Frein à main sur la voiture sans pilote

Le 17 septembre 2012

Google voudrait éviter la sortie de route de sa driverless car, sorte de promesse d'un futur où circulent des voitures sans conducteur. En Californie, le projet est chahuté par les défenseurs de la vie privée qui voit dans ces véhicules de nouvelles possibilités pour fliquer le quotidien des citoyens.

Eric E. Schmidt Président exécutif, Larry Page PDG et Sergey Brin co-fondateur, dans la Google self-driving car en janvier 2011

Une association californienne de défense des consommateurs a mis le turbo pour interdire la voiture sans conducteur élaborée par Google, au titre — comme souvent — de la protection de la vie privée des utilisateurs. Et joue clairement la carte de David contre Goliath.

C’est en effet seule contre tous que l’association Consumer Watchdog a contacté très officiellement [pdf] la semaine dernière le gouverneur de Californie Jerry Brown pour lui demander d’apposer son veto sur le projet de loi “SB 1298“. La loi, si elle devait être adoptée, permettrait à l’État de tracer, sur le long terme, sa première autoroute automatisée remplie de véhicules-robots. Mais surtout, sur un plus court terme, de laisser rouler des voitures sans pilote sur les routes californiennes.

Dit comme ça, le projet paraît sortir d’un bouquin de science-fiction, mais il est pourtant sur le point d’aboutir. Déjà, des constructeurs comme Toyota, Audi, BMW, Lexus, Volvo ou encore Cadillac sont sur les dents pour produire des véhicules “autonomes” d’ici cinq ans. Le projet de loi, soumis par le sénateur démocrate Alex Padilla, est appuyé par certaines associations de promotion de la sécurité routière — mais pas toutes.

En tout état de cause, Google communique largement sur les statistiques de sa voiture sans conducteur (VSC) qui aurait quasiment atteint les 500 000 kilomètres sans incident, tandis que celles du conducteur étasunien sont moins bonnes : en moyenne, Average Joe fait face à un accident de la route tous les 250 000 kilomètres.

Situation enjolivée

Pourquoi Consumer Watchdog souhaite envoyer dans le décor un projet en apparence si futuriste et prometteur, réclamé par les statistiques donc, mais aussi par les lecteurs de SF, le gouvernement californien et le Sénat de l’État ? “Parce qu’un loi qui régule des véhicules autonomes doit s’assurer que les voitures sans conducteur rassembleront uniquement les données nécessaires à faire fonctionner l’automobile, et ne mémoriseront pas les données davantage que nécessaire”, clame John Simpson, directeur de la branche “vie privée” de l’association. Selon lui, le business model de Google :

c’est de monter des dossiers numériques sur nos comportements personnels et de les vendre aux annonceurs. Vous n’êtes pas le client de Google ; vous êtes son produit, qu’il vend aux entreprises désireuses de payer n’importe quel prix pour vous atteindre. (…) La technologie sans conducteur se contentera-t-elle de nous mener d’un point à un autre, ou traquera-t-elle comment nous y sommes allés et ce que nous avons fait durant le trajet ?

Dans le rétroviseur

Consumer Watchdog pense avoir des raisons de s’en faire au vu de la relative légèreté affichée par le géant du web en matière de vie privée. Et de rappeler deux évènements particulièrement fâcheux qui ont fait récemment déraper Google.

  • La première affaire est Wi-Fi Spy : il a été établi que les voitures qui circulent autour du globe pour photographier chaque rue et (re)constituer la fabuleuse base de données “Street View” ont été également conçues pour récolter des données personnelles sans aucun rapport avec leur mission. Ce que Google a voulu initialement faire passer pour le logiciel expérimental d’un ingénieur isolé était en fait — telle que l’a découvert la Commission fédérale des communications (FCC) — une fonctionnalité parfaitement intégrée au système.
    Résultat : en passant à proximité des habitations, ces Google cars se connectaient aux réseaux Wi-Fi ouverts qu’elles rencontraient et sauvegardaient toutes les infos qu’elles y trouvaient — y compris les mots de passe ou les e-mails.
  • La deuxième affaire sensible pour Google concerne l’espionnage organisé du navigateur Safari utilisé par Apple sur son iPad et son iPhone, qui représente environ 50 % du marché des navigateurs sur mobilité. Le méfait : utiliser du code pour tromper le navigateur qui, par défaut (et c’est un des rares), protège ses utilisateurs des cookies tierce partie, ceux-là même qui envoient des informations sur nos comportements et notre navigation aux réseaux de publicités en ligne. Et donc de détourner lesdites informations contre le gré des internautes et mobinautes.
    Pour ce “petit” secret, la firme tentaculaire a été condamnée le mois dernier à une amende de 22,5 millions de dollars [pdf] par la Federal Trade Commission (FTC). Une misère qui représente 0,2 % de ses revenus au deuxième trimestre — pour relativiser — et qui met un terme à une bévue dévoilée en février dernier par le Wall Street Journal.
  • Deux affaires de détournement des données privées, avérées et répréhensibles, en contrepoint de l’image lissée d’une entreprise dont le slogan (don’t be evil — “ne fais pas le mal”) résonne comme celui d’un parangon de probité. C’est pourquoi Consumer Watchdog réclame, de la part du Goliath et des autorités qui filent à tombeau ouvert avec lui, que le prochain joujou soit surveillé de (beaucoup plus) près.

    Apprenti maître-de-l’univers enthousiaste et maladroit, ange et démon, carburant aux passions humaines, slalomant entre l’absolue volonté de nous rendre à la fois libres de nos entraves et esclaves de nos petites libertés quotidiennes, Google titille encore son monde, avec cet air innocent et enfantin de ceux qui jouent à faire briller les chromes de la Buick pour parader dans Main Street. Bref, rien de nouveau sous le soleil californien : on lui passera sans doute cette facétie-là.


    Photo de la Google Car via Google Inc.

    Laisser un commentaire

    • Lelent le 22 septembre 2012 - 9:48 Signaler un abus - Permalink

      libres de nos enclaves
      ou de nos entraves ?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Laurent J. Masson le 23 septembre 2012 - 21:08 Signaler un abus - Permalink

      Bravo pour cet article, mais j’ai peur que la majorité des gens se moquent de cela. J’ai compte google pour mettre des vidéos sur youtube, mais je m’y connecte avec un navigateur qui n’est pas mon navigateur habituel et qui efface toute l’historique à chaque fois qu’on l’arrete. Qui fait cela ?

      Je ne suis pas sur facebook, d’abord parce que je n’ai aucun besoin de mon ordinateur pour avoir une vie sociale (je ne comprend pas d’ailleurs comment on veut avoir une vie sociale comme cela), mais aussi parce que je refuse que la liste de mes amis ou de ce que j’aime soit enregistré sur une machine sur laquelle je n’ai aucun contrôle. Au vu de la croissance de facebook, peu de gens ont ce souci.

      J’imagine la même chose pour les voitures sans chauffeur, avec peu de temps après des invitations à se rendre dans des magasins que l’ordinateur aura identifié comme pouvant nous intéresser. Sur certains GPS déjà, ce n’est pas écrit sur la notice, mais une chaine de restauration rapide y affiche ses établissements par défaut. Ces techniques seront bientôt beaucoup plus aiguisées…

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • corrector le 28 novembre 2012 - 16:12 Signaler un abus - Permalink

        “Bravo pour cet article, mais j’ai peur que la majorité des gens se moquent de cela. J’ai compte google pour mettre des vidéos sur youtube, mais je m’y connecte avec un navigateur qui n’est pas mon navigateur habituel et qui efface toute l’historique à chaque fois qu’on l’arrete.”

        Changez-vous aussi d’adresse IP?

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
    • achat pneus le 27 septembre 2012 - 11:57 Signaler un abus - Permalink

      L’espionnage fait par intermédiaire des gadgets de dernière génération commence à être de plus en plus connu! Quant à l’initiative de Google avec la voiture qui se conduit toute seule, mais avec un conducteur assistant est un pas important dans l’évolution de la technologie, mais il reste à voir comment se comporte-elle effectivement dans la rue!

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Israel le 6 mai 2014 - 0:40 Signaler un abus - Permalink

        Oho, super compo ! Et un petit quelque chose dans le desisn qui change par rapport e0 d habitude Plus re9aliste dans les volumes peut-eatre, en tout cas ce n est pas pour me de9plaire !Ton corbeau a grave la classe, et tes couleurs sont toujours aussi simples et belles.Bravo, et bisou.Voile0.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
      • Shashi le 6 mars 2015 - 1:14 Signaler un abus - Permalink

        Bon comme je sens que Philippe va s offusquer, je le dnvaece en prenant sa de9fense:- Je n ai pas e9te9 contrainte de jouer sous peine de me voir expulser de chez lui ou quoi que ce soit.- J assume ma geekittude et osef le soleil !- J avoue meame ne pas avoir essaye9 Black widow of La Porte en mode expert, e7a me de9prime trop rien que de l e9couter.- Finalement, on a quand meame re9ussi le trophe9e de RE5 e0 DEUX, voile0 je partage un peu le ge2teau ^^Merci pour ton hospitalite9 mon Pilou, et si, tu as le droit de me reparler de trophe9es. Mais prends ton temps :P

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
    • corrector le 28 novembre 2012 - 16:10 Signaler un abus - Permalink

      “ces Google cars se connectaient aux réseaux Wi-Fi ouverts”

      FAUX

      Il n’y a aucune “connexion”.

      “sauvegardaient toutes les infos qu’elles y trouvaient — y compris les mots de passe ou les e-mails”

      OUI MAIS ces informations étant diffusées en clair par ondes radio n’importe qui pouvait les lire et les enregistrées.

      Si les utilisateurs voulaient qu’elles restent privées et secrètes, il ne fallait pas les diffuser en clair par ondes radio!!! À un moment il faut que chacun soit responsable de ses actes, sinon on ne s’en sortira pas.

      “utiliser du code pour tromper le navigateur”

      FAUX, et NON SENS

      Cette notion de “tromperie” n’a pas de sens en informatique.

      Le navigateur a le comportement qui a été programmé. Sans doute les auteurs du navigateur avaient de bonnes raisons pour justifier ce comportement. Google ne fait qu’exploiter le comportement programmé voulu par les programmeurs.

      ” Et donc de détourner lesdites informations contre le gré des internautes et mobinautes.”

      FAUX, et NON SENS

      La volonté des internautes n’est absolument connue à partir du comportement de son navigateur. Un logiciel n’a pas de “volonté”, ce n’est pas un être un humain.

      Si le comportement du navigateur n’est pas conforme à la volonté de l’utilisateur, c’est la faute de l’éditeur du navigateur qui a fait de fausses promesses concernant la vie privée!

      Vous inversez les responsabilités! C’est honteux.

      “le navigateur qui, par défaut (et c’est un des rares), protège ses utilisateurs des cookies tierce partie”

      FAUX, et CONTRADICTOIRE

      Vous reprochez à Google le fait que les cookies tiers soit transmis, donc vous savez bien que le navigateur ne protège pas du tout l’utilisateur contre ces cookies!!!

      L’idée même de “protéger” l’utilisateur “contre des cookies” est absurde; il faut éventuellement donner plus de contrôle à l’utilisateur, mais certainement pas le “protéger” quand il n’a pas demandé à être protégé, ou bien quand il ne comprend pas contre quoi il est “protégé”.

      “le navigateur qui, par défaut (et c’est un des rares)”

      Si c’est un des rare, il y a une raison à cela : c’est parce que c’est une très mauvaise idée.

      “Deux affaires de détournement des données privées, avérées et répréhensibles”

      ABSOLUMENT PAS

      Dans le premier cas, l’utilisateur LUI-MÊME diffuse ses données privées.

      Dans le second cas, un code numérique aléatoire est enregistré par le navigateur puis renvoyé (ce qui est le comportement voulu par l’utilisateur), et non des données privées.

      Il n’y a aucun “détournement”!

      Les “internautes et mobinautes” espèrent que des boutons “Like” et “+1″ fonctionnent. Vous avez mis ces boutons sur cette page, vous rendez-vous compte de votre incohérence à parler de “détournement”, et même de votre insupportable HYPOCRISIE?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • pneu le 12 avril 2013 - 15:27 Signaler un abus - Permalink

      On peut déplorer les pratique utilisés par google, mais bon à leur place n’aurions nous pas faire de meme ?

      Concernant la voiture, on peut facilement que si la voiture arrive à circuler seul c’est un grand pas vers de nouveau systèmes embarqués qui permettront de réduire considérablement le nombre accident à vitesse réduite.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • corrector le 13 avril 2013 - 4:46 Signaler un abus - Permalink

      Concernant ConsumerWatchdog :
      http://www.consumerwatchdogwatch.com/

      ConsumerWatchdog isn’t a consumer group at all. Consider these facts:

      It claims to work for the public interest, but refuses to reveal who its funders are;
      Rakes in millions of dollars for itself from a self-serving “intervenor fee” provision it inserted into a ballot initiative;
      Has been fined by California’s Fair Political Practices Commission for illegal actions;
      Has a founder who has pocketed millions from the organization and its affiliates, and lives in a $1.75 million mansion; and
      Is funneled money by special interests, including corporations, for its grandstanding and attacks.

      Unlike respected consumer groups like Consumers Union and the Consumer Federation of California, ConsumerWatchdog.org is not a membership organization. While receiving more than $1 million in contributions, it refuses to name its backers – a stunning lack of transparency.

      ConsumerWatchdog a peut être fait des choses bien et défendu des causes nobles, mais je ne me baserais pas sur une organisation aussi peu transparente pour juger Google.

      Google a commis des violations du respect des données privées, personne ne le conteste. Google a fait de grossières erreurs et l’a reconnu par la suite.

      Raconter que “Google lit le courrier” quand il s’agit juste d’afficher une publicité en rapport le message, c’est pitoyable. C’est vraiment prendre les gens pour des cons.

      Afficher de la pub, c’est le modèle économique de Gmail. Ceux qui n’aiment pas n’ouvrent pas un compte Gmail, point final. Que les groupes de pressions comme EPIC et ConsumerWatchdog laissent un peu les gens faire leurs choix librement.

      Concernant l’enregistrement de données envoyées en clair sur une fréquence de radio non licenciée : c’est permis par la loi US.

      Ces histoires (“Spy-Fi”, pub dans Gmail…) sont des jérémiades ridicules. Par contre l’histoire avec Buzz était une sérieuse violation de la vie privée.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre

    Derniers articles publiés