Des hackers interviennent en Syrie

Le 14 septembre 2011

Un collectif de hackers, Telecomix, a prêté main forte aux Syriens en lutte contre le pouvoir de Damas. Une nouvelle opération après les succès égyptien et tunisien.

Dans la nuit du 4 au 5 septembre, à 2h53, KheOps (le pseudonyme d’un hacker familier des actions politiques) a “appuyé sur le bouton”, comme il le dit modestement, et détourné l’Internet en Syrie. Dès lors, les internautes syriens étaient automatiquement redirigés vers un site web expliquant pourquoi, et comment, contourner la censure et protéger leurs communications sur le Net :

Il nous fallait imposer notre message. Nous l’afficherions sur leurs écrans, par surprise, et sans qu’il soit possible de l’éviter, et durant un temps suffisamment long pour qu’ils n’aient d’autre choix que de le lire.

Et ils choisirent quatre fois, cette semaine-là, de passer ainsi par-dessus les murs de la censure syrienne. Ils, ce sont les Telecomix, un collectif de hackers qui s’était déjà illustré, lors du Printemps arabe, en aidant les internautes de Tunisie et d’Egypte à déjouer les cybercenseurs.

Les internautes se connectaient alors sur le canal IRC de Télécomix, ne faisant parfois que passer, certains laissant quelques mots : “Ce qui revenait tout le temps, c’est la peur des mukhabarats (NDLR : la sécurité d’État syrienne) et de savoir si on était ou non Israéliens. Autant pour l’intelligence je comprends autant pour le reste… Je ne sais toujours pas pourquoi” s’interroge KheOps, l’un des hackers les plus actifs sur le projet (voir aussi son émouvant témoignage sur Reflets.info). Il fallait rassurer, parfois plus souvent qu’encadrer, conseiller ou sécuriser.

Il était une fois #OpSyria

Tout n’a pas commencé, toutefois, par une simple pression sur un bouton. C’est l’opacité du régime syrien qui a conduit le groupe Telecomix à s’intéresser au pays :

De manière générale, on ne savait pas ce qu’il se passait en Syrie. Le peu d’images qui filtraient nous apprenaient que ce qui s’y passait était beaucoup plus grave qu’en Egypte. Aujourd’hui, on est 10 à assurer le support technique de tout un pays.

On a commencé avec une vingtaine de volontaires aux USA, en Europe, dans le monde arabe” se souvient KheOps. L’idée de départ était de fournir une sorte de boite à outils pour permettre aux révolutionnaires syriens d’améliorer leur anonymat et leur sécurité en ligne. Il fallait écrire, en anglais, d’abord. Réécrire, traduire en arabe, créer les pages, se heurter aux problèmes de ponctuation en arabe, de copier-coller qui parfois ne fonctionnent pas comme escompté… Et bien entendu, le travail technique. Près d’un mois a été nécessaire à une dizaine de personnes pour réaliser ce qui s’est affiché sur les écrans syriens.

Dans la nuit du 11 au 12 août dernier, partent 6000 emails. Destination ? La Syrie. Consignes de sécurité, informations sur le monitoring d’État et bien entendu présentation du groupe Telecomix. Le message, que s’approprient les Syriens, se retrouve très vite sur le groupe Facebook « officiel » de la révolution, des premiers contacts sont établis.

Maintenant, je suis en sécurité grâce à eux. C’est en voyant ce message que je suis allé sur l’IRC. La première fois, ils m’ont tous accueilli et guidé. J’ai beaucoup appris sur la manière dont le gouvernement espionne mes connexions. Je fais confiance à toute cette équipe. Ce sont des personnes spéciales avec un haut degré d’humanité et de responsabilité. Je suis aussi anonyme en ligne, j’ai moins peur de me connecter.

Muhammad, Syrien, n’est pas le seul. Ses nouveaux amis anonymes du web lui donnent aussi des conseils sur l’utilisation de son téléphone, sur les écoutes, des pratiques simples à adopter au quotidien.

Le message qui s’affiche quand on se connecte sur le serveur IRC mis en place par le collectif est explicite : “Public channel: no names, places, personal info” (espace public : pas de noms, pas de lieux, pas de données personnelles). On y croise des hackers, des arabophones venus donner un coup de main. Ils aident aujourd’hui les Syriens à échanger des informations entre eux, faire sortir des images et vidéos du pays, le tout de manière sécurisée.… Sous cette façade se cache un travail titanesque de part et d’autres du mur de la censure.

Aujourd’hui, le groupe d’activistes, rassemblés sous la bannière Telecomix, a pu rentrer en contact avec quelques dizaines de personnes. Méfiant, KheOps prévient : “Rien n’est jamais totalement sûr. On joue au chat et à la souris.” Alors ils sécurisent sans cesse, contournent, accueillent et rassurent sur l’IRC. Tout est fait de manière collective, ce qui semble parfois le surprendre : “On retrouve des gens qui ne se connaissaient pas, de cultures différentes qui travaillent ensemble autour d’un objectif commun, d’un idéal partagé.” Et des vocations naissent. Muhammad sera “journaliste pour parler de la reconstruction du pays” ou… hacker :

Aujourd’hui, j’utilise un email qu’ils ont créé pour moi, ils m’aident à publier des vidéos sur Internet, et surtout ils m’ont donné accès à un espace pour que je puisse y stocker mes données et qu’elles ne restent pas sur mon ordinateur. J’enseigne à mon tour ces techniques à mes amis, je leur ai gravé des CD avec les programmes utiles.

L’inverse est-il possible ? KheOps aurait-il un pied en Syrie ? “Cela fait plus de deux mois que je suis sur l’opération et avec tout ce que je lis, avec les gens avec qui je rentre en contact, avec les connaissances que ça nous apporte… J’ai parfois l’impression d’y être.” L’impression, seulement. Muhammad, que nous avons réussi à joindre, parle de sa ville, dans le centre du pays : “Le calme avant la tempête. Elle est pleine de Shabbiya (ndlr : miliciens proches du régime), on les voit partout. Certains bureaux où j’ai travaillé ont rouvert mais nous ne sommes pas dupes. Une grande campagne d’arrestation d’activistes est en cours.” Un des meilleurs amis de Muhammad a été arrêté le 31 août dernier. Il aurait dû rester, selon ses dires, une semaine en prison “comme tout le monde. Mardi, il n’était toujours pas réapparu.

Laisser un commentaire

  • fo0 le 14 septembre 2011 - 12:33 Signaler un abus - Permalink

    Saupoudré d’”anonymous communication Trendy for bankable hits” .. Pour le reste Telecomix :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Olivier M le 19 septembre 2011 - 9:42 Signaler un abus - Permalink

    Je suis étonné : si je comprends bien, KheOps se demande pourquoi les Syriens pensent qu’ils peut s’agir d’Israéliens.

    La Syrie est un allié d’Israel qui ne dit pas son nom. Le régime Al Assad permet à Israel d’être tranquille sur cette frontière. Israel à tout à perdre d’une chute du régime Al Assad. Si KheOps ne sait pas ça, il doit avoir une vision bien tronquée de ce qui se passe dans la région.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Lucidite77 le 26 septembre 2011 - 15:06 Signaler un abus - Permalink

    La classe, ce KheOps.
    Un vrai homme. =)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • pavipe le 19 octobre 2011 - 0:34 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour, je ne comprends pas pourquoi vouloir infiltré l’internet en syrie, pour libéré quoi?qui? pour qui, a qui profite cela? aux Citoyens?

    Vous avez l’aire d’etre bien aligné avec le main stream media sur ce qui se passe labas, Y etes vous allé? Es-ce encore une farce comme le bloggeur soit disant fille qui a fait debuter la soit disante revolution du peuple? Les gens ne croient plus aux media de masse, car ils savent que ce sont des menteurs.

    Moi ce que je vois dans le main stream media n’est pas ce que je lis dans les medias indépendents. Si c’est pour faire comme en tunisie oú maintenant c’est pire qu’avant ce n’est pas la peine (avec témoignage de gens qui y habite et qui y vivent depuis leurs naissance).

    En faite je ne comprend pas le but de cette attaque?? pouvez vous m’expliquer???

    MErci d’avance et sorry pour les fautes

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mandrake le 30 octobre 2011 - 9:06 Signaler un abus - Permalink

    #OpSyria téléguidé par la cia/nsa , financé par l’otan , hé oui après les massacres des civils en Libye a grand coup de “frappe chirurgicales” , c’est au tours de la Syrie ,et derrière les claviers des “anonymous” boutonneux qui ont le sens de l’analyse et la critique aussi développé que celui du lombric ,et dont les infos proviennent direct de bfm/france 24/cnn/tf1/m6/reuter/afp ….alors les “révolutionnaires” a quant une #OpUSA pour arrêter les barbares , les sanguinaires ………

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • asLado2z12nq le 30 novembre 2016 - 0:07 Signaler un abus - Permalink

    [url=http://buyatarax.info/]atarax[/url] [url=http://generic-lexapro.us/]lexapro canada[/url] [url=http://seroquel-sleep.party/]medicine seroquel[/url] [url=http://generic-for-zoloft.cricket/]website[/url] [url=http://buy-levaquin.us/]buy levaquin[/url]

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
8 pings

Derniers articles publiés