Les chaleurs du festival Burning Man

Le 6 septembre 2011

Sur la côte Ouest des États-Unis, le festival Burning Man, le plus dingue de la planète, s'est achevé la nuit dernière. Récit tout en longueur de ces folles nuits dans la ville éphémère de Black Rock City.

MAJ : Le Burning man dans une (belle) vidéo ? C’est comme si vous y étiez et c’est ici.

Tous les ans, au début du mois de septembre, se déroule dans le désert du Nevada le fameux festival Burning Man [en]. Projet collectif un peu fou qui existe depuis plus de vingt ans. La dernière édition s’est achevée la nuit dernière. Cette gigantesque fête collaborative qui prend sa source sur la côte Ouest des États Unis est liée à l’émergence des industries du web dans la Silicon Valley. Une fois cher payée l’entrée, économie du don et culture jamming et Do It Yoursef (DIY, fais-le toi-même) sont joyeusement pratiquées pendant sept jours dédiés à la création. La ville éphémère de Black Rock City attire aujourd’hui de plus en plus de geeks et autres fous de nouvelles technologies. Exemple parfait des liens qui existent entre les hippies de San Francisco et les dirigeants de Google…

Burning Man c’est un peu une incarnation de la Zone d’Autonomie Temporaire d’Hakim Bey, avec couleurs, costumes excentriques, installations artistiques, numériques et pyrotechniques hors du commun, voitures mutantes (art cars) tout droit sorties de MadMax errant dans un décor post-apocalyptique, interdiction de pratiquer toute transaction commerciale pendant le rassemblement… Black Rock City [en] est un « espace autre », recréé ex-nihilo par des milliers de « burners » qui forment cette ville qui devient alors la troisième plus grande du Nevada.

La première fois que j’en ai entendu parler, c’était en 2009. Des amis me montrent sur YouTube quelques vidéos qui posaient ce cadre. Scotché, j’ai passé la nuit à regarder des photos. Une chose était sûre, il fallait que j’y sois là-pour la prochaine édition. Grâce à CouchSurfing [en], – le site Internet d’hospitalité qui permet de squatter, partout dans le monde, un canap’ pour la nuit – je trouverai une place dans un véhicule pour me rendre sur la playa, cette vaste étendue désertique d’où émerge Black Rock City.

Black Rock City, ville éphémère

Expérience communautaire ou utopie urbaine, je ne savais trop quoi penser en arrivant dans la ville. Organisée en arc de cercle ouvert sur le désert, on s’y repère comme sur un cadran d’horloge imaginaire. C’est au centre de que s’élève le man, véritable axis mundi, centre spatial et temporel du rassemblement : une effigie en bois de forme humaine de plus de vingt mètres de haut qui sera brûlée le samedi soir dans une festive effervescence. Black Rock City est une grande bourgade qui possède un aéroport, un bureau de poste, des journaux quotidiens (comme le Black Rock Beacon [en]), plusieurs stations de radio, et de nombreux autres services rendus possibles par la participation bénévole des burners. Il y a même un éclairage public ! Les lamp lighters [en] allument tous les soirs des lampes à huile le long des plus grandes « avenues » de la cité.

Loin de ressembler à une vaste anarchie, dix principes servant de référence se sont progressivement imposés à Black Rock City, sorte de contrat social informel adopté par les participants. Pratique du don, libre expression de soi, autonomie de chacun sont encouragés en mettant l’accent sur la solidarité, la responsabilité écologique et la communauté. Selon la devise « leave no trace », les burners sont invités à protéger cet espace naturel en ne laissant aucune trace physique. Après l’événement, une équipe de bénévoles passe plusieurs semaines le site au peigne fin.

L’absence de relation marchande est ce qui frappe le plus. Excepté pour l’achat de la glace ou du café, l’argent est banni et chacun doit apporter de quoi survivre dans des conditions climatiques difficiles (chaleur, fréquentes tempêtes de poussière) et être autosuffisant en eau et en nourriture.

This is not a consumer event. No spectator, participant only !

Mais ça va plus loin que ça. Burning Man repose sur l’idée de l’inclusion radicale et de la participation active de chacun. Certains offrent des poèmes, de la nourriture (des pancakes servis tous les matins en plein désert, si c’est possible !), d’autres organisent des concerts, des jeux absurdes, construisent de manière collective des installations artistiques, des camps à thème, projettent des films, se déguisent ou se baladent plus simplement à poil… Une stimulation de la créativité et de l’imagination qui ramène en enfance, assis devant une feuille blanche, la trousse remplie de crayons de couleur. J’ai ainsi distribué aux burners des citations de philosophie, écrites à la main dans de petites enveloppes. Au gré des rencontres, des surprises, des déambulations sans fin dans ce parc d’attraction pour adultes, gigantesque musée d’art contemporain à ciel ouvert. La musique, à dominante électronique, accompagne jusqu’au petit matin les danseurs et la diversité sonore [en] présente sur la playa ravit toutes les oreilles.

La nuit tombée, l’émerveillement visuel vous saisit de plus belle. The Serpent Mother, une sculpture géante du groupe d’artistes Flaming Lotus Girls [en], représentant un serpent enroulé autour de son œuf, crache du feu. Sous un gigantesque dôme, Thunderdome – oui, le même que dans le troisième volet de la trilogie Mad Max ! -, des burners s’affrontent. J’avoue avoir passé plusieurs nuits à jouer au Groovik’s Cube [en], une installation numérique lumineuse inspirée du célèbre jeu Rubik’s Cube. Trois personnes pouvaient faire tourner les axes du cube à partir de d’emplacements situés autour de la structure.

De la Cacophony Society à Google

Lorsque Larry Harvey et son ami Jerry James ont construit en 1986 une effigie en bois pour la brûler à Baker beach au pied du Golden Gate Bridge à San Francisco, ils ne se doutaient pas qu’ils allaient donner naissance à un tel mouvement. Parce que c’est bien d’un mouvement dont il s’agit. Rassemblement incontournable pour les jeunes et les moins jeunes de la baie de San Francisco, Black Rock City comptait plus de 50 000 personnes en 2010. Parallèlement, des centaines évènements similaires se développent et s’organisent à l’échelle locale, aux États-Unis et ailleurs, autour des mêmes principes. C’est le festival Nowhere en Espagne, le Kiwiburn en Nouvelle Zélande ou l’Afrikaburn en Afrique du Sud.

Brian Doherty raconte avec passion la genèse de cet homme en feu dans son livre This is Burning Man [en]. En 1990, suite à l’interdiction par les autorités locales (la Local Park Police) de brûler le man sur la plage de Baker Beach, il fut démonté et transporté au Zone Trip [en], un événement artistique organisé en plein désert de Black Rock par un regroupement d’excentriques urbains néo-situationnistes de San Francisco : la Cacophony Society [en].

Chaque année, le nombre de participants va doubler pour atteindre 4.000 personnes en 1995. Rassemblement anarchique à ses début, espace de liberté totale dédié aux expérimentations, même les plus dangereuses (le port d’arme n’était pas interdit et Brian Doherty raconte bien les accidents des premières années), les participants vont vite créer une organisation à but non lucratif pour lui permettre de croître et surtout de perdurer. Aujourd’hui la Burning Man Organization [en] emploie une trentaine de personnes à l’année et comprend un comité exécutif de six membres permanents (dont le cofondateur Larry Harvey) responsable des obligations légales et financières de Burning Man. Le billet d’entrée à Black Rock City varie en fonction de la date d’achat et s’élève aujourd’hui entre 210 et 300 dollars. Il permet de financer les installations sanitaires et médicales de Black Rock City et de reverser de nombreuses bourses [en] pour les projets artistiques.

Si certains anciens burners que j’ai rencontrés déplorent le succès de Burning Man, il reste un lieu unique de création et de libre expression. En 1995, Matt Wray décrivait Black Rock City comme un patchwork inégalé de la contre-culture américaine :

Toutes sortes d’espèces coexistent ici, une encyclopédie vivante de sous-culture : des survivants du désert, des primitifs urbains, des artistes, des rocketeers, des hippies, des Deadheads, des queers, des pyromanes, des cybernautes, des musiciens, des harangueurs, des frappés de l’éco, des têtes d’acide, des éleveurs, des punks, des amoureux des armes, des danseurs, des amateurs de sado-maso, des nudistes, des réfugiés du mouvement des hommes, des anarchistes, des raveurs, des transgenres et des spiritualistes New Age

Hippies 2.0 : Silicon Man et Burning Valley

Mais ce n’est pas un rassemblement de hippies traditionnels comme le donne à voir un des épisodes de South Park [en]. Il attire rapidement des ingénieurs en nouvelles technologies de la baie de San Francisco qui surfent sur la dot-com bubble [en]. En novembre 1996, Bruce Sterling publiait dans Wired magazine un article [en] sur Burning Man dans lequel il comparait Black Rock City à « une version physique d’Internet ». Cet événement va ainsi rapidement devenir la destination phare pour les nouvelles élites de l’informatique [en].

De nombreux ingénieurs des environs de Palo Alto s’y rendent régulièrement comme le soulignent les études de Fred Turner, Robert Kozinets et Lee Gilmore [lien ?]. Parmi ces digerati, Jeff Bezos, directeur fondateur d’Amazon.com, Larry Page et Sergey Brin, fondateurs de Google, participèrent plusieurs fois. L’origine des logos à thème de Google serait même directement lié à leur voyage en 1998.

Howard Rheingold, théoricien de la notion de « communauté virtuelle » (The Virtual Community, 1993) et spécialiste dans l’étude des rapports entre et l’homme et les nouvelles technologies, s’y rend lui tous les ans. Il dévoile les projets artistiques qu’il y prépare chaque année sur son compte Twitter.

Les liens entre le Silicon Man et la Burning Valley [en] sont évidents : ils s’inscrivent dans la même zone géographique et rassemblent les mêmes participants. Preuve à l’appui : cette vidéo (de 37 minutes !) réalisée en 2007 par deux employés de Google qui nous apprennent comment cuisiner à Burning Man.

Mais comment expliquer que les dirigeants et les employés des plus grandes entreprises du web décident d’aller passer tous les ans une semaine au milieu de nulle part ? Le journaliste Quentin Noirfalisse rappelle bien que la cyber-culture prend ses racines dans les mouvements contre-culturels de la fin des années 19701. Synthèse de la culture alternative et de la techno-culture, Burning Man est un sujet de discussion sur Internet dès 1994, notamment sur The WELL, première communauté virtuelle créée par Stewart Brand, célèbre éditeur de la revue Whole Earth Catalog. Larry Harvey a lui aussi abordé en 1997, dans un discours un rien prophétique, les liens de continuité entre Internet et Burning Man :

Burning Man et Internet offrent tous les deux la possibilité de rassembler de nouveau la tribu de l’humanité, de parler à des millions d’individus dispersés dans la grande diaspora de notre société de masse.

Internet et Burning Man : zones d’inclusion radicale

Selon les recherches de l’anthropologue américaine Lee Gilmore, « pour la communauté de Burning Man, Internet va être un outil essentiel pour organiser, communiquer et construire Black Rock City. Les burners de tous les coins du monde restent connectés toute l’année à travers de nombreuses mailinglists globales et régionales (…) ». Parmi elles, e-playa et bien d’autres communautés en ligne comme tribe.net, livejournal.com et Facebook, dont la page de Burning Man compte plus de 241 990 amis. À Black Rock City, comme dans le cyberespace, les burners portent des playa names [en], pseudonymes de circonstance donnés généralement par d’autres burners et depuis 2003, un Burning Man virtuel, – Burning Life – est organisé dans Secondlife au début du mois d’octobre. Un rassemblement d’avatars qui brûlent un man digital dans un décor désertique. Oui, on peut le dire, Burning Man est un vrai rassemblement de geeks créatifs.

Si le développement d’Internet et de son industrie semble lié à l’émergence de Burning man c’est qu’il existe des convergences de valeurs ou convergences culturelles pour reprendre le terme du professeur Henry Jenkins [en]. Black Rock City est peut-être bien une incarnation physique d’Internet comme le déclarait Bruce Sterling. Ce rapprochement est repris par Lee Gilmore : « Internet est le secteur dans lequel la frontière entre participant et observateur et surement la plus obscure, et Internet comme Burning Man sont des zones d’inclusion radicale et le libre expression. » L’interactivité, la participation promue à Burning Man est alors la même que celle du web 2.0.

Certaines entreprises n’hésitent pas à payer des billets à leurs employés pour s’y rendre, dans une démarche professionnelle susceptible d’augmenter leur créativité comme le relève [en] Vanessa Hua, journaliste au San Francisco Chronicle. Pour des entreprises qui recherchent l’innovation, cette incroyable créativité est une véritable mine d’or, à tel point que Chris Taylor publiait en 2006 un article [en] sur le sujet dans le Businnes 2.0 magazine en incitant les lecteurs à venir découvrir et participer. C’est aussi un lieu de rencontre, qui permet de se faire des contacts. Vanessa Hua souligne qu’il est relativement tabou d’y parler boulot ou argent, mais que les contacts se nouent facilement dans ce cadre informel où chacun, libéré des hiérarchies du monde réel, est à même de déployer toute sa créativité en plein désert. Sympa comme cadre de rencontres professionnelles.

Une infrastructure culturelle pour la Silicon Valley

Fred Turner, professeur de communication à l’université de Stanford analyse les liens qui existent entre cet événement et l’émergence des industries en nouvelles technologies de la Silicon Valley. Burning Man est selon lui, une infrastructure culturelle qui permet l’émergence de nouvelles fabrications de médias (new media manufacturing). Cette infrastructure culturelle repose sur une organisation collaborative du travail, la common-based peer production [en] théorisée par Yochai Benkler de l’Université d’Harvard, lui-même auteur de La Richesse des réseaux (2006), où il analyse les manières dont les technologies de l’information et de la communication permettent des formes augmentées de collaboration qui transforment l’économie et la société. On est pas loin des smart mobs d’Howard Rheingold, son livre sur les potentialités des nouvelles technologies pour augmenter l’intelligence collective.

Cette organisation collaborative du travail se retrouve à la fois dans des projets Open source, les licences Creative Commons, dans Wikipédia, et également à Burning Man : Il est possible de participer, en écrivant un article, en apportant un savoir-faire, qui est « donner » à la communauté, dans la même logique qu’une installation artistique ou une performance réalisée à Burning Man.

En prenant l’exemple de Google, Fred Turner dans son article (en ligne [pdf, en]) démontre de quelle manière Burning Man peut être considéré comme un support idéologique aux nouveaux modes de productions mis en œuvre dans la Silicon Valley.

Turner dénonce cette nouvelle d’organisation du travail qui fusionne épanouissement personnel et professionnel, lieu de travail et lieu de vie, temps de travail et temps de loisir. Loin d’une visée purement humaniste, elle permettrait d’augmenter la productivité et la créativité des employés. En témoignent les installations artistiques et numériques réalisées de manière collaborative, ou des programmes comme Burning Man Earth, un projet réalisé par des burners développeurs et programmateurs informatiques avec l’équipe de Google Earth. L’objectif ? Permettre une visite virtuelle en 3D de Black Rock City tout en développant (bénévolement bien sûr) de nouveaux outils pour la plateforme de Google Earth.

Burn, baby burn ! Mais qui est cet homme qui brûle ?

Cette effigie en bois n’est pas sans rappeler The Wicker Man, ce mauvais film d’horreur de 1973, mais Larry Harvey affirme n’avoir pas vu le film lorsqu’il y mit le feu pour la première fois. Que représente-t-elle alors ? Quel sens peut-on y trouver ? François Gauthier, professeur d’anthropologie à l’UQAM à Montréal considère que Burning Man, c’est « l’indétermination de sens qui est la condition de possibilité de la communauté ». Le man, cette sculpture de forme humaine au genre neutre, n’a aucune signification préétablie. Mais le succès de ce rassemblement réside peut-être dans le fait qu’il nous dit quelque chose de notre époque, qu’il fusionne l’héritage de la contre-culture hippie et la cyber-culture, s’inscrivant dans le développement d’Internet et des nouvelles technologies. Le man, comme un totem post-moderne, ne serait alors que le symbole du changement et du dépassement.

Et cette volonté, cette force de création, peut faire penser à l’euphorie technophile qui se retrouve dans le mouvement transhumaniste. On aperçoit d’ailleurs des images de Burning Man en introduction de TechnoCalypse, documentaire de Frank Theys consacré au transhumanisme. Grâce aux nouvelles technologies, il est aujourd’hui possible de transcender les limites humaines, tel serait le message. L’homme est aujourd’hui capable de se transformer, et il n’y a qu’un pas entre la création numérique, informatique et biologique. “Humain, trop humain” écrivait Nietzsche, Burning Man professerait-il l’avènement d’une l’humanité 2.0 ?

Et toi, lecteur d’OWNI, ça te dis d’aller faire un tour à Black Rock City ? N’oubliez pas vos googles goggles (lunettes anti duststorm) et see you on the playa ! ;)



N.B : Un grand merci à @aSciiA pour son aide à la rédaction de cet article.

Crédit photos : FlickR CC PaternitéPas d'utilisation commercialePartage selon les Conditions Initiales par foxgrrl par zenzineburner ; par Michael Holden par zenzineburner; DR Google; par jonandesign; par Halcyon

  1. À lire aussi à ce propos le passionnant ouvrage de Rémi Sussan, Les utopies posthumaines []

Laisser un commentaire

  • Skhaen le 6 septembre 2011 - 15:26 Signaler un abus - Permalink

    Uh ! Prochaine destination après le Chaos Communication Camp / (mais j’espère ne pas attendre 4 ans pour y aller)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Titus Valrog le 6 septembre 2011 - 16:43 Signaler un abus - Permalink

    Burning Man aux States, Teknival ailleurs…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • fh le 6 septembre 2011 - 20:01 Signaler un abus - Permalink

    Il y a quelques années un burner a pris 37000$ d’amende et 1 à 4 ans de prison pour avoir allumé le Man pour de rire, lors d’une éclipse de Lune, 3 jours avant l’allumage prévu.

    Burning Man est mort le jour de sa condamnation.

    S’en est suivi l’établissement d’une clôture autour du campement. Originellement présentée comme un filet censé retenir les déchets volants, elle est devenu depuis interdite au franchissement par les festivaliers durant le festival. La sortie temporaire du camp nécessite l’achat d’un reentry-wrist.

    Un ticket d’entrée à 300€, un festivalier condamné à de l’enfermement pour une broutille, un festival sous cloche entouré par une clôture, et maintenant une limite imposée au nombre de participants (50.000 billets cette année). Burning Man n’a plus rien à voir avec le CCC ou un teknival.

    Vouloir comparer BM avec une TAZ est une erreur énorme. BM est l’antithèse d’une TAZ, BM est autoritaire, capitaliste, pas autogéré, etc.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • HEP le 7 septembre 2011 - 1:34 Signaler un abus - Permalink

    un article sur BM qui commence par
    ” fête liée à l’émergence des industries du web”
    j’arrête de lire et je passe mon chemin
    mon temps est trop précieux

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Titus Valrog le 7 septembre 2011 - 8:16 Signaler un abus - Permalink

    @FH

    Oui, BM est l’antithèse (ou orthogonal) à un Teknival. C’est le sens de …

    Pour Mémoire,
    lire http://3boom.net/kanyar/ (2001)
    et
    http://www.starbacks.ca/Pentagon/1123/enwhy99.htm (1997)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • microtokyo le 7 septembre 2011 - 14:28 Signaler un abus - Permalink

    Article agréable à lire et fouillé, malgré, comme l’ont noté d’autres lecteurs, l’assimilation maladroite du Burning à une TAZ (une définition concise sur : http://www.lyber-eclat.net/lyber/taz.html).

    A la limite, ce n’est pas tant le fait de devoir payer cher le billet d’entrée qui élimine le Burning Man des TAZ que sa relative absence de pouvoir subversif et de réelle visée alternative. C’est un peu comme essayer de (faire) croire que la majorité des hackers (Owni lui-même tombe souvent dans le panneau), est prête à refuser d’alléchants emplois dans de prestigieuses entreprises au nom de l’éthique underground. Est-ce crédible ?

    Ce n’est pas là un procès d’intention, mais juste une manière de dire qu’au fond, je suis d’accord avec cet article : éthique libertaire/fun, nouvelles technologies et élites ne sont absolument pas contradictoires. Bourdieu en parlait déjà avec son capital symbolique. Burning Man semble à la fois un playground attirant notamment la hype (l’ “inclusion radicale” ne serait-elle pas l’équivalent de l’esprit d’entrepreunariat demandé aux cadres d’entreprise) et un lieu concentrant des tendances esthétiques majoritaires et minoritaires… Constat peut-être douloureux pour les puristes mais qui est une réalité très prégnante en bien des endroits de la planète : au Brésil, ce que nous considérons en France comme “alternatif” est là-bas clairement une manière d’afficher son appartenance à une élite socio-culturelle. Parler de techno subversive au brésil est tout bonnement incroyable. Au Japon, la notion d’underground n’a jamais vraiment parlé aux “créatifs”, tant esthétique pop et grand capital sont liés…

    En tout cas, merci pour ce bout de voyage partagé !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • koubbi le 29 septembre 2011 - 18:36 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour !
    J’ai ressenti pour mon premier burning man (cette année) la même exaltation, la même énergie et la même vibe que lors de mon premier teknival en 95 (Tarnos pour les connaisseurs ..) et pendant quelques années encore cette vibe parcourait les dance floor européens ..
    Mais nous avons été incapable de nous éduquer, nous avons été incapable de gérer des milliers de personnes, et tout cela car on à été extrémiste, rigide et bête de l être ;)
    oui Black Rock City n est pas une TAZ, mais c est ce que j appellerais une ZAA (zone d autonomie autorisée !)
    En tout cas, nous ont a tout pourri de l esprit des premiere free en quelques années … Désolé mais merci au ricain de prouver que 25 ans après la première, ce festival illumine encore de son ingéniosité et de ça folie notre petite planète ..

    Enjoy Black Rock City !

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Blopa le 29 septembre 2011 - 19:19 Signaler un abus - Permalink

    Vouloir comparer BM avec une TAZ est une erreur énorme. BM est l’antithèse d’une TAZ, BM est autoritaire, capitaliste, pas autogéré, etc.

    LoL… t’y est jamais allé c’est impossible? C’est tout l’inverse de ce que tu dis… oO

    Ca fait 15 ans que je fait des tekos… ben on a vraiment rien compris mec…

    Bref j’ai jamais fait un festival aussi bien, beau tout quoi…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • xP le 17 octobre 2011 - 19:56 Signaler un abus - Permalink

    Sinon, juste pour info, il me semble que l’origine la plus plausible concernant l’origine du géant qui brûle serait à trouver dans la tradition du carnaval dans les Caraïbes: King Momo à Porto Rico, le roi Vaval aux Antilles et en Guyane ou roi Dodo à la Réunion. C’est finalement un mélange de foi catholique -les festivités carnavalesques marquent l’arrivée du Carême,les cendres sont un symbole de cette période maigre- et de paganisme avec l’ensemble des traditions inspirées de rites africains. Le roi est un géant en bois et souvent en papier mâché qui en brûlant écarte les problèmes puis renaît de ses cendres l’année suivante.
    Il y a donc de fortes chances que parmi les premier hippies à avoir fait brûler le premier burning man dans la baie de SF se trouvaient des immigrés caribéens ou des globe trotters ayant fait carnaval. C’est mignon l’hypothèse suggérées par Owni mais faut pas chercher bien loin…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jean Simenon le 11 juillet 2012 - 3:51 Signaler un abus - Permalink

    Je vous conseille vivement le documentaire Dust & Illusions (http://dustandillusions.com) pour vraiment comprendre cet événement pas comme les autres. Le film retrace 30 ans histoires, avec des archives incroyables.. plus de la moitie du film… même des archives du Suicide Club et de la Cacophony Society: les vrais origines de Burning Man. Enjoy!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Isabel Marant Shoes Online le 8 octobre 2013 - 11:58 Signaler un abus - Permalink

    Hello! Do you know if they make any plugins to help with SEO? I’m trying to get my blog to rank for some targeted keywords but I’m not seeing very good gains. If you know of any please share. Kudos!
    Isabel Marant Shoes Online http://www.iba-backgammon.com/videos/isabelmarantfashion.html

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Isabel Marant Booties le 8 octobre 2013 - 12:00 Signaler un abus - Permalink

    Hi I am so grateful I found your weblog, I really found you by accident, while I was browsing on Bing for something else, Nonetheless I am here now and would just like to say thank you for a incredible post and a all round exciting blog (I also love the theme/design), I don抰 have time to read it all at the moment but I have saved it and also included your RSS feeds, so when I have time I will be back to read a great deal more, Please do keep up the excellent job.
    Isabel Marant Booties http://www.princealberttourism.com/js/isabelmarantsneakersoutlet.html

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Isabel Marant Sneakers le 8 octobre 2013 - 12:00 Signaler un abus - Permalink

    Hello there! I know this is kinda off topic but I’d figured I’d ask. Would you be interested in trading links or maybe guest authoring a blog article or vice-versa? My website goes over a lot of the same topics as yours and I think we could greatly benefit from each other. If you’re interested feel free to send me an e-mail. I look forward to hearing from you! Awesome blog by the way!
    Isabel Marant Sneakers http://www.tmsco.com/brand/isabelmarantboutique.html

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • bottes ugg femme le 15 décembre 2013 - 7:36 Signaler un abus - Permalink

    “C’est une bonne initiative que le Premier ministre re? a ajouté le leader de FO. un fil conducteur très perturbant, Pourquoi ne pas dire enfin que toutes les caricatures,t sur le revenu et contribution sociale généralisée (CSG), elle a “évoqué régulièrement l’intérêt qui s’attacherait à la création d’un imp? n’est qu’Islamisme dans son essence, A-t-il fermé la vue au spectacle macabre de l’Irak. qui s’était rendu au Nigeria pour le rapatrier, La fa?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Guiraut le 1 février 2014 - 17:59 Signaler un abus - Permalink

    formidable ! l’idée est géniale …ça, c’est de l’Art…..je suis restée époustouflée par le reportage que j’ai vu (“j’irais dormir chez vous”)…. et je conseil à tous d’aller visiter le site !!!…ça lave la tête … bravo et bonne continuation , je ne pourrai certainement jamais aller voir de près même si j’en ai une envie folle …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • J avoue qu il y a un bail que je n avais pas denicher un billet de cette qualite !!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Clara le 1 mai 2014 - 14:03 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour!

    J’ai adoré la musique de la vidéo :) Quelqu’un pourrait-il me renseigner le titre du morceau?

    Merci!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Clara le 1 mai 2014 - 14:20 Signaler un abus - Permalink

    Oubliez, j’ai trouvé! Autant pour moi ^^;;

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Shox Rivalry Homme le 12 août 2014 - 17:20 Signaler un abus - Permalink

    sebelum masuk dewan,berdoa dulu.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Free 5.0 V4 Mujer le 12 août 2014 - 17:20 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : AAIZA SIMA??HOI, kau pandang ape tu??Bukan main khusyuk lagi aku tengok.Aku yang sejak tadi berdiri depan kau pun, kau tak perasan.??jerkah satu suara yang mengejutkan jantungku.Kurus semangat.Nasib baik tak gugur jantungku.Potong sting betul.Baru…Oleh : Iha Zaliza“Dah-dah la main gitar tu, kalau gitar dan suara kau sedap takpe jugak,” tegur Nadimah membuatkan Naura Auni mencebik.“Tahulah kau jealous. Ramai yang kata suara aku sedap tau. Kau je yang tak nak mengaku,” jawapan Naura Auni…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Air Max 1 le 12 août 2014 - 17:20 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : FAR AWAY (Pena Biru)Susah senang biarlah bersama,Jangan ada benci di antara kita.Usah pandang pohon yang sebatang,Tapi renung hutan terbentang,Yang merimbun dan juga menghijau,Ada makna rahsia tersembunyi.Talam dua muka,Lalang atas pagar,Kini…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Free Run le 12 août 2014 - 17:21 Signaler un abus - Permalink

    Sarah berpeluk tubuh. “Sarah dah tahu cerita ni dari awal cuma Sarah tak nak percaya selagi Sarah tak nampak sendiri. Sarah dah faham kenapa Mal tak jawab panggilan, tak balas mesej-mesej Sarah. And now I know, Ikmal. We,re not meant to be together,”Sarah menyusun langkah meninggalkan pria bermata coklat itu. Panggilan Ikmal tidak diendahkan.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • New balance 998 Mujer le 12 août 2014 - 17:21 Signaler un abus - Permalink

    Ku pandang Jay. Dia seorang lelaki lembut yang selalu ada bersamaku waktu duka mahupun suka. Yang sering mendengar keluh kesahku. Aku senang bersahabat dengannya.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Air Max 91 le 12 août 2014 - 17:21 Signaler un abus - Permalink

    “Kenapa ni?”soal Amal.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Air Max2012 hombres le 12 août 2014 - 17:22 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : ARA WARDAHAku memandang ukiran awan yang berombak serta cahaya merah emas di kaki langit. Subhanallah! Alangkah hebat ciptaan Tuhan. Angin bayu dari pesisir pantai menyapa lembut seluruh tubuhku. Saat-saat beginilah bayangannya sering hadir mengetuk…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Air Max HYP le 12 août 2014 - 17:22 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : lavender putih“Aku terima nikahnya Syazra Nur Rania Binti Sallehuddin dengan mas kahwinnya RM 80 Ringgit Malaysia tunai.”Sekali lafaz aku sah bergelar isteri kepada CEO Puncak Alam Holding.Siapa yang tidak kenal Syed Zariff Iskandar…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Air Max 180 le 12 août 2014 - 17:23 Signaler un abus - Permalink

    “Ya,saya sangat sayangkan dia.”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Blazer High Homme le 12 août 2014 - 17:23 Signaler un abus - Permalink

    “Tahu, tidak? Kemarin dia berjalan dengan perempuan itu diperempatan jalan. Itu temanmu, kan! Dasar! Aku yang cantik begini menyapanya, tak dihiraukan sama sekali, Ri! Sebenarnya perempuan seperti apa sih yang dia cari? Pasti kamu tahu! Kamu kan temannya.”

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Free Run 3 Homme le 12 août 2014 - 17:23 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : Alfa Syamimi“Dengar Cerita orang dulu jadikan renungan,Pasal sorang mamat kononnya kerja asyik berangan,Baik tengah duduk makan, atau petik buah kelapa.Tak habis-habis pelan, cita-cita jadi kaya.”Aku hembus nafas untuk ke sekian kalinya….

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jordan Sixty Club le 12 août 2014 - 17:24 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : IMAN AISHA“Perempuan itu dinikahi kerana empat perkara, kerana kecantikannya, kerana keturunannya, kerana hartanya dan kerana agamanya. Pilihlah yang beragama, nescaya kamu akan selamat” – Hadis riwayat Bukhari dan MuslimAliya…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Blazer Mid Hombre le 12 août 2014 - 17:24 Signaler un abus - Permalink

    Oleh : Miss Independent081011 : 1627“Saya minta maaf. Mungkin bukan jodoh kita berdua. Terima kasih untuk segalanya. Saranghae,” ucap Kamelia kepada Adam. Hiba sungguh hatinya saat itu. Dia terpaksa. Semua ini bukan kehendaknya.“Tapi…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Free 5.0 Homme le 12 août 2014 - 17:24 Signaler un abus - Permalink

    Malam itu, aku termenung di pintu jendela sambil melihat cahaya bulan purnama yang terang dek lampu suluh sambil di ulik oleh kedinginan angin malam yang segar meniup di tubuhku. Aku ternampak-nampak lagi bayangan wajahnya yang melambai-lambai di ingatanku bersama senyumannya yang manis di sebalik wajahnya yang ayu itu. Aku tersenyum sendirian waktu terkenang semua itu.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Hombre le 12 août 2014 - 17:25 Signaler un abus - Permalink

    Ajoimohdfaizulali@yahoo.comSuasana pada hari itu, mendung.Sekali sekala angin bertiup memberi khabar akan hujan padapetang itu.Di bawah pohon yang rendang itu, aku melihat suasana yang amat damai di padangyang luas terbentang di hadapanku.Keheningan…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nike Free 4.0 Femme le 12 août 2014 - 17:25 Signaler un abus - Permalink

    Cuma 1 cara yang dapat aku lakukan, hanya dengan mendonorkan 1 ginjalku. Aku akan slalu ada bersamanya karna ginjalnya adalah ginjal ku. Lagi – lagi ketekutan itu pun datang menghadang, entah apa yang harus aku lakukan. 1 minggu , aku menhilang lenyap dari dunia kenyataan. Menyendiri di sebuah pegunungan, sampai aku siap untuk membantu Dinda sahabatku. Aku balik ke jakarta, di saat aku sampai di rumah sakit itu. Ayah dan ibunda DInda tak terlihat. Mereka tetap mencari pendonor yang cocok .

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Air Max 1 Mujer le 12 août 2014 - 17:25 Signaler un abus - Permalink

    ” Luke, lepaskan rasa cinta awak pada saya. Biarkan ianya pergi, hinggapkan rasa cinta awak tu, pada Arina yang begitu mengharapkan cinta awak. Bina dan semai cinta awak pada dia, hanya pada dia. Lepaskan saya pergi,” luah Arissa, dadanya begitu sebak, namun dia masih dapat lagi menahan airmatanya dari mengalir.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • New Balance 574 le 12 août 2014 - 17:26 Signaler un abus - Permalink

    “Ya,saya?Siapa tu?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Hombre le 12 août 2014 - 17:26 Signaler un abus - Permalink

    Ogos , 1997 ,Dewan Tunku Syed Putra, USM, Pulau Pinang.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • pipe en bois le 23 septembre 2014 - 7:09 Signaler un abus - Permalink

    Currently in just the global of party and enjoyable the Hookahs contain come to be exceptionally well-known. Wherever yourself move yourself can watch a parlor of Bongs. But they are not only made use of for using pleasurable inside some destinations Using tobacco Pipes are way too made use of toward crank out a particular person healthy and completely in good shape back again.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
6 pings

Derniers articles publiés