Les 50 millions de Kadhafi dans le Puy-de-Dôme

Le 30 avril 2012

Un document publié par Mediapart, et accrédité par Ziad Takieddine, accuse Brice Hortefeux d'avoir assisté à une réunion, organisée par les services secrets libyens, destinée à financer la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, à hauteur de 50 millions d'euros. Ce jour-là, Hortefeux était en tout cas à Montpeyroux, petit village situé à 20 minutes de Clermont-Ferrand.

Brice Hortefeux a-t-il assisté, le 6 octobre 2006, à une réunion avec des officiels libyens au sujet du financement, par Kadhafi, de la campagne électorale de Nicolas Sarkozy, pour un montant d’une valeur de cinquante millions d’euros ? Mediapart l’affirme, s’appuyant sur un document présenté comme issu des archives des services secrets libyens. L’intéressé, lui, “oppose un démenti catégorique et vérifiable“. Nous avons donc reconstitué son emploi du temps lors de ces journées cruciales.

À l’époque, Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur, et Brice Hortefeux son ministre délégué aux collectivités locales. Sur son agenda ministériel d’alors, encore consultable sur le site archive.org, on découvre que Brice Hortefeux assistait, le jeudi 5 octobre au matin, à la 15ème édition du Sommet de l’élevage à Cournon, ce que confirme un article du Figaro de l’époque, qui précise que “le bras droit de Nicolas Sarkozy a pu observer la grande forme de Chirac“.

Dans la foulée, Brice Hortefeux filait à Cancale où il présidait, à 14h30, les 10ème Assises des petites villes de France sur le thème “petites villes au coeur de la décentralisation“. Le 5 au soir, il effectuait une “visite éclair” à Saint Brieuc, comme l’atteste également le blog du député (UMP) Marc Le Fur, et la photo de Brice Hortefeux prise ce soir-là, horodatée au 5 octobre 2006 à 19H59.

Visite de Brice Hortefeux à Saint-Brieuc, le 05 octobre 2006

Ce fameux vendredi 6 octobre au matin, jour où Brice Hortefeux aurait assisté à la réunion avec les Libyens, la Correspondance économique annonce que Brice Hortefeux sera l’invité de l’émission “Face aux chrétiens“, diffusée à midi. Renseignement pris auprès du quotidien La Croix, qui garde la trace de toutes ces émissions, c’est en fait Jean-Pierre Raffarin qui, ce jour-là, remplaça le ministre délégué au pied levé : l’émission est généralement enregistrée la veille, ce que Brice Hortefeux ne pouvait donc matériellement pas faire entre ses rendez-vous à Cournon, Cancale et Saint Brieuc.

L’agenda de Brice Hortefeux précise que l’après-midi du 6, il devait remettre à 17h30 la Croix de chevalier de l’Ordre national du mérite à Marcel Astruc, Vice-président de l’Association des maires de France ruraux (AMFR), à Montpeyroux, un village de 358 habitants dans le Puy-de-Dôme, ce qu’atteste également le bulletin d’octobre 2006 de l’AMFR.

Contacté par OWNI, Marcel Astruc se souvient effectivement avoir été décoré par Brice Hortefeux vers 18h, 18h30. Le ministre était reparti vers 20h pour remettre une autre décoration, à Cournon. Le 7 au matin, Brice Hortefeux participait à l’assemblée générale de l’Union des maires et élus de l’Eure, à Evreux, où il prononçait un discours sur les finances locales et l’intercommunalité.

Remise de la médaille du mérite à Marcel Astruc, Montpeyroux, le vendredi 6 octobre 2006

En avion, il faut 3h15 pour aller de Paris à Tripoli, sans compter les temps de trajets vers ou à partir des aéroports. À supposer que Brice Hortefeux n’ait pas eu d’autres rendez-vous dans la matinée du 6, il est donc matériellement possible qu’il ait pu effectuer un aller-retour express entre le 5 et l’après-midi du 6, avant de revenir à Clermont-Ferrand, situé à 20 minutes du village de Montpeyroux. Contacté, le collaborateur de Brice Hortefeux à l’UMP n’a pas été en mesure de répondre à nos questions.

Moussa Koussa, le chef des services de renseignement libyen, a nié avoir signé le document que lui attribue Mediapart, et déclaré que “toutes ces histoires sont falsifiées (et) sans fondement“. Bacher Saleh, le trésorier de Kadhafi qui a depuis trouvé refuge à Paris -tout en étant recherché par Interpol-, a de son côté émis, par l’intermédiaire de Pierre Haïk, son avocat “les plus expresses réserves sur l’authenticité” du document. Interrogé par Mediapart, Ziad Takieddine, lui, semble donner crédit au document, ce qui est d’autant plus étonnant car, dans le même temps, il dément avoir assisté à cette réunion ce jour-là.

Le fichier qui recense ses nombreux voyages, et qu’OWNI a mis en ligne (soit le calendrier complet des déplacements de Takieddine de 2001 à 2008) à l’occasion de la parution du livre “Au pays de Candy” au sujet de l’affaire Amesys, montre que Ziad Takieddine était à Genève, le 6 octobre 2006. En revanche, si cet homme d’affaires libanais était bien à Tripoli avec Nicolas Sarkozy et Brice Hortefeux, c’était le 6 octobre 2005… un an, jour pour jour, avant la date mentionnée dans le document.

Ziad Takieddine, qui avait été mis en examen pour faux témoignage en septembre 2011, et qui fustigeait jusqu’alors Mediapart, à l’origine de quelques révélations à son sujet, estime aujourd’hui que le document “reflète un accord signé par Moussa Koussa pour soutenir la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy en 2007“, et déclare à Mediapart que “Brice Hortefeux a été effectivement là-bas à cette date ainsi qu’à d’autres dates, ça, c’est sûr“.

Si Brice Hortefeux nie avoir rencontré Moussa Koussa et Bachir Saleh, il a cependant expliqué à Mediapart qu’il avait rencontré Abdallah Senoussi. Ce qui n’est pas sans poser quelques questions : Senoussi, l’autre chef des services de renseignement libyens mentionné dans le document, serait actuellement en Mauritanie, après avoir été condamné à la prison à perpétuité par la justice française pour son implication dans l’attentat du DC-10 d’UTA, le plus grave attentat terroriste qu’ait jamais connu la France (170 morts, dont 54 Français). Senoussi était aussi le contact privilégié de Ziad Takieddine en Libye, et c’est lui qui avait demandé à la société française Amesys de développer un système de surveillance massive de l’Internet…

Nicolas Sarkozy, de son côté, a porté plainte pour “faux (et) publication de fausses nouvelles“. Sur Amesys, en revanche, il n’a jamais réagi.


Portrait graff de Kadhafi par Abode of Chaos [CC-by]; Autres photographies via Marc Le Fur (Saint-Brieuc) et Marcel Astruc (Montpeyroux)

Laisser un commentaire

  • Gauthier le 30 avril 2012 - 20:15 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    Comment faire confiance en la véracité de ces investigations quand les noms mêmes des villes sont écorchées ?
    Merci de corriger : COURNON D’AUVERGNE, ni Coudron, ni Courdon.

    Cordialement

    Oups, désolé, j’ai rectifié; à ma décharge, vous remarquerez que la première occurence de Cournon avait été correctement orthographiée

    manhack

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • hipparkhos le 30 avril 2012 - 21:31 Signaler un abus - Permalink

    Ne peut-on trouver un historique des plans de vol déposés ? Même un avion ministériel doit en déposer un, non ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • trollquirigole le 1 mai 2012 - 1:06 Signaler un abus - Permalink

      Si, bien sur. Chaque avion doit avoir un carnet de bord avec tous les vols renseignés. Facile à trouver. Les vols IFR sont gardés en archives également…

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • unagi le 2 mai 2012 - 13:25 Signaler un abus - Permalink

      Commequirigole mais un plan de vol peut être classé secret défense.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Secundus le 30 avril 2012 - 22:10 Signaler un abus - Permalink

    Travail intéressant.
    En revanche vous ne dites pas ce que Hortefeux faisait entre le 5 nuit et le 6 jusqu’à17h. Pourquoi partir de Paris ? Vous croyez que ces gens là commandent leusr billets sur opodo ? On peut très bien prendre l’avion (affrété par je ne sais qui) depuis Saint Brieuc la nuit (Aéroport de Tremuson), être tôt le matin à Tripoli, Reprendre l’avion en mi journée et atterrir à l’Aéroport de Clermont-Ferrand – Aulnat juste assez tôt pour ce rendre à Montpeyroux. Rien d’impossible.
    C’est désormais à la justice d’éclaircir cette affaire.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Luc le 1 mai 2012 - 10:08 Signaler un abus - Permalink

      le doc parle de la réunion du 6 octobre 2005 (puisqu’on sait qu’elle a eu lieu) et le doc comporte une erreur d’année, c’est l’explication la plus simple, de plus pourquoi la date est tapée et non pas manuscrite ?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • __bw le 30 avril 2012 - 22:14 Signaler un abus - Permalink

    C’est un coup monté. C’est Fantomas qui a pris le masque de Fritz Hortefeux

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ben-G le 1 mai 2012 - 0:09 Signaler un abus - Permalink

    A noter, dans le lien que vous fournissez, que le vendredi 6 est le seul jour de la semaine où Brice Hortefeux n’a rien de prévu le matin (et jusqu’à 17h30)…

    http://web.archive.org/web/20061118131252/http://www.interieur.gouv.fr/misill/sections/a_l_interieur/ministres-delegues/le_ministre_delegue1/agenda/semaine-du-2-au-8-octobre-2006/view

    Par contre, je ne comprend pas votre accroche, qui suggère l’inverse de l’article… Avez-vous besoin de faire cela pour être lus ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Holmes le 1 mai 2012 - 1:12 Signaler un abus - Permalink

    OWNI est une officine de Sarkozy : le fondateur d’OWNI, Nicolas Voisin, a été nommé par Sarkozy vice-président du Conseil National du Numérique.
    OWNi cherche à discréditer le travail de révélation effectué par Médiapart, à quelques jours du second tour de la présidentielle.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • LEON le 1 mai 2012 - 2:41 Signaler un abus - Permalink

      Si l’OWNI avait été l’officine que vous prétendez hardiment, son fondateur aurait été nommé président du Conseil National du Numérique, et non pas un vulgaire vice-président.
      Maintenant les liens avérés de Médiapart avec la gauche Hollandaise via Xavier Niel -> ILIAD -> Le Monde ne semblent pas vous avoir sauté aux yeux.

      Elementaire, vous êtes plus Watson que Holmes :)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Etoile66 le 3 mai 2012 - 10:29 Signaler un abus - Permalink

        Sur les participations financières des supposés proches de Hollande au capital de Mediapart, je vous invite à lire l’enquête d’arrêt sur images:

        Mediapart, “officine” financée par “de riches amis de François Hollande” ?
        http://www.arretsurimages.net/contenu.php?id=4898

        “Ainsi, le capital de la société est détenu à 33% par ses cofondateurs. En 2008, Mediapart avait fourni le montant de cet apport : 1,35 million d’euros.

        Et Lepoint.fr avait donné le détail de l’apport de cinq des six fondateurs : 550.000 euros chacun pour Edwy Plenel et Marie-Hélène Smiejean, 100.000 euros pour Laurent Mauduit, 80.000 euros pour François Bonnet et 40.000 euros pour Gérard Desportes (parti depuis au Point).

        Ensuite, 19,7% du capital est détenu par des “amis” : il y a ceux qui apparaissent nommément comme Laurent Chemla (informaticien et fondateur de Gandi) et François Vitrani (président de la Maison de l’Amérique latine) et il y a la Société des Amis de Mediapart, qui regroupe 88 membres aujourd’hui (contre 46 en 2008).

        Si la liste de ces derniers n’est pas publique, Lepoint.fr avait publié le nom de certains de ces “amis” et le montant de leur participation en 2008 :

        Xavier Niel (fondateur d’Iliad et aujourd’hui co-propriétaire du Monde) a apporté 100 000 euros,
        Maurice Lévy (Publicis) a contribué à hauteur de 5 000 euros.

        Les cofondateurs et les “Amis” actionnaires détiennent donc la majorité des parts de Mediapart.

        L’autre partie de l’actionnariat, soit 47%, est détenue par des “investisseurs-partenaires”, dont les deux principaux sont Jean-Louis Bouchard (société Ecofinance) et de Thierry Wilhelm (société Doxa), présentés en 2008 par Plenel comme “deux entrepreneurs indépendants, acteurs dans le secteur de l’informatique et les nouvelles technologies”.

        [...]

        Pourquoi François Fillon a-t-il alors affirmé que Mediapart appartenait à de “riches amis de François Hollande” ? Joint par @si, Edwy Plenel assure qu’il “sait d’où ça vient. Il y a une personnalité qui s’est vantée dans tout Paris d’être actionnaire de Mediapart. Il s’agit de Matthieu Pigasse. Télérama l’avait même écrit (puis rectifié par la suite). Or, il n’a jamais été actionnaire et n’a rien donné à Mediapart”.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • Luc le 1 mai 2012 - 10:02 Signaler un abus - Permalink

    La réunion peut avoir eu lieu le 6 octobre 2005 et le doc peut contenir une erreur d’année puisque lui rédigé le 10 décembre 2006

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mg le 1 mai 2012 - 10:13 Signaler un abus - Permalink

    Vous avez bien rappelé qu’une réunion avait eu lieu en Libye le 6 octobre 2005.

    D’après un mémo qui aurait été écrit dans le style télégraphique par un certain Brizard (lu sur le Web, je vous laisse retrouver cette info via Google), cette réunion du 6 octobre 2005 avait mêmes participants, même objet et même finalité que celle du 6 octobre 2006 (dont le “PV” a été divulgué par Mediapart le WE dernier).

    Objectivement, il s’agit là d’un point vraiment troublant. D’où un questionnement légitime : erreur de frappe ? Un des deux documents est-il faux ? Etc.

    Il est surprenant qu’aucun journaliste, à ma connaissance, ne se soit encore interrogé publiquement sur ces deux dates, l’une vis-à-vis de l’autre.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Arnaud le 1 mai 2012 - 10:26 Signaler un abus - Permalink

    Ce qui est étonnant, c’est que dans la note de J-C Brisard que Mediapart utilisait auparavant pour évoquer cette thèse des 50 millions, la date concernée était bien le 6 octobre 2005.

    Après, le document de Mediapart est daté du 10 décembre 2006. Peut-on imaginer une décision de financement actée le 6 octobre 2005 et un ordre de paiement plus d’un an plus tard?

    Ziad Takieddine était à Tripoli le 9 décembre 2006, soit la veille de la rédaction de la note de Moussa Koussa, ainsi que les 20 et 21 novembre. Par contre, pas de trace de l’agenda de Brice Hortefeux à ces dates dans les archives du ministère de l’Intérieur (ou alors, j’ai mal cherché, ce qui est possible)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Flyer le 1 mai 2012 - 11:06 Signaler un abus - Permalink

    L’article de M. Manach est fort intéressant…. Il omet toutefois que nous sommes au 21e siècle et que point n’est besoin de monter à la capitale pour prendre un avion … il suffit de prendre un vol charter auprès d’un opérateur d’aviation privée pour pouvoir faire le vol depuis Clermont…. Cela va beaucoup plus vite et c’est beaucoup plus discret….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • LEON le 1 mai 2012 - 16:16 Signaler un abus - Permalink

      Et si ni l’avion de ligne, ni le charter, ne marchent pour prouver leurs faits, Mediapart nous dira qu’il y est peut être allé en chameau ! :)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • unagi le 2 mai 2012 - 10:25 Signaler un abus - Permalink

        Vous nous direz comment vous avez répondu à cette question mon cher Holmes.
        “Grâce aux déclarations du président candidat sur RMC et BFM TV, M. Bachir Saleh, l’un des détenteurs des plus lourds secrets franco-libyens, a ainsi appris qu’il lui était sans doute souhaitable de prendre le large. En signalant que la police française arrêterait le fugitif si une notice Interpol avait été émise à son encontre — ce qui est connu depuis des mois… —, Nicolas Sarkozy a en effet offert au principal intéressé une invraisemblable occasion de s’enfuir.”
        Il a du partir en chameau lui aussi.
        “Dès samedi, nos révélations ont provoqué un branle-bas de combat au Qatar. L’ambassadeur de France a été convoqué chez l’Emir. Des discussions tous azimuts ont été menées entre Paris, Doha et Tripoli. Enjeu: convaincre Moussa Koussa de démentir notre document.”

        Dommage que vous n’ayez pas contacté Mediapart, je comprend qu’une officine du ps ce n’est pas très ragoutant.
        Au chapitre des amabilités très bon dossier d’Acrimed sur Niel qui je crois est actionnaire chez vous.

        owni vous me faites penser aux derniers soubresauts des anonymous français, ça doit être ce que l’on appelle la french touch ou hyper conformisme et empathie aux pouvoirs..

        Je vous ai “deliké” sur facebook (je reconnais l’ineptie de la chose) mon cher Holmes, vous etes un bon chien de garde.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • asLado4pqn0r le 30 novembre 2016 - 11:54 Signaler un abus - Permalink

    [url=http://buyeffexor.us.com/]buy effexor[/url]

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
2 pings

Derniers articles publiés