Mélenchon s’intéresse trop à la dette

Les beaux jours sourient à quelques candidats à l'élection présidentielle dont la crédibilité est mesurée par Le Véritomètre d'OWNI-i>TÉLÉ. Marine Le Pen, toujours dernière, se rapproche dangereusement de Nicolas Sarkozy tandis que François Bayrou double son adversaire socialiste.

La tendance est à l’amélioration générale dans le classement du Véritomètre, permettant de vérifier l’exactitude de toutes les déclarations chiffrées ou chiffrables des six principaux candidats à l’élection présidentielle. Marine Le Pen, toujours en queue de peloton, grappille 0,5 points d’indice de crédibilité par rapport à la fin de semaine, tandis que François Bayrou gagne 0,8 points suite à sa bonne prestation (75% de crédibilité) au Zénith de Paris, dimanche dernier. En haut de tableau, le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, se maintient à la première place.

Au cours des 24 dernières heures, l’équipe du Véritomètre a vérifié 39 citations chiffrées des candidats à la présidentielle1.

Résumé des faits chiffrés qui ont retenu notre attention aujourd’hui.

Trop d’intérêts pour Jean-Luc Mélenchon

Présent à la Bastille dimanche dernier, Jean-Luc Mélenchon a poursuivi sa campagne dans les territoires d’Outre-Mer ce week-end. Lors de son discours sur l’île de la Réunion, le candidat du Front de gauche a abordé une nouvelle fois le sujet de la dette par ces mots :

[Le service de la dette de la France], ce qu’il faut payer tous les ans, c’est 2,5% de la richesse produite par le pays.

La “richesse produite” par la France, ou plutôt le Produit intérieur brut (PIB) mesuré par l’Insee, s’établissait à 1932,4 milliards en 2010 (dernières données disponibles pour le PIB). Dans le même temps, le Projet de loi de finances pour 2011 [PDF], indique (p.12) que le montant des charges de la dette s’élève à 42,32 milliards d’euros la même année, montant revu à la hausse puis à la baisse par deux des quatre lois de finances rectificatives de l’année 2010, pour finalement atteindre 40,8 milliards d’euros. Soit 2,11% du PIB.

Les propos de Jean-Luc Mélenchon s’avèrent donc incorrects : si le poids des intérêts de la dette s’était élevé à 2,5% du PIB de 2010, ils auraient représenté 48,31 milliards d’euros. Le candidat du Front de gauche gonfle donc de 7,5 milliards d’euros le montant réel des intérêts annuels de la dette française.

Marine Le Pen connaît le trafic de drogue

L’actualité n’y était sans doute pas étrangère, Marine Le Pen n’a jamais lancé autant d’affirmations chiffrées sur l’immigration et la délinquance que la semaine dernière. En témoigne l’interview qu’elle a donnée, le 19 mars dernier, dans l’émission Bourdin 2012 sur RMC et BFMTV, où elle a notamment déclaré :

La criminalité est liée évidemment pour beaucoup au trafic de drogue.

Bien qu’il soit difficile de mesurer la “criminalité liée au trafic de drogue”, les motifs des interpellations ou des infractions constatées en France permettent de se faire une idée sur la question.

Ainsi, d’après le rapport annuel 2011 [PDF] de l’Institut national des hautes études de la sécurité et la justice (INHESJ), 49% des infractions constatées en France concernaient l’usage de stupéfiants (p.12).

Si l’on entend plutôt par “criminalité”, le nombre d’interpellations et leur motif, les propos de Marine Le Pen sont d’autant plus conformes à la réalité. En 2009, 86% des interpellations effectuées en France concernaient l’usage de stupéfiants, comme l’indique l’étude du même INHESJ [PDF] sur l’évolution du trafic de stupéfiants depuis 2005.

François Hollande “délégifère”

“Délégiférer”. Le néologisme était sorti de la bouche de Nicolas Sarkozy dans un entretien au Figaro Magazine, en mars 2010. Il désignait sa volonté de réduire le nombre de lois votées par l’Assemblée nationale. Mais d’après François Hollande, qui s’exprimait dans la Matinale de France Info le 19 mars dernier, l’annonce d’alors du Président de la République n’a jamais été honorée :

Jamais depuis cinq ans il n’y a eu autant de lois de votées : 264 lois !

Un nombre confirmé par le ministre chargé des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, lors de la séance de l’Assemblée nationale du 6 mars 2012 [PDF]. Par comparaison, 233 lois avaient été votées par le Parlement sous la XIIème législature, qui correspond peu ou prou au second mandat présidentiel de Jacques Chirac.


[Mise à jour du 27 mars 2012 à 18h24]
Comme nous le suggère le commentaire d’un internaute (“MM”) ci-dessous, une définition plus stricte de la “criminalité” peut également être appliquée pour vérifier les propos de Marine Le Pen sur le trafic de stupéfiants.

Si l’on entend par “criminalité”, les peines criminelles – c’est-à-dire les peines d’une durée de “dix ans au moins”, comme l’indique l’article 131-1 du Code pénal -, alors celle-ci est infiniment peu “liée au trafic de drogue”. Car, d’après l’édition 2011-2012 de l’Annuaire statistique de la justice, publié par le ministère de la Justice le 9 février dernier, le nombre de crimes pour infraction à la législation sur les stupéfiants s’est élevé à 36 en 2009 (derniers chiffres disponibles) sur un total de 2756 peines pour crimes tous motifs confondus. Ainsi comptabilisée, la “criminalité” est donc liée à hauteur de 1,3% au “trafic de drogue”.

Dans un sens un peu plus large, on peut considérer que Marine Le Pen entendait par “criminalité” l’ensemble des condamnations pour délits en France, et non pour crimes. Mais là encore, le trafic de stupéfiants arrive loin derrière en termes de motifs de condamnations : seules 8,1% des condamnations pour délits prononcées en 2009 concernaient une infraction à la législation sur les stupéfiants. Les condamnations pour délit concernaient d’abord un autre type de “criminalité” , celle des infractions routières, au nombre de 243 135 en 2009.


Les vérifications des interventions sont réalisées par l’équipe du Véritomètre : Sylvain Lapoix, Nicolas Patte, Pierre Leibovici, Grégoire Normand et Marie Coussin.
Retrouvez toutes nos vérifications sur le Véritomètre et nos articles et chroniques relatifs sur OWNI
Illustrations par l’équipe design d’Owni /-)

  1. L’équipe du Véritomètre a fixé des seuils de tolérance pour l’évaluation des chiffres des candidats : si la marge d’erreur entre le chiffre évoqué par le candidat et la donnée officielle disponible est comprise entre 0 et 5 %, nous considérons la citation comme “correcte” ; si la marge est entre 5 et 10 % on la qualifiera d’”imprécise”, enfin si la marge est de plus de 10% nous l’évaluerons comme “incorrecte” []

Laisser un commentaire

  • Romain Philippon le 26 mars 2012 - 21:08 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,
    toujours fan de votre véritomètre, excellente application qui devrait être obligatoire et en direct sur les plateaux télés par exemple.

    Par contre, à moins que je n’ai pas compris, vous expliquez que Mélenchon a gonflé le chiffre de la dette en se trompant. Or, son propos est justement de dire que la dette est facilement remboursable, puisque ce n’est “que” 2,5% du PIB. Or, vous expliquez que c’est en vérité 2,1%. Son propos est donc renforcé, et on peut penser qu’il a arrondi volontairement au dessus. Je ne vois donc pas où se trouve l’erreur…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Vilnus le 27 mars 2012 - 9:47 Signaler un abus - Permalink

      En cherchant 10 secondes :
      http://www.franceinfo.fr/france-politique-2011-09-28-la-charge-de-la-dette-devient-le-premier-poste-budgetaire-de-la-565089-9-10.html

      où je lis :
      “Dans le détail, la dette représente sur 2011 la proportion de 85,5% du Produit intérieur. Au mois de mars dernier, elle était évaluée à 1.646,1 milliards d’euros. Sa charge, elle s’élèvera à 48,8 milliards d’euros, alors que l’enseignement scolaire par exemple, représente 45,5 milliards (hors pensions). _ En 2012, la situation devrait empirer, puisque la charge de la dette devrait atteindre 87,4% du PIB.”

      Donc pour 2011, sachant que 2012 sera pire :
      48.8 / ( 1646.1 / 85.5 % ) = 2.5 %
      Certes, la source est peut-être ancienne, mais enfin l’ordre de grandeur est très largement bon.

      Non seulement Romain a raison, mais en plus vous chipoter pour des virgules… Ce n’est certainement pas ma conception du fact-checking. (Sans parler du titre)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Gregoire Normand le 27 mars 2012 - 17:57 Signaler un abus - Permalink

        Bonjour

        Nous nous sommes effectivement posés la question de vérifier le chiffre annoncé par Jean-Luc Mélenchon sur les chiffres les plus récents possibles et surtout définitifs.

        A ce jour l’Insee n’a pas encore publié le montant définitif du PIB pour 2011 et c’est pourquoi nous avons choisi de prendre les chiffres de 2010 pour référence, qui s’avèrent être arrêtés. L’Insee indique effectivement une hausse de 1,7% pour 2011 mais il s’agit d’une prévision. De son côté, Eurostat indique le montant du PIB de la France pour 2011 mais le site précise bien qu’il est également provisoire. (http://epp.eurostat.ec.europa.eu/portal/page/portal/statistics/search_database)

        Enfin, Jean-Luc Mélenchon parle bien du montant du PIB et non du montant de la dette comme vous le précisez : “Au mois de mars dernier, elle était évaluée à 1.646,1 milliards d’euros”. Ces chiffres restent basés sur une évaluation et les verbes utilisés “s’élèvera”, “devrait empirer”, ne nous permettent pas d’appuyer une explication sur des chiffres sûrs.

        Merci pour votre contribution

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • Romain Philippon le 28 mars 2012 - 8:02 Signaler un abus - Permalink

          Désolé, mais vous ne semblez pas avoir compris le sens de mon commentaire.

          Ce que je voulais dire, c’est qu’il est intéressant de vérifier et de contredire les discours des candidats, s’il y a mensonge ou manipulation.
          Or, ici, ce n’est pas le cas.
          Mélenchon explique que la dette est relativement faible en comparaison du PIB, et il annonce un chiffre de 2,5%. Vous expliquez ensuite qu’il a tord, et que c ‘est en fait 2,1%. Soit, mais vous allez finalement dans le sens de Mélenchon, et vous confirmez le fait que la dette est petite proportionnellement au PIB.

          Un autre exemple pour appuyer mon propos. Si Lepen avait dit “c’est honteux, il y a 5 millions d’étrangers qui rentrent en france tous les ans”, vous ne seriez pas venus dire “ah non, c’est faux, c’est 6 millions” !

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
          • Gregoire Normand le 28 mars 2012 - 10:24 Signaler un abus - Permalink

            @ROMAIN PHILIPPON En fait ma réponse s’adressait plutôt à Vilnus

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
            • Romain Philippon le 28 mars 2012 - 12:35 Signaler un abus - Permalink

              Et ma réponse alors ?

              • Vous aimez
              • Vous n'aimez pas
              • 0
              Lui répondre
              • Gregoire Normand le 28 mars 2012 - 13:24 Signaler un abus - Permalink

                Bonjour

                pour vous répondre “Par contre, à moins que je n’ai pas compris, vous expliquez que Mélenchon a gonflé le chiffre de la dette en se trompant. Or, son propos est justement de dire que la dette est facilement remboursable, puisque ce n’est “que” 2,5% du PIB. Or, vous expliquez que c’est en vérité 2,1%. Son propos est donc renforcé, et on peut penser qu’il a arrondi volontairement au dessus. Je ne vois donc pas où se trouve l’erreur…”
                On ne dit pas que Mélenchon “a gonflé le chiffre de la dette” mais on parle bien du “montant des charges de la dette” ou encore “le poids des intérêts de la dette”. Ce qui nuance l’explication et notre but n’est pas non plus d’imposer une vérité mais de vérifier la crédibilité des candidats.

                Merci pour votre contribution

                • Vous aimez
                • Vous n'aimez pas
                • 0
                Lui répondre
    • Trazeris le 27 mars 2012 - 11:59 Signaler un abus - Permalink

      On parle ici d’intérêt de la dette, pas de la dette dans son ensemble, l’objet de Mélenchon est bien de dire qu’il est très important.

      Que le véritomètre souligne cette erreur d’arrondi ne me choque pas, de là à en faire le titre de l’article (en plus sous cette forme de jeu de mots…) c’est quelque peu mal venu…

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Desirade le 26 mars 2012 - 21:47 Signaler un abus - Permalink

    Mieux vaudrait parler de second mandat présidentiel pour Jacques Chirac que de second quinquennat.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Gabriel le 27 mars 2012 - 9:35 Signaler un abus - Permalink

    Autant j’apprécie beaucoup votre application et son principe, autant je suis déçu que vous choisissiez des titres “tape à l’œil-jeu de mots” qui peuvent nuire à la neutralité.

    Vérifier les données est une chose, mais est-ce à vous de juger si un candidat parle assez ou non de la dette ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Chris le 27 mars 2012 - 10:55 Signaler un abus - Permalink

      Je pense plutôt que le titre fait un jeu de mots sur le gonflement de l’intérêt de la dette par JLM. ;)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • L'Espoir le 27 mars 2012 - 9:58 Signaler un abus - Permalink

    Réponse à l’éditorial de Christophe Barbier: “Pour en finir avec Mélenchon” : http://lespoir.jimdo.com/2012/03/15/pour-en-finir-avec-christophe-barbier/

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • MM le 27 mars 2012 - 10:04 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi utiliser deux mauvaises définitions de la criminalité et s’appuyer sur les chiffres d’Alain Bauer, plutôt que sur la définition juridique et les chiffres officiels de la criminalité ?

    Comprendre la classification des infractions, Eolas : http://www.maitre-eolas.fr/post/2007/05/02/611-la-classification-tripartite-des-infractions

    Je doute que ces chiffres existent, en tout cas ils ne sont pas dans l’étude qui fait volontairement dans l’amateurisme et assimile crimes et délits…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Pierre Leibovici le 27 mars 2012 - 18:34 Signaler un abus - Permalink

      Dans le contexte où Marine Le Pen a prononcé le terme de “criminalité”, elle comptait sans doute davantage parler de “délinquance” plutôt que de peines criminelles, ce pour quoi nous avons choisi de parler des interpellations et des infractions commises.

      Néanmoins, il est effectivement important de préciser qu’une définition plus stricte de la “criminalité” existe. Nous avons d’ailleurs bien trouvé des chiffres sur les condamnations pour délits et pour crimes pour infraction à la législation sur les stupéfiants. Vous les trouverez en “mise à jour” au bas de cet article.

      Merci de votre précision !

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Franck le 27 mars 2012 - 19:28 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi il n’y a que 6 candidats sur 10 de testés ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Alain L. le 4 avril 2012 - 9:49 Signaler un abus - Permalink

    Deux articles à charge contre Melenchon, mais aucun sur Sarkozy qui est le plus mauvais selon les “critères” du véritomètre.

    Dans l’article pointant l’erreur dans le chiffrage des intérêts de la Dette, on remarquera que le même Melenchon a fait énorme erreur de…0,6%.

    Il faut ajouter que les chiffres des intérêts Dette diffèrent sensiblement, suivant les données brutes ou nettes, et le point de vue d’où on l’observe. Ainsi, le CADTM pointe un chiffre, Attac un autre, l’équipe sarkozyste un autre, etc.
    Enfin, il est notable que les chiffreurs du Projet de loi de finances du staff Sarkozy, que reprennent sagement les gens du “véritomètre”, ont fait à quelques semaines près 2 estimations différentes. Petit doigt mouillé, quand tu nous tiens…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés