Telecomix crée la mémoire vive des révolutions

Le 30 décembre 2011

Au Chaos Computer Congress, en ce moment à Berlin, le collectif de hackers Telecomix a annoncé la poursuite des opérations en direction de la Syrie. Un portail vidéo et des connexions sécurisées viendront épauler les révolutionnaires.

Les observateurs de la ligue arabe n’ont rien vu à Homs, épicentre la contestation en Syrie. C’est du moins ce que critiquent la France et des organisations de défense des droits humains. Arrivés lundi pour rendre compte de la situation sur place, ils ne sont restés que quelques heures à Homs pendant la journée de mercredi, la plupart du temps sous les yeux et l’encadrement attentifs de responsables syriens.

Bientôt, les internautes pourraient devenir des observateurs, grâce à un portail de vidéos créé par le collectif de hackers, Telecomix. Le groupe d’hacktivistes a déjà à son actif un coup de main à la révolution tunisienne et le rétablissement des communications et d’Internet en Egypte au plus fort de la répression. A Berlin pour le 28e Chaos Computer Congress 1 , qui rassemble bidouilleurs et autres experts en sécurité informatique, plusieurs hacktivistes du collectif ont annoncé la création du portail. Parmi eux, le jeune blondinet KheOps, qui n’hésite pas à parler à visage découvert sur les télévisions françaises :

Maintenant, on essaie de regrouper les vidéos qui sortent en les classant par lieu et date, de manière à ce que des journalistes fassent du recoupement pour savoir ce qu’il s’est passé dans la même ville sur plusieurs semaines, mois…

L’idée est de recréer une mémoire vidéo de cette révolution syrienne, mémoire déjà développée en anglais et en arabe, via un site de news from the ground mis à jour en temps réel par des agents Telecomix et des Syriens qui participent au projet. KheOps est l’un des fondateurs de l’opération Syria. OpSyria, qui dure à présent depuis plus de six mois, est loin de s’enfoncer dans un rythme de routine : “Même si on a moins fait de choses spectaculaires, maintenant, il faut entretenir et créer de nouvelles choses techniques en permanence.”

Court-circuiter les espions

Des innovations qui permettent aux Syriens, chaque jour, de se connecter de manière plus sécurisée, comme l’explique KheOps :

Par exemple avec le point de sortie VPN. Il s’agit d’avoir un serveur avec une connexion correcte situé dans un pays qui ne soit pas la Syrie ou un pays ami de la Syrie, de sorte que les espions syriens n’y aient pas accès.

Grâce à ce travail quotidien, les utilisateurs syriens peuvent se connecter sur ce serveur, ce qui lui permet ensuite d’utiliser Internet sans que les services de sécurité ne s’en aperçoivent.

Quelques semaines après le début de la révolution Syrienne, les hackers de Telecomix avaient choisi de détourner les réseaux locaux pour permettre aux Syriens de faire sortir des images et des informations du pays, mais aussi d’apprendre quelques règles simples de sécurité et d’anonymat sur Internet. L’énorme prouesse technique permet aujourd’hui à des hacktivistes syriens de contourner la censure.

Infrastructure technologique

Okhin, un des Français de l’opération rappelle que les moyens du collectifs restent limités et qu’en aucun cas, ils ne remplacent les révolutionnaires :

On essaie de trouver de nouvelles façons d’aider les Syriens, de trouver de nouvelles façons de récupérer des nouvelles sur le terrain, on essaie de faire tout ce qu’on fait jusqu’à présent. On a eu juste à fournir une infrastructure technologique.

Kazakhstan, Russie, Cuba, les dictatures et les projets ne manquent pas : “On est volontaires, on fait ça sur notre temps libre, on ne peut pas sauver le monde” précise Okhin. Et de rappeler la conférence de la veille : “J’ai appris qu’en Turquie, ils commencent à s’organiser eux-mêmes, pas forcément à demander l’aide de Telecomix, mis à part un soutien technique. Pour changer les choses, ils doivent développer leurs propres clusters. 2 »

Le collectif Telecomix regroupe des hacktivistes de différentes nationalités qui vivent parfois sur des fuseaux horaires totalement différents. C’est le cas de l’imposant Américain qui se fait appeler Punkbob. Il commence de son côté, avec d’autres, à travailler sur le Kazakhstan :

L’Internet n’y est pas libre, ils ne peuvent pas se connecter aux sites qu’ils veulent. On a aussi un regard sur la Russie…


Illustrations via FlickR [cc-byncsa] Ophelia Noor

  1. Suivre le hashtag #28C3 sur Twitter []
  2. Un cluster est un regroupement de plusieurs serveurs aussi appelé grappe de serveurs []

Laisser un commentaire

  • Gommes le 30 décembre 2011 - 17:14 Signaler un abus - Permalink

    « La décision d’attaquer la Syrie a été prise lors d’une réunion à Camp David le 15 septembre 2001 »

    par Chérif Abdedaïm

    http://www.voltairenet.org/La-de%CC%81cision-d-attaquer-la-Syrie

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Clemzi le 31 décembre 2011 - 4:01 Signaler un abus - Permalink

    Ce fameux Kheops est assez taré de se monter à visage découvert sur un plateau de télévision, les sbires résidants en France du régime syrien ont déjà fait la preuve de leur violence, et de leur immunité avec leurs passeports diplomatiques.
    Le “jeune blondinet” risque de se faire repérer très vite.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • pseudo le 1 janvier 2012 - 3:41 Signaler un abus - Permalink

    L’intention est bonne, mais il faut faire attention à la neutralité politique. Certaines dictatures sont “meilleures”, que l’invasion et la destruction du pays sous un motif humanitaire. L’autodétermination d’un peuple, et la croyance aveugle dans les médias occidentaux sont des éléments à considérer avant de choisir son camp.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • grrr le 1 janvier 2012 - 12:35 Signaler un abus - Permalink

    Le symbole franc-maçonnique de cette soit disant organisation de hacker est à frémir.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mandrake le 1 janvier 2012 - 13:07 Signaler un abus - Permalink

    hum ,des” hackers” grassement rénnumérés et encadrés par les agents de l’empire qui eux veulent faire sauter le verrou de la Syrie maintenant qu’ils ont été forcé de quitter l’Irak , la queue entre les jambe.
    de deux choses l’une, ou ils ont le sens de l’analyse et le sens critique aussi développé que celui d’un lombric,ou alors ils sont “aux ordres” , je pencherais volontiers pour la seconde hypothèse.
    bref , des hackers a tête de barbouze…..

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fo0 le 1 janvier 2012 - 19:54 Signaler un abus - Permalink

    Bien triste de lire le genre de commentaire du genre de Mandrake, c’est son opinion.. Nous invitons tout le monde à regarder plus loin que cette vision tordue et fausse et pleine de préjugé, en nous rencontrant, en discutant avec nous, histoire de vous faire votre propre avis et apporter le votre aussi, quoique dans l’absolut les avis nous nous en manquons, nous FAISONS des choses.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Elbloom le 2 janvier 2012 - 8:41 Signaler un abus - Permalink

    La mémoire vive a une particularité étonnante, celle d’être volatile et facilement manipulable…

    L’opinion internationale n’a pas à s’imiscer dans les affaires des autres pays. Si une révolution doit avoir lieu là-bas, elle doit se faire par les personnes qui vivent dans ce pays et non par de parfait inconnu venu exprêt pour piller les richesses du pays ou pour imposer leurs idées.

    En attendant, quand la Birmanie faisait sa révolution en 2007, personne n’a bougé le petit doigt pour les aidés alors que des milliers de personnes sont réellement morte dans les rues. Pourquoi? Parce que les pays du nord n’avaient aucuns intérêts particuliers à ce que la Birmanie devienne une démocratie!

    Pour moi, ce qui se passe en Syrie, c’est une manoeuvre d’intimidation politique contre l’Iran… Et une forme de destabilisation des sociétés du moyen-orient. Parce qu’en attendant, ce qui se passe en Egypte, en Tunisie et en Lybie, ce n’est pas vraiment une démocratie.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • dominiquedarcy le 2 janvier 2012 - 9:52 Signaler un abus - Permalink

    Merci brave petit soldat julie. un très bon papier

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ginko le 2 janvier 2012 - 22:58 Signaler un abus - Permalink

    @mandrake :

    Oui, totalement logique, le mec est financé obscurément par l’« empire » et il vient se pavaner devant les caméras… j’ai vu largement mieux en matière de théorie du complot !

    Et si t’avais déjà rencontré un hacker, tu saurais que oui, des gens compétents qui donnent un peu de leur temps libre pour quelques idéaux de liberté, ça existe…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • KheOps le 3 janvier 2012 - 16:13 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour !
    Petites réponses rapides :
    - Clemzi : je pense risquer moins que les Syriens résidant en France et faisant réellement office de figure politique anti-régime, tenant des réunions officielles pas secrètes du tout, etc. D’autre part, comme je l’ai dit et comme le pointe ici GINKO, se montrer c’est également une façon de tenter d’aller contre les théories du complot, en essayant d’être clair et sincère.

    - pseudo : la neutralité politique, oui c’est complexe d’autant qu’on touche à un sujet sensible (il suffit de voir les délires conspirationistes auxquels ça donne lieu, cf. commentaire de Mandrake ou tout autre discours des disciples d’Alain Soral), mais ce que nous essayons de faire est simplement de lutter pour la liberté d’expression… Si on peut aider une personne à publier un truc en diminuant les risques pour elle de se faire assassiner ou torturer, cela nous paraît être une raison suffisante pour filer un coup de pouce.

    - Elbloom : je crois que la seule façon de lutter contre la manipulation est de multiplier le nombre de voix distinctes qui peuvent s’exprimer, notamment en donnant la possibilité à des individus « lambdas » de publier textes et vidéos sereinement, chance que nous avons encore à peu près en France soit dit en passant. En multipliant les voix, on multiplie les sources d’info, donc la possibilité de les confronter entre elles pour les lecteurs. Ceux qui publient et discutent avec leurs potes via nos infrastructures sont bien des Syriens. Je ne vois pas très bien le rapport avec le fait de piller je-ne-sais-quoi. Je crois qu’il est un peu irrespectueux de dire que ce qui se passe en Syrie est une manoeuvre d’intimidation politique, à moins que les milliers de civils qui manifestent chaque jour soient tous des agents occidentaux ! Ensuite, que ce soit récupéré par d’autres pays pour en tirer partie, c’est dommage mais il est effectivement difficile de l’empêcher totalement, mais ça ne doit pas faire oublier que le mouvement part du peuple (cf. les événements du 15 mars à Deraa). Quant à la Birmanie, le journaliste Paul Moreira a effectué un reportage dessus (il doit être disponible sur YouTube). Pour ce qui est du « battage » médiatique sur la Syrie, Telecomix y est pour quelque chose, justement, car nous étions assez désespérés de voir à quel point personne n’en parlait plusieurs mois après le début du mouvement (la « mode » étant à ce moment-là à la Lybie).

    - mandrake : o rly ?

    - grrr : Internet, récupération, parodie, détournement, toussa :) Plutôt que de bloquer sur un logo, regarde un peu ce que Telecomix a FAIT ces derniers mois :)

    N’hésitez pas à venir discuter sur l’IRC :) https://new.punkbob.com/chat/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Elbloom le 3 janvier 2012 - 19:54 Signaler un abus - Permalink

    « je crois que la seule façon de lutter contre la manipulation est de multiplier le nombre de voix distinctes qui peuvent s’exprimer, notamment en donnant la possibilité à des individus « lambdas » de publier textes et vidéos sereinement, chance que nous avons encore à peu près en France soit dit en passant. »

    Réflexion intéressante mais je ne pense pas que le monde tourne dans ce sens là. Le fait de diffuser en masse un nombre de commentaire qui s’avère tous différent ne fait que rendre la recherche d’une vérité plus dure. De plus, ça permet d’installer le doute et ainsi de développer une désinformation très importante. Ce qui se passe en syrie est assez intéressant, d’ailleurs ce qui se passe dans le monde est assez intéressant. Personne ne s’intéresse aux traditions ou à l’histoire des pays qui nous “envahissons” avec notre pseudo-démocratie. Le gouvernement libyen a été envahis pour récupérer le pétrole, parce qu’on a beau dire ce qu’on veux, Kadhafi essayait de se démarquer des Etats-Unis et de créer un système de commerce et économique décentralisé de ces pays nordiques… En parlant de ça, a quand les actions aux Mexique ou la mafia terrorise les petits anonymes? Ou encore au congo, ou les SMS ont été bloqués pendant un bout de temps…

    « En multipliant les voix, on multiplie les sources d’info, donc la possibilité de les confronter entre elles pour les lecteurs. Ceux qui publient et discutent avec leurs potes via nos infrastructures sont bien des Syriens. Je ne vois pas très bien le rapport avec le fait de piller je-ne-sais-quoi. Je crois qu’il est un peu irrespectueux de dire que ce qui se passe en Syrie est une manoeuvre d’intimidation politique, à moins que les milliers de civils qui manifestent chaque jour soient tous des agents occidentaux !

    Okay. Bel argument. La Syrie a 22 198 110 habitant en 2010 (source wikipedia). En gros, vous vous fixez sur la réflexion d’une minorité. Êtes-vous déjà allé en Syrie pour constater par vous même de ce qu’il se passe? Ou faites vous comme nos journalistes intérimaires qui se croient malins en lisant l’actualité sur Twitter et sur Facebook?! Si c’est comme en France, on entend encore parler une minorité, celle qui faire taire la majorité. Comme toutes les manifestations en France… On entend la petite masse de privilégié qui a le temps d’aller manifester pendant que les autres essaient de survivre en travaillant comme des cons.

    « Ensuite, que ce soit récupéré par d’autres pays pour en tirer partie, c’est dommage mais il est effectivement difficile de l’empêcher totalement, mais ça ne doit pas faire oublier que le mouvement part du peuple (cf. les événements du 15 mars à Deraa). Quant à la Birmanie, le journaliste Paul Moreira a effectué un reportage dessus (il doit être disponible sur YouTube). Pour ce qui est du « battage » médiatique sur la Syrie, Telecomix y est pour quelque chose, justement, car nous étions assez désespérés de voir à quel point personne n’en parlait plusieurs mois après le début du mouvement (la « mode » étant à ce moment-là à la Lybie). »

    J’ai suivis le mouvement avec attention… Bien avant que les anonymous soient présent sur la scène médiatique internationale. J’ai aussi vu le reportage qui est passé sur Arte il y a un ou deux ans. Mais c’était un exemple. Si on veux en venir aux exemples, on peut alors parler de ce qui se passait en thaïlande en 2005 je crois, avec les groupuscules islamistes qui s’amusaient à tuer des bouddhistes. Qui l’a dit dans l’actualité (presse papier)? A part le Point, pratiquement aucun journal n’a fait d’article sur le sujet ( a part peut-etre le monde diplomatique, mais je n’en suis plus très sur).

    Si le mouvement part du peuple, alors c’est au peuple de le faire de lui même. En 1789, on n’a eu aucune aide pour couper la tête à Louis XVI. Je ne vois pas pourquoi ils en auraient besoin… A moins que vous vouliez des “gouvernements” type Tunisie? Quelle belle démocratie nous leur avons donné! Un peu comme en Iran.

    Pour ce qui est du dialogue, je ne le fais que dans le monde réel, ou sur Silc. Je ne touche pas à IRC.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • KheOps le 3 janvier 2012 - 22:48 Signaler un abus - Permalink

    Elbloom:

    1. C’est vrai, la diffusion massive d’informations, d’opinions, et de commentaires met le doute et implique souvent une remise en question, faisant parfois perdre du temps mais, je pense, permettant le plus souvent d’affiner sa pensée.

    Ceci étant dit, si tu voulais être en accord avec ce que tu dis, tu n’aurais jamais dû commenter cet article, car ton opinion, différente, risque comme tu dis « d’installer le doute » chez les gens qui liront nos échanges.

    Comment sélectionnes-tu les « bonnes » et les « mauvaises » informations, dans ce cas ? Est-ce que, dans la même logique, le journalisme indépendant devrait être interdit ? Cela me fait vaguement penser à la façon dont l’information fonctionnait sous l’Union soviétique. Trouver « la vérité » c’est difficile, voire impossible, mais je pense qu’il vaut mieux s’en remettre à sa propre intelligence pour filtrer les informations qui paraissent non pertinentes.

    Concernant le pétrole, Kadhafi, les USA, le Mexique, etc., j’élude car c’est totalement hors-sujet. Je parle de liberté d’expression pour des individus, pas de politique bureaucratique et économique internationale.

    2. Nous n’avons malheureusement pas d’infrastructure pour permettre aux 22 198 110 Syriens (moins les quelques milliers de morts) de tous discuter entre eux, donc effectivement, ceux qui communiquent grâce à nos infrastructures sont une petite minorité. Il y a peut-être des « privilégiés » parmi eux, mais il y a aussi, par exemple, des étudiants « standards » de Damas et Alep et un jeune de 14 ans de Rastan (Homs) qui ne peut plus espérer aller à l’école, celle-ci ayant été transformée en prison, aux dernières nouvelles.

    Il ne s’agit donc pas de se « fixer sur une opinion » comme tu dis, mais simplement de laisser ces personnes écrire en toute sérénité sur Internet, tout comme nous avons tous les deux la chance de le faire ce soir. Voici par exemple une interview en Anglais de l’un deux, vivant à Alep : http://stephanurbach.de/2011/08/mail-aus-syrien/ .

    Je ne sais pas à quels « journalistes intérimaires » tu fais allusion. Je ne comprends d’ailleurs pas le terme.

    La comparaison avec la France me paraît assez grossière vu les énormes différences entre les deux pays. Et à ce titre, la notion de personnes « privilégiées » vis-à-vis du reste de la société totalement intransférable par le biais de « ceux qui peuvent manifester » et « ceux qui ne peuvent pas ». Déjà, je pense que je prendrais des pincettes pour comparer des manifestants allemands et français…

    Pour mémoire, le printemps arabe a été déclenché par l’immolation d’un vendeur ambulant tunisien (Mohammed Bouazizi), qui, il me semble, était loin d’être un « privilégié ».

    3. Il y a des pelletés d’exemples de drames qui ne sont pas assez couverts par les médias, je suis tout à fait d’accord avec toi. C’est d’ailleurs exactement pour cette raison que Telecomix est investi sur la Syrie. J’ai déjà expliqué ici et là pourquoi je la Syrie ( http://www.youtube.com/watch?v=HNUz2Uxv0IQ ) mais je ne pense pas que ce choix soit meilleur ou moins bon qu’un autre. Ah si, je crois qu’ils font du bon café :)

    4. Comment comparer la Syrie en 2011 et la France en 1789 ? Ici aussi, ça me paraît un peu difficile de comparer deux situations éloignées de 222 ans (avec les différences technologiques, idéologiques, politiques qui vont avec), concernant des pays aux culture, histoire et géographie totalement différentes. En tous cas, une fois de plus, Telecomix ne cherche à couper la tête de personne.

    Le peuple syrien fait effectivement sa révolution seul (c’est même exactement ce qu’a dit Okhin, autre agent Telecomix cité dans cet article), mais Internet est un tout au sein duquel les frontières nationales n’empêchent pas les données et les idées de circuler. À ce titre, les solidarités peuvent également traverser les frontières.

    Ah, et notre infrastructure technique fournissant un accès anonyme, nous ne contrôlons pas qui s’y connecte : anti ou pro-régime.

    5. Pour IRC : dommage, même sans discuter, ça ne coûte pas grand chose de venir jeter un oeil à ce qui se passe sur le canal, en utilisant Tor si tu veux t’assurer l’anonymat.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Moon(ine le 3 janvier 2012 - 23:47 Signaler un abus - Permalink

    J’espère trouver sur la toile l’avis de quelques internautes syriens.

    Bravo à telecomix ainsi qu’à JcFrog qui chante les louanges d’internet à la fin de l’émission télé.
    http://youtu.be/RP-8TYG51GU

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Arfy le 3 janvier 2012 - 23:48 Signaler un abus - Permalink

    … hum don’t feed the troll ? :p

    GG KheOps pour la patience, l’esprit didactique et la synthèse de tes propos. Je ne sais pas si tu as essayé de poutrer du troll par ta modération et tes arguments ou si tu as joué le naif, mais belle répartie.

    Et gros hug à télécomix pour le boulot effectué, une ONG sur internet sans budget, sans salarié, qui réussit là ou d’autres échouent ou n’essayent même pas.

    Pour la critique du logo, reprends les livres (ou wikipedia …), la franc maçonnerie a débarqué un peu tardivement pour lui coller tout sur le dos (mais ça excite à mort, je comprends et si on rajoutait une croix rosicrucienne, là ça serait l’orgasme non ?)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Moon(ine le 4 janvier 2012 - 0:08 Signaler un abus - Permalink

    KheOps tu paye pas de mine à la télé à côté du Pierre machinvannepourrie, mais tu saisis réellement la portée des tes actions, pas toujours facile à faire.. Continuez Telecomix, puis il est très bien se symbole.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Joël le 4 janvier 2012 - 2:08 Signaler un abus - Permalink

    Et en Grèce, ils ont prévu quoi pour les révolutionnaires ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Elbloom le 4 janvier 2012 - 6:33 Signaler un abus - Permalink

    Merci Kheops de répondre en tout cas à ces commentaires. Je ne cherche pas à troller mais à approfondir mes connaissances sur le mouvement anonymous.

    Je ne répondrais pas aux autres points, car t’as réussis à me convaincre sur la plus part (ne serais-ce que la liberté d’expression). Même si j’ai encore beaucoup de doutes sur votre mouvement…

    Le réseau Tor n’est pas encore la solution fiable que tout le monde devrait utiliser pour l’anonymat. Beaucoup trop de faille, et un logiciel encore un Beta. C’est bien grâce à cette chose qu’il y a eu des fuites avec les gouvernements (wikileaks). Une recherche sur google devrait répondre simplement à ça. Au cas ou ça t’intéresse, va voir Freenet http://freenetproject.org/.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • KheOps le 4 janvier 2012 - 22:04 Signaler un abus - Permalink

      Ravi de pouvoir discuter tranquillement !

      Je ne comprends pas bien le lien entre Tor et WikiLeaks, si ce n’est qu’à mon sens, il a peut-être pu permettre la fuite de documents en garantissant l’anonymat aux initiateurs de ces fuites. Ne fais-tu pas une confusion quelque part ?

      Tor n’est pas parfait (comme tous les autres outils), mais protège plutôt pas mal des milliers de Syriens, d’Iraniens (si tant est qu’ils ne dévoilent pas par eux-même leur identité), et d’autres gens souhaitant rester discrets.

      Freenet est bien aussi, je connais moins bien. Il y a aussi I2P qui est pas mal utilisé.

      Bref, autant d’outils utiles mais pas parfaits, dont les points forts & faibles nécessiteraient sûrement une étude un peu plus longue !

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • KheOps le 4 janvier 2012 - 22:12 Signaler un abus - Permalink

      Ah, j’oubliais : Telecomix et Anonymous ne sont pas la même chose :) En ce qui concerne Telecomix, y’a eu plein d’articles ici et là qui devraient permettre d’en tirer une idée assez fiable, même si Telecomix n’a aucun statut, aucune ligne officielle, aucun porte-parole, bref, ça n’est qu’un amas de personnes (« essaim » ça fait plus classe, tiens, plutôt) qui font ce qu’elles veulent.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • mandrake le 4 janvier 2012 - 8:14 Signaler un abus - Permalink

    pourquoi telecomix investi tant d’énergie en Syrie, pourquoi justement la Syrie , il existe pourtant bien d’autres pays ou les droits sont réellement bafoués, ou la torture tient le haut du pavé,ce qui me trouble est par exemple la non intervention de telecomix par exemple au Yémen ou une révolution a été écrasé dans le sang ,dans un silence impressionnant des médias occidentaux,ou encore en Birmanie ,en Chine ,en Arabie saoudite, au états unis ou ,une nouvelle foi ,la constitution a été trafiqué pour encore supprimer des libertés aux citoyens ,et pour la Tchétchénie point de larmes ,pas de mouchoirs,encore une révolution totalement oublié ,silence radio….
    j’ai peut être le défaut de ne pas me contenter que d’un seul son de cloche.
    je réitère donc ma question , pourquoi justement la Syrie et pourquoi justement maintenant, il semble apparaitre qu’auparavant les droits des Syriens étés aussi bafoués sans pour autant que les média ou autres organisations s’en soient émues….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jcfrog le 4 janvier 2012 - 8:57 Signaler un abus - Permalink

    bravo KheOps et autres Telecomix.
    bien des râleurs ici ne peuvent surement pas imaginer qu’on puisse faire des choses gratuitement.
    comment peut-on critiquer la défense du droit d’expression, de l’accès à l’information, de la protection des communications.
    donner la parole aux gens est pour moi une des rares choses inattaquables.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • KheOps le 4 janvier 2012 - 22:17 Signaler un abus - Permalink

      Oui :) Mais le monde étant foutument complexe avec plein de choses cachées, je ne suis pas étonné que les procès d’intentions soient monnaire courante. Ajouté à ça les diverses peurs avec lesquelles certains pouvoirs et médias jouent pour garder un certain contrôle sur les masses… Ça aide pas.

      Mais à par discuter, je vois pas d’autre solution !

      C’est l’heure de manger !

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Elbloom le 4 janvier 2012 - 10:04 Signaler un abus - Permalink

    « bien des râleurs ici ne peuvent surement pas imaginer qu’on puisse faire des choses gratuitement. »

    Que de belles paroles.

    « comment peut-on critiquer la défense du droit d’expression, de l’accès à l’information, de la protection des communications.
    donner la parole aux gens est pour moi une des rares choses inattaquables. »

    On ne la critique pas, on se demande pourquoi elle n’est pas ailleurs, et surtout pourquoi particulièrement là-bas. Après, c’est un début… Mais on verra ce que ça donne dans l’avenir. Comme wikileaks d’ailleurs et tout ces Uber Héros du web.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jcfrog le 4 janvier 2012 - 10:15 Signaler un abus - Permalink

    si tu critiques.
    “pourquoi ici et pas ailleurs?” est une critique.
    pas très maline à mon sens.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mandrake le 4 janvier 2012 - 10:36 Signaler un abus - Permalink

    pour synthétiser , l’intention est tout a fait louable personne ici je pense ne pourrait le contester , mais le choix du pays a aider est bien singulier , même curieux.
    voila pourquoi je demande des précisions a telecomix sur le choix qu’il a fait de focus la Syrie et pas d’autres pays .
    Après pour les révolutions Tunisienne ,Égyptienne , Libyenne le temps nous dira comment cela évoluera, j’espère simplement que les traitement médiatiques seront de même nature que pour l’opération printemps arabe…..

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jcfrog le 4 janvier 2012 - 11:51 Signaler un abus - Permalink

    @mandrake je pense que cette action aurait été faite pour n’importe quel autre pays, on aurait eu les mêmes procès d’intention et la même question “pourquoi ici?”

    je crois personnellement à l’intégrité de cette initiative, mais c’est effectivement subjectif.

    si on apprend un jour prochain que KheOps est en fait une horrible barbouze impérialiste je serai le premier à dénoncer le #complot :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
9 pings

  • [...] Computer Club de Berlin, un forum qui réunit quelques bricoleurs du web, des pirates ont annoncé le lancement d’un portail visant à regrouper les vidéos de la révolution syrienne pour en faire…, loin de la censure des autorités. Une façon d’aider les activistes syriens, qui luttent [...]

  • [...] en Egypte au plus fort de la répression. A Berlin pour le 28e Chaos Computer Congress 1 , qui rassemble bidouilleurs et autres experts en sécurité informatique, plusieurs [...]

  • (H)acktivisme by stonehenge - Pearltrees le 3 janvier 2012 - 13:28

    [...] Quelques semaines après le début de la révolution Syrienne, les hackers de Telecomix avaient choisi de détourner les réseaux locaux pour permettre aux Syriens de faire sortir des images et des informations du pays, mais aussi d’apprendre quelques règles simples de sécurité et d’anonymat sur Internet. L’énorme prouesse technique permet aujourd’hui à des hacktivistes syriens de contourner la censure. Telecomix crée la mémoire vive des révolutions » OWNI, News, Augmented [...]

  • [...] Suivre le hashtag #28C3 sur Twitter [↩] [...]

  • [...] Telecomix crée la mémoire ive des révolutions http://owni.fr/2011/12/30/telecomix-cree-la-memoire-vive-des-revolutions/ [...]

  • [...] Les valeurs défendues par les mouvements hacktivistes se trouvent être plus ou moins les mêmes d’un groupe à l’autre. La défense des libertés individuelles caractérise la motivation de ces individus, qui prenant conscience du potentiel de leur connaissance refusent de rester inactifs face à l’inertie des Etats. De la sorte, les allemands du Chaos Computer Club défendent la promotion de la liberté de l’information, de la transparence dans les gouvernements et de la communication comme droit de l’Homme. Telecomix, quant à lui, s’est illustré par sa défense de la liberté d’expression au cours des révolutions du Printemps arabe ; il a permis d’assurer notamment la mémoire vive de ces révolutions. [...]

  • [...] Les valeurs défendues par les mouvements hacktivistes se trouvent être plus ou moins les mêmes d’un groupe à l’autre. La défense des libertés individuelles caractérise la motivation de ces individus, qui prenant conscience du potentiel de leur connaissance refusent de rester inactifs face à l’inertie des Etats. De la sorte, les allemands du Chaos Computer Club défendent la promotion de la liberté de l’information, de la transparence dans les gouvernements et de la communication comme droit de l’Homme. Telecomix, quant à lui, s’est illustré par sa défense de la liberté d’expression au cours des révolutions du Printemps arabe ; il a permis d’assurer notamment la mémoire vive de ces révolutions. [...]

  • [...] Les valeurs défendues par les mouvements hacktivistes se trouvent être plus ou moins les mêmes d’un groupe à l’autre. La défense des libertés individuelles caractérise la motivation de ces individus, qui prenant conscience du potentiel de leur connaissance refusent de rester inactifs face à l’inertie des Etats. De la sorte, les allemands du Chaos Computer Club défendent la promotion de la liberté de l’information, de la transparence dans les gouvernements et de la communication comme droit de l’Homme. Telecomix, quant à lui, s’est illustré par sa défense de la liberté d’expression au cours des révolutions du Printemps arabe ; il a permis d’assurer notamment la mémoire vive de ces révolutions. [...]

  • carte de presse | Sete'ici le 10 décembre 2012 - 6:52

    [...] de la séparation du Sud, l’Egypte révolutionnaire, la Tunisie en reconstruction, Berlin avec ses hacktivistes et Paris où j’avais donné des cours de [...]

Derniers articles publiés