Gaz de schiste : les nouveaux subprimes ?

Le 4 juillet 2011

Une série de mails internes à l'industrie des gaz de schiste publiés par le New York Times révèle des méthodes pour masquer le manque de rentabilité d'un secteur décrit par ses acteurs comme « une pyramide de Ponzi ».

La rumeur dans le milieu des indépendants est que les grandes zones d’extraction des gaz de schiste ne sont qu’une énorme pyramide de Ponzi et que le modèle économique ne marche tout simplement pas.

Ce jugement sans appel n’est pas celui d’un militant écologiste : en bas de ce mail révélé par le New York Times figure la signature du très sérieux cabinet IHS Drilling Data, expert en énergie. Au total, ce sont des centaines de communications internes au secteur de l’énergie que le quotidien américain a publié le 27 juin 2011. Une somme qui restitue un inquiétant constat : l’industrie des gaz de schiste repose sur des évaluations reconnues comme fausses. Un mensonge gros de plusieurs milliards de dollars que les géants du secteurs tentent déjà de dissimuler pour éviter l’effondrement de la bulle.

« Le plus grand secteur économique à fonds perdus du monde »

Etalés sur trois ans, les échanges portent sur tous les aspects de cette nouvelle industrie, et principalement sur les gisements du Sud-Est Etats-Unis (Barnett shale et Haynesville shale). Premier problème, les réserves semblent avoir été surévaluées dès le départ. Là où les communiqués de presse et déclarations publiques du géant texan Chesapeake revendiquent jusqu’à 50 ans de durée de vie pour les puits de gaz de schiste de la Barnett shale, certains géologues doutent que l’on puisse atteindre les 20 ans. Un géologue tente ainsi de prévenir un cadre de l’entreprise de ses doutes sur les évaluations dans un mail daté du 17 mars 2011 :

Vous avez parfaitement raison de mettre en question la durée de vie des puits. Nos ingénieurs évaluent leur potentiel à 20 ou 30 ans de production et, à mon avis, cela reste à confirmer. En fait, je suis plutôt sceptique à propos du pourcentage de déclin de la production après la première année d’exploitation. Dans certains cas, les puits sont excellents et produiront de grands volumes sur la période prévue mais certains s’épuisent rapidement.

Seul problème, « l’argent coule à flot pour profiter de cette nouvelle « nouveauté » que constitue ce secteur de l’énergie qui est fondamentalement non rentable », comme le déclare le responsable du fonds d’investissement PNC dans un mail. En 2009, le leader mondial du pétrole Exxon Mobile déboursait 41 milliards de dollars pour la start up des gaz non conventionnels XTO avant de remettre la main à la poche en juin 2011 pour acheter Philips ressources 1,7 milliard. Pour ne pas rompre le cycle, certaines entreprises usent de ficelles très douteuses pour ne pas éveiller de doutes chez les investisseurs.

Bien côté en bourse, Chesapeake est ainsi identifié pour sa « comptabilité agressive », comme le relève une note de la société d’investissement Argus dans une de ses analyses. Pour se procurer du cash, la compagnie a ainsi recours à des « volumetric production payments », sorte de bons par lesquels elle commercialise sa future production gazière contre paiement immédiat. Or, au lieu de marquer le gaz déjà vendu par ce procédé en dette dans ses bilans comptables, Chesapeake gonfle artificiellement sa production en le signalant comme stock. Un gaz dont certains doutent seulement qu’il soit jamais produit…

Refourguer les puits pour continuer de faire du cash

Selon les données communiquées en interne que s’est procuré le New York Times, des puits très productifs existeraient donc parmi les 10000 dont Chesapeake est propriétaire, mais ils seraient entourés de puits où la vente du gaz extrait compense à peine le coût des opérations. Au Texas, certaines zones commencent déjà à montrer des signes d’épuisement, comme la région de Fort Worth, à l’Ouest de Dallas. Dans la région, Chesapeake a acheté à tour de bras des droits d’extraction à des particuliers, jusqu’à 27500$ par acre (environ 4m²). Si le « boom » des gaz de schiste venait à faire pschit, l’économie locale pourrait s’effondrer plus vite encore que les cours de bourses des géants. D’autant plus que les gaziers préparent déjà des options de repli.

Car la condition sine qua non de la rentabilité de ce business n’a toujours pas été remplie : seule une augmentation conséquente du prix des hydrocarbures permettrait de couvrir les frais d’extraction des gaz de schiste et les rendraient ainsi rentables. Quand nous nous sommes intéressés pour la première fois à la question en novembre 2010, le physicien canadien Normand Mousseau (auteur du livre « La révolution des gaz de schistes ») pointait un écart énorme qui ne s’est toujours pas comblé:

La situation dans les gaz de schiste aujourd’hui est assez comparable à celle de la bulle internet : actuellement, le gaz naturel se vend autour de 4$ [canadiens] le gigajoule((1 gigajoule correspond à un sixième de baril de pétrole)) mais coûte à peu près 6$ le gigajoule à produire.

Pour masquer ce problème, certaines sociétés ont ainsi envisagé de forer plus de puits pour masquer le manque de rentabilité de ceux déjà exploités. Prévoyant l’effondrement, un cadre de la société de service pétrolier Schlumberger formule une solution encore plus cynique : il suffit de revendre les puits pourris à des gogos, « il y a toujours un plus gros pigeon », conclut-il. Aucune hypothèse n’émerge sur l’issue de cette fuite en avant financière et industrielle, sinon celle d’un cadre de Anglo-Energy Corporation :

L’esprit de troupeau qui se manifeste face aux schistes s’achèvera peut-être comme la crise des subprimes.

Avec le SEC (l’autorité des marchés financiers américaines) sur les dents et les démocrates qui exigent désormais des comptes à l’agence de l’énergie sur ses évaluations des réserves, il se pourrait bien que cette dernière prédiction se trouve réalisée.


Article publié initialement sur OWNIschiste.

Photos : FlickR PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions InitialesAuzigog ; Paternité Afroswede ; PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Bradphoria.

Image de une Loguy pour OWNI /-)

Retrouvez les autres articles du dossier sur les bulles économiques :

Grand Paris, énergie, économie… PYRAMIDES DE PONZI !

Bitcoin : de la révolution monétaire au Ponzi 2.0

Laisser un commentaire

  • Pedro le 4 juillet 2011 - 22:05 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour cet article ;)

    Juste un détail : “Le plus grand secteurs” il me semble qu’il y a une grosse faute d’accord !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Harry Cover le 5 juillet 2011 - 8:37 Signaler un abus - Permalink

    !

    Bon, d’accord – encore un site intéressant.
    Un de plus – aucun site – aucun politicard
    de tout poil n’a jamais réclamé – le droit au
    sol – le droit à loger sans engraisser des
    propríétaires spéculatifs – le droit “du”
    travail comme le droit de propriété. Les
    tribunaux du travail d’opérette.
    Continuez à faire la morale….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • goe le 5 juillet 2011 - 10:18 Signaler un abus - Permalink

    > jusqu’à 27500$ par acre (environ 4m²)
    1 acre = .4047 hectare = 4047m²

    sinon ça fait cher le m², du même ordre qu’un appart a Paris…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • HIDALGO le 5 juillet 2011 - 11:16 Signaler un abus - Permalink

    Je ne sais pas si l’exploitation de ces gaz de schiste est rentable, probablement pour certains mais on rêve que des hommes de pouvoir actuel, par exemple P. Ollier, le petit ami de MAM (tous deux grands amis de cet inoubliable humaniste nommé Ben Ali et sa délicate copine Trabelsi) montrent la même rigueur vis à vis de la fracturation hydraulique ou de l’extension de la technique nucléaire, qu’à l’égard de l’implantation d’éoliennes.

    Et dire qu’il existe déjà des techniques de production d’énergie solaire peu polluantes et relativement simples:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9sertec#Le_concept_.C2.AB_DESERTEC_.C2.BB
    Et ça fonctionne ! En Espagne par exemple:
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Andasol
    Même AREVA s’y intéresse:
    http://www.areva.com/FR/activites-415/la-technologie-du-solaire-thermique-a-concentration-csp.html

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Luc le 7 juillet 2011 - 7:51 Signaler un abus - Permalink

    bravo pour l’article ; sinon, le métadocument du New York Times, il utilise quel software à votre avis?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
7 pings

Derniers articles publiés