Anonymous oublie les cartels

Le 15 novembre 2011

Le groupe de hackers Anonymous a envisagé de s'immiscer dans la guerre des cartels qui ensanglante le Mexique. Un corps décapité sous forme d'avertissement et un résultat très aléatoire les en ont finalement dissuadés.

Le mois dernier, un groupe prétendant représenter les Anonymous dans la région de Veracruz (Mexique) a annoncé le lancement de l’Opération Cartel (#OpCartel). Ils menaçaient de révéler le nom des membres et associés du cartel de drogue mexicain des Zetas, en réponse à l’enlèvement supposé d’un Anonymous qui tractait dans les rues de Veracruz. Dans le Guardian, Deborah Bonelle, une journaliste mexicaine a commenté ainsi l’annonce des Anonymous :

La capacité de diffuser sur pléthore de plateformes des informations non-vérifiées provenant souvent de sources anonymes est à la fois une bénédiction et une malédiction. Une bénédiction parce qu’il est plus difficile de supprimer et contrôler ces informations. Mais une malédiction aussi car la diffusion de propagande et de désinformation rapportée par les médias laissent penser au public qu’il s’agit de faits.

Elle parlait du cercle vicieux des informations non-fiables et de la peur qui entoure les cartels, mais ses mots pourraient tout aussi bien s’appliquer aux Anonymous eux-mêmes.

La vidéo, postée le 6 octobre, a commencé à capter l’attention quand le site d’un ancien procureur général a été piraté et affichait un message prétendant qu’il était membre du cartel Zeta. Anonymous Mexico a publié une déclaration réfutant son implication dans cette opération. Au même moment, #OpCartel avait atteint les médias grand public qui ont publié allègrement les détails sur la dernière confrontation avec les forces de l’oppression.

Opération annulée

Et puis, quelques jours après l’annonce, Operation Cartel a été annulée. L’Anonymous enlevé s’est apparemment fait retourner par les Zetas qui ont menacé par la suite de tuer dix personnes pour chaque nom d’associé du Zeta qui serait diffusé par les Anonymous. Aucune preuve certaine n’a été apportée confirmant que l’enlèvement avait eu lieu. Aucun signe non plus des noms révélés ou des décès liés à l’affaire.

Des informations contradictoires continuent à émerger. Barrett Brown, un ancien membre des Anonymous en train d’écrire un livre sur le collectif, a déclaré que OpCartel était toujours en cours. Il a affirmé être en possession d’emails qui faisaient le lien entre des officiels américains et les Zetas qu’il projette de publier. D’autres Anonymous émettent des doutes sur les affirmations de Brown. A la suite de menace de Zeta de tuer dix personnes, Brown a cédé sur sa menace de diffuser des noms.

Les effets que pourrait avoir l’opération des Anonymous contre le cartel ne sont pas très clairs, au-delà la diffusion de noms d’individus probablement liés aux Zetas. Comme tous les business, les cartels de la drogue dépendent de plus en plus des technologies pour leurs opérations. Une analyse conduite par Stratfor affirme que les cartels ont recours à leurs propres pirates pour investir le cybercrime. Ils utiliseraient des réseaux électroniques et de communication sophistiqués, ainsi que les médias sociaux pour suivre les victimes. Le recours aux médias sociaux en particulier, a augmenté récemment : des membres de cartels donnaient de fausses orientations à la police en annonçant sur Twitter que des fusillades avaient lieu quelque part alors qu’ils menaient parallèlement des opérations ailleurs. Comme pour les Etats, cette dépendance accrue aux ordinateurs et aux réseaux pourrait les rendre plus vulnérables à des groupes comme Anonymous.

Corps décapité

Hier encore, le modérateur d’un réseau social populaire1 au Mexique a été brutalement tué, apparemment pour le punir d’avoir aidé à rencarder les autorités sur un cartel de la drogue local. Son corps décapité a été posé à côté d’une statue avec un message :

Voilà ce qui m’est arrivé pour ne pas avoir compris qu’il ne fallait pas que je poste certaines choses sur les réseaux sociaux.

Sur ces trois derniers mois, c’est le quatrième meurtre du genre, lié à l’utilisation de médias sociaux au Mexique.

La rapidité des informations circulant sur Twitter a récemment causé la panique : deux habitants de Veracruz ont tweeté que des hommes armés étaient en train d’enlever des enfants dans les écoles. L’information s’est révélée plus tard être une fausse alerte et les deux habitants ont été arrêtés et poursuivis pour terrorisme et sabotage. Ils ont ensuite été relâchés après les plaintes de militants en faveur des droits de l’homme et de la liberté sur Internet.

La marque Anonymous attire avec elle médias et attention publique. Les Anonymous eux-mêmes reconnaissent que la “défiguration”2 de site et les attaques DDOS sont des inconvénients mineurs pour les cibles. Elles permettent d’abord de rendre publiques les questions que le collectif considère comme importantes.

#OpFacebook, opération présumée qui consistait à attaquer et à faire tomber le site du réseau social le 5 novembre, est une autre campagne à l’origine d’informations contradictoires et qui n’a finalement jamais eu lieu. Certains Anonymous ont nié plus tard que cette opération n’a jamais été légitime. Les Anonymous ont besoin de faire passer leur message dans quelque média que ce soit, y compris la presse écrite comme dans le cas de l’Operation Paperstorm.

La difficulté avec toutes les campagnes Anonymous est leur viabilité. Après avoir porté la situation mexicaine à la connaissance du public, le mème s’est dissipé d’autant plus vite que de nouveaux événements ont occupé le devant de la scène.

En attendant, la misère humaine oblige des dizaines de milliers de Mexicains à fuir le pays. La guerre de la drogue au Mexique aurait pris la vie de près de 40 000 personnes depuis 2006. Les villes frontalières, comme Juarez, ont assisté à la mort de 8 000 personnes ces trois dernières années et la violence s’est maintenant répandue à des villes auparavant sûres comme Veracruz. Les gangs mexicains s’arrachent la drogue, qui est surtout destinée aux États-Unis.


Article initialement paru sur OWNI.eu sous le titre “Anonymous Intervene As Mexico’s Drug Wars Move Online”

Illustration via FlickR CC [by] Esparta [by] Claudio Andres

Traduction : Pierre Alonso

  1. Il s’agissait d’un “bouc émissaire de la terreur” et non d’un modérateur selon des informations parues après la publication de cet article []
  2. Ou défiguration : consiste à remplacer frauduleusement le contenu d’un site par un autre contenu []

Laisser un commentaire

  • Graou le 15 novembre 2011 - 14:29 Signaler un abus - Permalink

    Pour ce qui est du soit-disant modérateur issu d’un réseau social, les responsables du-dit réseau ont nié tout lien avec la victime. Il semblerait que ce soit un bouc émissaire destiné à effrayer les autres. Ce qui n’est en revanche pas le cas de précédentes victimes.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Alonso le 15 novembre 2011 - 15:56 Signaler un abus - Permalink

    @Graou : La précision figurait en note de bas de page. Cette information est sortie après la publication originale de notre article sur OWNI.eu (d’où l’ajout en note de bas de page ;-))

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Graou le 15 novembre 2011 - 16:59 Signaler un abus - Permalink

    J’avais deviné pour la date de publication mais je n’avais pas remarqué la note, désolé.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Alcuinn le 15 novembre 2011 - 17:47 Signaler un abus - Permalink

    Intéressant. C’est un peu dommage que la plupart des infos que l’on ait sur eux soient de deuxième ou de troisième main… j’attends le livre de ce M.Brown avec impatience !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ZetaMaster le 15 novembre 2011 - 19:04 Signaler un abus - Permalink

    ZETA

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • verite le 16 novembre 2011 - 11:48 Signaler un abus - Permalink

    Je ne vois pas ce que le mot “Anonymous” vient faire dans cette histoire. Il arrive que le mot “anonyme” dans une autre langue soit juste significatif de ce qu’il est : une personne anonyme…

    Le jour où les Anonymous se décideront à cibler les mafias, ce qui est en cours, rien ne pourra les arrêter, puisqu’ils sont réellement anonymes et planqués partout dans le monde !

    Là il s’agit d’un réglement de compte local sans aucun intérêt internautique.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • issop le 9 janvier 2012 - 20:03 Signaler un abus - Permalink

    bonsoir, vérifiez votre information. c’est plutôt le cartel qui a plié

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés