Une honte française 17 octobre 1961

Le 14 octobre 2011

Il y a 50 ans, la police française écrase dans le sang une manifestation pacifique d'Algériens. 200 personnes sont massacrées en plein Paris. OWNI met en ligne les archives de la Préfecture de police qui accusent.

“]

Dans le métro de Paris le 17 octobre 1961 / copyright Elie Kagan/BDIC

17 octobre 1961 : à Paris coulent la Seine et les cadavres. On en dénombre au moins 200 pour cette nuit-là. À lire les documents et les notes de la Préfecture de police de Paris, la tragédie est le résultat d’une politique de violences policières planifiée, voulue en haut lieu. Et soutenue alors que les autorités n’ignoraient rien du caractère pacifiste de la manifestation organisée par le Front de libération nationale (FLN) algérien.

Dans la journée du 17, le Service d’action technique (SAT) de la préfecture, sorte d’agence de renseignement spécialisée sur les milieux indépendantistes algériens, informe le cabinet du préfet Maurice Papon en des termes clairs sur la nature de la manifestation (voir document ci-dessous). Selon ce service, pour le FLN :

Il s’agit d’être tous dehors et de se faire voir, notamment après l’heure du couvre-feu, afin de protester pacifiquement contre les récentes mesures préfectorales. Certains responsables ont réclamé à leurs éléments d’emmener avec eux leurs femmes et leurs enfants.

Ahurissant

Les manifestants se heurtent à une violence policière meurtrière. Au moins 200 personnes d’origine algérienne sont assassinées – jetées des ponts, tuées par balle, ou à coup de bâtons. Un policier de l’époque, Gérard Monate, membre du Syndicat général de la police, a participé à plusieurs réunions internes à la Préfecture de police sur ces évènements. Plusieurs années après, il a livré un témoignage saisissant (voir document ci-dessous) :

Tout Algérien devenait un ennemi potentiel et devait subir la rigueur de la police. On vit alors s’installer et s’amplifier : le racket, tout argent trouvé sur un algérien était confisqué ; le matraquage dans toutes les interpellations ; les comités d’accueil, lors des rafles les algériens interpellés devaient rentrer dans les locaux de la police entre deux haies d’agents qui les matraquaient. Le déchaînement devint incontrôlable et nous savions que toutes manifestations auraient un résultat dramatique. Hélas c’est ce qui s’est produit pendant les affrontements du mois d’octobre 1961. Il y a eu des tués et des blessés (…) Ce fut ahurissant ! Le nombre officiel des morts est dérisoire par rapport à la réalité.

Aucune investigation

La loi du silence s’applique alors dans toute l’administration de la police pour que la tragédie d’octobre 61 n’entre pas dans l’histoire officielle. Cachée par tout un gouvernement au nom de la raison d’État. À l’exception d’un Groupe de policiers républicains à l’origine d’un tract accusateur daté du 31 octobre. Le 1er décembre 1961, dans son bulletin d’information interne (voir document ci-dessous), le préfet de police Maurice Papon se félicite cependant, auprès de ses policiers, qu’aucune investigation indépendante ne se penche sur ces évènements :

Je me suis opposé à l’institution de commissions d’enquête et comme je vous en ai fait part, les élus de Paris et de la Seine, à l’issue de leurs débats, ont tenu à voter une adresse de confiance à votre égard.


Illustrations de la Une du 17 octobre 1961 par Loguy pour Owni /-)

Retrouvez les autres articles du dossier :
1961 entre violence et silence
La rafle du 17 octobre 1961

Photos du fonds Elie Kagan gérées par a Bibliothèque de Documentation internationale contemporaine, copyright Elie Kagan/BDIC

[MAJ] Découvrez le webdocumentaire d’Olivier Lambert et Thomas Salva La Nuit oubliée, diffusé ce lundi sur lemonde.fr.
La nuit oubliée – 17 octobre 1961

Laisser un commentaire

  • @LEpisodique le 14 octobre 2011 - 21:15 Signaler un abus - Permalink

    http://copwatch.niquetame.re/

    La police d’aujourd’hui n’est plus sous les ordres indirectes d’un nazi comme Papon, mais peut on se demander pourquoi ces fonctionnaires que nous payons pour notre sécurité se comportent ainsi ?

    Il serait temps de chasser sans retraite et sans solde ces ordures. Se cacher derrière leur statut de fonctionnaire est aussi facile que se dire président et au dessus de la loi. Trop de policiers de nos jours échappent au jugement et vont même menacer les juges.

    Nos élus DE TOUS BORDS se moquent des citoyens, et naïvement nous continuons à soutenir ces partis qui nous volent et se contre fichent de nous.

    Quelque chose ne tourne pas rond et cela va devoir changer.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • greg le 14 octobre 2011 - 21:27 Signaler un abus - Permalink

    j’ai envie de vomir.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • albert le 15 octobre 2011 - 0:43 Signaler un abus - Permalink

    en guadeloupe en mai 1967 la police et l’armée
    on réprimé dans le sang,un manifestaion d’ouvrier du batiment qui demandait une augmentiont.
    à ce jour le nonbre de mort n’est pas confirmer.
    source officiel 87 morts,mais beaucoup plus,
    peut étre 200,mais dissimuler par les gourvernement sucessif.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • HGWells le 15 octobre 2011 - 11:07 Signaler un abus - Permalink

    Un court dossier doté d’une solide bibliographie sur le sujet, à lire sur le site de la bibliothèque de Lyon :

    http://www.pointsdactu.org/article.php3?id_article=1794

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Vinch le 15 octobre 2011 - 15:50 Signaler un abus - Permalink

    La violence policière et l’abus de pouvoir, ce n’est pas fini ! Et ce ‘nest pas qu’en France.

    http://www.youtube.com/watch?v=YHnc1w7XwTw&NR=1

    “Heureusement”, cela ne concerne pas tous les flics, mais il est très grave que la hiérarchie continue de couvrir les bavures des forces de l’ordre.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • neveroddoreven le 15 octobre 2011 - 17:28 Signaler un abus - Permalink

    Hollande le candidat du système va passer les retraites à 65 ans !!!

    Cette nuit, Libération mettait en ligne un document fort intéressant. Dans cet enregistrement clandestin, on entendait le président du conseil général de l’Ardèche, Pascal Terrasse, par ailleurs conseiller de Hollande pour les retraites, expliquer on ne peut plus clairement, mercredi matin, que l’âge légal de la retraite devra rester à 62 ans, voire passer à 65 ans.

    TRAVAILLER PLUS ET GAGNER PLUS … MAIS SI IL Y A PAS DE TRAVAIL : COMMENT CELA SE PASSE ?

    Source :

    http://www.liberation.fr/politiques/01012365513-le-conseiller-retraites-de-hollande-ne-pense-pas-revenir-sur-l-age-legal-a-62-ans

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • trolley le 15 octobre 2011 - 17:34 Signaler un abus - Permalink

    Cher épisodique : Papon, un nazi ? +1 pt Godwin, arrêtons de banaliser la banalité du mal

    Sinon +1 pt Jésus Christ aussi pour le titre de l’article : après avoir été indignés, maintenant nous aurions honte pour les crimes de nos pères ? Quelle génération perdue, on en voit pas le bout

    Enfin, +1 point Capello à la police nationale pour leur inventivité lexicale, pour avoir désigné FMA les “Français Musulmans d’Algérie” ça me fait penser à la typologie fdesouchienne, avec leur subtile distinction entre CPF et FDS… Bel exemple de la mentalité d’un flic en action.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Samuel le 16 octobre 2011 - 18:48 Signaler un abus - Permalink

    @trolley : l’appellation “français musulman d’Algérie” n’est pas une exclusivité policière. On la retrouve dans plusieurs documents de l’époque, notamment (et très bizarrement puisque cette catégorie n’a aucun fondement administratif, l’Algérie étant un département français “comme les autres” jusqu’à l’indépendance) dans un recensement de l’INSEE, catégorie qui a été utilisée encore quelques années après l’indépendance.
    Basiquement, on le comprend, cette différence oppose les “beurs” d’Algérie aux français “de souche” (qui étaient en fait souvent descendants d’espagnols, italiens, etc. mais qui avaient fait l’objet d’une politique de “francisation” pour fédérer une identité face aux colonisés).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Humain le 16 octobre 2011 - 19:11 Signaler un abus - Permalink

    Maintenant qu’on sait tout ça ou du moins que cela ait été rendu publique, des excuses officielles ont elles été faites ( bien que cela ne change pas à l’Horreur commise ), les policiers de l’époque ont ils été jugés ? (chacun d’eux est responsable de ses actes qu’il ait suivit un ordre ou non. )
    En tous cas merci pour cet article très intéressant!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Patrick le 17 octobre 2011 - 6:05 Signaler un abus - Permalink

    J’avais vaguement entendu parler de ce scandale Français, mais j’ai récemment écouté les 2 émissions de France Inter “La bas si j’y suis”, et depuis j’ai honte de la France de ses dirigeants de sa police, et encore plus de ses médias.

    les 2 émissions librement téléchargeables au format mp3:

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2271

    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2272

    De nombreux témoignages boulversants, aussi bien de victimes que de policiers.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Jean le 17 octobre 2011 - 9:47 Signaler un abus - Permalink

    Police partout justice nul part !!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Thomas le 17 octobre 2011 - 10:30 Signaler un abus - Permalink

    C’est l’occasion de découvrir ou de réécouter le morceau “17 Octobre” de Médine :

    http://www.youtube.com/watch?v=G_BW6mZkyuA

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • luc nemeth le 17 octobre 2011 - 12:51 Signaler un abus - Permalink

    l’expression “Français Musulmans d’Algérie” était sans doute infecte mais cette mentalité est loin d’avoir disparue, hélas : ainsi le 30 juillet 2010 à Grenoble un fascistoïde-nabot dont le nom soudain m’échappe pouvait-il, dans un discours public, parler de “français d’origine étrangère”, faut plus s’gêner…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Dom le 17 octobre 2011 - 18:14 Signaler un abus - Permalink

    Merci pour ces articles.
    D’autres journaux comme Libération, Le Monde, etc. ne se risqueront certainement pas de traiter ce type de sujet.

    Vous pouvez (ré)écouter les émissions “là-bas si j’y suis” de Daniel Mermet diffusées sur France Inter.

    17 octobre 1961, il y a 50 ans… (I)
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2271

    17 octobre 1961, il y a 50 ans… (II)
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2272

    17 octobre 1961, il y a 50 ans… (III)
    http://www.la-bas.org/article.php3?id_article=2273

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • NTM le 19 octobre 2011 - 0:26 Signaler un abus - Permalink

    “Ceux qui resteront dans leur chambre seront abattus.”
    Vous faites pitié les TDC

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Luc Poilot le 19 octobre 2011 - 9:34 Signaler un abus - Permalink

    Vous êtes bien des charlots qui vous permettez de juger des événements d’il y a 50 ans avec vos valeurs.

    Et bien sur article parfaitement objectif qui ne cite que les sources qui l’arrange, en oubliant celles qui ne vont pas dans son sens. On ne mentionne pas non plus les règlements de compte FLN-MNA pour savoir qui prendrait les rênes du gâteau algérien et qui ont fait quelques millier de morts – et combien ce jour là?.

    Quand vous aurez le temps, vous pourrez peut être faire un article traitant du massacre de la rue d’Isly, bien documenté celui là, où les troupes françaises ont tiré dans la foule en faisant plus de 80 morts. Mais ceux là n’intéressent personne, ce n’étaient pas des arabes.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
    • Nathou le 28 février 2012 - 17:58 Signaler un abus - Permalink

      Vous avez raison. Le plus ahurissant est le fait de ne pas mentionner qu’une manifestation d’un ennemi sur le territoire même de son ennemi avec lequel on est en guerre n’est même pas pris en compte par les pseudo experts. C’est une campagne de subversion et d’intox à la mode communiste trotskyste. Les documents publiés n’étayent aucune des affirmations des commentaires accusateurs. Imaginons une manifestation de la Waffen SS en 1945 à Paris: on aurait aussi accusé le préfet de crime honteux. On croit rêver devant tant de bêtise. On sent ici le racisme anti-français qui inonde ces militants haineux. Mensonge, Mensonge, Diffamation!

      • Vous aimez
      • Vous n'aimez pas
      • 0
      Lui répondre
  • Rafaelle le 25 octobre 2011 - 16:53 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour,

    Je me permets d’attirer votre attention sur la sortie en salles depuis le 19 octobre du documentaire « Ici, on noie les algériens, 17 octobre 1961 » de Yasmina Adi.

    50 ans après, Yasmina Adi met en lumière une vérité encore taboue.
 Mêlant témoignages et archives inédites, histoire et mémoire, passé et présent, le film retrace les différentes étapes de ces événements, et révèle la stratégie et les méthodes mises en place au plus haut niveau de l’Etat : manipulation de l’opinion publique, récusation systématique de toutes les accusations, verrouillage de l’information afin d’empêcher les enquêtes

    Pour plus d’info autour du film, voir les liens suivants : http://www.icionnoielesalgeriens-lefilm.com/
    http://www.facebook.com/17octobre1961

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • luc le 19 novembre 2011 - 16:34 Signaler un abus - Permalink

    UNE HONTE FRANCAISE NOVEMBRE 2011

    Cinquante ans plus tard l’ex-nazillon Longuet pouvait faire transférer aux Invalides les cendres de l’ex-tortionnaire Bigeard, et ce, sans que grande protestation ne s’élève du côté des bruyants défenseurs de “la démocratie”…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
6 pings

Derniers articles publiés