zeroW: le media sans site web

Le 3 mai 2010

Un média peut-il exister sur Internet sans passer par la case "site web" ? À l'heure de l'explosion du web social, la question n'est pas absurde.

Titre original :

zeroW, le premier digital media sans site web !

Depuis mars dernier le trafic de Facebook a dépassé celui de Google. Les réseaux sociaux en général et Facebook en particulier sont alors devenus des enjeux importants pour la presse.

De plus en plus de sites média adoptent des “stratégies de pollinisation”. Se multiplient donc les comptes Twitter et pages fan Facebook au nom de ces médias, mais aussi au nom des thématiques les plus porteuses (le sport, la politique, le people, la culture…). Le meilleur exemple reste celui du HuffingtonPost qui propose toute une série de “connecteurs sociaux” à ses lecteurs. Il réussit ainsi à constituer son propre “graphe social” plutôt que de le céder sans contrepartie à Facebook et Twitter.

Jusqu’où ira cette tendance? Pourrait-on imaginer que les sites de media finissent par être totalement absorbés par ces plateformes sociales? Certains le pensent à l’instar de Vadim Lavrusik digital journalist au New York Times.

Mais creusons cette piste sur un cas concret et voyons à quoi pourrait ressembler un tel media. Imaginons un journal qui s’appellerait zeroW.

La stratégie de zeroW sur Internet est de ne pas avoir de site web ! Seul subsisterait un nom de domaine (zeroW.com), auquel serait associé une simple carte de visite virtuelle comportant l’ensemble des coordonnées de zeroW sur les différents réseaux sociaux.

Les contenus audio, video, images et textes, qu’ils soient produits ou seulement sélectionnés depuis des sources externes, seraient donc postés dans des espaces dédiés sur ces différents réseaux sociaux : par exemple, des vidéos et des diaporamas sonores sur Youtube, des textes, contenus multimédias et images sur Facebook et Twitter, des débats animés sur des forums de discussions hébergés sur Yahoo, Facebook, Google… La règle d’or à respecter serait de ne rien héberger sur le domaine zerow.com !

Les objectifs de zeroW sur Internet sont simples :

- ne plus avoir une toute petite parcelle d’internet comme espace de publication mais l’internet tout entier
- se concentrer sur l’audience et utiliser au maximum les mécanismes viraux
- diminuer drastiquement les couts (notamment les couts techniques)
- jouer la carte de l’innovation en étant le premier media de ce type
- accumuler la base de contacts (fans Facebook, followers twitter, mailing-list Yahoo – Google, etc…)
- capitaliser sur la marque véhiculée systématiquement dans chaque contenu dispersé (logo, djingle)

… et surtout valoriser cet actif en proposant des produits et services à haute valeur ajoutée via ces nouveaux canaux.

L’idée est donc de jouer à fond la carte de la pollinisation tout en diminuant drastiquement les côuts de fonctionnement. Parmi les produits et services proposés on pourrait trouver :

- des éditions hebdomadaires ou mensuels payantes sur iPad & iPhone
- un magazine papier en série limitée, à la facture soignée et au côut élevé
- la création et la monétisation de l’accès à un club au nombre limité de membres (ces derniers se verraient proposer des services et produits exclusifs)
- l’organisation d’événements payants réservés seulement aux membres du club
- etc…

A ma connaissance zeroW n’existe pas encore, mais je suis prêt à parier cher que dans moins d’un an plusieurs media utiliseront ce modèle pour se développer.

Nous profitons de cet article pour partager une vidéo réalisée par Mikiane il y a un, mais toujours d’actualité :

Les contenus à l’heure de l’abondance

Article initialement publié sur Mikiane.com

Illustration CC Flickr par Danny Perez

Laisser un commentaire

  • al.jes le 3 mai 2010 - 18:05 Signaler un abus - Permalink

    Et on tombe dans le minitel 2.0 à fond…
    Franchement, je pense que c’est une très mauvaise idée de laisser absolument tous ses contenus sur des réseaux sociaux… Avoir son propre site permet d’avoir au moins un propulseur que l’on maîtrise. C’est (en tout cas à mes yeux) quelquechose d’important.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Media Hacker le 3 mai 2010 - 19:22 Signaler un abus - Permalink

    @AL.JES +1 :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Asone le 3 mai 2010 - 23:08 Signaler un abus - Permalink

    Le problème c’est que dans ce cas zeroW n’aurait pas d’identité propre. Certes il est possible sur certains réseaux sociaux de modifier l’aspect de la page ( myspace ou twitter par exemple ) mais cela reste extrêmement limité.

    Mais vu que zeroW ne pourrait former sa propre image et son propre caractère graphique, je crois qu’il aurait vite tendance à être assimilé comme étant un contenu comme un autre, sans distinction particulière.

    Les réseaux sociaux, même s’ils peuvent être extrêmement utiles en matière de diffusion, ne peuvent tout faire, et à l’heure de l’abondance de contenus, l’identité visuelle d’un produit, d’un service, d’un contenu devient d’autant plus important afin de pouvoir se démarquer des concurrents.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ideadetective le 4 mai 2010 - 11:17 Signaler un abus - Permalink

    cela serait comme dans l’art contemporain: la signature serait/ferait oeuvre et serait garant de qualité

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Souplounite le 9 mai 2010 - 19:25 Signaler un abus - Permalink

    Youtube, facebook, twitter, les forums de google … sont des sites web !

    C’est donc une forme élaborée de parasitage que vous proposez. Créer une identité, et la façonner en utilisant les ressources d’autres sites.

    Je comprends le propos mais à mon avis vous vous gourez complètement. C’est l’identité qui évolue, mais le site web restera probablement encore pour quelques dizaines d’années le support du web.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
2 pings

Derniers articles publiés