Minority Report, c’est pour demain

Le 11 décembre 2012

La peur du terrorisme a poussé l'Union Européenne à miser à fond sur les nouvelles technologies. Depuis quelques années, les chercheurs financés par Bruxelles essaient de détecter les "comportements suspects" des individus via les réseaux de caméras de surveillance.

Depuis quatre ans, les projets européens de recherche en matière de reconnaissance des comportements “suspects“ se multiplient. Parmi la centaine de projets du volet sécurité du FP7, le programme de recherche et développement de la Commission européenne, une demi-douzaine sortis tout droit d’un bouquin de science-fiction sont destinés à développer des technologies permettant de repérer un “comportement anormal“. Tout ceci se chiffre en dizaines de millions d’euros.

Ce concept de vidéosurveillance intelligente (VSI), qui rencontre un certain succès en France, a un seul objectif : prévenir les crimes et les attentats. Plan le plus connu, le projet INDECT. Les recherches sont financées à hauteur de 10,9 millions d’euros par la Commission européenne. Objectifs : détecter les comportements “suspects” sur Internet (forums, groupes Usenet, serveurs FTP, Peer-to-Peer) et dans la “vraie vie“, via la VSI.

INDECT

L’objectif de la VSI est de “simplifier les procédures de recherche et de contrôle“, dans le sens où les opérateurs de vidéosurveillance ne sont pas capables de surveiller plus d’une dizaine d’écrans à la fois. En facilitant leur travail, on pourrait “réduire le nombre d’erreurs“. Grâce à cette technologie en gestation, “Scotland Yard aurait pu retrouver deux fois plus rapidement” les coupables des attentats du métro de Londres en 2005, remarque Christoph Castex, de la direction générale Entreprises et Industries à la Commission européenne.

Parmi les 17 partenaires d’INDECT, l’université des Sciences et Technologies de Cracovie (AGH) et l’université polytechnique de Gdańsk conçoivent des algorithmes permettant de détecter des “situations dangereuses“. Des capteurs sonores permettent de détecter des appels à l’aide, des hurlements, des bris de vitre, des coups de feu, tandis que les caméras peuvent détecter une personne gisant sur le sol, ou un individu brandissant un couteau ou un revolver.

De leur côté, les polices d’Irlande du Nord (PSNI) et de Pologne (MSWIA) testent les prototypes (collection d’algorithmes et de logiciels) et participent à l’élaboration d’une “compilation” de comportements suspects et de silhouettes, sur laquelle le système s’appuie pour détecter un mouvement “anormal“, défini comme un “comportement criminel“, ou comme un “comportement lié à un acte terroriste ou une activité criminelle grave (meurtre, braquage de banque) “. INDECT s’achèvera fin 2013.

Un « répertoire » de comportements suspects

Dans le même état d’esprit, le projet ADABTS a pour objectif de développer des modèles-types de “comportements suspects”. L’enveloppe de l’Union européenne est de 3,2 millions d’euros. Une fois finalisée, la technologie d’ADABTS devrait permettre d’analyser la voix d’un individu, sa démarche et ses mouvements. Elle permettra aussi de compter le nombre d’individus présents, par exemple lors d’une manifestation.

Parmi les partenaires de ce projet censé se terminer en août 2013, on compte l’Institut de psychologie du ministère de l’intérieur bulgare (IPMI), expert en criminologie, le ministère de l’intérieur britannique et le groupe d’armement BAE Systems, fournisseur principal du ministère de la défense britannique. ADABTS compte aussi dans ses rangs l’agence de recherche de la défense suédoise (FOI), récemment au coeur d’un projet controversé de vente d’armes à l’Arabie Saoudite.

Aux commandes des recherches scientifiques, l’université d’Amsterdam. L’équipe du professeur Dariu Gavrila, qui planchait déjà entre 2005 et 2009 sur un système de détection des comportements agressifs, met au point une batterie d’algorithmes basés sur des modèles statistiques. Concrètement, les silhouettes en mouvement sont isolées du reste de l’image après une opération de “soustraction” de l’arrière-plan. Ensuite, la silhouette se voit superposée un squelette 3D. Ses mouvements sont comparés à un “répertoire de gestes“. En analysant également les sons, comme le timbre de la voix ou son intensité, un comportement peut être analysé.

Afin de définir un comportement “anormal”, Dariu Gavrila a concocté, avec l’aide “d’experts” une base de données de comportements. Elle consiste en une liste d’actions, qui combinées forment un scénario :

Un “cri puissant” combiné avec “des poings brandis” et une “personne chutant” constitue un scénario permettant de prédire une agression. Des “gesticulations excessives” et des “regards alentour permanents” peuvent indiquer un comportement nerveux, qui, conjugué avec “porter des lunettes de soleil ou une capuche par un temps inapproprié” peut signifier un vol ou un scénario terroriste.

Les scénarios d’ADABTS vont de l’”agression” à l’”acte terroriste” en passant par la “bagarre à grande échelle”, le “vol” et la “foule paniquée”. En juin 2012, des acteurs ont simulé ces scénarios au Kyocera Stadion, le stade de football de La Haye. Parmi ces mouvements ou ces sons pouvant indiquer un “comportement anormal”, des cris, des hurlements, des moulinets avec les bras, des gestes de la main.

Dans la liste figure aussi le port d’une capuche, le fait pour un groupe de marcher dans le sens opposé à la foule, le fait pour un individu de marcher à une vitesse différente des autres, ou encore le fait de rester debout quand la majorité des personnes est assise. Un spectateur ne regardant pas le match de foot ou regardant autour de lui peut aussi être considéré comme suspect.

ADABTS

Comment différencier un comportement normal d’un comportement anormal, quand les mouvements ne parlent pas ? Comment faire la différence entre un couple s’embrassant et une agression ? Interrogé par Owni, Dariu Gavrila insiste sur l’importance de la vérification humaine :

Le système peut très bien détecter une personne nouant ses laçets dans un magasin ou prenant des photos dans un hall d’aéroport, et considérer cela comme un comportement “anormal”. En réalité, le système ne sait pas s’il s’agit d’un comportement indésirable. Il détecte simplement un comportement qui s’écarte des comportements normaux que nous lui avons appris.

Terminé en 2011, le projet SAMURAI a coûté 3,8 millions d’euros, dont 2,5 millions en provenance de l’Union européenne. SAMURAI utilisait lui aussi une liste de comportements “anormaux“, par exemple un individu semblant tenter de cacher son visage, ou une personne marchant contre le “flot régulier” d’une foule. Des algorithmes permettent au futur système de retenir les comportements “habituels” des individus, par exemple le trajet emprunté par des voyageurs au moment de s’enregistrer à l’aéroport. D’autres permettent de détecter un visage et de se focaliser dessus.

Les mouvements que sont une poignée de main, un baiser, un coup de fil ou le fait de s’asseoir sont aussi analysés. Les algorithmes ont été développés par les universités de Queen Mary (Londres) et de Vérone, mais aussi par la société Selex Elsag. Une filiale du groupe italien Finmecannica, connue depuis cet été pour avoir vendu à la Syrie un système de transmission de données.

Très proche de SAMURAI et également terminé depuis 2011, le projet SUBITO devait quant à lui permettre d’identifier un bagage abandonné, de retrouver son propriétaire, et de le suivre à la trace de caméra en caméra. Pour cela, il utilise des algorithmes de détection et de traçage développés par l’université de Leeds, l’Institut de recherche du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) de Saclay et l’Office national d’études et recherches aérospatiales (Onera) de Châtillon.

Les comportements suspects sont détectés à une moindre échelle : ici, il ne s’agit que des propriétaires de bagages. Si un voyageur distrait oublie son sac et reste loin de celui-ci trop longtemps, il pourra être considéré comme suspect. Pour l’instant, les technologies développées par SAMURAI et SUBITO n’ont pas encore été intégrées à un système opérationnel, et sont susceptibles d’être à nouveau l’objet de recherches.

Une technologie pas encore mature

Les chercheurs en VSI sont unanimes : pour l’instant, la détection n’est efficace que lorsqu’il s’agit de “scènes simples“. Les partenaires d’ADABTS espèrent pouvoir à terme commercialiser un produit fini utilisant un matériel “low cost”, et le proposer aux autorités européennes, aux forces de police et aux sociétés de services de sécurité. Un enthousiasme que ne partage pas Dariu Gavrila :

Pour l’instant, la détection automatique comportementale n’en est qu’à ses débuts. Nous avons fait de très grands progrès, mais nous sommes encore loin d’un système intelligent capable de détecter automatiquement des comportements anormaux. Il est facile de détecter un comportement visible comme une bagarre, mais quand il s’agit d’un “comportement camouflé”, c’est une autre paire de manche !

Même constat en ce qui concerne le “vidéo tracking”, ou “pistage” d’une personne de caméra en caméra :

Pour l’instant, nous sommes capables de détecter un individu quand il y a peu de monde et quand le fond est statique, mais quand il y a foule et que les gens interagissent entre eux, la situation est bien plus complexe.

Pour les chercheurs, malgré l’avancée des recherches, il faudra attendre encore cinq ou six ans avant de voir apparaître une caméra véritablement “intelligente”.

“L’effet Big Brother”

Quid des questions éthiques ? À l’université de Kingston, des chercheurs planchent sur le projet ADDPRIV. Quand un comportement suspect est détecté, le système imaginé collecterait les vidéos précédant et suivant la détection, afin de pouvoir suivre à la trace la personne suspectée. Financé à hauteur de 2,8 millions d’euros par la Commission européenne, ADDPRIV veut assurer un “juste milieu” entre “sécurité et protection de la vie privée“. L’idée est de ne garder que les images et les sons “pertinents“, ayant trait à un évènement suspect, grâce à des algorithmes de “tri” des données.

Pour Daniel Neyland, de l’université de Lancaster et membre du bureau éthique d’ADDPRIV, les expériences menées, “avec l’autorisation des personnes filmées et en vase clos” sont “l’occasion de tester la façon dont nous pourrions renforcer à la fois la sécurité et la vie privée”. Pour cela, les données pourraient notamment être “anonymisées” grâce au “hachage” et au chiffrage des images stockées, et à une application conçue pour flouter les visages. Cela suffit à transporter de joie les concepteurs du projet :

Grâce à sa technologie de surveillance ciblée, ADDPRIV permettra une meilleure acceptation sociale de la vidéosurveillance en réduisant l’effet Big Brother, notamment en collectant le minimum de données possible.

Concernant le projet ADABTS, l’un de ses coordinateurs à l’agence de recherche de la défense suédoise (FOI), Henrik Allberg, affirme à Owni :

ADABTS n’identifie personne, il détecte des corps, une représentation de ce qui se passe. La reconnaissance de comportements couvre une zone restreinte, et se centre sur une activité nocive potentielle, indépendamment de l’identité d’une personne ou de son histoire.

Pour Dariu Gavrila, la détection automatique est même plus “objective” que l’oeil humain :

L’opérateur humain est plus subjectif, il a tendance à classer les individus observés dans des catégories, selon leur âge ou leur apparence, par exemple. Un système intelligent automatisé demeurera bien plus objectif et moins discriminant.

À la Commission européenne, Christoph Castex affirme de son côté que les différents projets respectent un “code de déontologie“, ainsi que les législations nationales et internationales en vigueur, comme la Charte des droits fondamentaux de l’UE et la Convention européenne des droits de l’homme. Pour Castex, une fois la technologie arrivée à maturité, la balle sera dans le camp des États :

Le prototype est destiné aux forces de police des pays européens, et elles seront obligées de se conformer aux lois existantes. Tout système basé sur INDECT sera forcé de respecter les données privées.

Tout comme ADABTS, le projet INDECT possède un “bureau éthique” indépendant, composé d’experts de la protection des données, d’universitaires et de membres de la police nord-irlandaise. Ce bureau est chargé de surveiller les outils développés et d’évaluer leur respect de la vie privée. À noter que si ce bureau diffuse l’ensemble des documents ayant trait à INDECT sur le site du projet, cette transparence est surtout due à la pression exercée par 177 députés européens, en 2010. À l’origine, le bureau éthique avait ainsi décidé de “garder confidentielles les informations susceptibles d’avoir un effet négatif sur la réputation du projet” , selon le Parlement européen.

Aujourd’hui, Christoph Castex constate que “INDECT a retenu la leçon”, après avoir été la cible de nombreuses critiques, notamment de la part des Anonymous. “Tous nos projets se posent des questions éthiques“, affirme-t-il. Un projet de recherche a même pour but de “réfléchir aux limites de ce que la société peut accepter” : le projet DETECTER.

Selon différents membres des “groupes éthiques” rattachés aux projets de VSI, des conseils devraient être adressés aux “futurs utilisateurs” des technologies développées. Parmi ces conseils, la minimisation des données, c’est-à-dire l’utilisation du minimum de données personnelles possible et le floutage des visages, qui rendrait impossible tout “profilage“.

Reste à espérer que ces conseils seront pris en compte. Car si l’on en croit Rosamunde Van Brakel, chercheuse spécialisée dans les relations entre vidéosurveillance et société au Law Science Technology & Society (LSTS) de l’Université libre de Bruxelles, interrogée par Owni, ces technologies nous emmènent tout droit vers une société de type “Pré-crime” :

Le risque d’erreurs et de fausses accusations est élevé. Cela peut mener à une culture de la peur, à une société où le principe de présomption d’innocence serait perdu au profit de la méfiance généralisée. Certains “indicateurs de méfiance” pourraient être basés sur des hypothèses erronées et sur des préjugés. Dans ce cas, cela pourrait conduire à une catégorisation sociale et à une “discrimination algorithmique”.

Et de conclure : “Si le contrôle de ces technologies n’est pas béton, alors il faudra s’inquiéter, notamment de ce qui arriverait si elles étaient détournées de leur objectif initial.


Photo par surian Soosay (cc-by)

Laisser un commentaire

  • Degryse le 11 décembre 2012 - 17:28 Signaler un abus - Permalink

    Un livre intéressant sur ces questions d’ingénierie sociale.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Gouverner_par_le_chaos

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Marat le 11 décembre 2012 - 18:42 Signaler un abus - Permalink

    Un petit tour sur les projets financés par l’ANR ou en FUI vous en aurait donné autant rien que pour la France. Les FP7 ne sont qu’une partie des recherches en la matière.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • les deux tours le 12 décembre 2012 - 10:51 Signaler un abus - Permalink

    la dictature des robots est déjà en place, le réveil risque d’être dur pour la population. On peut installer démocratiquement une tyrannie.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • DomC le 12 décembre 2012 - 11:27 Signaler un abus - Permalink

    C’est marrant ça personne ne parle de la couleur? On fait les pudiques? Car je suis bien certain que c’est bien le premier indices dans leurs petites tronches de Big Brother de cathéchisme. Ben oui trois africains groupés c’est bien évidemment un groupe terroriste. Même si ils ne se connaissent pas…
    Encore une belle technologie d’escrocs. Et le lobbying de nous faire croire qu’il puisse y avoir une quelconque forme d’intelligence dans une camera. Non il ne peut y avoir dans le firmware d’une machine de surveillance que le report numerique du vice et de la maladie mentale de son concepteur. Une camera est tellement facile à maitriser que je m’étonne qu’il y ait encore quelqu’un pour écouter tous ces escrocs de la télésurveillance…faut bien entretenir la peur pour garantir son pouvoir.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • corrector le 13 décembre 2012 - 14:02 Signaler un abus - Permalink

      “Car je suis bien certain”

      Qu’est-ce que tu en sais?

      Strictement rien.

      “Encore une belle technologie d’escrocs.”

      Le seul escroc que je vois, il est ici.

      “Une camera est tellement facile à maitriser”

      Alors, tu nous expliques comment on fait?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Tim le 15 décembre 2012 - 16:42 Signaler un abus - Permalink

        “strictement rien”
        Comment en es tu sur ? Es-tu certain de savoir qu’il ne sait rien sur ce sujet ? Es-tu certain que le critère couleur ou morphotype ne pas été utilisé dans la VSI ? Tu commet la même erreur que DOMC, tu assène des certitudes sans aucune preuve. Allez doutes du doute et tu croiras

        Je ne savais pas que du commentaire de texte nous étions passé au commentaire de phrases, un dommage collatéral de twitter ?

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • corrector le 15 décembre 2012 - 16:56 Signaler un abus - Permalink

          “Comment en es tu sur ?”

          Comment je le sais?

          Je reconnais les bluffeurs du Web à 100 km. C’est pas très difficile.

          Et puis quand quelqu’un avance comme argument :

          - “On fait les pudiques?”, comme si lui il était plus lucide que les autres;
          - “Ben oui trois africains groupés c’est bien évidemment un groupe terroriste”, comme si on allait interpeller tous les africains;
          - “nous faire croire qu’il puisse y avoir une quelconque forme d’intelligence dans une camera”, comme si les algo de traitement d’image ne pouvait être une véritable aide pour le data-mining;
          - “faut bien entretenir la peur pour garantir son pouvoir.”, comme si la peur avait besoin d’être entretenue, comme si l’insécurité n’existait pas!!!

          Cela donne bien la mesure du personnage : il nous ressort en vrac toutes les rengaines du bobo-gauchiste, et tu as le moindre doute sur lui?

          Comment on dit?

          Ah oui : lol

          “Tu commet la même erreur que DOMC, tu assène des certitudes sans aucune preuve. Allez doutes du doute et tu croiras”

          Mais je veux bien, si on m’apporte des éléments sérieux. Sauf qu’il n’apporte rien à part sa lucidité supérieure.

          En résumé :
          1) la charge de la preuve repose sur DOMC;
          2) en attendant, c’est du vent.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
  • JF le 14 décembre 2012 - 11:16 Signaler un abus - Permalink

    Article intéressant je ne connait pas ces projets en cours, mais j’ai les plus grande crainte quand à leur application.

    Dans la société actuelle, on cherche de plus en plus le risque zéro, non pas au niveau de l’intérêt de tous mais au niveau de l’intérêt personnel.
    On se protège donc du moindre risque par les assurances, qui de fait impose leur règles.

    C’est le cas dans tous les domaines : le sport, la santé, l’industrie et la sécurité…. On en arrive aujourd’hui à agir d’abord en fonction du risque et de son assurance avant d’écouter l’expérience, le savoir faire et la compétence.
    Cela mène à des décisions au dépit du bon sens, parce que le décisionnaire doit avant tout se couvrir.

    En ayant ça en tête, j’imagine les implications de la vidéo surveillance “intelligente” dans nos sociétés. J’imagine un système de détection de comportement “anormal” basé sur une notion de normalité qui ne peut être que statistique (une horreur en soit), combiné à des services qui auront la consigne d’intervenir à toute alerte, afin qu’on ne puisse pas leur reprocher de ne pas être intervenu si jamais une catastrophe survient…

    Un monde idéal !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • corrector le 14 décembre 2012 - 14:39 Signaler un abus - Permalink

      “Dans la société actuelle, on cherche de plus en plus le risque zéro,.”

      Tu peux m’expliquer à quoi tu vois qu’on (qui ça “on”) cherche le risque zéro?

      Moi je vois énormément de conduites à risque. En même temps, je vis dans le monde réel, ça doit être pour ça.

      “non pas au niveau de l’intérêt de tous mais au niveau de l’intérêt personnel.”

      Tu m’expliques la différence? En quoi l’intérêt de toutes les personnes n’est pas l’intérêt “de tous”?

      Qu’est-ce que “l’intérêt de tous”?

      “On se protège donc du moindre risque par les assurances, qui de fait impose leur règles.”

      Pardon, mais si on s’assure c’est bien qu’il y a un risque qui n’est ni zéro ni à un niveau négligeable. Le fait de s’assurer le supprime en rien le risque.

      Tu ne serais pas en train de nous faire une salade de pseudo-concepts arrosée de poncifs?

      “On en arrive aujourd’hui à agir d’abord en fonction du risque et de son assurance avant d’écouter l’expérience, le savoir faire et la compétence.”

      Bon là c’est clair tu racontes n’importe quoi. Agir “en fonction du risque”??? Comment définis-tu le risque?

      “avant d’écouter l’expérience”

      Comment évaluer le risque sans se baser sur l’expérience?

      Tu espères impressionner qui avec ton charabia?

      En tout cas, avec moi ça ne marche pas.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • Sidewinder le 26 janvier 2014 - 16:47 Signaler un abus - Permalink

        Bien sûr qu’il existe des conduites à risques, est-ce que cela implique la paranoïa généralisée via la technologie ? Nos sociétés ont peur jusque de leur ombre et ce genre de projet tue l’innocence plus que le risque. Ceux qui veulent réellement le mal d’autrui sauront retourner toute cette quincaillerie low-cost contre le reste du monde, c.f. le 11/09.

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
  • European le 14 décembre 2012 - 17:26 Signaler un abus - Permalink

    Article intéressant, mais cependant il laisse un petit goût amer lorsque vous venez à parler du FP7. L’ Europe depuis 1984, tous les ans, émet des appels à projets pour financer la recherche dans beaucoup de domaines, au travers des différents programmes cadres. La sécurité est effectivement l’un des thèmes, mais il en existe bien d’autres, tel que l’énergie, la santé, l’environnement… http://cordis.europa.eu/fp7/home_en.html. Ces projets servent à financer la recherche en Europe, via des consortia d’académiques, d’organisations non gouvernementales, d’entreprises, de PME… beaucoup d’emplois, de success stories… beaucoup de points positifs qui, je pense, auraient pu quand même moduler légèrement le discours. L’ argent du contribuable Européen n’est pas (toujours) dépensé à tort et à travers.

    Effectivement, l’ Europe finance des projets qui visent à renforcer la sécurité en Europe (et ailleurs). Les détecteurs d’explosifs dans les aéroports… par exemple ! La menace terroriste existe malheureusement bel et bien, et avoir un coup d’avance afin de protéger les populations à un coût… les terroristes sont bien souvent des personnes intelligentes et déterminées.

    Ensuite, il faut noter que tous les projets FP7 n’aboutissent pas à un produit fini utilisé par les états pour fliquer les honnêtes citoyens. Cependant, certaines briques technologiques devenues matures peuvent être ré utilisées.

    Enfin, il faut également mentionner que la plupart (sinon tous) les projets européens qui touchent de près ou de loin la vie privée du citoyen ont un ou plusieurs partenaires au sein du consortium dédiés à l’étude de l’impact des technologies recherchées sur le citoyen. Ces partenaires produisent des rapports directement accessibles par la commission européenne (et très souvent disponible publiquement), qui alertent en cas de possibilité d’abus.

    Ce message était simplement un “bonbon” anti-amertume :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Eldrock le 15 décembre 2012 - 17:05 Signaler un abus - Permalink

    On retrouve une belle extrapolation de la détection de mouvements suspects dans le livre de SF “Le Colosse Anarchique” de A.E. Van Voght (1977!), mais dans un contexte très différent et dans un but très différent aussi. A découvrir!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • cyrmon le 18 décembre 2012 - 21:54 Signaler un abus - Permalink

    Pourquoi ne pas mettre un collier a impulsions électriques au cou de chaque citoyen, comme cela si il y a un terroriste dans le lot on pourra le taser à distance grâce au caméra de vidéosurveillance.
    Un collier n’ est pas si disgracieux au cou d’ un honnête homme.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • JP le 19 décembre 2012 - 2:47 Signaler un abus - Permalink

    C’est intéressant comme les recherches (ou l’article?) semblent se focaliser uniquement vers la détection des “comportements suspects des individus” alors qu’une telle technologie pourrait également servir a détecter des “comportements anormaux” tels que des malaises de personnes âgées au sein d’une foule, un enfant perdu sans ses parents, un suicidaire qui s’approche dangereusement des rails du métro…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • corrector le 19 décembre 2012 - 17:18 Signaler un abus - Permalink

      “semblent se focaliser uniquement vers la détection des “comportements suspects des individus””

      Êtes-vous sûr d’avoir lu l’article?

      “alors qu’une telle technologie pourrait également servir a détecter des “comportements anormaux””

      “Des capteurs sonores permettent de détecter des appels à l’aide”

      Appeler à l’aide, c’est un comportement “suspect” ou “anormal”?

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • JP le 19 décembre 2012 - 17:31 Signaler un abus - Permalink

        “Êtes-vous sûr d’avoir lu l’article?”
        Oui, et vous?
        Ensuite, vous avez raison : “Des capteurs sonores permettent de détecter des appels à l’aide, des hurlements, des bris de vitre, des coups de feu”.
        Mais tout cela s’inscrit encore dans une logique d’agression, et non pas dans les cas que j’ai évoqués. Je ne sais pas si c’est l’article ou les recherches qui orientent le sujet…

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • corrector le 19 décembre 2012 - 17:35 Signaler un abus - Permalink

          “Mais tout cela s’inscrit encore dans une logique d’agression, et non pas dans les cas que j’ai évoqués. ”

          Bien sûr, parce que le système va se déclencher pour
          “à l’aide, quelqu’un m’a arraché mon sac”

          mais pas
          “à l’aide, quelqu’un s’est évanoui”
          “à l’aide, quelqu’un est tombé sur la voie”

          parce que le système est très sélectif.

          En fait vous cherchez et donc vous trouvez exactement ce que vous voulez reprocher à cette technologie.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
          • JP le 19 décembre 2012 - 17:47 Signaler un abus - Permalink

            “Bien sûr, parce que le système va se déclencher pour “à l’aide, quelqu’un m’a arraché mon sac” mais pas “à l’aide, quelqu’un s’est évanoui” parce que le système est très sélectif.”
            Oui c’est exactement ce que je dis, pourquoi ce système serait si sélectif? Aider quelqu’un qui s’est évanoui me semble autant utile que les autres cas de figure évoqués dans l’article (bon il y a quand même repérer les dangereux terroristes…).

            “En fait vous cherchez et donc vous trouvez exactement ce que vous voulez reprocher à cette technologie.” Non. C’est ce que vous croyez déceler chez la plupart des lecteurs et commentateurs. Je ne reproche rien a cette technologie mais plutôt l’emploi “sélectif” qu’on veut en faire.

            • Vous aimez
            • Vous n'aimez pas
            • 0
            Lui répondre
            • corrector le 19 décembre 2012 - 17:57 Signaler un abus - Permalink

              “Oui c’est exactement ce que je dis, pourquoi ce système serait si sélectif? ”

              Mais comment voulez-vous qu’il le soit?

              Comment voulez-vous que le système fasse le tri entre les types d’appels à l’aide?

              C’est impensable. Il était évident que c’était de l’ironie.

              L’article est écrit avec un certain “angle” :
              “La peur du terrorisme a poussé l’Union Européenne”
              mais vous voyez bien cette technologie n’est pas spécifiquement anti-terroriste :
              “sont destinés à développer des technologies permettant de repérer un “comportement anormal“
              “les caméras peuvent détecter une personne gisant sur le sol

              Il est donc patent que :
              - vous n’avez pas attentivement lu tout l’article
              - vous racontez n’importe quoi
              - vous êtes guidé par vos fixettes du style “non au tout sécuritaire” ou autres inepties

              • Vous aimez
              • Vous n'aimez pas
              • 0
              Lui répondre
              • JP le 20 décembre 2012 - 0:35 Signaler un abus - Permalink

                Ok, nous sommes d’accord, c’est le ton et l’angle adopté tout au long de l’article qui est très orienté vers l’antiterrorisme et “l’effet big brother”, ce que j’ai aussi mis en question dès mon premier commentaire…
                C’est vrai qu’il est évoqué brièvement que les comportements “habituels” sont aussi pris en compte. Mais l’accent n’est pas mis sur l’utilité que cela pourrait avoir dans des cas autres que des agressions, c’est tout ce que j’ai voulu dire.
                Il est donc patent que :
                - vous jugez les gens un peu trop vite
                - vous prêtez aux gens les intentions que vous voulez bien leur accorder
                - votre comportement peut facilement être détecté comme anormal, au vu de vos diverses réponses (emploi de gras et d’attaques ad-hominem).
                Sur ce je vous laisse a votre petite croisade anti “bobo-gauchistes”.
                Cordialement.

                • Vous aimez
                • Vous n'aimez pas
                • 0
                Lui répondre
                • corrector le 20 décembre 2012 - 8:23 Signaler un abus - Permalink

                  “Ok, nous sommes d’accord, c’est le ton et l’angle adopté tout au long de l’article qui est très orienté vers l’antiterrorisme et “l’effet big brother”, ce que j’ai aussi mis en question dès mon premier commentaire…”

                  Mais oui, c’est ça…

                  “Il est donc patent que :
                  - vous jugez les gens un peu trop vite”

                  Mais oui, c’est ça… en réalité, je ne m’étais pas trompé.

                  “- vous prêtez aux gens les intentions que vous voulez bien leur accorder”

                  Mais oui, c’est ça… et toi non?

                  “- votre comportement peut facilement être détecté comme anormal, au vu de vos diverses réponses (emploi de gras et d’attaques ad-hominem).”

                  Très grand délire.

                  C’est toi qui fait dans l’attaque perso, mon pauvre.

                  Bon, je t’ai mouché, maintenant tu peux te rétracter pathétiquement comme un looser.

                  Ta réponse est pitoyable.

                  “Cordialement.”

                  Et hypocrite en prime.

                  Encore plus pitoyable.

                  • Vous aimez
                  • Vous n'aimez pas
                  • 0
                  Lui répondre
                  • Sidewinder le 26 janvier 2014 - 16:51 Signaler un abus - Permalink

                    Vous avez tout vu, vous êtes allé partout, vous savez tout et avez toujours raison. Chez moi ça quelqu’un qui se comporte de la sorte s’appelle un gros beauf pur porc. Genre FN.

                    • Vous aimez
                    • Vous n'aimez pas
                    • 0
  • Gwenaele le 19 décembre 2012 - 16:56 Signaler un abus - Permalink

    Je suis suspect selon leurs critères. Je ne marche pas en coordination avec les autres, je ne fais rien comme personne; parfois, je laisse mon sac sans surveillance. La foule, elle part à gauche et moi je pars à droite (ou le contraire).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Corrector t con le 3 janvier 2013 - 15:56 Signaler un abus - Permalink

    Corrector, vs pourriez etre utile sur cette page pour aider les non erudits a comprendre, debattre etc … Mais vs etes tellement “chiant”, impoli, condescendant que vous devriez vous effacer … J ai de la peine pour vs et pour vos proches et collegues … corrector, quel nom! Ou non! Alors en passant sur le pont d avignon, je vous dis: Pete un coup, fais l’ amour, joue avec tes enfants, va voir un concert, sors de ton trou … 2013 prends des resolutions draconniennes vous en avez besoin. Positif!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • corrector le 3 janvier 2013 - 21:37 Signaler un abus - Permalink

      “Mais vs etes tellement “chiant”, impoli, condescendant ”

      Et vous? :D

      “J ai de la peine pour vs et pour vos proches et collegues”

      Dans le genre condescendant…

      “CORRECTOR T CON”

      Dans le genre impoli…

      Très fort.

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
      • @ Corrector le 4 janvier 2013 - 1:45 Signaler un abus - Permalink

        Mes excuses donc. Mais je vs plains tjs … Quel triste sire …

        • Vous aimez
        • Vous n'aimez pas
        • 0
        Lui répondre
        • corrector le 4 janvier 2013 - 1:48 Signaler un abus - Permalink

          1er message :

          “Mais vs etes tellement “chiant”, impoli, condescendant ”

          2ème message :

          “Mais je vs plains tjs … Quel triste sire …”

          Dans le genre…

          “Mes excuses donc. ”

          Excuses refusées puisque vous en remettez une couche.

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
        • Sidewinder le 26 janvier 2014 - 17:36 Signaler un abus - Permalink

          DON’T FEED THE TROLLS !

          • Vous aimez
          • Vous n'aimez pas
          • 0
          Lui répondre
  • Franklyn le 25 avril 2013 - 10:45 Signaler un abus - Permalink

    Hey there! Someone in my Myspace group shared this website with us so I came to check it out. I’m definitely enjoying the information. I’m bookmarking and will be tweeting this to my followers! Wonderful blog and terrific design and style.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • authentic celine boogie bag le 1 juillet 2013 - 4:38 Signaler un abus - Permalink

    hi!,I like your writing so much! percentage we keep in touch more about your post on AOL? I require a specialist on this space to unravel my problem. Maybe that is you! Looking forward to look you.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • I have been exploring for a bit for any high quality articles or blog posts in this kind of space . Exploring in Yahoo I eventually stumbled upon this web site. Reading this info So i¡¦m glad to exhibit that I’ve a very excellent uncanny feeling I came upon just what I needed. I most surely will make sure to do not forget this site and give it a glance on a constant basis.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Ym le 11 août 2013 - 22:45 Signaler un abus - Permalink

    résultat des courses en bout de zone gendarmes
    http://www.lejsl.com/faits-divers/2013/06/27/l-association-christelle-ecrit-a-valls
    c’est surement plus bandant de suivre une ado fumeuse de joints ou de fantasmer superspy sur un dossier politique “à griller”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • M. anonymat le 4 avril 2014 - 17:20 Signaler un abus - Permalink

    Et que dire de Google rien qu’avec les requêtes de nos recherches sur le moteur ? Et je ne parle même pas de son service mail qui analyse tout, de son extension de réseau social Google+.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • clarisonic le 12 août 2014 - 20:07 Signaler un abus - Permalink

    Truly loved this short article. A lot required.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • clarisonic le 12 août 2014 - 20:08 Signaler un abus - Permalink

    Thank you for your post. Much obliged.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • clarisonic le 12 août 2014 - 20:09 Signaler un abus - Permalink

    Really impressed! Everything is very, very clear, open is a description of the problem. It contains the information.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • clarisonic le 12 août 2014 - 20:09 Signaler un abus - Permalink

    Cheap nfl for sale, Buy Wholesale nfl from china largest online store with fast free shipping.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • clarisonic le 12 août 2014 - 20:09 Signaler un abus - Permalink

    hermes birkin original and fake ملياردير أمريكى يتراجع عن إقامة مجمع قمار بـ30 مليار دولار بـ”مدريد” – الخبر دوت نت | El5abar.Net | الخبر دوت نت | El5abar.Net

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • chaussures le 13 décembre 2014 - 9:13 Signaler un abus - Permalink

    Je suis suspect selon leurs critères. Je ne marche pas en coordination avec les autres, je ne fais rien comme personne; parfois, je laisse mon sac sans surveillance. La foule, elle part à gauche et moi je pars à droite (ou le contraire).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
20 pings

Derniers articles publiés