Révélations sur la télévision connectée

Le 3 octobre 2012

Fondateur de Gandi et auteur des Confessions d'un voleur, Laurent Chemla publie sur Owni sa deuxième chronique et dit tout le bien qu'il pense de la télévision connectée. Avec méthode et ouverture d'esprit, dans l'espoir que le lecteur y donnera son avis.

Eat more pizza. Drink More beer. Photo CC by-sa avlxyz

Argument-choc d’un CSA qui se cherche à redorer une légitimité ternie, le serpent de mer de la “télévision connectée” est récemment ressorti du marais saumâtre des idées-bateaux, idées imposées par un marketing tout-puissant mais sans imagination.

Même dans les termes, c’est imbuvable : on ne “voit” pas Internet, on l’utilise.

Et on y participe autant qu’on le consomme, bien au-delà de la simple “interactivité” que nos chers diffuseurs cherchent vainement à développer depuis des lustres. La télévision aura beau être reliée à Internet, si elle est une télé-”vision”, elle ne sera pas plus “connectée” qu’elle ne l’est déjà par ondes hertziennes. Tout au plus, elle utilisera pour se diffuser une bande-passante déjà trop rare dans bien des territoires ruraux.

Le principe même de la “diffusion”, d’ailleurs, se prête mal au jeu du réseau.

Les plus grands diffuseurs d’Internet ont besoin d’une infrastructure lourde (CDN), mal adaptée, chère, et qui ne va pas sans poser des problèmes de centralisation (à l’opposé de l’idée même d’un réseau a-centralisé tel qu’Internet) et de partage des coûts entre opérateurs (on le voit dans le conflit entre Google et Free, qui explique les difficultés que connaissent ses abonnés quand ils veulent regarder une vidéo sur YouTube). Quoi qu’on en dise, on n’a — à ce jour — rien trouvé de plus efficace pour broadcaster du contenu que la bonne vieille antenne.

Qu’il me suffise de rappeler, pour en finir au moins temporairement avec cette idée ridicule, que nos futurs écrans 4k nécessiteront un débit de 500 Mbps pour afficher les détails de l’image (le débit moyen d’Internet en France est de 5,6 Mbps). Même la bien balbutiante fibre optique ne permet pas ça, sans même parler du dimensionnement des équipements en amont. Si c’est sur ce futur mort-né que veut se baser notre gouvernement pour justifier la fusion du CSA et de l’ARCEP, c’est dire comme on est mal barrés.

Internet en fusion

Internet en fusion

En lançant une réflexion sur le "rapprochement" de l'Arcep et du CSA, le gouvernement ressuscite un serpent de mer qui ...

Bref. Pour savoir ce qu’était supposé faire cette chose dont on parle beaucoup mais sans savoir pourquoi, j’ai fait comme n’importe qui et j’ai été lire Wikipedia. Ce dernier propose trois types de service : la navigation, la VOD et les applications (issues d’un App Store ou d’un Google Play) permettant l’interactivité. Quelle vision grandiose.

Il suffit d’avoir joué une fois dans sa vie avec une Wii pour savoir à quel point un pointeur embarqué dans une télécommande – même intelligente – est peu précis. Imaginer utiliser autre chose qu’une souris (ou un doigt) pour “naviguer” sur le Web c’est se le fourrer (le doigt) dans l’oeil. Même les pointeurs laser utilisés pendant les présentations commerciales sont sujets aux tremblements d’une main très peu adaptée à cet usage. Et puis franchement, même avec des lunettes on a déjà tous (sauf moi) du mal à lire une page web quand on a pas le nez collé à l’écran, alors naviguer sur une télé de salon depuis son canapé situé à deux mètres de distance (et à plusieurs)…

Je zappe.

Les applications, donc. Imaginons une émission “interactive” : un diffuseur, des millions de spectateurs, et chacun d’entre eux peut interagir. Pour faire quoi ? Donner son avis ? Vous les imaginez, les millions de tweets qui défilent en bas de l’image pendant le débat entre deux prétendants à la magistrature suprême ? Ridicule. Le seul usage un tant soit peu crédible sera de faire voter le public pour tel ou tel Staracadémiste. Quant à réagir en direct, je me marre : on imagine un clavier (physique ou pas peu importe) et le public qui tape à son rythme de public : le temps qu’il pose sa question, qu’elle soit filtrée par la production et qu’elle sera affichée, on en sera à la pub.

Je zappe.

La VOD (ou la catch-up TV) alors ? Soit, mais laquelle ? Si la grande innovation qui fait peur à toute une industrie consiste à remplacer le loueur de DVD (ou le magnétoscope), je me gausse.

Pourtant la télé connectée existe déjà, mais quoi qu’en pensent les imbéciles qui prédisent la si fameuse convergence (ou qui s’en servent de prétexte à une régulation de la parole publique qu’ils souhaitent depuis toujours), elle ne passe ni par les “players” de nos “box” ni par la Google TV ni par je ne sais quel boîtier blanc (aux coins ronds) designé par Apple. Elle est arrivée depuis longtemps dans nos salons, et nos bureaux, dans une fenêtre comme n’importe quelle autre.

C’est celle que je regarde, de temps en temps, tout en tapant ce texte, et en twittant, et en dialoguant avec mes amis en parallèle. Elle passe par une antenne, puis via mon réseau local elle arrive sur mon écran d’ordinateur. Et lui il a déjà une souris, un clavier, un écran assez proche de mes yeux de presque-cinquantenaire. Son système d’exploitation c’est moi qui l’ai choisi.

Quand la fenêtre “télévision” balance de la pub, je lui coupe le sifflet d’un coup de molette et je passe à autre chose. Quand je veux réagir, je prends le temps de réfléchir et j’en fais un billet de blog. Quand je veux jouer, j’ai un microprocesseur assez puissant pour que ce soit agréable. Et quand le CSA essaiera de contrôler ce que je veux publier, j’utiliserai un VPN pour le contourner.

La télévision connectée existe déjà. Ça s’appelle un ordinateur.


Eat more pizza. Drink More beer. Photo CC [by-sa] avlxyz.

Laisser un commentaire

  • darklinux le 3 octobre 2012 - 11:34 Signaler un abus - Permalink

    Je plussoie a votre texte …rien à rajouté

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Stéphane -Averell- Dupille le 3 octobre 2012 - 11:38 Signaler un abus - Permalink

    Effectivement, la télévision connectée n’est ni plus ni moins qu’un ordinateur, mais la différence entre les deux n’est pas technique, mais d’usage. Ou plus précisément de posture.

    Un ordinateur s’utilise fondamentalement assis. Derrière un bureau, ou sur un canapé avec le portable sur les genoux, ou par terre assis en tailleur, un ordinateur s’utilise assis. Une télévision s’utilise assis, mais aussi vautré sur le canapé, allongé dans son lit, ou debout en train de faire autre chose. C’est pour cette raison, et celle là seule qu’une télé n’est pas un ordinateur. D’ailleurs, si on y pense, la seule chose qu’apporte les tablettes par rapport au PC c’est justement ce changement de posture : un iPad s’utilise vautré, un ordinateur s’utilise assis.

    Je ne pense pas que la télé connecté soit, de par cet aspect, un ordinateur : la différence de posture va apporter d’autres usages. Peut-être même certains usages qui nous sont inconnus aujourd’hui. Néanmoins, la télé connecté, ce n’est ni plus ni moins, et ne sera jamais plus, qu’une télé à la con avec un smartphone et twitter.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • neeko le 3 octobre 2012 - 11:47 Signaler un abus - Permalink

      On peut tout à fait regarder un film sur un ordinateur, debout en train de faire autre chose. Suffit d’avoir un écran assez grand.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Shunn le 4 octobre 2012 - 17:37 Signaler un abus - Permalink

      Personnellement il m’arrive d’utiliser mon ordinateur vautrée sur mon canapé ou dans mon lit ;-)

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • kevin le 3 octobre 2012 - 11:40 Signaler un abus - Permalink

    ++, pas mieux

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jd le 3 octobre 2012 - 11:46 Signaler un abus - Permalink

    Well voilà une vision bien réductrice de la TV connectée. Sans doute assez proche de ce que pense les états majors des chaînes de TV. Mais la clé de la TV connectée ce n’est pas la “TV sur IP” mais bien les applications, ou plutôt les applivisions. A la différence des premiers widgets TV, ces applications permettront de recréer et étendre l’expérience télévisuelle en piochant dans le catalogue de contenus à la demande, TV de rattrapage, contenus personnels stockés dans le réseau domestique ou sur les réseaux sociaux, pour créer de véritables “chaînes de télévision personnelle”. La programmation ne sera plus définie au sein de grandes tours d’ivoire, suite à d’âpres négociations de droits, puis imposée à tous, mais dynamiquement gérée en fonction des goûts, des relations sociales ou de l’emploi du temps des téléspectateurs. Avec à la clé pour les éditeurs une panoplie de modèles économiques, depuis la publicité ciblée à l’abonnement et au paiement à l’acte.

    La clé du succès de ces “applivisions” sera bien sûr qu’elles restent “canapé compatibles “, et ne nécessitent pas ou peu d’interactions pour fonctionner. Après tout, il est difficile de vendre du “temps de cerveau disponible” lorsque l’utilisateur doit sans cesse pianoter sur sa télécommande pour choisir un nouveau programme…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • neeko le 3 octobre 2012 - 11:48 Signaler un abus - Permalink

      Justement, un ordinateur permet déjà de faire tout ça, personne n’a besoin de la TV connectée pour aller sur pluzz ou Arte+7.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Stéphane -Averell- Dupille le 3 octobre 2012 - 11:55 Signaler un abus - Permalink

        En fait si, on aura besoin de la télé connectée, car elle seule possèdera les DRM et certificats nécessaires pour accéder aux services en questions, et elle seule sera suffisamment verrouillée pour que vous ne puissiez pas zapper les pubs.

        Le véritable objectif de la télé connecté n’est pas d’offrir plus de services, n’est pas d’augmenter la fameuse « expérience utilisateur », mais de trouver de nouveaux moyens de contrôler l’utilisateur et de lui diffuser de la pub. Et comme les services marketings maintenant savent que l’interactivité permet de récupérer des données pour cibler les pubs, alors on rend le bouzin interactif, le programme télé servant à vendre du temps de cerveau disponible, c’est tout bénèf.

        Là est la valeur ajoutée de la télé connectée : pour les diffuseurs. Le ciblage de la pub offerte par internet, et la captivité offerte par la télé.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • jd le 3 octobre 2012 - 20:38 Signaler un abus - Permalink

          En suivant votre raisonnement, l’objectif du smartphone est de lui diffuser de la publicité géolocalisée, l’objectif de la tablette est de transformer l’utilisateur en consommateur de contenus passifs etc. Non la télévision connectée n’est qu’un objet, et pas un média. Le fait de le restreindre à des contenus contrôlés est le fait du fabricant, dont l’objectif reste de vendre des appareils pas de jouer au gendarme. C’est pour cela que l’on trouve des télévisions compatibles bittorrent et que demain les plateformes supportant des contenus et applications du monde entier auront plus de succès que les plateformes bridées comme les décodeurs des opérateurs. Pour ce qui est du ciblage les diffuseurs n’attendent pas l’arrivée des TV connectées, cela est déjà disponible sur les décodeurs actuels mais également grâce aux applications “2nd écran” que l’on installe sur un smartphone ou une tablette.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
          • Stéphane -Averell- Dupille le 4 octobre 2012 - 11:35 Signaler un abus - Permalink

            A la différence près que pour le smartphone, il y avait un besoin pré-existant. Il y avait plein de personnes qui souhaitaient avoir un appareil pour se connecter à Internet dans leur poche, utilisable en mobilité. Après tout, un smartphone, n’est ni plus ni moins que la réunion en un seul appareil d’un Palm Pilot et d’un téléphone. On avait déà les outils, on avait les usages, on les a juste concentrés en un seul appareil.

            Pour les tablettes, l’apport n’est pas l’usage (tout ce qu’on faisait avec on le faisait avant), mais apporte un changement de posture : au lieu de l’utiliser assis, on l’utilise vautré sur son lit, ou assis aux chiottes. Sans rien apporter, si ce n’est, effectivement, un peu plus de fermeture au passage.

            Par contre, pour la télé connecté, là, je vois pas trop ce que ça peut apporter. Un changement de posture ? Bof, je vois plutôt l’iPad supplanter la télé, à ce rythme. l’iPad a l’avantage de la mobilité sur la télé.

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
            • jd le 4 octobre 2012 - 12:59 Signaler un abus - Permalink

              Si j’en juge par le temps passé devant la télévision (en augmentation) et les complaintes régulières des téléspectateurs sur la qualité / diversité des programmes, il y a bien un besoin existant pour de nouvelles offres télévisuelles sortant du “one size fits all”. La question sera effectivement de savoir si ce besoin peut être résolu par le téléviseur (grand format, usage partagé, principalement passif) ou la tablette (usage personnel, semi actif).

              • Vous aimez
              • Vous n'aimez pas
              • 0
              Lui répondre
            • dwarfpower le 4 octobre 2012 - 13:28 Signaler un abus - Permalink

              Certes mon 55″ n’est pas mobile mais il a ses 55″ qui l’avantage vraiment pour l’usage que j’en ai.
              Regarder un film sur tablette? A part dans le train ou l’avion non merci.

              La tablette apporte de nombreux usages. Tous ceux que ne permet pas le téléphone car il est trop petit. Il apporte aussi tous les usages que le portable n’a pas par manque de mobilité aisée.

              Ce qui va apparaître réellement dans les prochaines années ce sont les interconnexions entre appareils, c’est l’interconnexion des objets. J’ai une vague appli télécommande sur mon ipad, mais elle est véritablement pourrie. Demain, je pourrai changer de chaine, ou lancer un contenu en VOD/depuis un serveur local directement depuis une appli tablette.

              Pourquoi faire ? D’abord, et pour répondre à Laurent, parce que mon écran plasma 55″ THX est mieux pour le cinéma que son écran 30″ 4Mpx ou 35″ 4K de demain. Parce que mon canapé est mieux que mon bureau ou j’ai tout qui traine, des papiers, des specs un révolver en plastique et un metre ruban. parce qu’on est confortablement installés à plusieurs devatn le TV, parce que la salle TV est somble et mon bureau éclairé, parce qu’avec ma TV j’ai DVD, blu ray VHS, console de jeux biduleTV, et demain rasberryPiLike, oupa….

              J’ai cette TV et j’ai des sources de contenus on ne peut plus hétérogène. Et l’inter-connexion et la connectivité sont un moyen de gommer cette hétérogénéité de sources. De sources vidéos d’abord, et de sources d’information connexes.

              Je comprend Laurent qui n’y trouve pas son compte, qui ne peux pas profiter du multi écran, qui ne lui apporte rien. ces usages qui seront peut-être possibles demain, si ils ne sont pas bridés par un régulateur aux ordres des pouvoirs en place ( les TV en train de mourrir de ne rien faire, comme les AD de la musique sont mort de ne rien avoir fait alors que napster leur avait donner les clés). Ces usages donc, j’y pense et les attends depuis 10 ans pour certains, depuis 2 pour d’autres – depuis qu’on m’a offert un ipad que je pensait agréablement inutile avant de sombrer corps et âme – en eu-je jamais eu une.

              Il ne se passe pas un soir ou je regarde mon écran de TV – jamais la TV ou presque – sans avroi envie d’une focntion que je n’ai pas et qui serait techniquement possible.

              • Vous aimez
              • Vous n'aimez pas
              • 0
              Lui répondre
              • Laurent Chemla le 5 octobre 2012 - 10:32 Signaler un abus - Permalink

                C’est intéressant. Tout ce que tu décris je ne le nie pas, loin de là: j’ai aussi une télé de salon avec un grand écran de je ne sais combien de pouces et même (si si) un videoprojecteur qui officie sur un écran de près de 4 mètres de large. On l’utilise en famille le samedi soir en hiver (parce qu’il faut attendre la nuit). C’est parfait pour ça.

                Comme il est relié à un ampli de home-cinéma relié au réseau, il peut utiliser à peu près n’importe quelle source. TNT, Freebox, whatever.

                Sauf que voilà: c’est juste un usage un peu (à peine) évolué de la bonne vieille VHS qu’on allait chercher chez le loueur pour le week-end. Une évolution, pas une révolution, et en tout cas rien qui vaille qu’on fasse tout un pataquès de cette “TV connectée” dont je parle. Si c’est ça l’avenir, merci mais pour moi c’est du passé. Et depuis longtemps. Rien qui vaille qu’on chamboule tout un paysage de régulation préalable – qui a déjà largement fait ses preuves – ni qu’on nous bassine avec des interfaces fermées supplémentaires (comme si on en manquait, entre la box, la console de jeu, le firmware de l’ampli et j’en oublie sûrement).

                Déjà gag habituel vécu ici: en fonction de la source (format video, sous-titres ou pas, encodage du son…) la Box décode, ou alors la console, ou bien l’ampli lui-même, ou encore le PC si rien d’autre ne marche. Bonjour le bordel, alors s’il faut y ajouter encore une couche au niveau de l’écran lui-même…

                Ensuite quoi ? Tout ça n’est jamais encore une fois qu’un écran qui affiche une image numérique. Un PC, donc, et au moins celui-ci fonctionne avec un logiciel que je choisis.

                Mais quel est le nouvel usage ?

                • Vous aimez
                • Vous n'aimez pas
                • 0
                Lui répondre
                • dwarfpower le 5 octobre 2012 - 14:48 Signaler un abus - Permalink

                  je suis à 100% d’accord avec toi dans cette façon de le dire. Il n’y a pas de révolution d’usage. Il y a une série de petits mieux, qui peuvent s’accumuler pour un peu qu’on les laisse faire. Qu’on les laisse faire en n’imposant pas de barrières réglementaires stupides, ni be barrières techniques stupides, ni de barrière légales et contractuelles stupides;

                  Des connectiques clairement spécifiées, de même pour les formats et protocoles, sans royalties excessives (ie rémunération du travail de normalisation, mais pas de rente) et sans brevets. Des standards industriels clairs et lisibles, la possibilité de les implémenter en libre ouvert.

                  La révolution c’est le réseau, pas l’usage. La révolution ça a été l’imprimerie, pas la bible en vernaculaire….

                  • Vous aimez
                  • Vous n'aimez pas
                  • 0
                  Lui répondre
  • dwarfpower le 3 octobre 2012 - 11:48 Signaler un abus - Permalink

    Vaste sujet que la télévision connectée, et comme tu le dis très mal abordé. Je suis d’accord avec pas mal des choses que tu as dites, mais, en cinéphile qui ne peut supporter regarder plus de 3′ de vidéo sur un écran d’ordinateur je voudrais juste mentionner quelques points.

    La télévision connectée peut avoir plusieurs aspects, tout en restant connectée et télévision. Télévision car comme tu le précises l’objet de cet outil de la diffusion. La distance, la posture du spectateur, les outils à sa disposition ne sont juste pas les bons pour avoir une expérience vraiment interactive, qui ne reste pas à sens unique. Mais la position de récepteur du spectateur ne change pas qu’il peut tirer grand profit d’une capacité de connexion.

    Il y a d’abord la transparence de la source du programme. Il peut être hertzien, provenir d’un enregistreur local ou déporté (localement ou plus loin), passer de l’un à l’autre de manière transparente pour l’utilisateur. Les infra internet ne suffiront pas à diffuser du 4k 3D 16b/chanel, mais laissent tout de même des possibilités.

    Il y a des capacités de conceptualisation des programmes. Ca peut être voter pour le gugusse à l’écran d’une émission stupide, mais ça peut aussi être le film de l’acter à l’écran, son nom. Ça peut être le lancement de l’enregistrement d/l des films issus de la filmo, ou obtenir le dossier de presse du film… ou autre chose encore.

    L’écran de TV ne va pas suffire, à moins de passer le film sur timbre poste pour pouvoir afficher les informations supplémentaires. Sauf si la télévision en question supporte le multi-écrans. D’un coup le téléphone, la tablette devient l’outil de consultation de cette information contextualisée.

    Pour les non cinéphile, les adeptes de l’info, on pourra avoir des reportages/documentaire sources comme le sont les articles wikipédia. Possible de consulter les documents qui ont servi au journaliste à élaborer son sujet. Aller consulter les cartes et articles de fond du pays en question, croiser avec d’autres sources documentaires.

    Bien sûr il y aura des choses peu reluisantes pour nous, pouvoir placer des paris sur la rencontre sportive en cours, acheter les actions de la boite dont on est en train de parler, commander de la coke lors d’un sujet sur Delarue…

    Les possibilités sont immenses… dans le petit monde de ce petit écran. Si le modèle est ouvert, si demain je peux rajouter mon application qui accède aux données publiées dans le flux TV/vidéo. Dans un monde ouvert, on peut enrichir une expérience.

    Dans un monde fermé, celui qu’on nous prépare, seuls les TV pourront utiliser leurs flux avec leurs applications (voir les specs hbbtv pour comprendre). La guerre de tranchée entre deux mondes fermés TF1/canal et Google/youtube va se régler autour de l’écran, régulé comme jadis par le CSA… régulé, enfin en contrôlant qu’on pet bien imposer la taxation qui va bien.

    Imposer un contrôle de contenus sur internet au prétexte que la télévision accède à un bout d’internet est stupide, tu le note bien. Limiter la TV connectée à un écran inadapté sur internet est une vision fausse, ou qui sera toujours perdante à terme si elle est suivi par les acteurs du domaine; Tu l’as dit pour faire cela un ordinateur est mieux.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • jd le 3 octobre 2012 - 20:44 Signaler un abus - Permalink

      Bonne analyse. Ce qui sera également “marrant” à observer si le CSA parvient à ses fins ce seront les discussions sur les propriétés de différents appareils “hybrides” qui existent déjà:
      - des moniteurs d’ordinateur qui fonctionnent avec le même OS que les TV connectées, chez Samsung et TCL par exemple
      - des télévisions dépourvues de tuner
      - des ordinateurs portables équipées d’un tuner TNT et/ou d’un vidéo projecteur
      - des applications qui permettent de recevoir un bouquer de chaîne sur une tablette ou un mobile
      - etc.

      Du coup on régule quoi ? tout ? rien ? on crée des commissions théodules pour définir la “télévisionalité” de chaque appareil ?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • jd le 3 octobre 2012 - 20:47 Signaler un abus - Permalink

      Bonne analyse. Ce qui sera également “marrant” à observer si le CSA parvient à ses fins ce seront les discussions sur les propriétés de différents appareils “hybrides” qui existent déjà:
      - des moniteurs d’ordinateur qui fonctionnent avec le même OS que les TV connectées, chez Samsung et TCL par exemple
      - des télévisions dépourvues de tuner
      - des ordinateurs portables équipées d’un tuner TNT et/ou d’un vidéo projecteur
      - des applications qui permettent de recevoir un bouquet de chaîne sur une tablette ou un mobile

      Du coup on régule quoi ? tous les écrans ? on crée des commissions théodules pour définir la “télévisionalité” de chaque appareil ?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • to le 3 octobre 2012 - 11:52 Signaler un abus - Permalink

    “Elle passe par une antenne, puis via mon réseau local elle arrive sur mon écran d’ordinateur”
    …comme chez tout le monde quoi ;)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Pierre Chapuis le 3 octobre 2012 - 11:59 Signaler un abus - Permalink

    Complètement d’accord avec la dernière phrase. Après, comme on m’a fait figure de proue d’un hackathon autour de la télé connectée (http://hackdayparis.org/2012.html) je vais y aller et essayer de comprendre ce que les gens qui s’agitent autour de ce concept en pensent.

    La question que je me pose est : beaucoup de bruit pour rien, ou beaucoup de bruit pour pas grand-chose, et dans ce cas quel est ce “pas grand-chose” ? Quelles sont les limites du concept de “télévision” ? Les chaines, les constructeurs, les opérateurs et les développeurs d’application ont-ils la même définition ? Mon PC sous GeeXboX en 2004-2005, c’était une télé connectée ?

    Je reviens rapidement sur quelques points de l’article.

    * Sur l’ergonomie, pas mal de monde pense qu’un périphérique mobile du style tablette servira de second écran et de périphérique d’entrée à cette fameuse “télé connectée”.

    * Sur les possibilités d’interaction, je te trouve un peu simpliste. Les commentaires seront probablement filtrés sur des critères de “proximité sociale”. Certaines émissions diffusent déjà des réactions sur Twitter, au moins sur leur page de direct sur le Web (cf. les “lives” de TF1), et pour certaines il me semble à l’antenne. On peut aussi imaginer des iteractions du genre “le spectateur joue à un jeu TV en direct”, ça existe déjà d’ailleurs (http://www.visiware.com/?p=1213).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Pierre Chapuis le 3 octobre 2012 - 12:09 Signaler un abus - Permalink

      Si vous vous demandez pourquoi je m’intéresse à la TV connectée alors que je pense (en gros) que c’est du vent, c’est 1) parce que je cotoie au quotidien des gens bien plus forts que moi sur les aspects commerciaux / sociologiques et qui y croient de ce point de vue et 2) parce que je pense que c’est la clé de voûte de la lutte entre ceux (dont je suis) qui pensent que l’important est le Réseau neutre et ceux qui pensent que l’important c’est l’Écran.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Laurent Chemla le 4 octobre 2012 - 7:32 Signaler un abus - Permalink

      Pas mal de monde pointe mon oubli du “2nd écran”. Et c’est vrai: je n’ai pas de tablette et ça ne m’est pas venu à l’idée parce que ça ne ferait pas partie de ma pratique de la télévision même si j’en avais une. Je n’y crois tout simplement pas.

      Autant je crois qu’il est facile d’avoir plusieurs fenêtres ouvertes en parallèle sur mon écran (c’est un 30”, ceci explique cela mais Apple ayant – enfin – relancé la course à la haute résolution des moniteurs j’ai bon espoir que je ne serai plus très longtemps une exception), autant la seule idée de devoir passer de cet écran à un autre, plus petit, pour y trouver des informations complémentaires me rebute.

      Alors peut-être suis-je un dinosaure incapable d’adaptation, ça c’est en effet très probable. Mais pour moi, dès qu’on passe au second écran, c’est pour faire autre chose que de suivre (pour réagir, jouer, whatever) ce qui se passe sur l’autre. C’est que l’autre ennuie et qu’on passe à autre chose. Et je n’arrive pas à imaginer qu’un truc assez ennuyant pour me pousser à faire autre chose va réussir à m’intéresser par ce biais. C’est antinomique.

      Et alors, l’idée qu’on va attirer du public dans un système fermé qui les empêchera d’aller voir ailleurs si la pub est moins envahissante, là je n’ai même plus de mots.

      Maintenant, que des gens très intelligents y croient, je t’en fais grâce. Des gens très intelligents ont même cru que la terre était plate. La seule chose que je dis c’est qu’à ce jour et malgré tout le buzz autour cette idée de TV connectée aucun (AUCUN) des usages qu’on me propose ne me semble ni novateur ni crédible. Le seul (LE SEUL) truc que je n’arrive pas à réfuter c’est l’argument “on ne peut pas aujourd’hui imaginer les usages de demain”. Ca c’est vrai. Sauf que.

      Sauf que d’aussi loin que remonte mon expérience des nouvelles technologies, je n’ai presque jamais vu un nouveau harware révolutionner le marché sans la “killer-app” qui ne fonctionnait que par lui. Et que pour le moment, la “killer-app” de la TV connectée telle que décrite (écran de salon non interactif couplé à un appareil mobile qui le rend interactif, pour résumer), je ne la vois pas.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Arnaud le 4 octobre 2012 - 10:38 Signaler un abus - Permalink

        “pour moi, dès qu’on passe au second écran, c’est pour faire autre chose que de suivre (pour réagir, jouer, whatever) ce qui se passe sur l’autre. C’est que l’autre ennuie et qu’on passe à autre chose. Et je n’arrive pas à imaginer qu’un truc assez ennuyant pour me pousser à faire autre chose va réussir à m’intéresser par ce biais. C’est antinomique.”

        Intéressant. Beaucoup montrent que la consultation de tablettes/smartphones devant le téléviseur est entrée dans les usages (98% pour la tablette, 86% pour le téléphone; Etats-Unis, Nielsen 2011). Ce que l’on voudrait savoir c’est la proportion de cet usage directement en lien avec le programme regardé sur le 1er écran. Je pense qu’elle est encore faible mais qu’elle devrait augmenter.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
      • Pierre Chapuis le 4 octobre 2012 - 11:26 Signaler un abus - Permalink

        Sur le “second écran”, je pensais surtout à sa fonction de périphérique d’entrée tactile (multitouch). Ce qu’il remplace dans le système c’est surtout la télécommande, la souris / le trackpad, le clavier…

        “Et alors, l’idée qu’on va attirer du public dans un système fermé qui les empêchera d’aller voir ailleurs si la pub est moins envahissante, là je n’ai même plus de mots.”

        Les gens regardent TF1 et lisent Public. Certains ont dormi dans la rue pour un téléphone on ne peut plus fermé il y a quelques jours. Tu m’as l’air d’avoir le même problème que moi : ton entourage ne ressemble pas à la moyenne des gens. Du coup, c’est difficile d’imaginer les vrais usages sans avoir les données. En les voyant on se rend compte qu’on trouvait beaucoup de choses absurdes et vouées à l’échec alors qu’on n’était juste pas dans la cible *et qu’on ne connaissait personne qui y était*, alors que ça touche des millions de français.

        Regarde le nombre de gens qui disent regarder la TV sur leur ordinateur dans ces commentaires. Moi aussi, j’ai un grand écran de PC en face du canapé, pas de device physique “télévision”. Et pourtant plein de gens ne comprennent même pas comment c’est possible : une télé, c’est une télé.

        Regarde toutes ces émissions qui pressent les téléspectateurs d’envoyer des SMS surtaxés. Personne ne ferait jamais ça hein ? Oh, wait…

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
      • Pierre Chapuis le 4 octobre 2012 - 14:16 Signaler un abus - Permalink

        Je reviens sur la Killer App, par analogie.

        Prenons, au hasard, Facebook, un truc où les gens sont les produits. Au départ, il y avait le Web. Puis Facebook est arrivé et certains (les “early adopters”) s’y sont inscrits, assez pour intéresser les producteurs de contenus qui vivent de la publicité. Ces derniers se sont rendu compte qu’ils avaient découvert un paradis de la publicité ciblée. Afin de profiter de cette aubaine, ils ont commencé à ne plus publier leur contenu que sur Facebook, il vous faut désormais un compte pour y accéder. Et évidemment, Facebook fait attention à ce que vous utilisiez votre vraie identité.

        Pourquoi je parle de ça moi, on parle de la TV connectée, pas de Facebook, non ? Bon, OK, prenons la TV connectée…

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • Laurent Chemla le 5 octobre 2012 - 10:47 Signaler un abus - Permalink

          Oui, mais, Pierre, tu le dis toi-même: le Web pré-existait. La killer-app (si on veut considérer Facebook comme telle, c’est pas mon cas mais bon) était donc accessible sans avoir à investir dans un bidule cher, fermé, qu’on devrait acheter pour pouvoir recevoir de la pub d’une façon nouvelle.

          Tu imagines l’émission qui nous dira: “pour interagir en direct il faut utiliser la télécommande tactile d’une télévision Sony XB418HDC, merci d’aller en acheter une au Darty le plus proche” parce que ce sera Sony qui aura sponsorisé le créneau horaire et que seul son protocole (fermé) sera compatible avec la régie à l’autre bout ? Moi pas. Il n’y aura que 3 pelés au départ, et rien pour pousser les masses à choisir ce modèle plutôt qu’un autre.

          Par contre j’imagine très bien l’émission qui me dira “envoyez vos videos sur notre site”, ou “réagissez via l’appli-web en cliquant ici” (oui: cliquer dans une image de télé, je veux bien pouvoir le faire rapidement mais j’ai besoin pour ça d’une souris, parce que non je vais pas me sortir de mon canapé pour aller toucher la télé, et donc d’un ordinateur). Une URL c’est un format ouvert et un protocole (standard et ouvert) qui permettrait de l’afficher dans un champ “cliquable”, ça me parle.

          Et ça c’est déjà demain. Pas sur une télé, même avec un “second écran” pour cliquer (parce que je ne veux pas juste cliquer, je veux aussi interagir via l’appli web TOUT EN suivant l’émission TOUT EN pouvant continuer à cliquer ailleurs et en écrivant, par exemple, à mes followers sur Twitter pour qu’ils regardent.

          Sur un ordinateur, donc.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
          • Pierre Chapuis le 8 octobre 2012 - 12:21 Signaler un abus - Permalink

            Je suis d’accord sur le fond, j’espère que tu as raison et que les différents acteurs choisiront le Web. Mais bon, quand je vois des choses comme HDCP ou UEFI / Secure Boot passer, j’ai un doute.

            Évidemment, ça ne sera pas brutal. Au départ les chaines laisseront le choix au consommateur. Puis, la part de marché des télés connectés grandissant (simplement parce que tous les modèles en vente seront “connectés”), elles changeront de stratégie.

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
      • nicolas le 4 octobre 2012 - 15:40 Signaler un abus - Permalink

        La futur Wii U embarque une tablette comme manette, on verra bien si cela prend comme le kinect.

        J’ai tendance à voir la télé comme un gros écran, donc j’attends plutôt un moyen pratique d’y connecter un ordinateur de la maison (tablette ou portable). On parle de hdmi sans fil ou simplement de flux vidéo temps réel utilisant un réseau classique.

        J’ai un doute pour les 500 mbit du 4k, quand le 2k prend 25 mbps sur le Blue Ray et 15 sur tnt. On pourrait donc avoir du 4k avec 50 Mbps (même le cinéma n’utilise pas tout le temps une telle résolution). Ensuite, les réseaux peuvent fonctionner comme free avec le multicast pour les “flux télé”, le multicast a été rarement utilisé sur internet, jusqu’à présent.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • Rosée du matin le 3 octobre 2012 - 12:15 Signaler un abus - Permalink

    Sans oublier que souvent, la télé(vision) se regarde à plusieurs. Comment supporter que l’un ouvre le dossier de presse du film à l’écran, pendant que l’autre veut accéder aux applications ?
    La télé connectée c’est bien, mais quand tu es tout seul…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • R. le 3 octobre 2012 - 12:22 Signaler un abus - Permalink

    La télé connectée est le rêve d’une industrie moribonde de pouvoir survivre à des technologies auxquelles elle est incapable de s’adapter.
    Le décideurs de l’industrie de l’entertainment dont les présidents de chaine, doivent penser que parce que cela s’appelle “télé” cela va leur permettre de continuer à vendre leur soupe face à un public semi-captif… Sauf que les smartphones sont passés par là et ce sont, effectivement, ce type d’objets connectés qui va prendre le pas sur la télé (un mix tablette, Youtube, web encore à finaliser).
    Le public est en partie captif du au système des applications (le modèle iPhone) sauf que ce ne sont pas les tenants le la veille industrie qui les contrôlerons mais des acteurs plus modernes (constructeur, provider… apple, free…).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Hellmut le 3 octobre 2012 - 12:34 Signaler un abus - Permalink

    Je suis totalement d’accord avec l’article.
    ma télé CRT Sony était déjà connectée en 2003…via un adaptateur composite->péritel, branchée sur l’ordi. :D

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • LB le 3 octobre 2012 - 14:33 Signaler un abus - Permalink

    Sans entrer dans un débat sur la terminologie de la télévision connectée, la vision présentée est en effet fortement réductrice.

    Tout d’abord parce que le gain en expérience utilisateur dans le cadre de l’utilisation de services de vidéo à la demande est indiscutable (qui aime voir courir et brancher des câbles dans son salon entre son ordinateur et son écran TV ? En prenant en compte les risques de chutes occasionnées, on est presque sur une question de santé publique :-)). Principale conséquence, le marché de la VoD en France est aujourd’hui porté par la télévision connectée (près de 70% de la valeur du marché est générée depuis les box des opérateurs) et non pas par l’ordinateur (encore moins par les terminaux mobiles).

    Ensuite, parce que d’autres types d’applications ont leur place sur l’écran du salon. Je pense notamment à la musique en ligne. Des applications Deezer et Spotif sur télévision feraient sens puisque c’est souvent autour de cet écran que se trouve le meilleur système HiFi (ensemble home-cinema) du foyer. Ou encore, avec le développement du cloud gaming, il se peut que dans quelques mois (années ?) il soit tout à fait possible de jouer à des jeux vidéo de haute qualité directement sur l’écran de son salon (connecté), sans avoir à s’équiper en console.

    Après, il ne faut pas tout mettre sur la grande lucarne – personne ne voudrait twitter avec sa télécommande . Aussi, tout semble porter à croire que le gros de l’interactivité “avec’” a télévision ne sera pas sur la télévision, mais sur les écrans de nos smartphones et tablettes.

    Enfin, je suis aussi d’accord avec vous, ce sujet de la télévision connectée a sûrement été sur-médiatisé.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Arnaud le 3 octobre 2012 - 16:14 Signaler un abus - Permalink

    Je respecte ceux qui préfèrent regarder les programmes assis sur une chaise de bureau à 50cm de l’écran plutôt qu’installés sur un canapé en face d’un grand écran, chacun ses choix.

    Pourtant en 2011, 87% du marché de la VoD se faisait sur la télévision (IPTV) contre 13% sur le PC (GfK), ça fait plutôt pas mal d’ “imbéciles prédisant le convergence”, non?

    http://www.npaconseil.com/media/111110-pres-marcha-de-la-vod-en-france-npa-gfk.pdf

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Laurent Chemla le 4 octobre 2012 - 7:42 Signaler un abus - Permalink

      Pendant que la résolution et la taille de nos TV ne cessait d’augmenter, celui de nos ordinateurs stagnait. Ca fait plus de 8 ans sauf erreur que j’utilise des écrans de 30” d’une résolution de 2560×1600. C’était le haut de gamme il y a 8 ans, c’est le haut de gamme aujourd’hui.

      A ma connaissance c’est l’unique domaine de l’informatique qui n’a pas DU TOUT évolué en 8 ans. Une exception bizarre.

      Sauf qu’encore une fois, Apple (que je déteste, je le précise) a fait bouger les lignes avec son écran “retina” et que comme souvent tout le monde a décidé de suivre le mouvement et que la course à la résolution a repris. Et la raison qui faisait qu’on pouvait préférer regarder un film sur le grand écran de la TV du salon ne va pas tarder à disparaître.

      Donc une prédiction: à court terme (2 ou 3 ans) vous verrez vos courbes s’inverser et le marché de la VoD croître plus rapidement sur l’ordinateur (parce que les sources de VoD y seront multiples, non bridées, souvent moins chères et de meilleure qualité) que sur l’écran du salon, au fur et à mesure que le retard technologique pris par l’écran de l’ordinateur va se combler.

      On prend rendez-vous ?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • David Latapie le 26 octobre 2012 - 15:20 Signaler un abus - Permalink

        L’ordinateur s’utilise depuis un siège et souvent seul, la télé depuis un canapé et souvent à plusieurs. Les distances ne sont pas les mêmes. Un écran trop petit et hop!, pas de canapé. Trop grand et hop! pas de siège.

        A moins d’un écran flexible (qui peut s’agrandir ou se rétrécir dans deux dimensions) ou bien un écran encastré qui ne peut activer qu’une partie de sa surface, je ne vois pas comment les deux usages pourraient converger.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • emma le 3 octobre 2012 - 16:44 Signaler un abus - Permalink

    D’ailleurs je n’ai pas de télé,
    que des ordis ^^

    des petits individuels et un grand écran familial pour regarder des trucs et astuces en famille.

    Merci pour cet article

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ivan le 3 octobre 2012 - 18:10 Signaler un abus - Permalink

    mmm difficile de commenter un texte avec lequel on est totalement d’accord sur certains certains éléments (régul à trois kopecks notamment)et absolument pas d’accord avec d’autres (ceux qui laissent la bizarre impression que tout le monde devient un vieux, même les dinos)

    anyway je vous avais écrit une tartine pour commenter tout cela, mais en fait je crois (du moins j’espère ) que j’aurais plutôt l’occasion d’en discuter de vive voix avec l’auteur de ce billet.

    je vous leake quand même le passage final:

    —————————————————————————————————
    “je ne vois pas de “révélations” ici, désolé..
    Par contre je vois un tombereau de préjugés, et je prends peur de voir que nous puissions à notre tour devenir à l’image de ceux qui nous critiquaient et moquaient il y a 25 ans lorsque nous prononcions ce mot:

    Internet

    My2c

    Ivan
    —————————————————————————————————

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Abelson le 3 octobre 2012 - 21:55 Signaler un abus - Permalink

    Bravo!
    Tout est dit!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jérôme le 4 octobre 2012 - 15:18 Signaler un abus - Permalink

    Nous voilà prévenu et mieux informé , merci Laurent de cet avertissement sur la Télé connectée . Je crois que le malentendu, malvu est de croire qu’il s’agit de “naviguer “sur un PC/Mac avec sa télé de salon , alors qu’il s’agit de “piloter ” de nouvelles fonctions interactives et de nouveaux contenus (Youtube ou Meteoconsult) avec une “méga-télécommande”. Il va falloir inventer un nouveau mot pour remplacer “zapper” !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Fiat Lux le 4 octobre 2012 - 16:18 Signaler un abus - Permalink

    Ajoutons à l’excellent billet de Laurent C. une suggestion de lecture, un livre avec de vrais morceaux de papier dedans, “Being digital” de Nicholas Negroponte, paru en 1995 chez Alfred Knopf à Nueva York. Version traduite éditée en France chez Laffont sous le titre “L’Homme numérique”.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Olivier Auber le 4 octobre 2012 - 16:29 Signaler un abus - Permalink

    ben je confirme le double bind total de la “TV connectée”, j’ai fait des propositions opérationnelles depuis 1987 (!!!). Aucune chaîne n’en veut ! Pensez-donc, une émission de TV entièrement réalisée par les gens qui la regardent, vous n’y pensez pas! D’ailleurs en 2012, ça marche toujours, et même sur téléphone mobile, mais elles n’en veulent pas plus. Sauf peut-être à l’étranger. A suivre… http://www.facebook.com/olivier.auber.7/posts/420650234663122

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Shunn le 4 octobre 2012 - 17:34 Signaler un abus - Permalink

    Tout à fait d’accord, ça me rassure! On nous a tellement bassiné avec cette pseudo future révolution que je commencais à me demander si je ne passais pas à coté de quelque chose dans toute cette histoire… Mais non, la TV connectée n’a rien d’une véritable innovation, ce n’est qu’une tentative (vaine) de faire ressembler sa télé à son ordinateur. Autant rester sur son ordinateur…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Eva le 4 octobre 2012 - 22:13 Signaler un abus - Permalink

    La télé c est pas juste un médias qu on Matte vautré, c est surtout un écran que l on regarde a plusieurs, contrairement aux tablettes ! Alors je me demande est ce que les annonceurs vont cibler leurs pub en s adaptant a des foyers et plus a des individus ? Comme sur le net …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • chris le 6 octobre 2012 - 16:32 Signaler un abus - Permalink

    Tout à fait d’accord avec toi Laurent, mais de là à appeler ça “révélations” sur la TV connectée, là c’est un peu exagéré ;-) parce qu’on est un paquet à le savoir depuis long time.

    Mais bon si la cible de Owni est grand public alors…..

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Sylvain le 7 octobre 2012 - 18:16 Signaler un abus - Permalink

    La “télévision connectée” est ordinateur, c’est une évidence.
    C’est aussi le cas de mon téléphone mobile, de mon automobile, des avions de lignes, etc.
    Malgré ce qu’en disent ses défenseurs, coté usages, je ne vois pas ce qu’un ordinateur avec une interface très limitée et bourré de DRM a à m’apporter.

    Un PC moderne, connecté à internet, permet de composer son programme de “télévision” à la demande, et de regarder à toute heure et dans la langue de son choix, des films, séries, documentaires et émissions produites au 4 coins du monde par des amateurs et professionnels, et cela pour un coût faible ou nul.

    La “télévision connectée”, pour s’imposer, doit proposer mieux que l’existant.
    Elle doit satisfaire au moins un des ces critères :
    * être plus pratique (dur avec les interface limitées et la pub qui gâche tout),
    * être moins chère (moins cher qu’un torrent, va falloir faire fort),
    * proposer une agrégation de meilleure qualité

    Vu les têtes de pioches prétentieuses et technophobes qui dirigent l’audiovisuelle Fr, cette “télévision connectée” a déjà sa place dans une jolie boite en sapin.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Idewan le 8 octobre 2012 - 16:38 Signaler un abus - Permalink

    Point de vu très intéressant, ça change de ce que l’on entend à longueur de temps :) La conclusion me plait beaucoup : “La télévision connectée existe déjà. Ça s’appelle un ordinateur.”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • David Latapie le 26 octobre 2012 - 15:15 Signaler un abus - Permalink

    “Quand la fenêtre “télévision” balance de la pub, je lui coupe le sifflet d’un coup de molette et je passe à autre chose. Quand je veux réagir, je prends le temps de réfléchir et j’en fais un billet de blog. Quand je veux jouer, j’ai un microprocesseur assez puissant pour que ce soit agréable. Et quand le CSA essaiera de contrôler ce que je veux publier, j’utiliserai un VPN pour le contourner.”

    “La télévision connectée existe déjà. Ça s’appelle un ordinateur.”

    Attention cependant : la *console de jeu* aussi était censé mourir. Elle est toujours là, parce que, justement, elle permet une économie d’effort.

    C’est un facteur humain qu’il faut envisager.
    - On utilise un ordinateur assis sur un siège, dos bien droit, presque studieux. On le pose d’ailleurs sur un “bureau”.
    - On utilise une console affalé sur un canapé
    - On utilise une tablette dans la rue ou dans des pièces non dédiées (la cuisine, le lit ou elle remplace peu à peu le portable)

    Et la télé ? On l’utilise en groupe, avec un grand écran et une grande distance. Plus prêt, l’écran serait trop grand. Et s’il n’était pas grand, on ne pourrait pas regarder à plusieurs. Et la télé reste simple d’accès, comme une console de jeu. L’interactivité d’une télé, en vérité l’implication du téléspectateur, sera moindre que dans un ordinateur.

    Tirons la leçon de l’iPad. Lors de son annonce, tous les geeks que nous sommes disions “pouah, ça pue, c’est nul”, en oubliant que ce n’est pas un produit pour les geeks. Pareil pour la télé connectée.

    Comme le dit JD plus bas, la télévision (et les applis développées pour) seront “canapé-compatible”.

    La télé connectée ne fait pas d’ombre à l’ordinateur. Elle fait de l’ombre à la console de jeu.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • corrector le 30 novembre 2012 - 6:49 Signaler un abus - Permalink

      “la *console de jeu* aussi était censé mourir. Elle est toujours là, parce que, justement, elle permet une économie d’effort”

      Si la console a survécu, c’est surtout parce qu’elle est beaucoup beaucoup plus puissante qu’un PC, non?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Pierre Chapuis le 30 novembre 2012 - 11:45 Signaler un abus - Permalink

        Heu, non :) Moins chère, plus simple d’utilisation, plus facile à programmer efficacement car moins diversifiée, mais certainement pas plus puissante. Sauf peut-être la PS3 à sa sortie, mais ce n’est plus le cas. Ne parlons même pas de la Wii ;)

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
      • Pierre Chapuis le 30 novembre 2012 - 11:51 Signaler un abus - Permalink

        Puisqu’on parle de performance, je reviens rapidement sur un point : j’ai participé au récent hackathon TV connectée et j’ai eu l’occasion de jouer avec une Google TV de Logitech. J’ai été sacrément déçu.

        En gros, ça correspond à un mobile Android de première génération (pour des raisons de coût sans doute), sans possibilité d’écrire du code natif et sans accès programmatique au flux vidéo de la TV (par peur du piratage ?).

        Lors de ce hackathon presque toutes les applications présentées tournaient en réalité sur un PC (souvent dans le navigateur), malgré la mise à disposition de Google TV à tous les participants.

        Si j’ai été convaincu d’une chose lors de cet évènement c’est bien que la TV connectée sous forme de matériel spécifique n’a pas d’avenir. On pourrait éventuellement voir un retour en force du vieux Media Center, sous la forme d’un vrai PC sur lequel tourne un serveur qui diffuse vers la TV via un réseau sans fil…

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • azerty774 le 31 octobre 2012 - 12:02 Signaler un abus - Permalink

    La télévision connectée n’est qu’un “Télétexte 2.0″. Il ne faut rien attendre de plus.

    La seule utilité offerte en plus, c’est la possibilité de Catch-up TV, qu’elle soit basique ou évoluée.
    Basique avec des services comme pluzz, car oui c’est plus “confortable” de regarder des émissions sur sa télévision que sur son PC, c’est un fait. Alors autant profiter de sa télévision pour avoir son 2d écran pleinement disponible.
    Evoluée avec des services comme “Salto” proposé par francetv qui permet de revenir au début du programme si on le prends en cours. C’est un service plutôt malin offert par la TV connectée.

    Pour les autres activités, je rejoint votre analyse. Mais il est un peu rapide de jeter toute la TV Connectée à la poubelle d’un coup. Il faut juste l’utiliser de manière intelligente.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • PatatoOor le 3 novembre 2012 - 12:50 Signaler un abus - Permalink

    Je pense que vous n’avez donc rien compris à ce que sera la “télé connectée”.
    Pour les télécommandes “pointeuses” vous avez raison c’est pas du tout maniable, mais il suffirait d’avoir une télécommande simple comme celle d’Apple, avec une croix directionnelle et 2 boutons et se déplacer dans les menus et les applications avec, comme c’est le cas sur l’actuelle Apple TV.
    Ensuite oui la VOD passera par là, des applications comme Skype je trouve HALLUCINANT qu’au jour d’aujourd’hui les webcam ne soient pas installées en standard dans tous les écrans plat pour faire de la visio.
    Il y a les jeux vidéos ensuite mais surtout des applications qui permettront de “surfer le web” non pas à l’ancienne avec un navigateur mais au travers de ces applications à l’ergonomie spécialement étudiée pour les écrans et la télécommande type Apple :)
    Quand Apple sortira sa TV, tout le monde dira “ça existe déjà”, “c’est cher”, …
    Mais ça cartonnera et tout le monde les suivra…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • LaurentM le 26 novembre 2012 - 18:08 Signaler un abus - Permalink

    Chronique intéressante et sur un sujet porteur sur comment nous allons regarder la télévision de demain. Ce qui est sure est que nous allons plus regarder la TV comme nous avons l’habitude de la regarder.

    Laurent
    Redac Chef
    http://www.la-television-connectee.fr

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • corrector le 30 novembre 2012 - 6:32 Signaler un abus - Permalink

    “Argument-choc d’un CSA qui se cherche à redorer une légitimité ternie, le serpent de mer de la “télévision connectée” est récemment ressorti du marais saumâtre des idées-bateaux, idées imposées par un marketing tout-puissant mais sans imagination.”

    Surtout je ne vois pas pourquoi le CSA se limite ainsi à la “télévision”, fut-elle “connectée”.

    D’ailleurs, c’est quoi une télévision au fait? Avant c’était un appareil avec une prise antenne, en SECAM/PAL/NTSC… maintenant c’est un appareil avec une prise antenne DVB-T et parfois DVB-C, sauf que la prise sert de moins en moins : de plus en plus de gens n’utilisent plus une télé avec un tuner, mais un moniteur connecté en Péritel ou HDMI connecté à un décodeur SAT ou plus récemment une set-top box.

    Le CSA surveille ces chaines diffusées par ADSL, fibre, câble, ou satellite. Pourtant ces chaines ne sont pas “reçues” (“tunées”) par la télévision, mais par un décodeur. Et on peut aussi regarder ces flux sur PC par le “multiposte”.

    Quelle différence morale entre un flux ADSL regardé sur le PC et ToiTuyau?

    Quelle différence technique essentielle entre la télévision de rattrapage et ToiTuyau? (ne me parlez pas de peering/transit : c’est une question politique entre opérateurs Internet)

    Quelle différence entre l’écran LCD du PC et l’écran LCD de la “télé”?

    En quoi la télévision est-elle intrinsèquement plus dangereusement, donc nécessitant la régulation des contenus quand elle est connectée?

    Si le CSA pense devoir “réguler” la télévision connectée, donc les contenus trouvés sur Internet, il aurait dû penser devoir réguler ces contenus quand ils n’étaient accessibles que sur un PC. Et si ces arguments n’étaient pas valables pour ToiTuyau sur PC, ils ne sont pas valables pour ToiTuyau sur TV.

    Donc la télé connectée n’a strictement aucune pertinence dans ce débat de la régulation des contenus sur le net.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés