Je veux que ma fille soit un hacker

Le 26 août 2011

Voici la traduction d'un texte écrit par un papa. Il a suscité de nombreux commentaires dont celui-ci : « je ne vous connais pas, mais vous devez être le meilleur père qui soit. » On vous laisse juge :)

Commençons par définir ce que j’entends par le terme « hacker ». Il y a tellement de peurs, d’incertitudes et de doutes1 autour de ce terme. De grandes institutions de contrôle veulent que vous ayez peur des hackers, veulent que vous pensiez que l’état d’esprit des hackers est dangereux. Cette vision ne peut pas être plus éloignée de la réalité. Les hackers sont simplement des individus capables qui veulent comprendre les choses pour eux-même. Le terme hacker étant maintenant proprement défini, venons-en au sujet, pourquoi je veux que ma fille soit un hackers2

Les hackers ne sont pas des consommateurs bêtes et disciplinés – alors que les grandes institutions continuent de laver le cerveau des citoyens pour en faire des esclaves du système qu’elles ont créé ; les hackers savent qu’une vie est possible en dehors de ces systèmes fondés sur la dépendance des utilisateurs, une vie meilleure. La dépendance institutionnalisée est tout bonnement en train de nous tuer. Notre dépendance au système alimentaire institutionnel nous rend malade, nous réduit physiquement. La dépendance au système de santé occidental nous ruine. Les principaux partis politiques prêchent cette dépendance ; l’un mettant l’accent sur les grosses institutions gouvernementales, l’autre sur les grosses institutions entrepreneuriales. Les hackers prônent une dépendance faible i.e. l’indépendance pour eux et leurs communautés.

Les hackers évitent ce que j’appelle « le piège de la connaissance » – notre système éducatif consiste principalement à enseigner quoi penser, non pas comment penser. Ceci, de la maternelle au premier cycle. Les hackers se concentrent sur les compétences plutôt que sur les connaissances, les gens ayant les compétences sont ceux qui survivent. Plus encore, c’est leur attitude qui rend les hackers efficaces. Les connaissances sont moins importantes car ils ont les compétences pour acquérir celle requise lorsque cela devient nécessaire. De plus, leur attitude indépendante les rend résistant au recours à l’autorité.

Les hackers peuvent tout hacker – Ils ne sont pas limités à l’informatique et l’électronique. Ils peuvent planter des légumes et par là même hacker le système de distribution de la nourriture. ils peuvent installer des panneaux solaires sur le toit de leur maison et hacker ainsi le réseau énergétique. Ils ignorent la peur que les publicitaires et les politiciens insinuent dans la psyché de notre société. Les gros systèmes institutionnels ne déconcertent pas les hackers, eux voient au-delà.

Les hackers préfèrent les systèmes ouverts – les hackers utilisent et promeuvent les outils et les systèmes ouverts et sans contrôle. Ils soutiennent la liberté des logiciels, et cela assure des outils sans contrôle aux générations futures de hackers.

Je suis sûr qu’il y a plein d’autres raisons d’encourager la génération qui arrive à adopter le hacking. N’hésitez pas à ajouter les vôtres aux commentaires. Joyeux Hacking !

Billet initialement publié sur le site Olsc (licence CC Attribution-Share Alike 3.0 Unported) traduit de OffMyGourd

Image Flickr CC PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Vedia

  1. FUD []
  2. l’auteur de la traduction avait remplacé ma fille par mes fils en expliquant qu’il avait adapté le texte à sa situation personnelle. Nous avons toutefois préféré garder « ma fille » pour ne pas perdre le sel du titre original. []

Laisser un commentaire

  • mkhell le 26 août 2011 - 18:38 Signaler un abus - Permalink

    L’éducation n’est pas le monstre hideux que ce père de famille rapporte… Enseignant, j’ai la chance de pouvoir donner un esprit critique à mes élèves. Certes un niveau de connaissances est requis (critiquable et subjectif) mais l’esprit critique est et sera toujours, dans mes classes, valorisé… peut-être veut-il créer sa propre institution, avec ces propres valeurs et qui lavera le cerveau des participants par un manque d’ouverture et de critique…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Pilip le 12 avril 2012 - 20:20 Signaler un abus - Permalink

      Pas si sûr.
      A la base, l’Histoire de france telle que l’on la connait a été écrite à la toute fin du XIXème siècle, après que les gouvernants se soient rendus compte lors de la guerre de Prusse que le Breton avait fort peu en commun avec l’Alsacien, le Basque et le Corse… aussi bien au niveau des traditions que des croyances, du patois, et que de la culture. Autant dire que dans un pays où les gouvernants parisiens croient dur comme fer que “la nation est une et indivisible” sans jamais être sorti de leur trou, et pour qui le mot fédéralisme est une insulte, ça sonne mal. Ainsi entre autres, contrairement à ce que l’on apprend, les Gaulois n’était pas un peuple mais une centaine de tribus qui passaient plus de temps à se taper dessus que sur les romains, Jeanne d’Arc est à peine évoquée dans les textes historiques, et le roi soleil, en ayant l’idée lumineuse de construire le palais de Versailles dans un marais, a envoyé à la mort une bonne dizaine de milliers d’ouvriers. Mais ça, chut.

      Dans le système actuel, on commence à réellement s’ouvrir l’esprit au lycée. Le primaire est marqué de connaissances à avoir par coeur, le collège c’est de l’instruction civique d’une objectivité fabuleuse (le cours “les mérites et valeurs de notre armée” était un exemple d’abnégation et de critique objective), et c’est seulement au lycée qu’on commence à bien vouloir nous dire que le communisme c’est pas que Staline, qu’il y a derrière de très beaux textes et idées, que le capitalisme c’était pas uniquement des méchants patrons, que parfois, TF1 ne dit pas la vérité, et que (attention, hérésie) des gens vivaient parfois bien et heureux dans des pays non démocratiques, voire avaient du mal à s’y mettre (l’apathie des Russes face à un régime autoritaire en est un parfait exemple).

      Bien sûr entre temps les journaux continuent de nous reservir leur déluge de morts quotidiens, de guerre, de sang versés pour rien, de danger partout au coin des rues (et de très très vilains hackers aussi). Autant dire que le lycée arrive un poil tardivement pour réparer les dégats d’un sens critique déjà bien affaibli et nourri à la culture pub & images choc. Il suffit de parler aux bonnes personnes pour s’en rendre compte

      Je ne dis pas que vous en êtes responsable, et je pense même sincèrement qu’enseignant est un des métiers les plus courageux qui soient (surtout actuellement). Cependant je dis que le système éducatif actuel est loin d’être parfait et n’enseigne pas du tout une Histoire subjective et ne donne pas d’éléments permettant d’assimiler le flot d’informations auquel nous sommes aujourd’hui soumis.

      De fait, je trouve que l’idée de cet homme de faire un article résumant la VRAIE définition de ce qu’est un hacker et de promouvoir un contre-système que l’on cotoie pourtant tous les jours (logiciels libres, bénévolat…) est admirable et n’en fait certainement une personne manquant “d’ouverture et de critique”.

      D’ailleurs si l’on veut développer la définition du hacker, c’est tout simplement quelqu’un qui n’obéit pas à la morale protestante “tout travail mérite salaire” qui régit nos sociétés, mais plutôt à une morale du type “je travaille par passion, pour ma passion et pour le partage”. L’idée en elle-même me parait bien plus belle et humaine.

      Cordialement.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • ooblik le 26 août 2011 - 18:49 Signaler un abus - Permalink

    pourquoi le “je veux que mes fils” est ici un “je veux que ma fille” ???? foutage de genre ???

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jean-Luc le 26 août 2011 - 18:59 Signaler un abus - Permalink

    Pour compléter, lire “Voici pourquoi la jeunesse aux Etats-Unis ne se révolte pas” de Bruce E. Levin.

    http://www.reporterre.net//spip.php?article2095

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • h1d30 le 26 août 2011 - 19:06 Signaler un abus - Permalink

    En même temps le titre est des plus mauvais… Hier ils voulaient que leur fille soit femme au foyer ou vétérinaire. Aujourd’hui, sous couvert, d’être cooool, ils veulent encore que leurs gosses correspondent à leur fantasme. Si j’étais parent, je voudrais surtout que ma gosse soit libre de devenir ce qu’elle veut. Visiblement, il y a encore du chemin. Même chez les hackers. Allez, comme il y a 15 jours nous campions sur la même base, recommandons aux mecs d’oublier leur bite 5mn en recommandant chaudement la lecture de “She-Hackers: Millennials and Gender in European F/LOSS Subcultures” http://events.ccc.de/camp/2011/Fahrplan/events/4487.en.html

    Cordialement,
    h1d30

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Srinarayana le 26 août 2011 - 19:08 Signaler un abus - Permalink

    Le système politique en France et ailleurs en Europe est gangréné, défaillant, répressif. Les peuples subissent des décisions des politiques qui sont carrément déconnectés de la réalité. La moindre manifestation, le moindre mécontentement de ces peuples sont matés par la désinformation et la manipulation des médias qui ne sont autre que des outils de répression. Ces populations sont tellement formatés et conditionnés, qu’elles ne réagissent plus.
    La méthode hacker est une nouvelle forme de pensée et d’indépendance vis à vis du système standart européen.
    Développons “le hackerisme” pour nous sortir de cette monotonie, et réveiller des peuples qui dorment depuis plus de trente ans. C’est la seule façon d’avancer ou bien faire carrément faire la révolution de Jasmin. Encore faudrait-il avoir du cran et courage. Vive le “hackerisme” et les hackers…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Emma le 26 août 2011 - 19:10 Signaler un abus - Permalink

    etonnant, ce choix d’avoir repris le billet en écrivant “ma fille” plutôtque mes fils. Pourquoi?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Emma le 26 août 2011 - 19:12 Signaler un abus - Permalink

    Au temps pour moi, c’est la première traduction qui n’était pas respectueuse

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mit le 26 août 2011 - 19:16 Signaler un abus - Permalink

    Les hackers ne croient, ils essaient de savoir.
    Exemple :
    > Notre dépendance au système alimentaire institutionnel nous rend malade, nous réduit physiquement.
    Source© ? L’affirmation me semble totalement foireuse.

    > La dépendance au système de santé occidental nous ruine.
    Il y a un système de santé uniforme à l’Occident ? Idem, une affirmation qui ne veut rien dire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • pa le 26 août 2011 - 19:16 Signaler un abus - Permalink

    “La dépendance au système de santé occidental nous ruine [...] institutions gouvernementales [...]institutions entrepreneuriales”

    Heureusement qu’il reste la potion magique de mon jardin !

    Donc, quand je collabo avec mon voisin médecin spécialiste de ma tumeur présente chez seulement 1 personne sur 10 000 et que j’utilise son scanneur à 30 millions, de grosses sommes d’argent ne sont pas impliquées ?

    Sérieusement, un système de gestion collective de la santé est meilleur pour soigner de façon scientifique une population, même si on pose 1000 questions avant de prendre une pilule. La redistribution de la richesse ne ruine personne quand la chose est réalisée de façon intelligente. Dans le pire des cas, je préférerais également un système misant sur une marge de profit pour des compagnies privées que de crever seul dans ma cour à bouffer de l’herbe.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Anno le 26 août 2011 - 19:50 Signaler un abus - Permalink

    @mit @ pa Ce qui est intéressant c’est la vision d’un système nouveau.
    Depuis des décennies, voire des siècles, avec les journaux, puis la radio, puis la tv on diffuse l’information que les gens ont besoin de connaître. On éduque les gens dans des valeurs d’obéissance et on crée des personnes qui ont tous le même sens commun.
    Dans l’informatique ou sur internet, le sens commun se retrouve dans ‘les bonnes pratiques’, mais libre à chacun de démontrer qu’une autre pratique peut être meilleure.
    Au travers le hack, on teste et on éprouve des systèmes, dans le but soi de trouver celui qui nous convient soi celui qui marche encore mieux, cette pratique peut aussi devenir une idéologie de vie, et c’est cette idéologie qu’il souhaite enseigner à ses enfant. Pour ma part si j’en avait, je ferai pareil…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Narscimonel le 26 août 2011 - 21:25 Signaler un abus - Permalink

    Les journalistes et utilisateurs de ce site, pour lequel j’ai une certaine affection me semblent porter une vénération absolue pour le hacking, Internet et l’informatique en général.

    A tel point qu’il est rare, voir exceptionnel de lire un article réellement critique sur ces questions. Soit, après tout Owni a une ligne éditoriale claire et s’y tient ; c’est plutôt rare et c’est respectable.

    Le problème est, à mon sens, relativement simple : sommes nous réellement fait pour nous “débarrasser” des institutions, pour “hacker” le système ? Que disent les hackers de la criminalité, du désordre, de la pollution ?
    Engendrés par le système sans doute. Alors quelle est la vraie solution ? Le hacking me paraît à la lecture de ce billet (ce n’est pas un article clairement), parfait et idéal, le vecteur d’un avenir meilleur.

    Sauf que cela reste une vision très individualiste, très “indépendante”. Comme l’auteur dit “seuls ceux qui ont les compétences survivent”. Et les autres alors ?
    Ne vient -il à l’esprit de personne ici que certaines personnes aiment/veulent être des “moutons” ? Qu’ils se sentent à l’aise dans cette situation. Que l’indépendance totale est un choix, mais qu’elle peut mener à la souffrance, à la traque par les autres “moutons”, à l’exclusion.
    En conclusion, ne “souhaitons” pas aux autres d’être des hackers ? Tant mieux pour ceux qui s’en sortent de cette manière. Faisons preuve d’un peu de compréhension pour tous ces “idiots” qui ne peuvent pas se débrouiller seul, qui n’y connaissent rien en technique/technologie ou qui n’ont tout simplement pas la fibre bidouilleur.

    Merci

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Christopher.A le 26 août 2011 - 21:58 Signaler un abus - Permalink

    Je rappelle juste qu’en installant des panneaux solaires pour sa propre production on paie une entreprise,on est donc tributaire encore une fois de cette société de consommation, quoiqu’en dise l’auteur. De plus on dirait que l’auteur prône une sorte de société anarcho-utopiste absolument absurde. Le monde tel qu’il est aujourd’hui est le fruit de l’inéxorable évolution morale des communautés humaines qui défendent l’égalité et des droits universels. Elle ne changera jamais de tout au tout, si ce n’est, peut-être, lorsqu’elle se rendra compte qu’elle est au bord d’un gouffre, au bord de l’extinction.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Flannagan le 26 août 2011 - 22:41 Signaler un abus - Permalink

    Merci Christophe d’être à contre courant de la pensée dominante par ici.
    Toutefois, je mets un bémol : je crois que dans l’absolu, il est possible de fabriquer ses propres panneaux solaires ; l’objectif étant l’indépendance.

    Ce qui est possible mais demande du temps, des efforts et un certain capital de départ.
    Pour ce qui est du changement de la société, tout nous indique (à part les révolutions arabes à la limite) que notre monde ira de plus en plus mal et que s’il change, ce sera dans le mauvais sens. Ca fait 50 ans qu’on écrit de la SF, lisez en. Ces auteurs avaient tout compris et dépeignent beaucoup plus de visions sombres que de visions positives

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • bibi le 26 août 2011 - 22:46 Signaler un abus - Permalink

    mouais, toute cette belle réthorique sur le hacking me laisse pantois – pour l’instant ils finissent tous dans les plus grandes multinationales … le dernier en date à été embauché par Apple … tout ça sent le soufflé au fromage qui se dégonfle …

    Pour une fille et pour toutes les filles et les femmes qui veulent s’en sortir – n’écoutez pas vos pères – écoutez vous avant tout – le reste suivra … Bonne route

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Christopher.A le 26 août 2011 - 23:18 Signaler un abus - Permalink

    @Flannagan Pour les panneaux solaires je ne savais pas !

    En outre, je partage votre opinion quant au devenir plutôt sombre du genre humain ! LEs auteurs de SF ont sûrement raison !
    Qui plus est, JJ.Rousseau a bien résumé la situation : “L’homme naît bon par nature, c’est la société qui le corrompt”

    Pour en revenir à l’article, ce que je vais écrire est crû mais c’est ainsi que je pense,
    l’auteur me donne l’impression de se considérer comme marginal, moralisateur, être à part, au dessus des lois et détaché de la société actuelle. Il se contente de critiquer amèrement les travers de cette société en proposant un semblant de solution !
    Mais rien qu’en utilisant le web et donc les mass médias il est “rabaissé” au niveau d’un homme ordinaire, passif puisqu’il retourne aux fondements de la société d’aujourd’hui : la communication (Le contraire de l’indépendance).

    Qu’en pensez-vous ? Peut-être que mon raisonnement est ridicule, j’en conviens ^^

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jftam le 27 août 2011 - 0:20 Signaler un abus - Permalink

    Dommage que les hackers soient individualistes, sinon le concept pourrait être sympa… Si vous pouviez neanmoins encourager votre fille à hacker les sites boursiers et les places financières type Wal street ou la city, ce serait top… On compte sur vous

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • AcidBurning le 27 août 2011 - 7:45 Signaler un abus - Permalink

    Les hacker om plus de pouvoir que qui conque.

    Ex:Un gars de 14 ans qui hack l’armer a le controle de tout les missile nucleaire de ce pays.L’armer elle peut rien faire pendant 10 15 min,qui est emplement pour tout faire ssuter.

    Ps dsl pour l’orthigraphe je syis sur mon ipod

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • asselin le 27 août 2011 - 9:06 Signaler un abus - Permalink

    “Les connaissances sont moins importantes car ils ont les compétences pour acquérir celle requise lorsque cela devient nécessaire”

    Alors là, c’est très discutable. La “connaissance” n’est pas seulement de “l’information”. Et la culture n’est pas commutable…

    Je trouve l’article intéressant, néanmoins il me semble que l’idéologie consistant à séparer une secte d’individus “conscient” luttant contre un “système”, du côté du bien, à une autre, suivant comme le mouton de Panurge le dit “système”, du côté du mal, reste une simplification beaucoup trop soumise à la forme de pensée judéo-chrétienne pour me satisfaire…

    Ce qui m’intéresse chez les hackers et qui justement m’ennuie chez les révolutionnaires, c’est que leur référenciel est libéré du référentiels permanent aux structures de pouvoir (dont on peut s’affranchir unilatéralement dans de nombreux aspects de sa vie) et aux grandes luttes morales contre le Mal. Le hacking opérer aussi bien en situation de lutte frontale (le printemps arabe) que dans les aspects fragiles d’une vie individuelle et collective non réductible à une rethorique dialecticienne.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • asselin le 27 août 2011 - 9:08 Signaler un abus - Permalink

    erreur dans mon message précédent: non pas “commutable”, mais “computable”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • David20cent le 27 août 2011 - 11:41 Signaler un abus - Permalink

    Ça valait une traduction c’est certain. On peut remplacer ” hackers” par “hippies”, à un détail prêt c’est que le hacker à un toît.

    @mkhell: L’éducation n’a qu’un but: produire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • petaire le 27 août 2011 - 12:31 Signaler un abus - Permalink

    Vous commencez légèrement à être relou les mecs avec le hacking. Faut arrêter deux secondes, si les hackers étaient aussi géniaux, ils hackeraient la brioche qu’ils ont à la place des abdos, se taperaient des nanas et pas sur youporn, et deviendraient les maîtres du monde. Au lieu de ça ils font des LAN party de HoN et passent des week ends à foutre Lion sur des PC…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Devenir BH le 27 août 2011 - 20:24 Signaler un abus - Permalink

    C’est sympa les préjugés en tout cas ;)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • lateo le 27 août 2011 - 20:24 Signaler un abus - Permalink

    @petaire :

    merci de ne pas tout confondre :

    hacker != gamer != geek

    on peut, ou pas, être placé dans l’une de ces cases sans être dans une autre.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Narscimonel le 28 août 2011 - 0:35 Signaler un abus - Permalink

    @petaire
    Oui ne pas confondre hacker/no life. En fait de nombreux hackers ont une femme et certains d’entre eux, sans être les maîtres du monde (qui sont les financiers) sont carrément riches et dominent pas mal de gens(Bill Gates, Steve Jobs, Mark Zuckerberg). N’oubliez pas qu’ils disposent de vos données à chaque fois que vous vous connectez à un ordi.
    Julian Assange, hacker de renom n’a jamais eu trop de mal à trouver des femmes disposées à coucher avec lui et il n’a pas d’abdos.

    @asselin
    Nous sommes d’accord pour la connaissance ;-)
    Ensuite, je ne pense pas que le terrain soit celui du Bien et du Mal, plutôt ce choix éternel entre la “liberté” et la “sécurité”. A l’origine, les hackers restent quand même des produits du capitalisme : un système qu’ils ont “hacké” en en profitant largement.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • edcause le 28 août 2011 - 10:02 Signaler un abus - Permalink

    Ne m’en voulez-pas, je suis une petite nouvelle, mais alors, si je comprends bien, les hackers c’est des superbisounours?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • éric le 28 août 2011 - 23:59 Signaler un abus - Permalink

    J’aime bien les “hackers” et les gens libre d’esprit mais ce texte est un brin foireux car il confond l’effet et la cause.
    Pour hacker “n’importe quoi de coercitif”, il faut (!important) que ce “n’importe quoi de coercitif” existe et soit puissant.

    Le hacking doit donc être vu aujourd’hui comme une transition vers un monde plus ouvert, pas comme un plan de carrière pour ses rejetons !
    Ce qui signifierait simplement que les hackers d’aujourd’hui auraient failli… ce qui n’est pas le cas : ils ont ouverts des voies qui ne se refermont pas de sitôt (le logiciel libre en est un magnifique exemple).

    Aussi, plutôt que de former les hackers de demain, soutenons ceux d’aujourd’hui !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fabien le 29 août 2011 - 9:28 Signaler un abus - Permalink

    Il y en marre de ce phénomène véhiculé comme tendance par de tels articles. Les hackers sont sans doute davantage beaucoup plus proches des ultra libéraux de monsanto que des developpeurs open sources qui optent pour le partage. Les hackers, ces pirates qui pillent pour mieux revendiquer leur propre “génialité“ ne nous renvoient qu’a un foutu conservatisme.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • nicolas le 29 août 2011 - 14:12 Signaler un abus - Permalink

    Fabien> relisez l’article, il pose sa définition de hacker.

    La plus part des bons codeurs de logiciel libre aime à se déclarer hacker. Ce n’est pas de leurs fautes si les médias ont transformé le hackers en voleur de numéro de carte bleu.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gaelle le 29 août 2011 - 14:36 Signaler un abus - Permalink

    Faut arrêter de faire passer les hackers pour des héros incompris…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • petaire le 29 août 2011 - 14:56 Signaler un abus - Permalink

    Vous enculez des mouches là. Je fais parti des nerds, j’ai hacké, je fais du coding, donc je connais cet environnement là. Je suis aussi un gamer, j’ai passé mon week-end dans une LAN sur TF2 et L4D2, donc oui, je les connais aussi ces clichés. On est loin d’être des héros, croyez-moi. Il faut arrêtez de croire que tout le monde nous envie. Le hacking ne va pas changer notre monde.
    Vous participez à élargir notre cercle, et franchement, il était beaucoup mieux petit. Genre, vraiment. Quand on voit tous les connards de hipsters qui envahissent Twitter, les mecs qui portent des tee-shirts de Batman alors qu’ils ne savent même pas comment est mort Robin, je me dis que je préférais quand on me prenait pour un gogol qui préfère passer ses soirées sur Quake 3 plutôt que d’aller en boîte.

    Mais tout cela quelqu’un l’a dit mieux que moi : http://www.wired.com/magazine/2010/12/ff_angrynerd_geekculture/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fabien le 29 août 2011 - 15:17 Signaler un abus - Permalink

    @nicolas J’ai bien lu l’article, mais je ne suis pas d’accord avec cette “définition” proposée par l’article. Je n’aime pas les pirates, et je n’aime pas non plus ce flou qui permet de mettre ensemble deux mouvements antagonistes. Un pirate, c’est un pirate, point barre. Le terme ne convient pas à cette définition.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • cz le 29 août 2011 - 19:14 Signaler un abus - Permalink

    Ma fille a 6 mois, je le souhaite aussi ! Je ferai en sorte qu’elle est les bases d’autodéfense intellectuelle (cf Chomski et Baillargeon) pour ne pas etre tondue comme un mouton…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • shom le 29 août 2011 - 23:23 Signaler un abus - Permalink

    Tres bel article ! La question est “comment le devenir” ! Si vous avez des liens/livres sympa :) J’aimerais evoluer, j’ai l’avenir devant moi du haut de mes 15 ans, et je me rend bien compte de cette société de conssomation, de dépendance.. Mais comment s’en débarraser ?!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bob le 30 août 2011 - 11:14 Signaler un abus - Permalink

    “ils peuvent installer des panneaux solaires sur le toit de leur maison et hacker ainsi le réseau énergétique.”

    Ouais enfin dans ce cas là ils sont dépendants des petits chinois dans les mines et/ou les usines et ils hackent pas les rivieres que la fabrication des panneaux polluent.

    Et puis le hardware qui soutient leurs logiciels libre hacke dans le mauvais sens la vie des gamins africains et pakistanais qui le démonteront dans des conditions infames dans quelques années…

    hacker oui, mais.. est ce suffisant?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Bob le 30 août 2011 - 11:16 Signaler un abus - Permalink

    @shom: “la revolution d’un brin de paille” de fukuoka, “le sol, la terre et les champs” de bourguignon (pour l’agriculture) – les vieux (ou moins vieux) ezines pour l’informatique (cryptel et compagnie) et du temps a jouer avec GNU/Linux et/ou *BSD…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Arthur le 31 août 2011 - 17:31 Signaler un abus - Permalink

    Les hackers sont-ils donc si déconnectés de la réalité? Nos institutions ne me tue pas, moi. J’ai une existence tranquille en Hlm, plus tard je serai chercheur en neurologie ou encore en cancérologie, et qu’est-ce qui va me le permettre? Nos institutions. Je plains serieusement ta fille.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • grandapadano le 3 septembre 2011 - 17:29 Signaler un abus - Permalink

    Magnifique !

    Autant de commentaire de moutons prêt à défendre un système à l’agonie.

    Chaque jours n’oubliez pas de prendre votre pilule bleue, sait-on jamais, vous pourriez vous réveiller.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • LamerMan le 5 novembre 2011 - 13:38 Signaler un abus - Permalink

    Il manque un lien vers le “Manifeste” ?

    http://www.phrack.org/issues.html?issue=7&id=3

    et vers le Parti Pirate Français !

    http://partipirate.org/blog/index.php

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • patrick le 26 octobre 2013 - 22:58 Signaler un abus - Permalink

    salut;

    j’adore ton billet, il viens de m’éclairer sur la valeur du hacker.
    j’ai lu les commentaires, les gens confondent tout et sont déjà formatés par leur éducation et leur sujet. Voici venu le temps des égrégores.
    Les temps sont devenus difficiles de penser par soi même.
    Moi j’encourage cette forme de pensée que tu exprimes.
    Vive les Hackers

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
5 pings

  • [...] proprement défini, venons-en au sujet, pourquoi je veux que ma fille soit un hackers »Show original "Aimer" ceci :"J'aime"Soyez le premier à aimer ce post. Publié [...]

  • [...] Ces termes vous paraîtrons révolutionnaire ou geek (ou même les deux). Révolutionnaire, qui peut me dire que le système (français) est complètement adapté à l’éducation? Je suis pour la liberté d’expression et j’écoute chacun. J’ai un avis qui est peut-être un peu tranché, même si il m’a pas « mal » réussi, je ne le trouve pas adapté à l’apprentissage. Geek, parce que l’on parle de Hack? Le principe du hacking n’est pas que informatique, et le principe du hacking n’est pas QUE mauvais. Comment croyez-vous que des logiciels comme Firefox sont créés? par exemple. Pour avoir plus d’informations à propos du hacking, je vous propose de regarder le documentaire Pir@tages diffusé sur France 4. Dans le même genre d’article que Hackons l’école, je vous propose de lire Je veux que ma fille soit un hacker. [...]

  • [...] http://owni.fr/2011/08/26/pourquoi-je-veux-que-ma-fille-soit-un-hacker/ 原作者網站(英文) Why I Want My Daughter to be a Hacker [...]

  • [...] 2Je veux que ma fille soit un hackerVoici la traduction d’un texte écrit par un papa. Il a suscité de nombreux commentaires dont celui-ci : « je ne vous connais pas, mais vous devez être le meilleur père qui soit. » On vous laisse juge. [...]

  • [...] les frileux, les effarouchés- et les journalistes-  allez jetez un oeil à ce remarquable billet sur la notion de hacking, écrite par un papa, comme moi, et à laquelle je souscris [...]

Derniers articles publiés