisant les prix initiaux.
  • L’impact principal de l’augmentation de la masse monétaire a été une augmentation des prix des biens sur le marché. Plus il y a de coquillages, plus les prix montent…

Vous aurez peut-être noté un détail à la fin : le ramasseur de bananes se retrouve avec les quatre coquillages supplémentaires. Il pourra donc les dépenser à sa guise le jour suivant. Cette situation est attribuable à la trop grande simplicité de mon histoire. Dans la « vraie » économie, il y a des millions de personnes qui transigent et des millions de biens et services à acheter. La nouvelle monnaie est donc répartie de façon plus diffuse que dans cet exemple.

Nous pouvons dores et déjà comprendre pourquoi les prix montent : parce que la masse monétaire est en constante expansion.

Dans un second article, nous essayerons de comprendre les tenants et aboutissants du système monétaire. Et notamment pourquoi il ne profite pas également à tous les citoyens mais favorise irrémédiablement les banques.


Article initialement publié sur le blog Le Minarchiste

Illustrations : Paternité Lew57

  1. NdE : l’auteur de cet article étant canadien, les valeurs sont ici exprimées en dollar… mais la théorie s’applique tout aussi bien en euros ou dans n’importe quelle monnaie []

Laisser un commentaire

  • zoupic le 16 mai 2011 - 15:21 Signaler un abus - Permalink

    Ca pourrait être intéressant de citer ce lien:

    L’île des naufragés:
    http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pit le 16 mai 2011 - 19:57 Signaler un abus - Permalink

    C’est très intéressant, mais est-ce applicable à une société complexe, au monde d’aujourd’hui ?
    Vous parlez de quelques habitants sur une île. Les limites ne font-elles pas de votre exemple un cas très théorique et qui ne dit pas grand chose de la façon dont cela passe dans le monde réel ?
    L’économie me dépasse, plus d’explications seraient bienvenues :-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • M.H. le 17 mai 2011 - 12:02 Signaler un abus - Permalink

    zoupic,

    “Ca pourrait être intéressant de citer ce lien:

    L’île des naufragés:
    http://www.michaeljournal.org/ilenauf.htm

    Mais moins intéressant que de suivre ceci :
    http://analyseeconomique.wordpress.com/2010/10/11/les-mensonges-de-largent-dette/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 17 mai 2011 - 15:59 Signaler un abus - Permalink

    @Pit

    Ce n’était que la partie 1 de ce dossier.
    Les parties suivantes vont vous éclairer davantage.

    Si vous ne pouvez attendre, les parties subséquentes sont déjà publiées sur mon blogue personnel:

    http://minarchiste.wordpress.com

    Voir l’onglet “L’essentiel” en haut de la page.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Libr le 17 mai 2011 - 20:33 Signaler un abus - Permalink

    Il est regrettable que dans cette histoire on ne dise pas que l inflation vienne uniquement de decison de l état et non d une economie en surchauffe comme on veut nous le faire croire
    A lire impérativement la petite bd – le royaume de moltz – de irwin schiff récemment traduit en français et dispo pour qq euros

    Libéralement votre

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Coline le 17 mai 2011 - 23:44 Signaler un abus - Permalink

    Mais est-ce que cet exemple ne s’adapte pas qu’à un système où l’on produit en quantité limitée, où l’on n’a pas la possibilité technique ou humaine, de produire davantage (et qui plus est à moindre coût) s’il y a plus de demande ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Blackness le 18 mai 2011 - 9:23 Signaler un abus - Permalink

    super article clair et précis, je pense qu’on devrait le faire lire aux enfants pour leur expliquer ce qu’est une monnaie et comment se font les échanges avec et ce que l’on entend par inflation.

    merci au redacteur

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 18 mai 2011 - 14:18 Signaler un abus - Permalink

    @ Libr

    “Il est regrettable que dans cette histoire on ne dise pas que l inflation vienne uniquement de decison de l état”

    Faux. L’inflation est aussi engendrée par le système bancaire à réserves fractionnaires. Ceci étant dit, c’est l’État qui a légalisé ce système au cours des siècles. J’ai aussi apprécié la BD de Schiff.

    @ Coline

    “Mais est-ce que cet exemple ne s’adapte pas qu’à un système où l’on produit en quantité limitée, où l’on n’a pas la possibilité technique ou humaine, de produire davantage (et qui plus est à moindre coût) s’il y a plus de demande ?”

    Non. Dans un système monétaire sain (l’étalon-or par exemple), les gains de productivité feront graduellement baisser les prix.Il n’y a aucun problème avec ça!

    @ Blackness
    Merci du compliment.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pit le 18 mai 2011 - 18:00 Signaler un abus - Permalink

    @minarchiste :
    ça existe un système monétaire sain ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Coline le 18 mai 2011 - 18:20 Signaler un abus - Permalink

    @ Minarchiste : ce que je n’arrive pas à saisir, c’est que dans l’exemple ok l’augmentation de la masse monétaire entraîne une inflation parce qu’ils n’ont pas la possibilité de produire plus. Mais dans la vraie vie, on a cette possibilité de produire toujours davantage si la demande augmente, donc cela ne devrait pas engendrer d’inflation, non ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 18 mai 2011 - 21:35 Signaler un abus - Permalink

    @ Pit

    “ça existe un système monétaire sain ?”

    Présentement je n’en connais aucun en existance dans le monde. Pour que le système soit sain, il faudrait abolir les banques centrales étatiques, empêcher les banques d’avoir des réserves fractionnaires (une fraude) et libéraliser la monnaie (plus de cours légal sur les billets de l’État).

    @ Coline

    “ce que je n’arrive pas à saisir, c’est que dans l’exemple ok l’augmentation de la masse monétaire entraîne une inflation parce qu’ils n’ont pas la possibilité de produire plus. Mais dans la vraie vie, on a cette possibilité de produire toujours davantage si la demande augmente, donc cela ne devrait pas engendrer d’inflation, non ?”

    Votre définition du mot inflation est erronée. L’inflation est en fait simplement la croissance de la masse monétaire. La hausse des prix n’est qu’une conséquence de l’inflation. De nos jours, mêmes les économistes les plus réputés mélangent ces deux concepts.

    Évidemment, si la quantité de biens en circulation augmente, cela fait baisser les prix.

    Ces baissent de prix devraient normalement engendrer une hausse du pouvoir d’achat et du niveau de vie, mais celles-ci sont accaparées par les banques et par l’État qui crée de la monnaie pour exproprier cette richesse. C’est ça que je dénonce.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pit le 18 mai 2011 - 23:25 Signaler un abus - Permalink

    @minarchiste : C’est peut être ça l’étonnement que provoque votre article, c’est qu’il parle d’un monde qui n’existe pas, avec un système monétaire sain.

    Par ailleurs, est-ce que ce présent article est le reflet d’une théorie économique particulière ? Libéralisme ? Libertarisme ? Je n’y connais pas grand chose en économie, mais j’ai le sentiment que souvent à une vision des choses s’oppose une autre vision. Qu’il n’est pas question de vérité, mais de prise de position idéologique (dans le sens noble du mot :-) ).

    Dernière question : Qui parmi les économistes ne partageraient pas votre point de vue ? Pas simple, je sais ! Mais si vous pouviez donner des noms/un courant de pensée qui serait l’opposé du votre, cela serait intéressant. Manière de se faire une idée.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 19 mai 2011 - 1:44 Signaler un abus - Permalink

    @Pit

    Le contenu de cet article (qui est la première partie d’une série de trois) n’est sujet à aucune idéologie particulière. Ceci étant dit, je souscris à l’école autrichienne d’économie.

    Je ne connais aucun économiste qui se respecte qui nierait que l’inflation est causée par la croissance de la masse monétaire.

    Cela n’est pas sujet à débat, c’est plutôt un fait reçu au moment où on se parle.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • WilnocK le 19 mai 2011 - 6:55 Signaler un abus - Permalink

    Je connais l’histoire de l’ile des naufrage, et les documentaires de l’argent-dette.
    Pour le coup, j’aime bien cet exemple qui est propose entre ces 3 naufrages qui sont victimes d’une inflation…
    Au moins, j’ai l’impression de comprendre un peu mieux la chose.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Xeveleee le 22 mai 2011 - 15:18 Signaler un abus - Permalink

    sympa l’ex: … ‘!”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jean le 6 juin 2011 - 0:22 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour cet exemple des trois naufragés qui
    fait connaitre une certaine terminologie et comprendre le “fonctionnement” de l’économie. Néanmoins j’ai beaucoup de mal à l’appliquer à ma vie courante.
    En effet, bien qu’il y ait toujours une certaine inflation (l’eau, les bananes et le poisson coûtent toujours plus cher) moi je n’ai pas plus de coquillages pour les payer…

    J’ai lu plusieurs trucs sur la “planche à billet” et j’ai toujours du mal a comprendre en quoi le fait qu’il y ait plus de liquidités en circulation pourrait me donner envie de consommer plus… Parce que je n’ai pas plus de billets dans mon porte-monnaie, je ne gagne pas plus…
    Il doit manquer un truc mais si quelqu’un veut me l’expliquer, je suis preneur…

    Merci

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 14 juin 2011 - 18:54 Signaler un abus - Permalink

    @Jean

    “En effet, bien qu’il y ait toujours une certaine inflation (l’eau, les bananes et le poisson coûtent toujours plus cher) moi je n’ai pas plus de coquillages pour les payer…”

    C’est pourquoi l’inflation diminue le niveau de vie de ceux qui sont “loin de la source” de la nouvelle monnaie.

    “en quoi le fait qu’il y ait plus de liquidités en circulation pourrait me donner envie de consommer plus…”

    Ce n’est pas vraiment cela. En fait, la création de monnaie fera en sorte de faire gonfler les prix car ceux qui obtiennent cette nouvelle monnaie (en l’empruntant ou en bénéficiant des dépenses de l’État qui l’a créée) vont l’utiliser pour améliorer leur niveau de vie en acquérant des ressources. Ceux-ci pourront se permettre de payer plus cher pour augmenter leur part.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jak le 4 juillet 2011 - 16:17 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    je n’ai pas lu tous mes commentaires, peut-être la réponse à ma question s’y trouve, mais voilà:

    Qui trouve les 4 coquillages si l’on transpose le modèle à notre société? Si l’état décide d’imprimer des billets, comment les fait-il entrer en circulation? Qui devient plus riche tout d’un coup sans avoir fourni d’efforts, et sans que cela ait un sens?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Le Minarchiste le 5 juillet 2011 - 1:30 Signaler un abus - Permalink

    @Jak

    L’État introduit ces nouveaux billets en s’endettant pour financer ses dépenses.

    Il émet des titres de dette qu’il échange à la banque centrale en échange d’argent frais, puis il introduit cette nouvelle monnaie dans l’économie en la dépensant.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jak le 5 juillet 2011 - 9:18 Signaler un abus - Permalink

    Mais si l’état s’endette c’est qu’il emprunte, et alors ce n’est pas transposable aux coquillages trouvés sans ‘valeur’?
    L’argent emprunté devra être remboursé, et il a la valeur du nouveau pouvoir d’achat?
    Ça voudrait dire que la promesse de ‘travail’, nous place dans le schéma de l’île, et qu’en contre partie, le travail fournit en aval ne désamorce pas le processus? (ici plus d’eau sur le marcher, donc baisse du coup de l’eau et donc du ‘panier’) Pourquoi?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Le Minarchiste le 7 juillet 2011 - 1:02 Signaler un abus - Permalink

    @Jak

    Oui il emprunte, mais c’est une illusion.
    Le prêt ne sera jamais remboursé, il sera sans cesse renouvellé. Et l’argent du prêt est créé ex nihilo par la banque centrale.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • D.T le 29 août 2011 - 19:22 Signaler un abus - Permalink

    Attention parce que dans un vrai pays la population augmente chaque année de quelques milliers a quelques centaines de milliers d’habitants. Il y’aura chaque année des milliers de jeunes et d’immigrés qui entrent sur le marché du travail. Ces gens auront besoin d’argent. Si on a une politique monétaire restrictive on tue la croissance. Et si on compte sur les banques pour créer cet argent on ne fait qu’augmenter l’endettement généralisé.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Minarchiste le 31 août 2011 - 1:48 Signaler un abus - Permalink

    @DT

    Si je vous comprends bien, vous craignez que dans un système monétaire étalon-or, le crédit soit insuffisant pour satisfaire les besoins des immigrants?

    Dans ce cas, les taux d’intérêt augmenteraient, ce qui stimulerait l’épargne, qui serait alors canalisée vers le marché du crédit bancaire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Vincent le 18 février 2012 - 17:31 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    j’ai du mal à comprendre comment l’image s’applique à notre société : l’augmentation des prix sur l’île provient du fait que le porteur d’eau est prêt à payer plus pour avoir plus de poissons que les autres. Il faut donc une certaine rareté des produits pour que les prix augmentent. Mais dans la réalité si j’ai plus d’argent, j’achèterai peut-être un poisson de plus, mais ça ne retirera pas de poisson à la personne qui viendra après moi. Du coup l’image tombe à l’eau… ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • albe le 18 juillet 2012 - 19:07 Signaler un abus - Permalink

    Vu qu’une hausse des prix dans l’économie réelle n’est pas immédiate du fait de la plus grande taille de la société, peut on envisager que avant l’inflation, la nouvelle création monétaire soit investie dans les entreprises ? Et que ce serait aussi un moyen pour les entreprises d’exporter plus facilement ? Quels seraient les conséquences pour l’économie du pays, à part la perte du pouvoir d’achat des citoyens ? Merci de vos réponses…Je passe de S a ES alors j’essaie de me mettre a niveau

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

  • [...] le précédent article, nous parvenions à la conclusion que c’est la création monétaire qui entraine l’inflation. Dès lors, se pose la question des règles monétaires actuellement qui permettent de créer de [...]

  • [...] l’idée de cette loi était de ne pas encourager les politiques dispendieuses (afin de limiter les risques d’inflation monétaire), en leur privant l’accès aux financements faciles de la banque centrale. L’instauration [...]

  • [...] comme cela est communément admis. En économie, l’inflation est toujours un phénomène monétaire qui résulte d’une création monétaire in-équivalente à la création de valeur [...]

Derniers articles publiés