La domination des chats

Le 27 octobre 2011

Comment expliquer que les lolcats, ces images de chat avec des légendes comiques, soient un tel succès ? Analyse sous l'angle sociologique avec un détour par Bernard Montiel.

« The Internet is made of cats », dit la chanson [en]. Et cela me rappelle étrangement l’une de ces métaphores bizarres dont les philosophes analytiques sont friands : l’esprit ne peut pas être semblable à un ordinateur, écrit John Searle [en], parce qu’un ordinateur, en théorie, peut être constitué de n’importe quel mécanisme, de chats, de souris, de fromage, de cordes et de leviers, pourquoi pas. Et voilà pourquoi l’intelligence artificielle est absurde, écrit toujours John Searle.

Parmi les mèmes qui nous entourent, les lolcats et leurs déclinaisons sont les plus connus, les plus insistants, au point de devenir l’emblème du phénomène. L’acte créatif le plus stupide que l’on puisse imaginer, pour Clay Shirky [en]. Comme si les portraits de chatons des calendriers de grands-mères avaient enfin vaincu les photos floues des stars de magazines pour adolescentes. Victoire des chatons grâce à Internet.

Je voudrais défendre l’idée que ce n’est pas un hasard ou un acte créatif stupide mais, tout simplement, le destin de l’humanité.

La légitimation par les réseaux sociaux

Les médias sociaux permettent une émergence plus spontanée, moins filtrée des informations pertinentes. Entre Vidéo Gag et YouTube, le grand progrès, c’est la disparition de Bernard Montiel et de son équipe, dont les choix, aussi proches qu’ils aient pu se vouloir des goûts du public, étaient nécessairement limités par les préjugés d’une dizaine de cerveaux travaillant à TF1. Les réseaux sociaux ont bel et bien tué Bernard Montiel.
YouTube permet l’émergence de vidéos dont la pertinence était niée parce qu’inimaginable autrefois, des émotions qui n’étaient pas considérées comme réelles, légitimes, dignes d’être partagées. L’empathie à l’égard des animaux occupe une place centrale parmi ces émotions.

Ce sentiment illégitime lorsqu’il était discuté devient irrésistible lorsqu’il est partagé. Rien de plus pénible qu’un maître qui nous parle de l’intelligence de son chien. Rien de plus convaincant qu’une vidéo nous montrant un chien intelligent. En réalité, YouTube ne s’oppose pas seulement à Vidéo Gag, mais aussi aux recherches des éthologues. Alors que l’anthropomorphisme est le péché de l’éthologie, c’est le moteur de la viralité animale sur Internet, le principe même du lolcat.

Il y a peut-être une seconde raison à la domination des chats sur Internet : ils ont colonisé “l’étrange vallée”, l’uncanny valley théorisée par les chercheurs en robotique. Les chats donnent un visage à l’intelligence inhumaine que l’on pressent de l’autre côté de l’écran de l’ordinateur. Un visage parfait, ni trop humain, ni trop monstrueux, un visage que la coévolution des humains et des chats depuis des milliers d’année a peut-être même rendu irrésistible, le visage d’un parasite émotionnel [en] dont les grands yeux et les miaulements [en] rappellent le bébé humain et suscitent notre empathie.

Le chat est orgueilleux, le chat est paresseux, le chat a faim, le chat aime le sexe, il se drogue, il soigne son style, il parle l’anglais du commentateur moyen de YouTube, mais le chat poursuit un but mystérieux, incompréhensible, tout ce qu’il fait semble marqué de transcendance.

Le chat est à la fois notre reflet et notre masque dans le pays des merveilles informatiques. Est-il étonnant qu’au moment où émerge l’intelligence artificielle qui nous domine de sa toute-puissance, nous repensions nos relations à nos inférieurs, aux animaux stupides et mignons qui nous entourent ?

“I, for one, welcome our new cat overlords” :

Billet initialement publié sur ContreBande

Image CC Flickr PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales Maggie Osterberg

Laisser un commentaire

  • miZenpage le 29 octobre 2011 - 15:47 Signaler un abus - Permalink

    J’en ai parlé à mes amis chats… Ils sont d’accord
    http://youtu.be/z3U0udLH974

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gildas le 29 octobre 2011 - 16:36 Signaler un abus - Permalink

    mort aux chats!! Un jour ils domineront le monde et la vous verrez que j’avais raison!
    http://youtu.be/XkOYGrZQqmU

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • abdul le 1 novembre 2011 - 13:21 Signaler un abus - Permalink

    Searle
    =
    La Redécouverte de l’esprit, 1995, éd. Gallimard

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ronan le 3 novembre 2011 - 9:14 Signaler un abus - Permalink

    Peut-être pour une raison toute simple c’est que les producteurs de mêmes sur internet sont des gens passant un certain temps (pour ne pas dire un temps certain) sur leur ordinateur et que donc le chat est l’animal de compagnie par excellence pour ces gens (dont je fais partie), animal dormant 16 à 18 heurs par jour (src : http://icanhascheezburger.com/2011/11/02/funny-pictures-strange-facts-about-cats/), préférant généralement être à l’intérieur et aimant les endroits chauds (tour d’ordinateur, genoux d’une personne assise). A la différence du chien qui nécessite un investissement en temps plus important (sortie, jeux), le chien étant un animal plus sociable. Il est ainsi plus facile de prendre en photo un chat pouvant prétendre au même qu’un chien.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Damien Babet le 3 novembre 2011 - 18:05 Signaler un abus - Permalink

    Ronan, c’est vrai, je n’avais pas pensé à ça ! Ca pourrait expliquer en partie le déséquilibre entre chiens et chats. Mais je m’intéressais à la réception des mèmes plutôt qu’à leur production. C’est à ce niveau à mon avis que se situe le mystère. On comprend bien que des gens filment et photographient leurs chats. Pourquoi des millions d’autres regardent et commentent ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ronan le 7 novembre 2011 - 15:32 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi les gens regardent ? Parce que parfois on aime confondre le symbole et l’acte : la procrastination. Car bien souvent ces vidéos sont vus au bureau, ce qui favorise de plus la viralité de ces vidéos. Car si on regarde l’ensemble des mêmes produits par les lolcats ils tournent bien souvent autour de la vie facile que mènent ces animaux par rapport à l’employé de n’importe quelle société. Il y a par exemple “business cat” (src:http://knowyourmeme.com/memes/business-cat#.Trfp_3EaCHk) ou “alchimist cat” (src:http://verydemotivational.memebase.com/2011/11/04/demotivational-posters-acid-what-you-did-there/). Bien sûr ces exemples sont tirés du même portail mais il est bien plus facile d’accès que d’autres (en terme de compréhension et de SFW). Mais on peut aussi voir cette idée dans les bobcats de The oatmeal (src : http://theoatmeal.com/comics/bobcats_monday), auteur qui ressent bien les courants qui traversent le web.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • gregled le 24 janvier 2012 - 16:26 Signaler un abus - Permalink

    L’ “Angle Sociologique” , hein ?

    Ce ne serait pas un autre mème lolcat, ça ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Konrad le 14 mars 2012 - 20:14 Signaler un abus - Permalink

    Le plus amusant dans cet article est de considérer qu’il est écrit “sous un angle sociologique”.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • TDM le 3 avril 2012 - 22:05 Signaler un abus - Permalink

    Les chats domineront le monde … :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jerome le 5 avril 2012 - 23:54 Signaler un abus - Permalink

    le chat c’est l’animal de la crise, il serait devenu plus présent que le chien en europe, il coute moins cher a nourrir, il est l’objectif de groupes alimentaires comme nestle misant dessus …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Rémi le 9 mai 2012 - 21:00 Signaler un abus - Permalink

    Bon article, seul bémol pour moi: tu ne fais aucune référence à Bergson. Or, ce que tu énonces (tu l’as certainement fait sans le savoir, je n’en doute pas) sur la réception de ces vidéos de chat est exactement la théorie de Bergson sur le rire.
    « On rira d’un animal, mais parce qu’on aura surpris chez lui une attitude d’homme ou une expression humaine. […] Plusieurs ont défini l’homme « un animal qui rit ». Ils auraient aussi bien pu le définir un animal qui fait rire, car si quelque autre animal y parvient, […] c’est par une ressemblance avec l’homme, par la marque que l’homme y imprime ». (p.3, Le rire, édition Quadrige).
    Eh oui, à un siècle de différence, Bergson a dit la même chose que toi (si on oublie le fait qu’il ne pouvait encore concevoir l’idée de Internet) :)! Quel visionnaire!!
    Voilà, je tenais juste à rendre à César ce qui est à César!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Azori le 22 novembre 2013 - 17:25 Signaler un abus - Permalink

    Je n’arrive pas à comprendre en quoi l’analyse est sociologique.

    En gros, vous cherchez à expliquer pourquoi les gens sont intéressés par des lolcats, soit, c’est un but louable. Et ceci sans moquerie, il s’agit peut-être d’un truc, d’une mode (difficile à qualifier ces lolcats) qui préoccupe aujourd’hui plus de monde que les droits de l’homme, des enfants, du travail, le désarmement atomique etc.

    Votre explication (si on retire les références savantes à la robotique et à la philosophie analytique) repose sur ce passage :
    “Les chats donnent un visage à l’intelligence inhumaine que l’on pressent de l’autre côté de l’écran de l’ordinateur. Un visage parfait, ni trop humain, ni trop monstrueux, un visage que la coévolution des humains et des chats depuis des milliers d’année a peut-être même rendu irrésistible, le visage d’un parasite émotionnel [en] dont les grands yeux et les miaulements [en] rappellent le bébé humain et suscitent notre empathie.”

    Donc en gros, l’explication n’est pas sociologique, elle est biologique. Au mieux, on pourrait dire que l’explication est sociologique à travers un effet biologique par co-évolution : sélection artificielle des chats aux aspects humains, et sélection d’une attitude de préférence humaine pour les chats (mais là faut m’expliquer en quoi il y a un avantage évolutif).

    C’est un peu décevant de de qualifier votre attitude de sociologique pour en arriver à donner une explication par une nature humaine à aimer les bébés, et les miaulements des chats.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
9 pings

Derniers articles publiés