Manifeste pour le cyberespace

Le 25 mai 2011

Coloniser l'internet ? Civiliser "la toile" ? À l'heure des grand-messes ronflantes sur l'internet qu'il faut dompter, Yann Leroux rappelle ce qu'est internet, ce qu'il doit rester et ce qu'il faut défendre. Manifeste.

Nous, digiborigènes, constatons un état d’hostilité envers le cyberespace qui culmine avec le eG8. La neutralité sur laquelle repose nos échanges est fortement mis en cause sous des prétextes fallacieux. Nous en sommes arrivés au point ou l’Internet doit être protégé des gouvernements.

Nous avons transformé une province éloignée de la culture en une cité cosmopolite et vibrante, dont la richesse profite à tous. Nous avons construit le cyberespace. Nous l’avons construit bit après bit, manifeste après manifeste, lolcat après lolcat. Nous y avons nos cathédrales et nos bazars. Nous y avons inventé des mondes, des modes de relation et des intelligences à nulle autre pareille.

Le cyberespace n’est pas un nouvel espace à conquérir. Il n’est pas à coloniser. Il n’est pas à civiliser.

Le cyberespace est un espace de civilisation. Il l’est depuis sa fondation. Il l’est nécessairement parce qu’il est construit et habité par des hommes et des femmes.

L’internet porte un regard égal à Kevin ou à Mark. Il n’est pas un espace égalitaire. Il traversé par des barrières, mais ces barrières sont des constructions sociales. Elles ne sont pas dans architecture du réseau.

Nous refusons le cyberespace soit transformé en un espace de surveillance.

Nous refusons que les États abandonnent les protections qu’ils doivent au citoyen.

Nous refusons que les États violent le droit à la vie privée dans le cyberespace.

Nous refusons que l’architecture du cyberespace soit modifiée.

Nous refusons que l’ancien droit d’auteur serve de modèle à tous les échanges.

À l’heure où la fin de l’humanité devient une hypothèse tangible, nous avons plus que jamais besoin d’un espace commun où nous pouvons nous retrouver ensemble et régler les questions qui nous occupent. Le cyberespace rend possible des Place Tahir et des Puerta del Sol.

Nous ne pouvons nous permettre de perdre ces futurs.

Défendons les.


Crédits illustration FlickR by-nc-sa verbeeldingskr8

Retrouvez notre app Quand l’Internet se manifeste

Laisser un commentaire

  • enzooo sellers le 25 mai 2011 - 23:32 Signaler un abus - Permalink

    Si “digiborigène” signifie “Peuple premier de l’Internet”, çà me dérange un peu. Les derniers connectés peuvent très bien faire partie de la bande. Certains sont là depuis longtemps et n’ont pas “tout compris” (la génération Minitel).
    J’aime bien le concept de nouvelle espèce “homo sapiens iunctus” ou conscius ou connectivus ou . Ca permet de faire le parallèle avec la transition entre neanderthalensis et sapiens. Aujourd’hui, le contexte change et la génération précédente est moins bien armée pour survivre dans la jungle numérique. Certains ne maitrisent pas la fabrication d’outil performant, d’autres ne trouvent plus à se nourrir (Il n’y a plus de mammouth, il faut changer de méthode de chasse), d’autres contractent de nouvelles maladies ou souffrent de consanguinité, et on peut encore filer la métaphore.
    Comme entendu récemment dans un colloque sur la génération Y, c’est la nouvelle génération qui va aider l’ancienne à “survivre” (comprendre à s’éteindre doucement).

    Enzooo Sellers

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • jcdardart le 25 mai 2011 - 23:47 Signaler un abus - Permalink

    Il faut sans dire que je soutiens ce manifeste !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Olivier le 26 mai 2011 - 0:22 Signaler un abus - Permalink

    “Le cyberespace rend possible des Place Tahir et des Puerta del Sol”. Et c’est ce qui leur fait peur : la DEMOCRATIE (pouvoir du peuple)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Otyugh le 26 mai 2011 - 0:31 Signaler un abus - Permalink

    Ma hache est vôtre !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • asselin le 26 mai 2011 - 1:53 Signaler un abus - Permalink

    le eG8 est intéressant: sur le mode archéo-moderniste du congrès, on convie des “vedettes” à se rendre physiquement dans un lieu physique pour parler, comme s’il s’agissait d’un “entre-soi” (ce sur quoi j’ai un doute), de coloniser une bête (forcemment) sauvage. Pour être certain que le tout est voué à l’obsolescence immédiate, on lui donne un nom codant pour l’exclusion du plus grand nombre et véritable symbole de l’emergence d’une gronde populaire mondialisée; et pour être sùre que l’intention passe, on choisit dans ce genre particulier de se referer une configuration qui n’a plus aucun avenir (les grands sommets sans pays émergents).
    Je pense que le message est clair?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Aride Arachide le 26 mai 2011 - 6:29 Signaler un abus - Permalink

    Sur le mode du refus, des propositions à ne pas refuser. Et sur le mode positif / actif, on fait quoi?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • asselin le 26 mai 2011 - 8:40 Signaler un abus - Permalink

    Penser qu’il y a un plan quinquennal “positif” devant tout plan quinquennal “négatif” laisse une question de coté non?

    Tim Wu, chercheur américain reconnu, a formulé un principe dit de “neutralité du net”, et qui reviens à séparer l’information et ses tuyaux pour ne pas risquer de défavoriser la pluralité, la liberté, l’innovation, etc… il y a 1000 exemples de déboires suite à la tentative d’intervenir sur le réseau. Internet est décentralisé et immense: c’est un écosystème. On agit pas sur cette forme sans précaution, ou bien les conséquences sont imprévisibles.

    En “positif/actif”, je propose de grands congrès à l’ancienne pour adapter nos législations aux nouvelles pratiques (le droit d’auteur, certaines définitions pénales, les divers droits protecteurs,…), et que l’on laisse le monde des infrastructures s’autoréguler tant que cela va dans le sens de la liberté, de l’innovation, de la pluralité. Je propose aussi que les état inscrive sur ses tables de d’interdire de constituer le support d’ambitions sécuritaires ou liberticides, qu’elles émanent d’autres états ou d’intérêts privés.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Lucas le 26 mai 2011 - 10:14 Signaler un abus - Permalink

    Je me faire l’avocat du diable, mais c’est intéressant de publier le même jour un article qui explique que les monnaies virtuelles, une fois qu’elles deviendront grand public, empêcheront les Etats de prélever l’impôt, et ce “manifeste” qui refuse la surveillance tout en demande à l’Etat de protéger les citoyens.

    Si l’Etat ne peut surveiller l’internet, et que ca l’empêche de lever les impôts, comment va-t-il assurer ses fonctions, y compris celles de protections de citoyens ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • lateo le 26 mai 2011 - 11:22 Signaler un abus - Permalink

    Sympathique manifeste, le dernier § est cependant de trop et nuit à l’ensemble.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Himalove le 26 mai 2011 - 15:39 Signaler un abus - Permalink

    Le symbole de votre manifeste ressemble trop à “la main ouverte” du Corbusier qui trône à Chandigarh…

    Est-ce volontaire ?

    http://inde.uniterre.com/I3.%2BCHANDIGARH%2B%3A%2Bla%2BMAIN%2BOUVERTE,%2Bde%2BLE%2BCORBUSIER/

    Bien à vous…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • mratchoum le 26 mai 2011 - 17:36 Signaler un abus - Permalink

    Le cyberespace n’est pas a civiliser. Il l’est déjà. Nous occupons ce lieu de liberté d’expression. Il s’autorégule. Il possède une autonomie qui ne doit être entraver par tel ou tel gouvernement. Il est même intergouvernemental.
    Il est normal que les nations soient quelque peu effrayées par cette contrée de liberté qui ne peut être métrisés. Mais au lieu de vouloir le réglementer, pourquoi ne pas prendre part et s’acheter une petite maison ou un appartement dans l’espace du web ?

    Je défends ce manifeste.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Louise Duchemin le 26 mai 2011 - 19:23 Signaler un abus - Permalink

    A la lumière de cet article (très bon), de ce Nicolas Sarkozy à balancé lors du eG8, nul doute que les libertés on-line vont prendre un grand coup dans les dents…

    Le net est un espace de liberté essentiel, peut-être même le dernier sans lequel je ne pourrais pas faire ce que je fais actuellement sur mon blog, sans lequel je ne peux pas revendiquer, gueuler, dire ce que je pense….

    Mal en prit à celui qui, un jour, a décidé de mettre le net sous coupe réglée…

    Sic transit gloria mundi… malheureusement… et comme los indignos ne font pas tache d’huile en France, ailleurs en Europe… il y a fort à parier que cette résignation ambiante finisse par mettre à terre le peu de libertés que nous pouvons encore revendiquer.

    Louise Duchemin

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Patrick3394 le 26 mai 2011 - 21:02 Signaler un abus - Permalink

    Un article qui revient sur “l’image pas très enthousiasmante que la France a donnée aujourd’hui”. Et qui conclut par : “Il existe heureusement une consolation, cette image n’est pas celle des Français. Il est urgent de le faire savoir au monde.”

    Titre = E-G8 : le Net, ce grand incompris des Etats (et de Sarkozy)

    Lien = http://eco.rue89.com/2011/05/25/e-g8-le-net-ce-grand-incompris-des-etats-et-de-sarkozy-205912

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Vincenzo Ferrillo le 6 juin 2011 - 19:00 Signaler un abus - Permalink

    Pour la liberté d’Internet, parce que signifie l’espoir d’un monde meilleur.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
10 pings

Derniers articles publiés