Le “mème” Sarkozy sur Facebook

Le 10 février 2012

Nicolas Sarkozy réécrit sa vie sur Facebook. Un pur moment de communication, qui tombe à pic pour l’annonce, programmée, de sa candidature. Une bonne tranche de rigolade, aussi. L'histoire du président connaît de gros oublis, sur les sujets qui fâchent. Et provoque déjà des mèmes (imitations) savoureux.

Aujourd’hui, Nicolas Sarkozy a fait un cadeau de choix aux internaut(r)es : une magnifique page Facebook, à son nom, construite autour de la “timeline”, une frise chronologique, l’une des dernières fonctionnalités du réseau social. Grâce à cette échelle du temps magique, les communicants du presque-mais-en-fait-pas-tout-à-fait candidat à sa réélection ont pu retracer les moments marquants de son histoire politique. Voire son histoire tout court : le profil débute à la naissance de Nicolas Sarkozy, le 28 janvier 1955. Et remonte jusqu’à l’une de ses dernières sorties, le 9 février dernier, sur le site de la centrale de Fessenheim. Avec au milieu, des coucous, des risettes, des envolées lyriques, la galette des rois géante de l’Élysée, encore des éclats de rire, mais aussi du sérieux, du grave, la naissance du “premier petit-fils Solal” entre la mort de Philippe Séguin et une visite à la Réunion ; bref, la vie, la mort, du palpable, de la chair de Président, merde ! Le tout enveloppé d’un “je” tout à propos. Les communicants appellent ça du ”storytelling”. Un procédé qu’ils affectent particulièrement, par exemple, au hasard, pouf! pouf! au moment de l’élection présidentielle.

L’intérêt du tire-larmes storytellé de Sarko est au-delà de cette énième manœuvre de com’. Ou de sa présence renforcée sur le réseau bleu (tous les candidats y sont). Il réside dans ce qui est dit -ou pas- et ce qui montré, surtout. Si la date de naissance des quatre enfants de Nicolas Sarkozy a méticuleusement trouvé sa place dans son histoire sauce Facebook, ses mariages successifs eux, n’ont pas voix au chapitre. Carla est pourtant bien présente dès 2008, auprès de son président de mari, qu’elle a épousé le 2 février de la même année. Quand le chef de l’État semble vouloir jouer sa réélection sur “ses valeurs pour la France”, les enfants sont manifestement plus porteurs que les multiples épouses.

Plus cocasse encore que la vie privée tronquée, la vie politique réécrite. Comparons -rapidement- le parcours de Nicolas Sarkozy selon Wikipedia et ce même parcours selon Facebook. L’encyclopédie collaborative indique par exemple “1993 – 1997 : premières responsabilités gouvernementales et « traversée du désert »”. L’encart revient sur l’année 1995 et le soutien de l’actuel président à Édouard Balladur, alors candidat à la fonction suprême, et l’échec qui s’en est suivi. Sur Facebook, surprise : la période 94-97 est littéralement vide, comme le souligne le chroniqueur Guy Birenbaum. Ou presque : notons tout de même l’éloquente photo de la famille Balladur-Léotard-Veil-Sarkozy, qui pendouille dans un télésiège du côté de Chamonix. Priceless. C’est peu dire que l’exercice est limité. Et cadré : de la même façon, si les fameux pouces en l’air (“j’aime”) sont autorisés, les commentaires, eux, sont bannis.

Difficile d’y voir cette “une utilisation moderne et innovante des nouvelles fonctionnalités de Facebook au service de la transparence et du storytelling digital”, décrite avec emphase par le blogueur, chroniqueur audiovisuel et directeur général d’une agence de communication Emery Doligé. Qui y voit aussi “de l’épaisseur [...] et de la scarification”. On a eu beau chercher, on n’a pas trouvé de photo de notre Président adolescent emokid s’ouvrant les veines pour appeler au secours.

Mais le plus beau cadeau de Sarko à vous, peuples étranges des interouèbes, automobilistes des autoroutes de l’information, n’est pas tant cet aveu d’inconformité aux pratiques d’Internet, qui cherchera toujours la petite bête. La vraie bénédiction, ce sont ces photos. Puits à mèmes sans fin. Corne d’abondance du LOL.

Certains se sont déjà prêtés au jeu et, comme eux, nous n’avons pas pu résister à apporter notre petite touche au mouvement. 4 THE LULZ /-)

On peut édulcorer un poil la timeline :

Pimenter cet instant volé sur la plage avec la chancelière allemande Angela Merkel, dont Nicolas Sarkozy se sent si proche :

Ou bien encore ce vibrant moment alsacien changé en facebomb régionaliste :

Vous aussi, aidez-nous à enrichir le Sarko-mème, véritable patrimoine 2.0 !


Laisser un commentaire

  • Pascal Hermelin le 11 février 2012 - 12:27 Signaler un abus - Permalink

    Emery Doligé a juste oublié de citer le nom de l’agence Emakina et de son patron Manuel Diaz (je vous laisse faire une petite recherche sur le combo doligé+diaz).

    Étrange, d’habitude ce blogueur-quadra-morveux-opportuniste n’hésite pas à balancer et faire du name dropping. D’où lui vient cette soudaine retenue, et comment a t il obtenu cette information en avant-première (il s’en vente dans les commentaires), mais qui lui a donné le tuyau ? Pourquoi ne pas tout dire ?

    Bon, résumons rapidement cette non-information :

    - Agence Emakina + Manuel Diaz (gourou digital de bouse marketeux).

    - Contrat digital pour la blitz campagne (sic) – http://bit.ly/ykHNYD (il serait intéressant de savoir combien et d’où vient l’argent qui va payer Diaz (souvenez-vous de Liliane Bettencourt, et d’Omar Bongo…)

    - Mise en place d’une page Facebook totalement “storytellée” grâce à l’astucieuse utilisation de la fonctionnalité timeline (Doligé s’est étrangement contenté de cette info pour pondre son billet-lustreur).

    une piste pour l’analyse :

    Cette page Facebook est sans doute un des éléments du dispositif, comptez sur l’agence de marketing online pour nous sortir du Twitter, du Tumblr du Flikr voire même une playlist sur Spotify (michel sardouille, doc gyneco, barbelivien et carlota…), le tout relié à un site aux allures de CNN qui va nous balancer du breaking news en permanence, histoire de nous mettre dans l’urgence car il est urgent de renouveler le mandat de “little big man”, puisqu’au final, c’est bien ça le message ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ignatius le 11 février 2012 - 15:11 Signaler un abus - Permalink

    Sarko se raccroche aux branches du web pour ne pas se prendre une raclée au 1er tour. Pas sûr que cela suffise !!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ciaobella le 12 février 2012 - 11:08 Signaler un abus - Permalink

    Merci de m’avoir offert la possibilité d’admirer ce storytelling: un vrai chef d’oeuvre que je n’aurais pas pu voir autrement, car je n’ai pas de compte facebook.
    Je ne sais pas s’il vaut mieux en rire ou en pleurer…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • LOL le 12 février 2012 - 23:51 Signaler un abus - Permalink

    !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Patrizia le 13 février 2012 - 7:40 Signaler un abus - Permalink

    Rhââââââ, je sais pas si c’est voulu, mais le même prend un accent circonflexe. Ça fait d’autant plus mal aux yeux que c’est dans le titre! Et si c’est voulu, qu’on m’explique ;)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Alain L. le 13 février 2012 - 9:10 Signaler un abus - Permalink

    Une pure fiction la vie de ce personnage…
    A son marketing puéril, les blagues potaches répondent de manière plutôt adaptée…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Grynx le 13 février 2012 - 13:50 Signaler un abus - Permalink

    OMG, j’ai même l’impression que certaines photos sont des fakes !
    Je sais pas ce que vous pensez par exemple de celle du Cap Nègre le 10 août 2010, mais on voit bien la découpe Photoshop un peu mal faite autour du cou, des épaules et des mains…. https://fbcdn-sphotos-a.akamaihd.net/hphotos-ak-snc7/p480×480/298668_109751499135927_100003032333114_78497_1345667447_n.jpg

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Vermathio le 19 février 2012 - 13:45 Signaler un abus - Permalink

    Qui a promis de dire la vérité au français sur les relations de la finance et de l’économie ? les banquiers ? la presse ? les hommes politiques ou l’AMF ?
    Si l’on en croit la presse anglaise, The Gardian http://www.guardian.co.uk/science/2012/feb/12/black-scholes-equation-credit-crunch?fb_action_ids=10150608873582080&fb_action_types=news.reads&fb_source=other_multiline

    les volumes de transactions sur les dérivés dépassent l’entendement. En 2007, le système financier international était en négociation de produits dérivés d’une valeur de un quadrillions de dollars par an. C’est 10 fois la valeur totale, ajusté pour l’inflation, de tous les produits fabriqués par les industries manufacturières dans le monde au cours du siècle dernier.
    J’avais jamais lu rien de tel dans la presse française ni à la TV .Alors Info ou intox ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
4 pings

Derniers articles publiés