Il pleut, il mouille, c’est la fête à la bidouille

Le 20 novembre 2012

Ce samedi, Brest a organisé en partenariat avec Owni le premier chapitre provincial d'Open Bidouille Camp, deux mois à peine après la première édition parisienne. Plus de 1 000 personnes ont (re)découvert les joies de la bricole créative en mode collaboratif.

Ils n’ont pas chômé les Bretons : ce samedi, ils ont organisé le second Open Bidouille Camp à Brest (OBCB) en partenariat avec Owni, soit deux petits mois après la première édition à Saint-Ouen (93) que nous avions co-organisé. Cet événement qui célèbre le bricolage et les savoirs-faire, Do It Yourself en anglais, sous sa forme traditionnelle ou boostée au numérique, a inspiré le jour-même ceux qui le suivaient à distance : “Cela a commencé avec des tweets le 22 septembre”, se souvient Antony Auffret, des Petits Débrouillards Bretagne, une association d’éducation populaire œuvrant en particulier dans les sciences.

“Les p’tits déb’”, comme on les appelle, nous ont très vite contacté et zou, c’était parti, d’autant plus vite que le terreau était déjà bien favorable :

Parce que des acteurs brestois agissent au quotidien dans les quartiers avec les habitants et qu’il convient de mettre en lumière ces pratiques. Parce la ville et le pays de Brest est déjà engagé depuis de nombreuses années dans l’appropriation sociale d’internet et de ces nouvelles formes de faire ensemble.

Quand nous, le collectif OBCB, avons vu l’évènement de Saint-Ouen et sa grande médiatisation sur le web, nous nous sommes dit que Brest avait toute légitimité pour être la deuxième ville de France à organiser un Open Bidouille Camp.

S’inscrivant dans la logique portée par la Ville illustrée par les 100 PAPIs qui maillent le territoire, le Forum des Usages Coopératifs, Brest en Bien Communs, l’Open Bidouille Camp s’adressera à toutes et tous.

Épaulés par l’Association des filières de l’électronique, de l’informatique et des télécoms (AFEIT), et la Maison du libre, les Petits Débrouillards ont rassemblé une vingtaine de stands dans le hall de la mairie. Soit autant que les Parisiens. Conformément à la philosophie d’OBC, l’événement était gratuit, entre autres grâce à une collecte sur la plate-forme de crowdfunding made in Bretagne Octopousse. En tout, plus de 1 000 personnes ont mis la main à la pâte, des jeunes, des moins jeunes, mais “peut-être pas assez de 15-25 ans”, note Antony. Autant de monde à cet endroit, “c’est rare”, souligne-t-il.

Conception de capteurs, impression 3D, fabrication de meubles design, récupération de composants électroniques, installation de logiciels libres, etc, les stands privilégiaient les ateliers pratiques. Mais pas encore assez au goût des organisateurs, et la place manquait. Du coup, ils voient plus grand pour la prochaine édition : “Nous aimerions louer un grand gymnase”, annonce Antony.

Et pourquoi pas sur un week-end, histoire que les tenanciers de stand en profitent aussi en tant que public et prennent davantage le temps d’échanger ? “Je n’ai pas vu donc la journée passer, témoigne bluedid29, “musicien bidouilleur” qui a fait un atelier logiciels libres, vers 17 heures après le rangement j’ai pu enfin faire un tour dans les ateliers et là c’était vraiment formidable toute cette créativité, ces bidouilles diverses, incroyables, que du bonheur :)”  “Super expérience c’était génial tout ça. Sur les ateliers, souvent une seule personne, a renchérit Arnaud de la Maison du libre sur la mailing list. C’est compliqué de faire une pause, de profiter de la fête. Il a manqué un moment où on boit un coup tous ensemble, soit on installe la veille et on mange ensemble, soit on range le lendemain, et du coup on bouffe ensemble le soir” .

Une édition printanière et automnale sont déjà dans les cartons. OBCB a ainsi déjà reçu l’invitation de Michel Briand, élu municipal en charge d’Internet et du multimédia, pour monter le camp pendant Brest en Biens Communs, en octobre. Et pour pérenniser cet “engouement populaire”, nos Bretons bidouilleurs ont bien l’intention de réfléchir aux différentes façons de s’inscrire dans le temps.


Photos d’Antony Auffret des petits débrouillards (cc) Voir le portfolio ici.
À voir aussi ce reportage sur Tebeo, la télévision locale.
Titre emprunté à Julie Le Goïc /-)

Laisser un commentaire

  • Th3D0c le 20 novembre 2012 - 14:21 Signaler un abus - Permalink

    Une idée brillante de faire une seconde édition en province, par contre le choix de faire cela a l’extrême Nord-Ouest du pays me dépasse complètement…
    Ca me fait penser au déploiement de la fibre.
    Pour la prochaine édition j’espère que cela sera plus centrale géographiquement, afin que ceux qui ne peuvent pas monter a Paris est une chance d’y venir.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • tomtom le 20 novembre 2012 - 20:28 Signaler un abus - Permalink

      La notion de “Do It Yourself” peut aussi s’appliquer à l’organisation de l’évènement en lui même. Du coup, le meilleur moyen d’avoir un évènement comme ça près de chez soi, c’est de se sortir les doigts et d’en organiser un soi même …

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Léandre le 20 novembre 2012 - 23:21 Signaler un abus - Permalink

      Ben c’est que peut-être Brest qui est à la fin des terres sait en même temps être au centre !

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
    • Kroc le 21 novembre 2012 - 12:03 Signaler un abus - Permalink

      [troll] Nord-Ouest ? ce n’est pas plus au nord que Paris qui, comme chacun le sais, est au centre…

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Louis le 20 novembre 2012 - 14:55 Signaler un abus - Permalink

    La prochaine à Bordeaux!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Aymeric Poulain Maubant le 10 décembre 2012 - 13:18 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi à Brest ? Parce que nous y sommes organisés en réseaux très efficaces (mais pas assez bavards) depuis de nombreuses années. Et qu’il a suffit d’un mail en forme de défi de ma part, ce samedi 22/09 au matin sur la liste de discussion des FabLabs à Brest pour que dès l’après-midi Antony puis des dizaines de gens relèvent le défi.

    Ce genre de rencontre doit se faire n’importe où, et en réalité, partout. Pas nécessairement Paris (Saint-Ouen, en fait) d’abord puis Brest (Brest même, en fait) puis les autres grandes villes comme Lyon ou Marseille, hein :)

    Allez, on a monté ça en 6 semaines, c’est pas si difficile.

    By the way, c’était le point d’orgue de la semaine du numérique à Brest http://www.b-ware.fr/ , à cheval sur la semaine européenne de réduction des déchets. On a bien choisi le timing aussi.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés