Petits espionnages entre amis

Le 15 juin 2012

Eagle, le système de surveillance de l'Internet conçu par des Français à la demande du beau-frère de Kadhafi, serait en passe d'être revendu à l'un des concepteurs du système.

Qadhafi in Damascus - Photo CC Ammar Abd Rabbo

Le 8 mars dernier, la société Bull annonçait, dans un communiqué avoir “signé un accord d’exclusivité pour négocier la cession des activités de sa filiale Amesys relatives au logiciel Eagle“, sans préciser à qui le système de surveillance massive de l’Internet pourrait être revendu.

Il y avait urgence à communiquer : le 15 mars, Canal+ allait diffuser Traqués !, documentaire du journaliste d’investigation Paul Moreira, où l’on voyait notamment trois journalistes, écrivains et blogueurs libyens expliquer comment ils avaient été identifiés, incarcérés, frappés à “coups de pied et de barre de fer” et torturés par les nervis de Kadhafi grâce au système Eagle conçu par la société française.

Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
Traqués en Libye

Traqués en Libye

Ce soir, Canal Plus diffuse un documentaire choc, proposé par l'agence Premières lignes, révélant la portée des ...

Le 16, Owni publiait Au pays de Candy – enquête sur les marchands d’arme de surveillance numérique, ebook révélant l’histoire, et les dessous, de ce contrat sulfureux négocié par l’intermédiaire de Ziad Takieddine dans le cadre d’un accord de coopération sécuritaire voulu par Nicolas Sarkozy et Kadhafi, et négocié par Claude Guéant et Brice Hortefeux.

La Lettre A, dans son édition du 15 juin 2012, révèle que l’acquéreur d’Eagle serait Stéphane Salies, un des actionnaires historiques d’Amesys, et l’un des architectes du projet Eagle, confirmant une information confiée à Owni voilà quelques semaines, et que nous cherchions à vérifier.

Un des principaux responsables d’Eagle

Supérieur hiérarchique de Renaud R., le jeune chef de projet d’Eagle, le nom de Stéphane Salies figure également dans les propriétés de deux des documents révélés dans Au pays de Candy comme étant celui qui avait écrit, sinon validé, au dernier chef, la préparation du contrat avec la Libye.

Le premier porte sur les spécifications techniques du système d’interception, mais également sur des modèles de téléphone capables, même lorsqu’ils sont éteints, d’espionner leurs utilisateurs.

Prop générale sécu v2

Le second document, une proposition de contrat, chiffrait le montant cumulé des prestations proposées à 22 780 000 euros, dont 8,5 millions pour la surveillance de l’Internet, 1,4 pour les écoutes téléphoniques, plus 2,1 autres millions au titre de la formation et l’assistance technique.

Contract Anglais X3 Vers Passport

Internet massivement surveillé

Internet massivement surveillé

En partenariat avec WikiLeaks, OWNI révèle l'existence d'un nouveau marché des interceptions massives, permettant ...

Ex-directeur général d’Amesys, Stéphane Salies avait été nommé vice-président de la division Systèmes critiques et Sécurité de Bull, qui regroupe les anciennes activités d’Amesys afin de proposer “une offre complète de sécurité pour répondre à la variété et à l’évolution des menaces“, suite à la prise de contrôle du géant de l’informatique française par la start-up (voir, à ce titre, l’enquête de Reflets sur L’étonnante prise de contrôle de Bull par Amesys).

En mai 2011, quelques jours seulement avant qu’Owni ne révèle le contrat passé entre Amesys et la Libye de Kadhafi, Stéphane Salies était présenté comme président d’Amesys Technologies, dans un article où il expliquait que les affaires d’espionnage, de piratage ou de fuites de données “n’ont pas surpris” les responsables informatiques comme lui, mais qu’elles soulignaient “l’urgence qu’il y avait à prendre des mesures à la hauteur des enjeux“.

Ironie de l’histoire, c’est notamment à partir de documents internes qui avaient fuité qu’Owni a pu révéler le mode d’emploi du Big Brother libyen, ainsi que, en partenariat avec WikiLeaks (voir encadré ci-contre), les noms de plusieurs réfugiés politiques espionnés grâce à la société française…

La Lettre A relève aujourd’hui que son nom “a étrangement disparu de l’organigramme de Bull depuis plusieurs mois“, mais qu’il a créé, le 26 avril dernier, une nouvelle société de “programmation informatique“, Nexa technologies :

Sera-t-elle son bras armé pour l’acquisition d’Eagle ? Ou un moyen de portage pour un tiers ? Lors d’un comité central d’entreprise en mai, la direction de Bull a éludé le sujet, opposant un classement confidentiel-défense.

Contacté par La Lettre A, Bull évoque de son côté un acquéreur étranger pour Eagle, sans mentionner le rôle de Stéphane Salies.

La justice française a annoncé, le 21 mai 2012, l’ouverture d’une information judiciaire pour complicité d’actes de torture en Libye, visant explicitement Amesys et confiée au pôle spécialisé dans les crimes de guerre, crimes contre l’humanité et génocide, nouvellement créé au sein du TGI de Paris, suite à une plainte déposée par la Fédération internationale des ligues des droits de l’homme (FIDH) et la Ligue des droits de l’homme (LDH) en octobre 2011, ce dont elles se sont félicitées.


Photo CC Ammar Abd Rabbo [by-nc-sa]
À consulter : Au pays de Candy, enquête sur les marchands d’armes de surveillance numérique, disponible dans toutes les bonnes librairies numériques :

           

Laisser un commentaire

  • Buzz le 17 juin 2012 - 14:58 Signaler un abus - Permalink

    pour un site qui fait du bruit vous semblez être bien parti
    quand vos liens sont des aberrations de l’absurde = twitter ,facebook
    aucuns liens sur des solutions open source = vive le fric

    une seul vision bien sur ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Ajay le 5 mai 2014 - 17:57 Signaler un abus - Permalink

      robin dit :Putain je suis en mode columbo.La socie9te9 RSFJ dirige9e par un ceitarn M. Raymond AUPHAN qui est aussi pre9sident de Amesys Conseil Franchement si j avais un temps soit peu de temps est je contacterais les chambres de commerce pour chopper toutes les infos et ferais une maxi infographie montrant que les liens entre les boites et les personnes sur cette fiche, qui fait partie de quoi .En tout cas merci et j attennds avec impatience votre prochain article

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Melouca le 20 février 2015 - 20:13 Signaler un abus - Permalink

      robin dit :Cela est inte9ressant de regarder qui est qui:M. Marc HERIARD-DUBREUILMme Martine HERIARD DUBREUILposse8dent ccauhn une action, mais sont aussi les 2 dirigeants de LVLF qui en posse8de 22% avec un captial de 33.426.981,00 €Je sais pas vous mais pour mois c est pas tre8s net cette histoire

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Sana le 24 mars 2015 - 17:39 Signaler un abus - Permalink

      Steptom dit :J y comprend plus rien e0 cette hiistore A rache8te B mais en fait c est B qui rache8te A, puis A vend B e0 C etc.Faudrait limite une infographie pour expliquer toute cela

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • mouse le 18 juin 2012 - 9:46 Signaler un abus - Permalink

    Outre les cotés horribles de ce jeu cynique des informaticiens retombant des gens luttant pour une meilleur vie, le plus amusant dans cette histoire, est qu’elle n’est jamais finie: des noms qui changes, une société qui nait etc.

    Pour ceux qui souhaitent aller plus loin, http://standards.ieee.org/regauth/oui/oui.txt qui liste tous les organismes, avec noms, adresses, travaillant dans les domaines de recherche informatique et militaires se basant sur les standards IEEE. :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés