Bye bye banquise

Le 28 septembre 2012

La banquise arctique est sur le point de disparaître complètement. Pas d'ici 50 ans, mais plutôt d'ici 5 ans, quasiment dans l'indifférence générale. Owni fait le tour de la question avec plein de data dedans.

D’ici 3 ans, l’Arctique pourrait devenir un océan comme les autres.

Les derniers relevés du National Snow and Ice Data Center (NSIDC hebergé par l’université du Colorado) et la Nasa faisaient état d’une chute à 3,41 millions de kilomètres carrés de banquise au Pôle Nord (16 septembre dernier), soit 18% sous le précédent record en septembre 2007 (4,4 millions de km2). Mais surtout, moins de la moitié de mer gelée qu’à la fin des années 1970, aux premières mesures. Selon le glaciologue Peter Wadhams du département de physique de l’Océan polaire de l’université de Cambridge, l’accélération du phénomène pourrait mener à la disparition pure et simple de cet océan gelé non pas à l’horizon 2070, comme le prévoyait le Giec en 2007, mais en… 2015-2016.

L’ampleur du phénomène est difficile à se figurer en se postant sur un pôle (exercice peu courant sous nos latitudes). La quantité de mesures réalisées (et mises à disposition en ligne) par le NSIDC permet néanmoins de constater l’évolution générale du phénomène. Comme toute étendue de glace (terrestre ou marine), la banquise arctique gèle et fond au rythme des saisons, suivant un yoyo d’une amplitude de plusieurs millions de kilomètres carrés de patinoire. Un graphique de ce cycle prenant en compte toutes les données mises à disposition par le centre depuis les premières mesures en 1978 ne met guère en évidence phénomène qui alarme les scientifiques (voir le graphique ci-dessus).

En revanche, en relevant les minimas de chaque année (généralement au mois de septembre), le rétrécissement de la banquise arctique apparaît comme brutal et récent (voir le graphique ci-dessus). Entre 1978 et 2000, la surface ne dépasse pas les 7,6 millions de kilomètres carrés et ne descend jamais sous 5,6. A partir de 2001, elle n’excèdera plus les 6 millions de kilomètres carrés et approchera même 4 millions de kilomètres carrés en 2007.

Un datagif qui glace le sang

Rapportés à un carte, le constat n’est pas si évident : coincée entre le Nord de la Russie et le champs clairsemé des îles canadiennes, la régression est visible mais pas spectaculaire. A la manière de Skytruth, nous avons transposé la surface de ces étendues glacées aux contrées tempérées de notre luxuriante Europe. Les relevés géographiques mensuels des contours de la banquise de NSIDC, une fois projetés sur Google Earth, font apparaître l’effondrement (voir notre carte en .gif ci-dessous). Dans les années 1980, c’est toute l’Australie que l’on aurait pu cacher sous les glaces arctiques tandis que depuis 2007, seuls les Etats membres de l’Union européenne y trouveraient leur place…

Faute de relevés géographiques, nous avons du nous contenter pour le record de 2012 d’une projection. Le plus bas de 2012 étant de 18% inférieur à celui de 2007, les contours représentés sur la carte représentent, à proportion, la diminution de la surface minimum de la banquise. Au 16 septembre 2012, la partie gelée de l’Arctique représentait seulement 3,41 millions de kilomètres carrés, soit l’équivalent des surfaces ajoutées de 16 pays européens (Allemagne, Autriche, Belgique, Espagne, France, Irlande, Italie, Norvège, Pologne, Portugal, Pays-Bas, Royaume-Uni, Suède et Suisse, en se basant sur les données géographiques de la Banque mondiale).

Plongée dans la mer, la banquise se comporte comme un glaçon dans un verre : l’eau issue de sa fonte n’entraîne pas, ni n’entraînera directement la montée des eaux. Elle représente cependant un “stock” de froid qui influence la température des courants marins et aériens, dont l’évolution pourrait influer sur notre climat si ce stock venait à disparaître. Si la banquise arctique n’est pas la fièvre elle-même, elle constitue un thermomètre efficace du bouleversement climatique qui s’opère. Mais un thermomètre qui disparaît à vue d’oeil et ne sera bientôt plus qu’une goutte d’eau dans l’océan.


Nos données

Toutes les données utilisées sont tirées du Sea Ice Index du NSIDC (à l’exception des données de surface des pays, récupérées sur le site de Banque mondiale) :
-l’intégralité des mesures de l’étendue de la banquise arctique depuis le 26 octobre 1978 (Google fusion table) ;
-les minima et maxima de surface de 1979 à 2010 (Google Drive). Les mesures n’étant pas complètes pour l’année 1978, nous avons préféré l’exclure de ce tableau.


Photos par StormPetrel et Jeff Huffman sous licences Creative Commons, remixées par Ophelia Nor pour Owni /-)
Carte et gif : Sylvain Lapoix et Nicolas Patte. La carte a été réalisée grâce à Qgis et Google Earth.

Laisser un commentaire

  • Loukoum le 29 septembre 2012 - 10:36 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour toutes ces informations !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • groumpf le 29 septembre 2012 - 11:53 Signaler un abus - Permalink

    Je trouve que vos graphiques n’apportent rien comparés aux originaux.
    Je préfère ceux de cette page :
    http://nsidc.org/arcticseaicenews/

    On voit mieux la différence du min année par année.

    Sinon il manque quelque chose dans ce bout de phrase “ne met guère en évidence phénomène qui alarme…”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Luxum le 29 septembre 2012 - 13:05 Signaler un abus - Permalink

    Il faut bien comprendre que la fonte du pôle Nord est une aubaine pour les marchands puisque cela ouvre la voie pour de nouvelles routes maritimes. De plus le Groenland deviendrait une terre exploitable. Une véritable aubaine quand on sait que le pic oil à été franchit.
    Ce n’est pas dans l’indifférence générale que le pôle fond mais dans une joie silencieuse.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • ASARE le 29 septembre 2012 - 20:53 Signaler un abus - Permalink

      Cela ouvre la voie pour de nouvelles routes maritimes ? C’est une blague ? Super, ça ouvre de nouvelles routes maritimes, sauf qu’on sera tous mort avant qu’elles aient été inaugurées…

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • etienne le 30 septembre 2012 - 18:33 Signaler un abus - Permalink

    Et quid de la faune ? les petits pingouins, les ours blancs, les bébés phoques, vous n’en parlez pas.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Luxum le 30 septembre 2012 - 19:14 Signaler un abus - Permalink

      Les Ours polaires commencent à déjà à s’adapter à leur nouvel environnement dépourvue de glace.
      On les a vu adopter des comportements inédits comme la chasse en meute.
      Reste à savoir qui de la fonte des glaces ou de l’adaptation ira le plus vite.

      Mais quand bien même la faune survivait à son nouveau milieu, l’exploitation intensive des gaz de schiste et du pétrole finirait par les tuer. C’est pas comme si les pétroliers s’en souciaient.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • GenOminD le 1 octobre 2012 - 2:42 Signaler un abus - Permalink

    Ça me fait au penser au film, le jour d’après :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Jour_d%27apr%C3%A8s_%28film,_2004%29

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Luxum le 1 octobre 2012 - 13:57 Signaler un abus - Permalink

      Si je me souviens bien, dans “Le jour d’après” c’est l’inverse qui se produit. Une nouvelle ère glaciaire vient bouleverser l’humanité. Ici c’est le réchauffement de la planète qui se produit avec toutes les conséquence que cela impliquent : monté du niveau de la mer, moussons, sécheresse, inondations.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Pierre le 17 décembre 2012 - 22:02 Signaler un abus - Permalink

    Un film sort sur le sujet aussi: “Chasing Ice”. J’espère que ça sortira en France… On peut signer pour ça sur le site http://www.chasingice.com

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
6 pings

Derniers articles publiés