Quel avenir pour Google dans le web social ?

Le 9 mars 2010

La puissante firme craint de disparaître, victime d'une tendance de fond qui touche à son fonds de commerce : les réseaux sociaux sont en train de devenir plus importants que la recherche pour apporter du trafic aux sites.

168397120_f709941dfa

Nous accueillons sur la soucoupe un nouvel auteur, Alexis Dufresne, du blog Encore un geek, qui développe aussi le projet faveeo.com. Dans ce billet, il explique que le puissant Google craint de disparaître, victime d’une tendance de fond qui touche à son fonds de commerce : les réseaux sociaux sont en train de devenir plus importants que la recherche pour apporter du trafic aux sites.


Ces dernières semaines je lis pas mal d’articles intéressants au sujet de Google… notamment un  texte relativement surprenant qui témoigne de la peur qui règne dans l’entreprise qu’une autre plateforme ou service web puisse rendre Google complètement obsolète. (http://www.wired.com/epicenter/2010/03/guess-what-google-fears-the-next-google/) On ne craint pas, chez Google, la concurrence. On craint la disparition totale et complète! Difficile à croire quand on voit la domination de Google sur le monde de la recherche et donc, de l’accès au contenu.

Google a peur. Ils savent, eux aussi, que les réseaux sociaux sont en train de devenir plus importants que la recherche pour apporter du trafic aux sites internet. Google est une compagnie de publicité et sans les revenus publicitaires, c’est à dire sans leur audience, Google ne peut plus exister… En tout cas la compagnie ne pourra plus supporter une action aussi haute, le jour ou son service devient instantanément obsolète, à cause d’un changement radical de paradigme dans les usages du web.

Car la clé ici, pour Google, est de voir s’ils arriveront à faire le passage d’un web de recherche à un web de découvertes. En effet, le web social est beaucoup plus un web de découverte qu’un web de recherche. Grâce à nos amis, ainsi qu’à leurs réseaux, nous pouvons approfondir et surtout filtrer l’information.

Nous nous éloignons de la recherche, car les nouveaux outils sociaux créent des nouveaux usages, ou on ne va plus tellement chercher l’information, mais c’est l’information qui vient à nous. Dans les prochaines années, le web deviendra de plus en plus présent dans la vie quotidienne, mais la recherche ne sera plus qu’une des multiples manières d’accéder à du contenu! Que fera Google à ce moment? La compagnie arrivera t-elle à modifier drastiquement sa culture interne pour s’adapter?

En lisant l’article de Steven Levy dans le Wired de mars 2010 au sujet de Google et de son algorythme, je me demande si la compagnie est réellement aussi solide qu’elle peut en avoir l’air.

Pas parce qu’elle manque de dynamisme ou de puissance, mais bien parce qu’elle ne pourrait peut-être pas survivre à un changement de paradigme aussi grand que celui causé par son apparition.

Yahoo! Était le pionner de l’accès à l’information organisée, Google le pionnier de l’automatisation du classement de l’information… mais qui nous dit que rien n’arrivera à les détrôner?

Beaucoup de chroniqueurs et de blogueurs regardent vers Twitter et vers le web en temps réel, mais je pense qu’ils se trompent de cible. C’est un nouveau web qui arrive, un web qui n’a plus rien à voir avec la « demande », c’est à dire avec la recherche. Le nouveau web sera un web d’offre et de découverte (locale ou pas, et beaucoup moins un web de « demande ».  En tout cas, il sera social, sur pratiquement tous les plans.

C’est l’idée du web squared et c’est exactement pourquoi les dirigeants de Google doivent se sentir plus menacés que jamais. En tout cas ils n’hésitent pas à en parler publiquement!

http://www.wired.com/epicenter/2010/03/guess-what-google-fears-the-next-google/)

Comme je disais au début de ce texte, le réel enjeu n’est pas tellement de savoir quel moteur de recherche offre les meilleurs résultats, mais plutôt de voir combien de temps encore la recherche sera le moyen no.1 des internautes pour trouver du contenu. Selon certains, le web social générerait plus de visites que les moteurs de recherche traditionnels.

http://articles.sfgate.com/2010-02-15/business/17876925_1_palo-alto-s-facebook-search-engine-gigya

La compagnie arrivera t-elle à sortir de son propre paradigme, afin de survivre à la fin du web de la recherche?

Je reste très curieux d’avoir vos avis à ce sujet, notamment à savoir si vous croyez que la recherche elle même pourrait devenir marginale dans les nouveaux usages du web?

Quelques articles intéressants pour continuer la lecture :

Why is Google Afraid of Facebook ? Because Social Networking Could Soon Pass Search

Creative destruction : Google slayed by the notificator ?


> Article initialement publié sur Encore un geek

> Illustration par sonicbloom sur Flickr

> Sur le même sujet dans la soucoupe

Laisser un commentaire

  • Nicolas Voisin le 10 mars 2010 - 1:19 Signaler un abus - Permalink

    “Le nouveau web sera un web d’offre et de découverte (locale ou pas, et beaucoup moins un web de « demande ». En tout cas, il sera social, sur pratiquement tous les plans”

    > bienvenu à bord de la soucoupe /-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Darkoneko le 10 mars 2010 - 12:16 Signaler un abus - Permalink

    Lecture interressante, mais par contre, c’est “algorithme”, sans y :)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Sacha le 12 mars 2010 - 22:42 Signaler un abus - Permalink

    Ils ont quand même la capacité d’acheter tout joueur trop menancant, et de l’absorber… ca explique aussi leur polyvalence: youtube, google reader, analytics, labs… SD

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Terry Starkman le 15 novembre 2011 - 11:39 Signaler un abus - Permalink

    It should certainly have been the icing on the cake but in fact Simon Cowell’s birthday surprise just for Nicole Scherzinger took the biscuit. The sardonic skill tv program don waited until the very last minute of the second day for Seattle auditions to supply his fellow judge her treats.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
3 pings

Derniers articles publiés