Sarkozy détourné de son image

Le 19 février 2012

Sitôt publiée, l'affiche de campagne de Nicolas Sarkozy a été détournée. André Gunthert, chercheur sur l'image et le langage, maître de conférence à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), met des mots sur ces opérations de détournement.

Selon la formule célèbre du livre Le 18 Brumaire de Louis Bonaparte, de Karl Marx, les grands événements historiques se répètent, “la première fois comme tragédie, la seconde fois comme farce.” Cette fois, c’est sûr, on est dans la farce.

Telle était du moins l’impression que produisait l’accueil de l’annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy aux prochaines présidentielles sur les réseaux sociaux. Pendant qu’une grande partie de la presse s’efforçait de nous convaincre que les choses sérieuses allaient enfin commencer, les outils de l’appropriation s’emparaient du slogan et de l’affiche de campagne pour une série de détournements dévastateurs.

Un slogan giscardien, une affiche mitterrandienne: les communicants sarkozystes ne brillent pas par leur imagination. La seule tentative qui sortait de la routine était celle de décliner la métaphore du capitaine courage, utilisée par le candidat lors de son allocution télévisée. Mais l’option du fond marin pour habiller l’image était un choix risqué1, véritable appel du pied aux blagues et au second degré après l’échouage du Costa Concordia ou la proximité de la sortie du film La mer à boire.

Ça n’a pas raté. Avec une réactivité significative, les premiers détournements mettaient en scène Sarkozy en capitaine naufrageur (voir ci-dessus), suivis de près par le baigneur naturiste du catalogue La Redoute.

A l’époque mitterrandienne, la présence d’un fond uni ou d’un emplacement vide était un choix visuel sans risque particulier. A l’ère du mème et de la retouche, c’est une provocation à la satire. La simplicité graphique de l’affiche La France forte, composée de 3 éléments nettement distincts – le personnage, le slogan et le fond – se prête admirablement à l’appropriation. Constatant le succès du mème, le mouvement des Jeunes socialistes proposait dès le milieu de la matinée un générateur automatique permettant de modifier le slogan ou d’appliquer diverses variations à l’image.

Outre “la France morte”, on a pu noter le succès récurrent de l’adaptation culinaire du slogan, remixé en “Francfort”, allusion à l’empreinte du modèle germanique qui hante la candidature Sarkozy (voir ci-dessus).

Que le net s’empare d’un contenu politique et le détourne, quoi de plus normal ? Mais on n’a pas constaté pareille explosion satirique à l’endroit de François Hollande, dont la campagne, si elle peine à soulever l’enthousiasme, ne provoque pas non plus d’opposition massive. La rage mordante de la caricature s’adresse bien au président sortant, dont le moindre discours paraît définitivement inaudible, menacé par l’inversion et la raillerie. Révélateur de l’exaspération qu’il suscite, le sarcasme le plus cruel a consisté à mimer l’effacement du candidat sur sa propre affiche, jusqu’à la disparition (voir plus haut).

L’écart est frappant entre cet accueil et le sérieux avec lequel la plupart des grands médias continuent de considérer une campagne menacée par le naufrage avant même d’avoir commencé. Qui, à part Alain Duhamel, croit encore que Sarkozy est capable de rééditer Marengo et de l’emporter in extremis par un retournement inouï ? Mais le storytelling d’un combat gagné d’avance ne fait pas les affaires de la presse, qui attend depuis des mois le pain béni de la présidentielle, et qui fera tout pour donner à des chamailleries de cour de récréation les couleurs d’affrontements homériques.

Pendant ce temps, la France ricane, et s’amuse plus sur Facebook que dans les mornes sujets du JT. Une divergence de perception qui rappelle le traitement de l’affaire DSK – et n’annonce rien de bon pour la suite…


Cet article, que nous rééditons ici, a été initialement publié sur Culture Visuelle

Crédits Photos CC FlickR André Gunthert

  1. Un internaute a retrouvé à partir des métadonnées du fichier l’origine du fond marin, une photo de stock de la mer Egée… []

Laisser un commentaire

  • Eric Anglade le 19 février 2012 - 10:25 Signaler un abus - Permalink

    Essai

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Florence le 19 février 2012 - 13:29 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi les médias restent-ils sérieux quand ils parlent des chances de Sarkozy ? Ils suffit de savoir qui les payent et où vont les intérêts de ceux qui les financent. Qui peut vraiment critiquer son patron sans risquer sa carrière ? Entre l’argent et la pensée libre (ou la vraie information) il y a un salaire qu’on est pas souvent prêt à perdre !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • David le 19 février 2012 - 14:08 Signaler un abus - Permalink

    “on n’a pas constaté pareille explosion satirique à l’endroit de François Hollande”
    -> forcément, son affiche officielle de campagne n’est pas encore sortie…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jean.cedric.t le 20 février 2012 - 6:46 Signaler un abus - Permalink

    En pendant ce temps, un parti a constitué son programme en consultant les personnes impliquées et compétentes dans chaque sujet…

    Son président a même participé à une émission en direct sur dailymotion concernant le numérique et les nouvelles technologies, qu’il est le seul, hormis Parti Pirate, à aborder dans sa campagne…

    Je vous donne des indices: Produire + Instruire, Un Pays uni: Rien ne lui résiste…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • L'Espoir le 20 février 2012 - 13:38 Signaler un abus - Permalink

    Présidentielle: Pourquoi les français vont-ils se tirer une balle dans le pied?

    Réponse sur le lien suivant: http://lespoir.jimdo.com/2012/01/21/pr%C3%A9sidentielle-pourquoi-les-fran%C3%A7ais-vont-ils-se-tirer-une-balle-dans-le-pied/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés