Sarkozy attaque Internet

Nous avons cartographié le réseau d'influence sur Internet du Président de la République - le plus puissant comparé aux autres partis. Initialement, Nicolas Sarkozy avait découvert une terre hostile. Au cours de son mandat, il a cherché à contrôler l'archipel du numérique. Avec quelques succès. Entrez et cliquez sur notre carte interactive.

“Vous avez changé le monde.” Nicolas Sarkozy tend la main au peuple d’Internet. Nous sommes en mai 2011, à l’occasion de l’e-G8. Perdu en terre indigène, le président part en conquête. Sur cette île hostile à civiliser, il s’entoure. Les conseillers se placent. Internet est un enjeu politique, il devient objet de convoitises. Affole d’abord le comté de la Culture, qui craint de voir ses ressources dilapidées dans ce nouveau monde. Cette caste capte immédiatement l’oreille du chef de l’État. C’est le temps des grands travaux. Il faut au moins une Haute autorité. Ce sera Hadopi. Les autochtones n’ont pas été faciles à mater, mais l’institution qui contrôle la diffusion des oeuvres sur Internet n’en a pas moins été fondée. Son instigateur, Olivier Henrard, conseiller Culture à Élysée, veille sur le trésor de ses landes du haut de son Palais.

Ce butin protégé, le Château s’est mis à écouter les plaintes du peuple des dunes de l’Industrie. Délaissé un temps, ce territoire s’est progressivement révélé prodigue ; le Président attentif lui a donné un cénacle, le Conseil national du numérique (CNN)1, qui l’informe des desiderata des colons du numérique. Émissaire de choix, Jean-Baptiste Descroix-Vernier a oeuvré dans l’ombre à son instauration. Et n’a pas hésité à protéger le Prince des malandrins sévissant sur le réseau. Au Palais, un jeune pèlerin a pris du galon. De webmaster élyséen, Nicolas Princen est monté en grade : il est depuis mars 2011 “conseiller technique”, officieusement rattaché aux problématiques propres au Net. Il vient combler le vide laissé par Frank Supplisson, conseiller technique NTIC évacué de l’Elysée en avril 2008, qui sévit aujourd’hui sous l’étendard du ministre de l’Industrie Eric Besson. Sorti des tiroirs de Bercy pour atterrir dans le giron élyséen, le CNN est à la fois piloté par Nicolas Princen et le cabinet Besson. A l’Elysée le symbole, à l’Industrie la besogne.

La peuplade industrielle a eu son totem. Mais ce don n’est pas un désaveu du Comté de la Culture. Loin d’être laissées en friche, ses exploitations sont cajolées. En cette fin de mandat, Nicolas Sarkozy en a même appelé à une “collaboration judiciaire et policière active entre États” pour mieux les protéger. C’est dire.

La fin du quinquennat numérique approchant, d’autres lieutenants se font le relais politique de cette bienveillance culturo-sarkozyste. Sur les Plages du Parti, Franck Riester assure la diffusion de la bonne parole. Secrétaire national de l’UMP en charge de la communication, rapporteur en son temps des lois Hadopi, il gère les affaires culturelles. Et tente de se glisser dans le costume du Monsieur Net au parti majoritaire. Une place disputée par une autre responsable UMP, plus discrète, Laure de la Raudière. Secrétaire nationale en charge cette fois du numérique, l’ingénieur télécom tente de se faire une place au soleil, à grand renfort de rapports (sur la neutralité des réseaux, sur le très haut débit) et d’expertise. Mais le sérieux ne fait pas tout et la garde Culturelle du Palais dispose encore d’une place de choix à la droite du grand Manitou.

Sur cet isolat, où chacun tente de s’attirer les bonnes grâces du Château, le bon peuple du réseau  se fait rarement entendre. Au renouvellement du bail présidentiel de lui donner un porte-voix.

Et aux internautes de préparer le débarquement pour se réapproprier leur lande.


L’Elysée à la conquête du Net, une histoire à retrouver en détail dans l’ebook Partis en ligne, qui présente les stratégies numériques de Nicolas Sarkozy, de l’UMP et du Parti Socialiste.

Disponible également sur Amazon, et l’iBookstore.


Design de l’application par François Prosper et Karen Bastien [WeDoData] pour OWNI.FR
Contenu éditorial par Andréa Fradin, Guillaume Ledit et Olivier Tesquet
Couverture de Une à partir des travaux de François Prosper et remixée par la team design d’Owni

  1. dont Nicolas Voisin, patron de 22mars, société éditrice d’OWNI, est membre. []

Laisser un commentaire

  •  
    commentaire choisi par la rédaction 7-circles le 31 janvier 2012 - 11:28 Signaler un abus - Permalink

    Internet: une invention récente, utilisée massivement par les moins de 35 ans, avec une assiduité presque inversement proportionnelle à l’âge et gouverné par les lois votées par les politiques qui ne sont pas de cette génération. Comment vouez vous que ça marche?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Alain L. le 31 janvier 2012 - 9:57 Signaler un abus - Permalink

    Eclairant, mais un peu faible comme représentation du système, c’est-à-dire des relations, inter-actions, coopérations qu’entretiennent tous ces mercenaires de Sarkozy.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • islamanalyse le 31 janvier 2012 - 10:03 Signaler un abus - Permalink

    Excellente infographie (un peu foisonnante) pour comprendre rapidement ce que font les e-hommes et les e-femmes du président. Mais il est navrant de constater qu’avec toute cette fourmilière, les politiques français (et particulièrement ceux de droite) n’ont pas l’air de bien comprendre comment fonctionne l’Internet. En outre, on voit bien les luttes de pouvoir qui se jouent dans les coulisses du Cyberpalais de l’Elysée.

    Bon courage à toute l’équipe d’OWNI qui fait vraiment un travail formidable de journalisme avec les outils d’aujourd’hui.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • La Tâche le 6 février 2012 - 15:37 Signaler un abus - Permalink

      @Islamanalyse :
      Malheureusement si, il savent comment marche le NET et il savent également ce qu’il est : une zone grise dans la loi, un espace sensément neutre, et une zone de liberté sans frontières.

      Depuis 96, en France, “on” essaye d’encadrer la bestiole sans grand succès [la technologie et la créativité insolente ayant toujours un temps d'avance sur nos têtes pensantes] et N. Sarkozy nous l’a rapellé violement en Avril 2011 avec le Conseil National du Numérique et je ne parle pas de toutes la chaine liberticide des [dans le désordre] LOPPSI1&2 / DADVSI / HADOPI pour ne citer qu’elles.

      Ils savent ce qu’ils veulent faire, mais pas encore comme le faire admettre par tous et toutes sans vaseline ou force brute.
      A nous ausi de savoir que faire face à cet étau.

      http://dystopie.net/2011/04/28/un-internet-sain-pour-les-citoyens/

      La Tâche

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Nanarf le 31 janvier 2012 - 11:04 Signaler un abus - Permalink

    “réseau d’influence”
    Faut pas prendre ses désirs pour la réalité, réseau certes, mais influence cela reste à démontrer, c’est plus tôt un bruit de fond, des acouphènes qui n’arrivent au mieux qu’à parasiter Internet.
    Et puis tout le monde s’en fout de Benjamin Lancar , même l’UMP.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  •  
    commentaire choisi par la rédaction 7-circles le 31 janvier 2012 - 11:28 Signaler un abus - Permalink

    Internet: une invention récente, utilisée massivement par les moins de 35 ans, avec une assiduité presque inversement proportionnelle à l’âge et gouverné par les lois votées par les politiques qui ne sont pas de cette génération. Comment vouez vous que ça marche?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Nanarf le 31 janvier 2012 - 14:16 Signaler un abus - Permalink

      J’ai 62 ans, je lis OVNI et je ne vais pas sur l’UMPsphére, alors que qu’ Authueil est dans ma “blogroll” et ce tout simplement parce qu’il débite pas des éléments de langage au kilomètre.
      Le jour ou les conseillers du Prince se rendront compte que ce n’est pas en répétant un mensonge plusieurs fois qu’il devient crédible, la propagande c’est un art. N’est pas Goebbels qui veut, cela demande du génie.Comme ingénieur des âmes Guaino est un peu léger.
      Nota qui n’a rien a voir
      Laure de la Raudiére est députée, élue à Nogent le Rotrou, ville où les malades de l’hôpital n’ont pas lewi fi

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Cryptomac le 1 février 2012 - 0:27 Signaler un abus - Permalink

        Autant je vous rejoins vis à vis de votre remarque concernant Autheuil ( bien que je ne partage pas forcément ses idées ) autant le fait qu’il n’y ait pas le wi-fi dans un hopital, je vous avoue que je ne vois pas trop le rapport avec le Shmilblick et qu’à la limite on s’en fout. D’autant que l’on ne connait pas les effets ( à long terme ) du wi-fi. Du coup, ce n’est pas forcément une mauvaise chose, surtout pour un lieu ou on est censé se reposer et améliorer nos conditions de santé. Par contre vous pouvez toujours militer pour la pose de prise ethernet dans les chambres ;)

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • Nanarf le 1 février 2012 - 10:29 Signaler un abus - Permalink

          Il me semble que première mission du “responsable du portefeuille numérique de l’UMP”est de permettre l’accès à Internet dans sa circonscription.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
          • Cryptomac le 1 février 2012 - 19:59 Signaler un abus - Permalink

            Sauf que vous pouvez très bien accéder à Internet sans avoir la nécéssité du Wi-Fi. Quand au fait de s’engager pour l’accès à Internet dans la circonscription je ne vois pas le rapport avec le fait d’avoir du Wi-Fi à l’hopital.

            A mon avis, et je peux me tromper, s’engager pour l’accès à Internet dans une circonscription vise plutôt l’accès à Internet ( haut débit, surement ) dans les zones les moins denses et peuplées que le fait d’avoir un HotSpot dans sa chambre d’hopital.

            Cordialement.

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
          • ATREID337 le 4 février 2012 - 22:24 Signaler un abus - Permalink

            Non, vous avez tort.

            La mission d’un député n’est en aucun cas d’exercer des responsabilités au sein de sa circonscription (et surtout pas d’ordre exécutif, comme la mise en place d’accès à Internet), ni même d’en représenter les intérêts au sein de l’Assemblée Nationale. C’est d’y représenter, AU NOM des électeurs de sa circonscription, les intérêts de TOUS les Français, en travaillant en commission, en proposant des lois, et en votant celles-ci.

            C’est parfois une bonne idée de se renseigner sur le fonctionnement de nos institutions, après tout c’est la seule chose qui nous sépare de la barbarie.

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
      • LSD le 1 février 2012 - 11:47 Signaler un abus - Permalink

        @narfnarf

        “la propagande c’est un art”
        n’ayant aucune instruction j’ai recherché sur le net ce que cela pouvait dire et je suis tombé sur cette petite vidéo qui a soudainement illuminé mes neurones : LQR la propagande du quotidien :
        https://www.youtube.com/watch?v=do5zFr8wfik

        a mon tour de vous laisser cet autre lien sur Internet :
        http://www.agoravox.fr/actualites/medias/article/internet-ou-le-stratageme-des-109125

        je médite actuellement ce passage :

        Le Net, en tant que matière dématérialisée et en tant que réseau informatique n’est rien qu’un outil, une chose inanimée, pas plus “intelligente” qu’un balai ou une valise, réalisée par l’homme pour servir l’homme, et non l’inverse. Il doit donc être traité et considéré en conséquence : aussi longtemps qu’il nous est effectivement utile, on peut envisager de s’en servir. Dès qu’il devient intrusif au point d’exercer une influence sur nos habitudes, nos comportements, nos décisions, ou pire encore, notre organisme, il doit être écarté sans la moindre hésitation.

        Internet apporte-t-il l’accès à l’eau potable, à la stabilité politique, aux traitements médicaux, protège-t-il du pillage des ressources naturelles et de l’exploitation des populations, permet-t-il d’en finir avec la faim dans le monde ?

        vaste programme :)

        merci

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • CROC le 2 février 2012 - 16:23 Signaler un abus - Permalink

    Drôle de choix une île pour représenter Internet, au delà du côté sympa du dessin, je comprends pas trop.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Andréa Fradin le 2 février 2012 - 16:33 Signaler un abus - Permalink

      L’idée est de figurer N. Sarkozy en colon du Net. Le discours de l’eG8 était frappant en ce sens qu’il s’adressait à une population (les “internaut(r)es”) qu’il tenait à distance, sans s’y inclure, comme s’il était face à un peuple autochtone.

      L’île permet à la fois de représenter ce positionnement singulier et la posture de conquête de N. Sarkozy par rapport à Internet. Elle permet aussi de figurer le concept de territoire, très important dans ce domaine, avec le clivage de la Culture et du numérique notamment, mais aussi en raison du caractère transverse d’Internet. Et en plus de ça, c’est assez rigolo :)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Denis le 3 février 2012 - 14:12 Signaler un abus - Permalink

    Quand on voit l’équipe autour de Sarkozy en charge de l’Internet, on peut dire qu’il n’en a strictement rien à faire.

    -> http://www.dsfc.net/internet/politique/internet-hommes-du-president/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • site le 8 avril 2014 - 0:46 Signaler un abus - Permalink

    Thanks for the information !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés