Pourquoi on ne peut pas prédire les révolutions par les données

Le 10 mars 2011

La séduisante idée de révolutions déclenchées par des conditions sociales bien définies ne tient pas la route. Prédire ces évènements est impossible, surtout quand les révoltes passées ne sont pas analysées sérieusement.

Ndlr: Billet publié sur owni le 06 février 2011. Rendez-vous le 22 mars pour la Nuit-Sujet Owni/Radio Nova sur le thème “Dégage” autour de la mise en réseau du monde et de son impact politique global.


Dans Libération, le 17 janvier dernier, Emmanuel Todd explique que l’une des causes de la révolution tunisienne est à chercher dans la diminution de l’endogamie (les mariages entre cousins) et l’augmentation de l’alphabétisation. Cette analyse a été interprétée comme la preuve que l’on pouvait prédire les révolutions en regardant uniquement les statistiques. Formidable ! Construisons un indice de la probabilité de révolution !

Cette analyse marxienne (un adjectif inventé pour désigner ceux qui suivent les idées de Karl Marx sans avoir la connotation politique de marxiste), pense l’histoire comme une science exacte. Tout comme l’eau bout à 100°C à une pression de 100 kPa, on pourrait imaginer que les révolutions se déclenchent quand l’alphabétisation atteint 95%, le nombre d’enfants par femme descend à 2 et le taux d’endogamie à 20%.

Autant de modèles que de révolutions

Cette vision alléchante d’un monde obéissant à des règles connues ne tient pas la route. La première explication coule de source : si l’on pouvait prédire les révolutions, les despotes n’auraient qu’à regarder une série d’indicateurs pour conserver le pouvoir. Ce qu’ils font, dans une certaine mesure. En décembre dernier, Bouteflika, en Algérie, a augmenté de 50% le salaire des policiers, sentant sans doute la grogne monter chez ses voisins tunisiens. En janvier, après la fuite de Ben Ali, l’émir du Koweït a offert un chèque-cadeau de 1 700 euros à tous ses sujets, y compris les nouveau-nés (nés jusqu’au 1er février).

Surtout, si le modèle imaginé par Todd fonctionne dans le cas de la Tunisie et de Égypte, il n’explique absolument pas les révolutions Géorgiennes et Ukrainiennes de 2003 et 2004. Dans ces deux pays, les taux d’alphabétisation tournaient autour de 99% depuis des décennies et le nombre d’enfants par femme était largement inférieur à 2 depuis les années 1980.

On pourrait se dire que le modèle ne vaut que pour des pays de cultures similaires. Mais, là encore, difficile de voir une ‘culture arabe’ autre qu’imaginée. Le commerce entre Tunisie et Égypte, par exemple, est plus de 70 fois inférieur à celui entre la Tunisie et l’Union Européenne (pdf). Niveau culturel également, les Tunisiens semblent plus proches de la France que de l’Égypte. À en croire Google, ils s’intéressent autant à Amr Diab, le chanteur arabe pop ayant vendu le plus d’albums de tous les temps, qu’à nos très français Amel Bent et Charles Aznavour.

Le monde arabe existe surtout sous la plume des éditorialistes occidentaux et le modèle explicatif des révolutions saucé de culturalisme ne tient pas vraiment la route.

Paris, 2007

De la révolution à l’émeute

Un autre problème tient à la définition de la révolution. Parle-t-on de mouvements visant à un changement de régime ? A un changement de gouvernement ? A une diminution du prix du pain ?

La révolution de février 1917 en Russie commença par des exigences de nourriture et s’est terminée par la mise en place d’un régime diamétralement opposé au précédent. Même chose en septembre 1989 en Allemagne de l’Est. Les manifestants de Leipzig, lors des Montagsdemo, ne demandèrent pas tout de suite la fin du régime communiste.

Dès lors, que doivent trouver les modèles ? Prédire les changements de régime après-coup en imaginant des modèles ad-hoc, ou prévenir les émeutes ? Prédire le futur a posteriori est relativement facile. Prévoir les émeutes, c’est plus difficile.

Prenons celles des banlieues en France en 2005, ou celles de la Martinique en 2009. Si le taux de chômage des jeunes (entre 20% et 55% dans ces territoires) peut être un indicateur de troubles sociaux à venir, il ne détermine rien en soi. La ville d’Auchel (62), malgré un taux de chômage supérieur à celui de Clichy-sous-Bois (23% contre 21% en 2007), ne semble pas candidate aux émeutes urbaines.

On pourrait prendre en compte plein de variables (densité du tissu urbain, origine géographique des populations, proportion de francophones, état du marché du travail etc.) qu’on n’arriverait toujours pas à créer un modèle expliquant les émeutes en Seine-Saint-Denis, aux Antilles et leur quasi-absence dans le Pas-de-Calais. Une étude de l’université de Stanford montre d’ailleurs que le principal déterminant des émeutes reste les émeutes précédentes sur le territoire. En d’autres termes, plus une ville a vu d’émeutes par le passé, plus il est probable qu’il s’en produise une.

Surtout, les émeutes sont parfois l’affirmation d’une catégorie sociale pour laquelle il n’existe pas encore d’outils de mesure. De quelles statistiques dispose-t-on sur « les jeunes des banlieues » ? Sur les békés (Blancs) antillais ? La création de nouvelles catégories sociales nécessite, de la part des observateurs (dont les journalistes), de changer de grille d’analyse pour comprendre ce qu’il se passe (ce n’est pas la pauvreté qui déclenche l’émeute).

Ce travail a été fait en 1967 par le premier des datajournalistes, Philip Meyer. Il a montré que les émeutiers de Détroit n’étaient pas des jeunes sans éducation sans autre moyen de faire entendre leur voix, mais que les diplômés s’étaient autant révolté que les non-diplômés.

Sur les émeutes de 2005 en France, rien de tel de la part des journalistes. Quelques sociologues ont mené des enquêtes, mais n’ont testé que peu d’hypothèses, comme l’origine ou la taille des familles dans les communes révoltées (dans ce livre dirigé par Hughes Lagrange ; je n’ai pas trouvé de modèle statistique dans celui dirigé par Laurent Mucchielli). Il reste du boulot pour les journalistes, si nous ne voulons pas nous cantonner à des analyses au doigt mouillé et à faire écho aux sociologues.

Photos CC Wassim Ben RhoumaNocturnales

Laisser un commentaire

Derniers articles publiés