Bitcoin: de la révolution monétaire au Ponzi 2.0

Le 15 juin 2011

Derrière l'idée révolutionnaire, libertarienne et anti-banques Bitcoin ne fait que reproduire un système injuste.

Toucher aux règles monétaires n’a rien d’anecdotique. Lorsque nous dépensons, que nous travaillons, tous les jours, ce que nous faisons a un rapport avec la monnaie, sans même que nous y pensions.

Que se passe-t-il alors lorsque des geeks créent une monnaie universelle, décentralisée, sécurisée, anonyme ? Lorsque ceux-ci peuvent faire du commerce en dehors de toute forme de contrôle, qu’il soit bancaire, étatique, ou fiscal ?

En apparence, une révolution. Mais à condition de ne pas reproduire les méfaits que l’on veut combattre.

Qu’est-ce que bitcoin ?

Bitcoin est une monnaie virtuelle créée en 2009 par Satoshi Nakamoto, un personnage mystérieux dont personne ne connait la véritable identité. Ce dernier, empruntant de vieilles idées issues des années 90, publia un document (pdf) décrivant les caractéristiques d’une monnaie décentralisée :

Bitcoin est donc deux choses à la fois : il s’agit tout d’abord d’un outil très basique de gestion de portefeuille, un logiciel open-source que tout le monde peut télécharger et lancer depuis son ordinateur. Mais bitcoin, c’est surtout un protocole d’échange monétaire : en combinant le code de bitcoin et la puissance du réseau P2P, un système monétaire totalement alternatif est ainsi créé.

Un système monétaire sécurisé, anonyme, et pourtant sans banque ni aucune autorité centrale.

Comment ça marche ?

Pour fonctionner, bitcoin a besoin d’une puissance de calcul afin de vérifier et archiver les transactions effectuées. Concrètement, il faut donc que des personnes mettent leur processeur d’ordinateur à disposition du réseau. Pour les inciter à le faire, condition nécessaire au bon fonctionnement du réseau, Satoshi Nakamoto a eu une idée assez originale : rémunérer ces personnes par l’émission de nouveaux bitcoins.

Il suffit de cliquer sur un bouton pour participer au réseau

A chaque fois qu’un pair du réseau résout l’algorithme permettant de boucler un bloc de transactions et ainsi maintenir à jour le registre des transactions, il est crédité de quelques bitcoins, faisant ainsi croître progressivement la masse monétaire, qui atteint aujourd’hui environ 6.540.300 bitcoins.

Mais, de manière assez étrange, Satoshi Nakamoto a programmé bitcoin pour que la masse monétaire tende à une limite de 21 millions de bitcoins d’ici 2030 environ. Du coup, plus le temps passe, plus il devient difficile d’obtenir des bitcoins. Ce qui n’est pas sans poser quelques problèmes comme nous allons le voir plus loin.

Chaque participant, en téléchargeant bitcoin sur son ordinateur, peut gérer lui même son dépôt de bitcoins, sans intermédiaire : il est maître de ses données. Le logiciel attribue automatiquement un numéro de compte unique permettant de recevoir des transactions. Tout le monde peut ainsi librement échanger des bitcoins avec d’autres personnes à travers le monde, sans aucune taxe.

A chaque fois qu’une transaction est effectuée, le logiciel notifie les autres nœuds du réseau auxquels il est connecté. Ces nœuds se chargent alors de vérifier que cette transaction n’a été effectuée qu’une seule fois, et tiennent petit à petit à jour un registre, partagé dans le réseau, de toutes les transactions effectuées.

De cette manière, personne ne peut créer de fausse monnaie, ou “multiplier la monnaie” comme le font aujourd’hui les banques lorsqu’elles émettent des crédits. Chaque unité de monnaie n’appartient qu’à une seule personne à la fois.

Aujourd’hui, l’économie des bitcoin représente environ 130 millions de dollars1, et les usages sont très divers : de la vente de noms de domaines, de l’hébergement, entre autres… Certains se servent aussi de bitcoin pour éviter les frais de change. WikiLeaks le proposent comme moyens de paiement pour recevoir des dons. De même, le site (illégal) de vente de drogue en ligne Silk Road l’a adopté comme unique moyen de paiement, faisant ainsi bénéficier aux internautes de l’anonymat du système. Ce genre d’usages sert d’ailleurs de prétexte à deux sénateurs américains qui demandent l’interdiction de Bitcoin.

Y-a-t-il une « bulle bitcoin » ?

Comme la convertibilité du bitcoin en plusieurs monnaies étrangères est assurée par des sites comme MtGox.com ou Tradehill.com, certains s’amusent aussi à spéculer sur le cours du bitcoin. En effet, comme la volatilité du bitcoin est très forte depuis les dernières semaines, il est possible de réaliser de très grosses plus-values.

Du coup, un grand débat a lieu ces temps-ci sur Internet pour savoir si le bitcoin est surévalué, s’il y a une bulle spéculative, ou s’il ne s’agit tout simplement pas d’une arnaque.

L’avantage de bitcoin est que le système est totalement transparent : du code source du logiciel que vous installez, au nombre de bitcoin en circulation, toute l’information est disponible.

Contrairement aux monnaies officielles, la confiance n’a pas besoin d’être instaurée par un gouvernement ou une banque centrale : elle émane d’un accord des participants avec les règles qui régissent le système ; code is law, comme on dit chez les geeks. Si des gens utilisent bitcoin aujourd’hui, c’est donc que les règles sont suffisamment claires, acceptées, et que le système est sécurisé pour que la confiance s’établisse.

Que bitcoin fasse l’objet d’une activité spéculative importante est un fait. Mais est-ce que la seule spéculation explique la valeur actuelle du bitcoin ? Certaines raisons tendent à prouver que non :

  • Bitcoin voit le jour dans une période de grands troubles monétaires. Le dollar est sur le point de s’effondrer sous le poids de la dette américaine et de la politique de la FED (la banque centrale américaine), alors que dans le même temps l’euro est sous menace d’un éclatement. Bref, ces monnaies dites de “réserve de valeur” vont très probablement perdre leur valeur dans les prochains mois par la mise en route de la planche à billet, et de l’inflation qui en résultera. Ces monnaies sont actuellement sujette à une grande défiance comme le montre la montée des valeurs refuges telles que l’or et de l’argent.
  • Face à la montée de ce risque, bitcoin se présente non seulement comme une valeur refuge, mais aussi comme un moyen de paiement alternatif. En effet, même si bitcoin n’a pas de valeur sous-jacente (comme autrefois le dollar était rattaché à l’or), il demeure un système monétaire dont la création est strictement contrôlée. Il s’agit donc d’une monnaie rare, certains la comparent même à une matière première virtuelle. Bref, un placement utile en temps de crise.

Pour toutes ces raisons, bitcoin est une monnaie alternative intéressante, et l’engouement qu’il suscite est logique compte tenu du contexte actuel.

Le retour du “Ponzi scheme”

Pourtant, tout n’est pas parfait dans les règles monétaires de bitcoin, et notamment la question de la création monétaire qui agite beaucoup la communauté.

L’idée de Satushio Nakamoto de récompenser ceux qui contribuent à la santé du réseau est d’un coté assez astucieuse : elle incite les premiers early adopters à venir “miner” afin de gagner des bitcoins, et ainsi à contribuer à l’élargissement de la communauté. En effet, plus la communauté grossit, plus il y a de nouveaux biens et services pouvant être échangés. La valeur du bitcoin augmente donc logiquement.

Mais le système est aussi très injuste, car le degré de difficulté du minage est configuré de manière à augmenter progressivement, afin de freiner la croissance de la masse monétaire, limitée à terme à 21 millions d’unités. Du coup, alors que les premiers utilisateurs de bitcoin pouvaient – aux premières heures – empocher jusqu’à 50 bitcoin en une semaine, il faut aujourd’hui quelques semaines pour gagner le moindre bitcoin (et encore, selon la puissance de votre processeur…). Aujourd’hui, la difficulté du mining est telle qu’il est parfois préférable d’acheter directement des bitcoin avec des euros plutôt que de faire chauffer sa bécane des nuits durant. D’autres optent pour des stratégies alternatives en créant des pools de mining (ils mettent en commun les ressources de leurs ordinateurs) , ou insèrent des codes javascript dans leurs pages web afin d’exploiter la puissance de calcul de l’ordinateur de leurs visiteurs, à leur insu.

On constate donc une asymétrie des droits entre les premiers utilisateurs de bitcoin et les nouveaux arrivants qui n’est pas sans rappeler le tristement célèbre schéma de Ponzi, comme l’explique Stéphane Laborde de creationmonetaire.info :

La pyramide bitcoin est uniquement temporelle et non spatiale, puisque dans l’espace, personne n’est privilégié vis à vis de la création monétaire : à un instant t, chaque utilisateur peut générer un bitcoin, où qu’il se trouve.

Mais temporellement, ça ne marche pas parce que la quantité totale de monnaie est limitée. Il arrive un temps t où de même que le pic pétrolier, on arrivera à une expansion maximale. Du coup les derniers entrants, toujours plus nombreux, en réalisant des échanges, verront leurs valeurs ne pas susciter d’échanges plus importants, et gagneront de moins en moins de bitcoin avec des investissements toujours plus lourds.

En fait, les derniers entrants sont floués, parce que la création monétaire ne s’est faite que pour les premiers entrants, n’alimentant le circuit que pour eux.

Que reste-t-il des ruées vers l’or, à part des villes fantômes ?

La révolution inachevée

Bitcoin est à n’en pas douter une prouesse technologique. Et le fait que certains veuillent l’interdire est loin d’être anodin : bitcoin constitue une menace pour le capitalisme financier et les gouvernements. Mais est-ce pour autant une véritable monnaie, telle que définie par Bernard Lietaer à savoir un « un accord au sein d’une communauté pour utiliser quelque chose comme moyen d’échange » ?

Plus qu’une monnaie comme protocole d’échange, Bitcoin tente de ressusciter une sorte d’étalon-or, dont la valeur est garantie par sa rareté. Mais cette rareté a-t-elle un sens dans un monde numérique inondé d’abondance ?


Photos flickr PaternitéPas d'utilisation commercialePas de modification aimeefleck PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Adam Crowe

Retrouvez les autres articles du dossier sur les bulles économiques :

Gaz de schiste, les nouveaux subprimes ?

Grand Paris, énergie, économie… PYRAMIDES DE PONZI !

Une Loguy pour OWNI /-)

  1. au taux de change actuel d’environ 1 $ = 20 BTC []

Laisser un commentaire

  • Éloi Rivard le 15 juin 2011 - 19:28 Signaler un abus - Permalink

    N’y a-t-il pas un risque de voir tous les bitcoins polarisés vers quelques mains, et que puisqu’il n’y a pas de création de monnaie, plus personne ne puisse utiliser les bitcoins par manque de liquidité ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • martin le 10 avril 2013 - 5:34 Signaler un abus - Permalink

      bonne question… les bit coins peuvent etre subdivisé en de millier de fraction… des minis bits … :)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • plop le 15 juin 2011 - 19:59 Signaler un abus - Permalink

    Toute l’absurdité des bitcoins résumée en un phrase :

    “elle incite les premiers early adopters à venir “miner” afin de gagner des Bitcoins”

    La création de “valeur” se fait en faisant tourner son ordinateur dans le vide, c’est à dire en polluant et en dépensant de l’énergie et des matière première plus utiles ailleurs tout ça pour rien. Payer des gens pour creuser des trous et les reboucher ensuite.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • max le 15 juin 2011 - 21:28 Signaler un abus - Permalink

    Il ne faut pas voir autre chose dans BitCoin qu’une sorte de “metal precieux virtuel donc pratique”:

    - la creation de bitcoins modélise grosso-modo l’extraction d’un minerai en quantité finie sur terre, qui tend donc à se raréfier, contrairement au PIB d’un état dont la croissance est plus ou moins soutenue. (ce que reflète la création monétaire).

    - le système assure les transactions, ainsi qu’un certain anonymat

    - le stockage est effectué par l’utilisateur (un simple fichier)

    le 1er point illustre bien la différence fondamentale entre bitcoin et une monnaie, et empeche au passage que quiconque puisse s’accaparer la creation de bitcoins.

    Les deux derniers points rendent obselètes les banques, ce qui confère aux bitcoins une certaine valeur.

    Paradoxalement, ces deux mêmes points tendent à confondre bitcoin avec une monnaie, mais il est plus juste de parler de valeur.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ploum le 15 juin 2011 - 22:03 Signaler un abus - Permalink

    Concernant la remarque de l’inégalité, je n’ai qu’une chose à dire: est-ce que l’argent est distribué équitablement actuellement ?

    La comparaison avec les ruées vers l’or me semble très appropriée. Il n’en reste que des villes fantômes (comme il restera des “minings rigs”, des superordinateurs utilisés pour générer les bitcoin) mais, également, il en reste des quantités d’or qui font aujourd’hui partie de l’économie mondiale. Si un mineur avait réussi à extraire 100kg d’or et qu’il en a transmis 50kg à ses descendants, l’investissement porte aujourd’hui ses fruits.

    Certains font le même pari avec le bitcoin, tout simplement.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • qt_mo le 15 juin 2011 - 23:53 Signaler un abus - Permalink

    “A scam. A ludricously bad idea, ignoring hundred of years of accumulated understanding of how currencies work with each other.” Adam Cohen

    Son analyse sur quora est exellente, en tout cas j’y adhère pas mal.

    Et pour les gens qui veulent se lancer/ s’informer/ rire, une source Incontournable, le reddit dédié:

    http://www.reddit.com/r/Bitcoin/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • qt_mo le 16 juin 2011 - 0:35 Signaler un abus - Permalink

    Ah oui encore une chose, j’ai pas été assez clair et tranché,

    Je crois, et en fait j’espère, que cette “hipster money” s’écroulera et ruinera tous les idiots qui ont bien voulu y croire et y investir leur chemise, et cela malgré tous les avertissements.

    J’explique ma véritable agressivité envers les Bitcoins Boys: C’est le principe même qui est haissable.

    >Le concept d’utiliser ses cycles CPU/GPU pour faire du mining est affligeant de vide, et me fait vomir.

    >Vous avez des cycles CPU/GPU à perdre et vous etes idéalistes?? Il y a déjà le projet BOINC, et depuis longtemps, je vous assure que ce sera bien plus efficace pour un monde meilleur.
    http://boinc.berkeley.edu/

    F**CK Bitcoin, give your cycles to BOINC.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bitcoin le 16 juin 2011 - 0:45 Signaler un abus - Permalink

    Dire que c’est un schéma de ponzi est totalement faux.
    Les earlys adopters se sont lancés dans ce concept il y’a plus de deux ans maintenant. Pour quoi ? A l’époque, il était très simple de générer 10.OOO bitcoin mais après: La valeur d’un bitcoin ne valait même pas un centime.
    Il y’a une histoire très connue dans la communauté qui raconte qu’un gars a acheté une pizza avec 10.000 bitcoin. Pensez vous qu’a l’epoque il aurait prédit le prix du btc actuel ? C’est grâce a ces early adopter qu’on en est là :)
    La notion de temporalité est très importante dans ce projet.

    Effectivement ce système favorise les early adopter mais ce sont ceux qui ont portés un tel projet pour le faire émerger…
    Maintenant que la difficulté de “minage” est trop grande, et que la mayonnaise a pris, il s’agit de constater qu’une monnaie est en cours de création messieurs :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • deter le 16 juin 2011 - 3:14 Signaler un abus - Permalink

    il y a une erreur dans l’annotation :

    1.au taux de change actuel d’environ 20 BTC= 1$

    C’est l’inverse, 20$ = 1BTC

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • esteban le 16 juin 2011 - 4:33 Signaler un abus - Permalink

    moi d’ailleur j’accepte deja les bitcoin pour mon site http://www.la-maison-du-pass-partout.com
    et si quelqu’un veut de l’hebergement web via bitcoin je serait heureux de lui en offrir

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jean-Luc le 16 juin 2011 - 5:13 Signaler un abus - Permalink

    L’idée d’une monnaie descentralisée est très intéressante! Bitcoin peut fonctionner sans serveur (ou admininstration) centrale et c’est vraiment excellent car ça diminue les risques et l’énergie nécessaire à faire fonctionner le systèmeé

    Il y a déjà certains systèmes monétaires qui font pareil, comme certains systèmes d’échanges locaux (SEL), mais le cas de Bitcoin est très intéressant car c’est à très grande échelle.

    Selon moi le talon d’achille de Bitcoin est que la création monétaire n’est pas proportionnelle à la création de l’offre (biens/services). La masse monétaire étant limitée, il ne peut qu’y avoir des injustices: les early adopters sont très riches et la masse des retardataires est extrêmement pauvre.

    Malgré cette faiblesse fatale, Bitcoin donne franchement espoir en un meilleur avenir monétaire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 16 juin 2011 - 6:16 Signaler un abus - Permalink

    @max c’est exactement ça. bitcoin est avant tout une matière première rare et virtuelle, éventuellement utilisée comme monnaie.

    @Ploum tu as bien raison aussi. le système monétaire n’est rien d’autre qu’une autre pyramide de Ponzi. Elle est même pire puisque celle-ci est à la fois spatiale (tous les individus à un instant t ne sont pas égaux : on renfloue les banques à coup de création monétaire, pas l’artisan du coin) et temporelle : selon les périodes on crée plus ou moins de monnaie, ce qui crée les conflits de générations que l’on observe aujourd’hui.

    @Bitcoin : hmmm les bitcoiners ont fait un pari. ils en assument les risques. Aujourd’hui ils sont gagnants, il peuvent vendre, faire crasher le truc et on en parle plus. Certains ont perdu au passage, peut être, mais quelle bagatelle par rapport au reste.

    Personne ne nie que les créateurs de bitcoin ont un grand mérite, ils ont créé un bijou technologique. Mais cela ne leur donne pas le droit à être supérieurs aux autres citoyens. Ou alors il ne faut pas qu’ils prétendent avoir créé une monnaie.

    Si bitcoin était vraiment une alternative crédible, nulle doute que les gens sauraient les en remercier, mais certainement pas en se soumettant à un système pyramidal.

    @deter : merci pour la vigilance :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • max le 16 juin 2011 - 9:31 Signaler un abus - Permalink

    @stan Je ne pense vraiment pas que bitcoin soit en lui-même un ponzi, tout simplement parceque bitcoin seul ne promet aucun retour sur investissement justifiant son adoption massive.

    En revanche, spéculer sur le cours USD/BTC est un ponzi. Les graphes chez MtGox montrent des achats massifs de manière aussi soudaine qu’inexpliquée, créeant une bulle qui s’est crevée quelques jours plus tard, fourrant une quenelle bien méritée aux derniers pigeons à avoir suivi la hype.

    Il est possible que cette bulle soit à l’initiative de certains “early adopters” bien coordonnés, mais c’est la même histoire avec n’importe quelle spéculation, bitcoin en lui-même n’est pas vraiment en cause.

    Personnellement, j’interprète plutôt cet épisode comme une tentative de déstabilisation et decrédibilisation du bitcoin, puisque la plupart des usagers du bitcoin n’ont strictement aucun intérêt à ce que les cours fassent n’importe quoi. Un cours stable permet un bien meilleur développement de l’économie bitcoin.

    Comme je l’ai dit plus haut, le relatif anonymat ainsi que l’absence de banques confèrent au bitcoin une valeur de fond, et pas simplement un potentiel spéculatif.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 16 juin 2011 - 9:54 Signaler un abus - Permalink

    @max : non non non !

    Une bulle spéculative n’a rien à voir avec un schéma de ponzi, qui caractérise un déséquilibre systémique entre les participants à un jeu.

    Dans une spéculation il n’y a que deux acteurs par transaction, et chaque transaction donne lieu à un perdant et un gagnant. Tout le monde peut gagner, tout le monde peut perdre : je ne vois pas où est le déséquilibre dans l’échange.

    Comme je l’explique dans l’article, je pense que la hausse du cours du bitcoin trouve des explications très rationnelles : la chute du dollar, craintes sur l’euro + les caractéristiques de bitcoin (anonymat, rareté).

    Mais dans un système monétaire à la bitcoin, et au delà de tout phénomène spéculatif, il y a une asymétrie de pouvoir entre les participants par le fait que la difficulté de mining n’est pas la même sur une échelle de temps.

    Les premiers ont empoché plein de bitcoins gratos, les générations de 2030 ne pourront pas : elles devront probablement s’endetter avant de pouvoir réaliser le moindre échange.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 10:32 Signaler un abus - Permalink

    Je viens juste de rentrer dans le système Bitcoin, et je me suis dis exactement la même chose: “c’est injuste, les premiers seront riches”.

    Seulement voilà, après quelques temps passés dessus, on se rend compte que soutenir le système alors qu’il n’est pas encore viable a un coût énorme:

    - on passe du temps à comprendre comment ça marche;
    - on passe du temps, de l’argent et de l’énergie à miner des Bitcoins;
    - on prend des GROS risques à vendre ses biens et services pour des Bitcoins. Que se passe-t-il si ça ne prend pas ? Je perd tout. Et qu’est-ce que j’y gagne ? Pour l’instant ce que je peux acheter avec est limité. Si quelqu’un trouve une faille dans le système ? Je suis perdant.

    Bref, utiliser Bitcoin relève pour le moment beaucoup de l’idéologie. Plus on l’adopte tôt, et plus le coût d’adoption est élevé.

    De fait, je trouve tout à fait normal que les personnes qui prennent ces risques soient récompensées si le système fini par prendre. Ils seront riches ? Ok, ça ne fait pas de moi un pauvre. Juste un non riche.

    Le système actuel récompense ceux qui le système monétaire entre les mains.

    Le Bitcoin récompense ceux qui prêtent leurs mains au système monétaire.

    Enfin, il faut rappeler que le Bitcon, bien que limité à 21 millions d’unités, est divisible jusqu’à la 8eme décimale.

    On échangera donc bientôt des micro Bitcoins, et ainsi de suite. Ce qui ramène plutôt le Bitcoin a 21000000000000000 d’unités, soit 2625000 de divisions de Bitcoin par personne si on est 8 milliards sur Terre à se les partager. Je ne possède même pas un 10eme de cette somme en euros, et je vis pourtant confortablement.

    Ce système n’est pas parfait. Il n’est pas équitable. Mais est-il moins juste ou efficace que l’actuel ? Rien n’est moins sûr, et il mérite qu’on lui donne une chance pour voir où il nous mène.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Abondance le 16 juin 2011 - 10:48 Signaler un abus - Permalink

    Monde numérique abondant ?

    Mais les processeurs utilisent de l’énergie, elle-même venant de la consommation de la Terre ! (électricité)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • max le 16 juin 2011 - 11:05 Signaler un abus - Permalink

    @stan: ok pour les objections sur la spéculation, ca y ressemble quand même:

    1. Pour les “early buyers”, le prix en dollars est faible (déséquilibre systémique ?)
    2. L’augmentation du nombre de participants est essentiellement due à l’espoir que ca va continuer à augmenter, ce qui entretient la hausse jusqu’à écroulement de la pyramide
    3. Les derniers à vendre peuvent s’assoir sur leur investissement initial

    En fait, la page Wikipedia (catégorie: spéculation ;-) est assez claire:

    “Une chaîne de Ponzi est un circuit financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements effectués par les clients, au moyen essentiellement des fonds procurés par les nouveaux entrants, le système étant découvert et s’écroulant quand les sommes procurées par les nouveaux entrants ne suffisent plus à couvrir les rémunérations des clients”

    Si le cours du BTC est à 5 USD et que beaucoup de personnes gobent le fait que ca va augmenter, et donc achètent massivement, le cours augmentera effectivement: l’investissement est donc bien rémunéré par les nouveaux entrants, non ?

    Je ne suis pas d’accord qu’à chaque étape de la spéculation il y a un perdant et un gagant: tant que ca monte, il y a *deux* gagnants !

    En outre, il me semble que la difficulté de mining ne dépend pas du temps mais du nombre de participants, puisqu’elle est ajustée de manière à permettre la création d’un bloc toutes les 10 minutes en moyenne. Si demain je me retrouve tout seul à miner, ca sera très facile ;-)

    Enfin, les premiers à participer ont obtenu gratos des BTC qui ne valaient alors rien, et si la valeur évolue les derniers arrivants doivent s’adapter, ca me semble normal. S’il s’avère que le bitcoin lasse, le nombre de participants décroîtra et il redeviendra facile de miner, ce qui relancera l’attrait, etc…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 11:20 Signaler un abus - Permalink

    @Abondance

    Certes, mais le Bitcoin coûte moins cher en ressource que l’a monnaie actuelle qui implique:

    - l’extraction des ressources pour fabriquer les pièces et les billets
    - les systèmes de créations des pièces et des billets
    - les systèmes de distributions des pièces et des billets (ca pèse lourd, et un camion blindé consomme, tout comme les deux gardes armés dedans)
    - les sytèmes informatiques de transfert, stockage, evaluation, et vérification de cette monnaie quand elle est informatisé (qui font chacun ce que fait Bitcoin, mais chacun de son côté au lieu de mettre les ressources en commun).
    - plus le système de chèques, de cartes bleues, et les distributeurs qui vont avec

    C’est que ça bouffe un système monétaire !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • WilnocK le 16 juin 2011 - 12:52 Signaler un abus - Permalink

    Si je comprends le probleme du BTC, c’est ca temporalite, l’existence de cette deadline quelque part en 2030, c’est le noeud du probleme qui transforme le BTC en Metal Rare, une ‘valeur refuge’

    Donc une autre crypto-monnaie, a-centre, ouverte (‘code is law’) mais qui n’aurai pas cette inconvenien temporelle, ca serait donc une valeur d’echange interessante, qui coutera toujours moins cher qu’un systeme monetaire ‘classique’, voir commentaire de @ksamuel

    Ca existe une crypto-monnaie non-temporelle?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • joan le 16 juin 2011 - 13:58 Signaler un abus - Permalink

    Beaucoup de malentendus dans cet article, il aurait été intéressant que l’auteur consulte la page “Mythes” du wiki.

    1. Difficulté de mining qui augmente au cours du temps:

    C’est juste faux. La difficulté est adaptée en positif ou *en négatif* tous les 2016 blocs.
    En ce moment elle augment tout le temps car tout le monde se met au mining. La difficulté est adaptée pour conserver une moyenne de 10 minutes pour la génération d’un bloc.

    2. Ponzi Scheme.

    Les auteurs ou développeurs n’ont jamais prétendu que vous deviendrez riche en achetant des Bitcoins. Ce n’est donc pas un Ponzi. C’est plutôt comme si vous investissiez dans des actions Apple. Rien ne dit que ça va marcher, mais ceux qui en ont acheté au début à pas cher sont plus riche que ceux qui les achètent après.

    3. Comment ça marche.

    Bof.
    - Miner n’est absolument pas nécessaire à l’utilisateur lambda.
    - Les 21 millions seront atteints après 2040, pas 2030.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 14:14 Signaler un abus - Permalink

    @WilnocK

    En vérité il n’y a pas vraiment de deadline.

    On estime juste qu’en 2030, il y aura toute la monnaie produite, ce qui n’implique pas que Bitcoin s’arrête de fonctionner:

    - on pourra toujours l’utiliser, les cours fluctueront maintenant juste en fonction de l’usage de la monnaie et pas du mining
    - on commencera à utiliser des division du Bitcoin, puisque qu’on peut faire des transactions aussi petites que 0,0000001 BTC.

    Les choses ne s’arrêtent pas en 2030. Elles commencent à devenir intéressantes !

    Bien sûr d’ici là les gars qui ont accumulé des Bitcoins auront probablement fait une forte plus value.

    Cela dit on arrivera a un moment où le Bitcoin devra être abandonné. Comme toute autre monnaie, comme tout autre chose en fait, il a une durée limitée. Mais difficile d’en connaître la date d’expiration, qui sera plutôt définie pas l’usage.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 16 juin 2011 - 15:38 Signaler un abus - Permalink

    @max :

    A mon avis vous faites erreur : lors d’une spéculation il y a un acheteur et un vendeur. Si le cours monte après, le vendeur à eu tort de vendre (puisqu’il aurait gagné plus à conserver ses bitcoins). Et vice versa. Il ne peut pas y avoir 2 gagnants.

    Je maintiens, ce n’est pas la spéculation qui provoque l’effet Ponzi. imaginez qu’il n’y ait que le bitcoin soit la monnaie unique (aucune possibilité de spéculation, donc). On retrouverait toujours l’asymétrie temporelle entre les premiers arrivés et les nouveaux entrants.

    La spéculation ne fait que révéler encore plus le ponzi.

    Par ailleurs, si tu mines tout seul, ta monnaie n’a aucune valeur, ça veut dire a priori que personne d’autre n’est intéressé par ta monnaie. Elle n’a donc aucune valeur. C’est pourquoi il faut alors effectivement que de nouvelles personnes entrent dans le système (dont certaines viendront forcément miner, et donc augmenter la difficulté).

    Le problème de bitcoin est bien là : ce n’est pas une monnaie qui est faite pour être universelle. Elle n’est qu’une valeur refuge. En effet, si tout le monde rejoint bitcoin, les premiers arrivés sont d’office avantagés.

    Wilnock a bien compris le problème, c’est la temporalité, et la limite de 21 millions. Le problème n’est pas que la masse monétaire augmente, c’est que cette création monétaire crée des inégalités dans le temps.

    Une solution pour parer ceci serait de créer disons 5% de monnaie en plus chaque année – sans “deadline” – et de distribuer cette création monétaire entre TOUS les participants, pas uniquement quelques uns.

    De cette manière, les nouveaux entrants ne sont pas spoliés : il peuvent commencer à échanger en bitcoin sans devoir vendre des services ‘ex nihilo’ ou s’endetter.

    Je comprends bien l’intelligence des fondateurs de bitcoin de vouloir inciter les pairs à mettre leur CPU à contribution en les rémunérants, mais cela crée une inégalité fondamentale entre les participants. Or, si bitcoin veut devenir une véritable monnaie dans le cadre d’un contrat social dans une communauté, cette monnaie ne peut se permettre de négliger l’égalité des participants ( = citoyens). En d’autres termes, la monnaie doit respecter la déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen : les hommes naissent libres et égaux en droit.

    Donc soit bitcoin s’adapte, soit il faut arrêter d’appeler ça une MONNAIE. Ce terme est bien trop noble pour être assimilé à ce qu’est bitcoin actuellement : de l’or virtuel.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 15:59 Signaler un abus - Permalink

    @stanislas

    Si on augmentait de 5% le nombre d’argent en circulation et qu’on le répartissait entre tout le monde, alors les premiers adapoteurs seraient spoliés:

    - les mineurs ont payé leur temps et factures sans récompense. Pourquoi miner dans ce cas ?
    - la valeur de l’unité de monnaie va dévaluer au fur et à mesure de la création de nouvelles unités et donc les premiers commerçants voient ce qu’ils ont accumulés grâce à leur investissement partir à la poubelle
    - ils ont pris tous les risques dans la mise en place et le soutient du système, sans aucune récompense

    En encore une fois, la limite de 21 millions indique la limite de production d’unité, par de division d’unité.

    Une fois atteinte, le cours de la monnaie va continuer de changer, puisque les marchers vont utilisers des divisions de Bitcoin de plus en plus petite.

    Un nouvel entrant ne sera pas floué: il pourra acheter une pomme au même prix que 99% des gens, et vendra son travail au même prix qu’eux également.

    Dans la pyramide de Ponzi, à la fin, les derniers arrivés ne peuvent rien faire de leur acquisition, et ne peuvent acquérir plus.

    A la fin de la génération de Bitcoin, tout continue de fonctionner. La seule différence c’est que les premiers arrivés en bénéficient plus.

    C’est comme deux gosses qui arrivent au repas, le premier et bien servi et le deuxième moins bien. Il se plains à sa mère qui lui dit qu’il n’avait qu’à pas arriver en retard. Le gosse n’est pas malheureux. Il a à manger. Il est juste envieux de l’assiette d’à côté. Ce n’est pas un argument économique très sérieux de se dire “il en a plus que moi !” quand on en a soi-même assez bien servir et qu’on a pas de rab du fait de son retard.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • max le 16 juin 2011 - 16:15 Signaler un abus - Permalink

    @stan: Tout dépend du point de vue, j’estime pour ma part que si vendeur et acheteur réalisent une plus-value (lorsque le cours monte), les deux sont gagnants, mais on pourrait également comme vous le faites considérer le gain maximal à la place. Ca n’est pas bien important au final.

    Je partage mot-pour mot votre conclusion (cf. mon 1er post ;-), je conteste simplement l’appellation de “chaine de ponzi” à moins de considérer que l’or, l’argent sont également des ponzis. Ma foi, pourquoi pas ?

    Cela dit, si l’on prend bitcoin pour une monnaie (ce qu’il n’est *pas*, on est bien d’accord), alors la comparaison est juste mais il y a méprise sur la marchandise.

    Au final, l’association bitcoin = ponzi entretient le FUD et c’est bien dommage, ne serait-ce que pour l’aspect didactique sur la monnaie et sa creation, dont cette discussion est l’exemple type.

    Bien à vous,

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Anterak le 16 juin 2011 - 16:26 Signaler un abus - Permalink

    @Stan
    “Une solution pour parer ceci serait de créer disons 5% de monnaie en plus chaque année – sans “deadline” – et de distribuer cette création monétaire entre TOUS les participants, pas uniquement quelques uns.”
    Avec cette solution, ne retombons-nous pas dans un problème d’inflation?

    Plus il y a de monnaie en circulation, plus la valeur de cette monnaie diminue?

    Je m’intéresse depuis peu à la finance et aux problèmes (bien trop) modernes qu’elle engendre (et merci owni pour tous ces articles forts intéressants), et cette question de savoir “y a-t-il un moyen d’avoir un système monétaire qui ne court pas irrémédiablement à sa perte?” est plus que pertinente, ce genre d’essai pour essayer d’y répondre permette, je l’espère, de trouver *la* solution.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 16:42 Signaler un abus - Permalink

    @max

    Effectivement cette étiquette “Ponzi” nuit au projet. Si on lit sur Wikipedia:

    “Une chaîne de Ponzi est un circuit financier frauduleux qui consiste à rémunérer les investissements effectués par les clients, au moyen essentiellement des fonds procurés par les nouveaux entrants”

    Ce n’est pas le cas de Bitcoin car a aucun moment il n’y a de fonds apportés depuis les nouveaux entrants vers les premiers entrants.

    Il y a en effet des ressemblances:

    - les premiers arrivés sont généreusement récompensés par le système.

    - si le système s’arrête de fonctionner, les participants en paient le prix.

    Mais il y a deux principales différences:

    - les derniers entrants ne perdent rien du fait d’être derniers. Ils ne gagnent pas le jackpot, c’est tout.. Une fois rentrés, ils peuvent utiliser le système. Avec Ponzi, les derniers entrants perdent tout car ils ne peuvent trouver de successeurs. Ils ne peuvent plus rien faire après leur entrée: aucun échange, aucun gain, à moins de mettre quelqu’un dans une situation pire que la leur.

    - la pyramide de Ponzi demande une croissance exponentielle, et finit par s’écrouler faute de pouvoir maintenir sa croissance. Bitcoin ne demande aucune croissance d’apport à ses utilisateurs, il a une croissance déjà programmée, et une fois terminée, le système ne demande rien de plus. Il continue de fonctionner. Arrivé à 21 millions d’unités, le système sera toujours utilisable, par les premiers comme les derniers entrants.

    Faut-il se méfier de Bitcoin ? Assurément. On n’a aucune idée des conséquences réels du système.

    Faut-il le diaboliser ? Certainement pas, en surtout pas en l’associant à une escroquerie.

    Faut-il rejoindre le mouvement ? C’est très tentant. Risqué, mais probablement passionnant. Sinon nous n’aurions pas ce débat.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • joan le 16 juin 2011 - 16:49 Signaler un abus - Permalink

    @Stan: votre argument de l’asymétrie temporelle se base sur l’idée que la difficulté de mining augmente constamment au cours du temps, ce qui est faux !

    La difficulté peut diminuer et l’a déjà fait. La dernière fois en avril 2011.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 16 juin 2011 - 16:55 Signaler un abus - Permalink

    @Anterak : je réflechis sur la monnaie depuis un certain temps aussi, et j’en suis arrivé à la conclusion que j’ai évoqué.

    Que je n’ai pas inventé d’ailleurs, puisque cette téhorie est défendue depuis les années 20 par le mouvement pour le “social credit”, et plus récemment par le travail de Stéphane Laborde dans sa théorie relative de la monnaie : http://www.creationmonetaire.info/2010/11/theorie-relative-de-la-monnaie-10.html

    Tout y est détaillé de manière scientifique.

    @max : Je pense qu’on est d’accord alors : l’or n’est pas ponzi car ce n’est pas une véritable monnaie, c’est une matière première (=rare par nature). Et si ça le redevient, ça serait une belle catastrophe. La définition de monnaie dans le cadre d’un contrat social est INCOMPATIBLE avec la notion de rareté. Ce qui me gêne avec bitcoin, c’est que ce machin est présenté comme une “monnaie”.

    Aux autres :

    - oui dans un tel système monétaire, la monnaie se dévalue perpétuellement. De même que le système monétaire de bitcoin se raréfie perpétuellement une fois les 21 millions atteint.
    - et c’est justement l’intérêt : cela désincite les agents à conserver la monnaie, mais incite davantage à faire des échanges. On lutte ainsi naturellement contre la spéculation.
    - l’inflation devient un faux problème car tous les citoyens reçoivent un revenu garanti qui augmente lui aussi de 5% par an.

    @ksamuel : “les mineurs ont payé leur temps et factures sans récompense. Pourquoi miner dans ce cas ?”

    Vous réflechissez dans le cadre de votre bitcoin. Sortez en un instant. 2 réponses possibles :
    - le logiciel force tout le monde à miner. Comme ça tout le monde participe à l’effort.
    - on rétablit une forme de centralisation qui se charge de distribuer la monnaie aux citoyens. Cette centralisation devient acceptable dans la mesure où une telle distribution de monnaie ne spolie personne.

    “ils ont pris tous les risques dans la mise en place et le soutient du système, sans aucune récompense”

    En répétant cette idée depuis tout à l’heure, vous semblez confirmer le fait que les fondateurs de bitcoin l’ont créé pour s’enrichir, non ?

    Si une révolution monétaire doit se faire, c’est pour trouver un système juste pour tous. Pas pour créer une alternative instable qui profite à quelques uns.

    Une dernière pour la route : “Il se plaint à sa mère qui lui dit qu’il n’avait qu’à pas arriver en retard. Le gosse n’est pas malheureux.”

    Prenez du recul ! Avez vous des enfants ? Comptez vous en avoir dans disons, 20 ans ? Reprocherez-vous à vos enfants d’être arrivé “en retard” ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 16 juin 2011 - 17:07 Signaler un abus - Permalink

    @JOAN “votre argument de l’asymétrie temporelle se base sur l’idée que la difficulté de mining augmente constamment au cours du temps, ce qui est faux !”

    La difficulté diminue effectivement … s’il y a moins de participants (donc moins de miners).

    Et s’il y a moins de participants… ça veut dire que bitcoin n’est pas intéressant, que c’est donc un échec, que ce n’est pas une monnaie acceptée comme protocole d’échange au sein d’une communauté plus élargie que le seul cercle des initiateurs.

    Donc cela corrobore ma thèse ;-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 17:22 Signaler un abus - Permalink

    @ksamuel :

    “Vous réflechissez dans le cadre de votre bitcoin. Sortez en un instant. 2 réponses possibles :
    - le logiciel force tout le monde à miner. Comme ça tout le monde participe à l’effort.
    - on rétablit une forme de centralisation qui se charge de distribuer la monnaie aux citoyens. Cette centralisation devient acceptable dans la mesure où une telle distribution de monnaie ne spolie personne.”

    Ce n’est pas si simple:

    - on peut forcer tout le monde a miner, mais ceux qui ont miné un an avant vous ont pris plus de risques, plus tôt. Ce n’est pas juste.

    - forcer les gens à faire quelque chose est le contraire du principe de Bitcoin

    - faire une autorité centralisée est le contraire du principe de Bitcoin.

    Encore une fois je ne dis pas qu’on ne peut pas faire mieux. Je dis que pour l’instant, les alternatives proposées ne tiennent pas compte de la complexité des problèmes que Bitcoin essaye d’addresser: des problèmes techniques, politiques et sociaux, tout autant qu’économiques.

    “ils ont pris tous les risques dans la mise en place et le soutient du système, sans aucune récompense”

    “En répétant cette idée depuis tout à l’heure, vous semblez confirmer le fait que les fondateurs de Bitcoin l’ont créé pour s’enrichir, non ?”

    Presque. Je pense que le raisonnement des fondateurs est plutôt: comment motiver une communauté à développer le système ? En donnant plus si ont commencent plus tôt.

    L’appât du gain permet de lancer la machine.

    La vrai question est: est-ce un problème ?

    Avoir des riches, ce n’est pas une maladie. Je comprends qu’on préférerait que ce soit soi, mais ça ne retire pas la valeur du système.

    “Prenez du recul ! Avez vous des enfants ? Comptez vous en avoir dans disons, 20 ans ? Reprocherez-vous à vos enfants d’être arrivé “en retard” ?”

    Vous n’avez jamais raté le début d’un repas où tout le monde se sert du poulet et où il ne reste que le blanc ?

    Vous mangez quand même du poulet. Vous n’avez pas la cuisse, c’est tout. Encore une fois est-ce grave ? L’important n’est-il pas le repas ?

    Bon, la métaphore culinaire à ses limites :-)

    Encore une fois la plus grande qualité de Bitcoin, c’est de remplir les blogs de commentaires intéressants.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Victor le 16 juin 2011 - 18:23 Signaler un abus - Permalink

    Je trouve que cet article explique bien pourquoi bitcoin n’est pas un Ponzi 2.0, mais en revanche revient sur l’aspect inégalitaire du système et montre en quoi ce n’est pas un problème.
    Enfin tant qu’on accepte qu’avec les bitcoins on aura au moins un truc aussi pourri que la réalité (spéculation et cie) avec le côté virtuel en plus :)

    http://thebitcoinsun.com/post/2011/06/06/Unfairness-And-A-Pizza-The-Key-Of-Bitcoin-s-Success

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • François le 16 juin 2011 - 22:25 Signaler un abus - Permalink

    Cet article est très intéressant, et permet de bien comprendre le “phénomène bitcoin”. Cependant, quelques aspects instables de cette monnaie sont absents.

    Comme il est justement expliqué, les monnaies que je vais appeler “réelle” reposaient sur leur équivalent or, et son maintenant garantie (jusqu’à un certain montant). Le problème avec les bitcoin, qui est aussi son avantage, c’est que sa valeur est uniquement donnée par la valeur que lui attribue ses utilisateurs. Cependant, elle en devient très instable, car il existe aucunes garanties. Qu’adviendra-t-il lorsque cette monnaie fera face à ses premières dévaluations (on peut imagine qu’une bulle se forme autour de ce phénomène) ? Ou lorsque certains auront exploiter une faille ?

    Si le bitcoin chute, la perte est maximale et sans garantie.

    Je vous conseille cette discussion sur quora (en anglais)”why bitcoin is a scam” http://www.quora.com/Bitcoin/Is-the-cryptocurrency-Bitcoin-a-good-idea

    Et voici un exemple d’expérience qui peuvent mal tourner, comme cet utilisateur qui s’est fait volé son portefeuille virtuelle pour un demi million d’euros…

    http://bit-coin.fr/vol-numerique-dun-demi-million-deuro/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ksamuel le 16 juin 2011 - 22:47 Signaler un abus - Permalink

    Eh oui à nouvel technos nouveaux problèmes.

    Il ne faut pas attendre de Bitcoin une solution miracle.

    De là a l’appeler ’scam’ (arnaque en anglais), c’est beaucoup: on sait comment ça marche, on en connait les limites.

    Dans le cas d’une arnaque, on ne sait pas ce qu’on risque, ni au profit de qui. Ici tout est clair, si on choisit de s’engager, c’est en connaissance de cause.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Benjamin le 17 juin 2011 - 20:15 Signaler un abus - Permalink

    Remarques rapides:

    -Si on crée chaque année 5% de monnaie en plus que l’on redistribue à tous, la valeur réelle de toute la monnaie en circulation baisse d’autant (à peu près 5% aussi, à croissance nulle), autrement dit, ça fait 5% d’inflation.

    -j’ai bien ri en lisant quelque chose comme “ça fait xxxxxxx divisions de bitcoins chacun, j’ai le dixième en euros et je vis bien”

    -Le bitcoin semble populaire parce qu’il est “une menace le capitalisme financier les gouvernements”, mais personne ne semble s’étonner du fait qua la création de monnaie est complètement décorrélée de la création de valeur

    -mettre le schéma de Ponzi à toutes les sauces, ça devient indigeste; Ponzi, ça ne veut pas seulement dire premier arrivé, premier servi

    -je ne vois pas pourquoi le capitalisme financier ne pourrait pas s’accomoder du bitcoin

    -interviewer un expert sur le sujet ça pourrait être utile

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pascal Avot le 19 juin 2011 - 15:07 Signaler un abus - Permalink

    Tout système qui fonctionne vraiment favorise les early adopters. Toujours. La prise de risque initiale est favorisée, ce qui favorise l’innovation. S’en plaindre serait tomber dans l’immobilisme.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 20 juin 2011 - 11:09 Signaler un abus - Permalink

    @ksamuel @Pierre Avot :

    Je ne suis pas contre la rémunération du risque, les inégalités des places, etc.

    Sauf que l’on parle ici de monnaie.

    On ne crée pas une monnaie comme on lance une startup, un nouveau produit etc.

    Quand on parle de monnaie, on parle de citoyens, de démocratie, de république. Il n’y a pas ici de early adopters, d’investisseurs etc. Une monnaie doit respecter le principe républicain de l’égalité en droit.

    Donc bitcoin est une initiative intéressante, mais il faut tout de suite bien mettre les choses aux clair : bitcoin n’a pas les critères nécessaires pour devenir une véritable alternative au système monétaire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Guyfawks le 23 juin 2011 - 17:03 Signaler un abus - Permalink

    Permettez-moi de m’inscrire légèrement en faux de cet article. Bitcoin n’est pas une chaine de Ponzi à proprement parler dans la mesure ou le processus n’est pas infini, on le sait dès le départ… le système est programmé pour ne pas dépasser 21 millions de Bitcoins.
    De plus différents articles de présentation de cette monnaie balaient à l’avance cette critique : in fine le coût d’acquisition d’un Bitcoin par « mining » tendra vers le coût en électricité nécessaire à le produire. C’est exprès, il ne s’agit pas en effet de récompenser indument des machines qui tournent dans le vide mais bien de mettre en circulation assez de monnaie pour permettre les échanges.

    Le critère d’attribution des 1ers Bitcoins est donc totalement aléatoire et ne récompense pas vraiment un travail ou une production… certes, il en allait de même de l’or il y a quelques siècles, c’était à celui qui le trouvait. De toute manière ce n’est qu’une phase transitoire, une fois que la masse de monnaie est stable, sa valeur est donnée par les biens et services échangés…Dans le cas présent c’est tout de même astucieux, le système de distribution des premiers bitcoins favorise l’adhésion et fait son autopromotion.

    Non, le problème n’est pas une chaine de Ponzi mal interprétée, mais celui de la quantité de monnaie en circulation, livrée en l’occurrence à un algorithme construit sans lien avec l’activité économique : i.e, la monnaie n’est pas mise en circulation selon la création de richesse effective ou prévue (comme c’est le cas actuellement puisque la monnaie est créée par la dette) et adhérer à un système de Bitcoins revient à se priver d’un moyen de régulation de l’économie.

    Conclusion n°1 : Bitcoin = pas d’intermédiaire financier, mais pas non plus de régulation = un gros défaut pour un avantage pas si terrible que ça= guérir une mauvaise grippe par le choléra.

    Conclusion n°2 : toute monnaie est bâtie sur la confiance (on le sait depuis la banqueroute de John Law en 1720). Personnellement, après avoir vu Die Hard 4, je ne suis pas entièrement persuadé de l’infaillibilité d’un système informatique et je suis sûr que de charmants individus tels LulzSec et consors pensent comme moi.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 25 juin 2011 - 18:29 Signaler un abus - Permalink

    @Guyfawks quitte à paraitre pour obstiné, je maintiens que bitcoin est un pyramide de Ponzi.

    Contrairement à ce que vous dites, la “phase transitoire” n’est pas anecdotique : elle définit en elle-même le type de système auquel on a affaire.

    Dans le cas de bitcoin comme de l’or, la limite programmée de l’expansion d’une telle monnaie la rend par nature déséquilibrée, puisque les premiers à trouver un filon de bitcoin ou d’or sont avantagés par rapport à leurs successeurs.

    Vous dites qu’il n’y aura plus de problème quand la limite de l’expansion monétaire sera atteinte. C’est exactement le contraire !

    Une fois que tous les bitcoins auront été attribués, les nouveaux entrants arriveront avec un handicap : celui de devoir obtenir leurs premiers bitcoin pour commencer à échanger, tandis que d’autres en auront eu “gratuitement”.

    Créer de la monnaie en soi n’est pas le problème, les prix s’ajustent derrière par inflation ou déflation.

    Non, la question principale, c’est à qui bénéficie cette création monétaire, selon quels critères ? Est-ce juste ?

    Si oui, alors il y a une chance que les gens fassent confiance dans cette monnaie, et qu’elle devienne une monnaie de référence.

    Dans le cas contraire, il faudra dépenser de l’énergie à faire croire que le système est ok…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gael le 29 juin 2011 - 16:56 Signaler un abus - Permalink

    Pour ceux que cela intéresse, voir http://www.lietaer.com, le site le plus complet sur les mécanismes de création monétaire (Bitcoin n’y est pas encore repris).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • tkd le 29 juin 2011 - 21:12 Signaler un abus - Permalink

    Avoir des doutes sur BitCoin est légitime mais j’ai un petit soucis avec la construction de cet article ainsi que l’interview qui le suit.

    Ils utilisent le site de Stéphane Laborde pour “montrer” que le système fonctionne comme un schéma de Ponzi (sans savoir si c’est une analogie ou si c’est une pyramide bien réelle). Sauf que sur le site en question, on ne trouve qu’un article sur bitcoin et il en dit que du bien : http://www.creationmonetaire.info/2010/08/bitcoin-un-systeme-monetaire-p2p-crypte.html

    Je veux bien croire que l’auteur “a bien réfléchi” mais il y aurait pas moyen d’avoir une démonstration un peu plus rigoureuse ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 29 juin 2011 - 23:09 Signaler un abus - Permalink

    @tkd : Stéphane est bien sûr enthousiasmé par le “proof of concept” qu’est bitcoin, mais il dénonce les règles monétaires appliquées dans ce système.

    Et en fait, il me semble qu’au moment de l’écriture de son article, il n’avait pas remarqué la fameuse limite de l’expansion monétaire du bitcoin.

    Et pour information, le monsieur ne serait pas “contre” bitcoin s’il ne participait pas lui-même à un projet concurrent : open-udc.

    La “démonstration rigoureuse”, elle se trouve dans le livre de Laborde : la Théorie relative de la monnaie.

    Sinon, un peu de bon sens et ça marche aussi. amha ;-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • tkd le 30 juin 2011 - 0:51 Signaler un abus - Permalink

    @stanislas Moué. désolé, je ne vois toujours ni argumentation, ni démonstration.

    1. Dans le permalien, il est déjà fait mention de la limite imposé du volume de bitcoin … donc difficile de mettre ça sur le compte de stéphane laborde

    2. après avoir fait un ctrl-f dans le PDF. En gros, il est montré qu’il existe deux biais d’achat de BTC, la nécessité d’avoir des ressources au préalable (ce qui doit justement être annulé par la complexité algorithmique croissante nécessaire pour produire un BTC) et de ne pas arriver trop tard. Ce qui n’en fait toujours pas une pyramide de Ponzi mais qui permet de réduire les BTC à des choses ayant uniquement une valeur d’échange. Produits utilisés à des fins spéculatives et non d’échange de services par exemple. Donc le problème étant plus que le système ne permet pas de parer certains usages de l’argent en général plus que le système en lui-même serait vicié. Rien de bien nouveau depuis Marx ou Simmel …

    3. Sur le concept d’asymétrie spatiale, qui me semble être une manière bizarre de parler de la stratification sociale, SL concède lui-même que son annulation doit passer par un processus graduelle et donc n’est pas dépendant d’un système monétaire donné.

    4. “chacun sait que” le bon sens, “ça coule de source” (mon bon monsieur) … le mien me dit que c’est moins simple et évident que de dire que ça ressemble à ceci donc c’est ceci.

    Je vois juste que la conséquence du volume limitée est l’impossibilité pour les BitCoins d’être une monnaie définitive et donc d’y soumettre un système de service stable. Je conteste juste le passage à un système qui pourrait être bancal à l’étiquetage en tant que fraude ou arnaque.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stanislas Jourdan le 30 juin 2011 - 11:54 Signaler un abus - Permalink

    Exact, pardon ! Mais il précise bien :

    Or comme nous l’avons déjà vu le problème de ce type de création monétaire à dividende non constant est l’asymétrie temporelle. Les premiers entrants disposeront de la monnaie créée à leur avantage, les derniers entrants d’aucune.

    Ce qui n’est qu’une paraphrase (raccourcie) de l’explication citée dans l’article.

    Bref, après on peut pinailler pendant longtemps sur les mots utilisés (ponzi ? arnaque ? etc). Personnellement je ne considère par bitcoin comme une arnaque car le code est ouvert, donc le consentement à utiliser bitcoin peut difficilement être vicié. Ca sera différent si la “limite” de bitcoin était cachée.

    Bref, si on est d’accord pour dire que bitcoin ne peut pas être une monnaie de référence, c’est déjà bien :-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jimbo le 6 juillet 2011 - 19:20 Signaler un abus - Permalink

    Je n’arrive pas à comprendre en quoi la difficulté grandissante d’obtenir des Bitcoin est constitutive d’une pyramide de Ponzi.

    Effectivement, obtenir des Bitcoins est de plus en plus compliqué et contraint ses utilisateurs à l’achat de Bc avec de la “vraie” monnaie. C’est pour cela que sa valeur augmente. De ce fait il n’y a rien d’injuste à ce que les nouveaux entrants aient plus de mal à en obtenir : si les Bcs “coutent” plus cher qu’avant c’est parce que leur pouvoir d’achat augmente.

    Le problème réside ailleurs selon moi. Dès lors que la limite d’émission des Bitcoins, fixée à 21M unités, sera atteinte, il n’y aura plus d’incitation pour un utilisateur à mettre le processeur de son ordinateur à disposition du réseau. Bitcoin devrait alors cesser de fonctionner puisqu’il repose sur l’assentiment des utilisateurs à participer à la puissance de calcul du réseau. Tous les détenteurs seront alors floués, les gros détenteurs (premiers entrants) comme les petits (derniers entrants).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gyui le 10 juillet 2011 - 0:20 Signaler un abus - Permalink

    L’auteur ne sait pas ce qu’est une chaine de Ponzi.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bernard le 14 janvier 2012 - 10:37 Signaler un abus - Permalink

    Cela ne ressemble-t-il pas au principe du jeu de l’avion?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • LordWolfy le 24 août 2013 - 15:02 Signaler un abus - Permalink

    Je crois que l’auteur de ce pots n’a pas bien compris le concept de pyramide de ponzi.
    surtout quand on affirme que tout système monétaire suit un schema de ponzi

    Selon la belle pyramise du schema un early miner qui aurait miné 1 bitcoin a donc
    13 milliard plus de ???? que le nouvel entrant qui a miné ou acheté un bot coin ??

    Quel est le rapport de rémunération (oui le systeme de ponzi suppose un promesse de rémunération) entre un early miner et un nouvel utilisateur ?

    si il n’y a pas de nouvel entrant :
    - les promesses de rémunération sont elle tenues ? oui puisqu’il n’y a aucune promesse
    - le système s’ecroule-t-il ? non le bitcoin reste un bitcoin

    par contre toutes les personnes qui achètent du bot coin sont plus des joueurs que des spéculateurs car la seule “garanti des bitcoin repose sur de la confiance
    si demain il y a un problème la valeur d’un bitcoin peut passer à 0

    Bel Article FUD

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • corrector le 28 janvier 2014 - 1:06 Signaler un abus - Permalink

    Je découvre cet article navrant.

    “Pour fonctionner, bitcoin a besoin d’une puissance de calcul afin de vérifier et archiver les transactions effectuées”

    Surtout pour garantir l’unicité et l’intégrité du réseau.

    “résout l’algorithme”

    On résout une équation pas un algorithme!

    ““multiplier la monnaie” comme le font aujourd’hui les banques lorsqu’elles émettent des crédits”

    FAUX

    Une banque qui fait crédit ne fait que déplacer l’argent.

    “bitcoin constitue une menace pour le capitalisme financier ”

    En quoi?

    “Mais cette rareté a-t-elle un sens dans un monde numérique inondé d’abondance ?”

    Pourquoi elle n’en aurait pas?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Cool blog! Is your theme custom made or did you download it from somewhere? A design like yours with a few simple adjustements would really make my blog stand out. Please let me know where you got your theme. Bless you
    sac bandouliere longchamp pliage http://www.olympiades-chimie.fr/02_present/?p=704

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • This site doesn’t display properly on my iphone4 – you may want to try and fix that
    acheter ceinture louis vuitton pas cher http://www.mutuaide.fr/iso_icons/?=acheter-ceinture-louis-vuitton-pas-cher-louis-vuitton-soldes-suisse-sac-luxe-tendance

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • sac longchamp prix magasin le 12 août 2014 - 21:19 Signaler un abus - Permalink

    I just added this webpage to my feed reader, great stuff. Can’t get enough!
    sac longchamp prix magasin http://www.rouen.cci.fr/outils/?=tag/sac-longchamp-prix-magasin

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
17 pings

Derniers articles publiés