Mon stagiaire est un mutant, je l’ai trouvé sur Twitter

Le 31 mars 2010

Christophe a quinze ans et c'est un digital native tendance geek, sur-consommateur d'Internet, passionné d'information. Le genre d'ado qu'il est bon d'écouter pour trouver des clés pour survivre au grand Big Bang numérique.

J’ai fait la connaissance de Christophe il y a quelques mois en m’abonnant à son compte Twitter : @FoireauxLiens. J’avais repéré ses tweets d’actu qui tombaient chaque jour avec la régularité maniaque d’un fil d’agence en faisant ma petite revue de presse matinale sur ce fameux site de micro-blogging où l’on poste des messages en 140 signes en y associant des liens internet.

astonishing-x-men-cyclops-2

Twitter est devenu un outil de veille indispensable à mon métier de journaliste… voire une drogue dure, je vous en ai déjà parlé. Alerté à deux ou trois reprises sur des “hot news” techno (la sortie imminente du GooglePhone par exemple) grâce au fil de Christophe, je me suis dis ce gars-là est un crack, une vraie moissonneuse à liens intéressants, une agence de presse à lui tout seul ! Sûrement l’un de ces jeunes journalistes web aux dents longues qui sont en train de nous pousser, moi et mes copains quadras, vers le cimetière des éléphants de l’ère Gutenberg…

Je ne l’avais jamais rencontré “IRL” (In Real Life), juste quelques clins d’œil échangés sur Twitter. Et voilà qu’un beau jour je reçois un “DM”, un direct message de Christophe me demandant poliment si d’aventure il pourrait faire un stage dans mon service aux “Échos”.

Ah bon OK me dis-je, ce gars doit être étudiant en école de journalisme. Je lui demande son CV, références, stages déjà effectués blablabla… Un blanc au bout du fil… “Heu je suis en 3ème, mais je veux devenir journaliste…”, me répond-il. Christophe a 15 ans, il vit en banlieue parisienne. Je manque de tomber de ma chaise, me ressaisis et lui dis “OK coco tu as le job”… à savoir une semaine de stage conventionné. Certes, c’est la crise de la presse, on n’arrête pas le progrès, mais chez nous on ne fait pas encore dans le mineur de 15 ans menotté à son clavier pour pisser de la copie sur tous les supports… Mais bon, tant qu’à faire, puisque je l’ai sous la main cette semaine, autant l’exploiter un peu sur mon blog !

Christophe n’est-il pas l’un de ces jeunes mutants numériques qui n’ont plus assez d’yeux pour zapper sur la multitude d’écrans de notre merveilleuse société de consommation high-tech ? Intéressant sujet d’expérience : soumettons-le à la question pour savoir comment, lui et les djeun’s en général, consomment les médias.

L’exercice est très à la mode depuis que la banque Morgan Stanley a demandé l’été dernier au jeune Matthew, 15 ans, de se livrer à cet exercice pour tenter d’y voir plus clair sur la manière dont les vieux médias, totalement largué par la révolution Internet, peuvent survivre au Big Bang numérique… J’ai d’ailleurs piqué l’idée à ma consœur Marie-Catherine Beuth qui a déjà soumis son stagiaire au questionnaire de Morgan Stanley sur son blog Etreintes Digitales.

Mais assez bavardé, voilà donc l’Oracle de Christophe, 15 ans, “digital native” de son état :

Internet est le premier média… “Les jeunes de ma « génération », celle de 1992 -1994 , sont nés avec Internet. Mais nous n’utilisons pas tous Internet de la même manière. Pour moi qui suis passionné par l’informatique et le journalisme, Internet est le premier média. Pour d’autres, c’est la télévision. Ou encore les jeux vidéos. J’utilise beaucoup Twitter car je trouve que c’est un « outil » énormément utile. Et pour énormément de choses. Twitter m’a permis d’approcher l’actualité d’une manière inédite. De parler avec des gens qui ont les mêmes centres d’intérêt que moi. Bref, de faire des choses que je n’aurais pas pu faire facilement à mon âge… Comme s’improviser journaliste par exemple. Internet me permet, rapidement et gratuitement, d’accéder aux nouvelles, dans le monde entier. Si quelque chose m’intéresse particulièrement, je peux trouver toutes les infos sans aucun problème. Ce qui n’est pas possible sur les autres médias”.


90 % de mon temps sur Twitter : “Twitter m’a même permis de trouver un stage aux Échos. C’est bien utile. Pour partager, discuter, rencontrer. Ça reste mon premier outil sur Internet. J’y suis quasiment 90% de mon « temps Internet », voir plus. « Temps Internet » qui est de l’ordre de deux à trois heures par jour pour les jeunes en général… et jusqu’à cinq à six pour les plus connectés, comme moi par exemple.”


Facebook m’inquiète
“Facebook est beaucoup plus utilisé que Twitter par les jeunes. « T’as Facebook ? », un peu marre d’entendre ça. « T’as pas Facebook ? », ça aussi. Certains passent 80 % de leur temps Internet sur Facebook et pensent que je n’ai pas envie de partager mon profil avec eux. Mais en voyant moi ce qu’ils partagent sans se soucier une seconde de leur vie privée, je trouve cela vraiment inquiétant. Donc j’évite, et j’ai lâché cette connerie depuis quelques mois”.

MSN pour rester en contact
“En revanche je laisse ma messagerie MSN connectée en permanence pour rester en contact avec quelques amis s’ils ont besoin de me joindre. Quand aux mails, les jeunes ne s’en servent pas, ils préfèrent la messagerie instantanée ou les SMS. Moi je trouve cela bien utile quand même car je peux archiver ce que je reçois et m’en resservir”.

Je regarde peu la télévision…
“Franchement, la télé ça ne m’intéresse pas beaucoup. Je préfère aller sur Internet. Si j’ai envie de voir une vidéo, je vais sur YouTube. Si un sujet d’actualité m’intéresse, il y a bien plus de chose sur YouTube qu’à la télévision : des images venues du monde entier et aussi des images tournées par des gens ordinaires qui ne sont pas forcément des journalistes. Je ne m’intéresse presque pas aux films, je préfère les documentaires qui parlent de la vie réelle et savoir ce qui se passe dans le monde. Du coup, je n’utilise pas les sites pour télécharger des films ou des séries. Mais d’autres le font beaucoup, c’est bien connu. ;-)”


Les jeunes n’achètent pas de journaux :”Ici aux Échos, j’entends parler d’inquiétudes pour l’avenir des journaux papier avec Internet. Je n’étais pas vraiment au courant de tout cela. Mais c’est vrai les jeunes n’achètent pas de journaux car cela coûte cher et c’est moins pratique. Pour s’informer, ils vont sur Internet parce que c’est gratuit, facile, mais ils sont un peu agacés quand il y a trop de publicités comme par exemple sur 20minutes.fr. Moi j’achète de temps en temps des journaux comme Le Monde ou Le Figaro. Dans la presse papier, la qualité des articles est nettement meilleure que sur le web en général. Et il y a plus d’informations, d’analyses, de contexte. Beaucoup moins de copies de dépêches d’agences de presse. Le problème c’est que pour s’abonner, il faut passer par un adulte… C’est assez bloquant. Pour que les jeunes s’intéressent aux journaux, il ne faut pas forcément inventer des journaux interactifs sur Internet mais plutôt leur faire des offres spéciales ou leur faire découvrir la presse de l’intérieur. Ce qui serait sympa ça serait de voir un peu plus comment ça marche dans les rédactions, ce genres de trucs, mais malheureusement ce secteur-là est très fermé, surtout quand on habite en banlieue…”.

Décryptage :

OK Christophe n’est pas représentatif de jeunes de son âge. Bien qu’il s’en défende, c’est un vrai “geek” qui préfère son écran d’ordinateur à la télévision au point d’y passer plusieurs heures par jour quand d’autres vont taper dans le ballon.

C’est un sur-consommateur d’Internet, l’un des rares ados que l’on croise sur Twitter (un média essentiellement utilisé par les journalistes, les technophiles et les blogueurs, sinon on en parlerait moins). C’est aussi un accro à l’info, un passionné d’actualité comme j’en ai rarement vu à son âge. Un futur journaliste peut-être, je lui souhaite s’il en a toujours envie dans dix ans (à condition que la profession n’ait pas été robotisée d’ici là ;-).

Mais aussi un lecteur de demain, puisqu’il l’est déjà. C’est justement ce qui est intéressant quand on réfléchit à l’avenir des journaux papier et des médias en général. Ce jeune mutant numérique n’a pas compris de quoi je voulais parler quand j’ai tenté de lui expliquer qu’au début de ma carrière on copiais/collais nos papiers avec des ciseaux et de la colle. Il m’a demandé “est-ce qu’on est obligé d’imprimer à chaque fois les articles ? Ça fait gaspiller du papier”. Mais il m’a aussi avoué qu’il avait commencé à s’intéresser aux journaux papier, jusqu’à les acheter, via leur site Internet. Une exception ? Sûrement.

Mais vous savez ce qu’il m’a dit ? “Vous et moi on n’est pas de la même génération, mais on n’est pas si «éloignés » finalement. Chacun de son côté essaye d’y voir un peu de l’autre côté. Moi, je suis séduis par la presse papier, voir fasciné. Vous, vous êtes devenus très fan de Twitter et des blogs…”.

Sortir du conflit de génération stérile entre vieux et nouveaux médias, amener les jeunes à s’intéresser à la presse via Internet, et faire en sorte que la presse s’intéresse un peu plus aux jeunes et à leurs nouveaux modes de consommation multi-écrans…

Pour les journaux, c’est sûrement l’une des clés pour survivre au grand Big Bang numérique. Bien avant l’éternel débat sur comment faire payer mes contenus sur Internet. Il faut toujours parler avec les djeun’s…

> Article initialement publié sur “Sur mon écran radar”

Laisser un commentaire

  • ding7 le 31 mars 2010 - 23:19 Signaler un abus - Permalink

    Eh oui, nous sommes dépassés par la génération de l’étage d’en dessous… Ils ont quoi ? La moitié de notre âge et savent consommer autant sinon plus d’informations que nous et arrivent à nous les re-pondre dans un format plus ergonomique, plus concentré mais souvent plus accessible au reste du public… Maintenant, déplaçons nous dans le temps et revenons 15 voir 20 ans en arrière, nous étions à leur place, l’idée de leur existence n’étaient pas encore née et nous ainés nous regardaient comme nous les regardons, eux, ces mutants que nous étions autrefois… Eh oui… C’est un peu comme si ils héritaient de notre connaissance et c’est presque le mieux que nous sachions faire en dehors du reste… Ils sont notre bons héritages et mais malheureusement, nous leur faisons aussi le don de nos erreurs en espérant qu’ils sauront mieux se débrouiller que nous… Bref… C’est un cycle sans fin (enfin je l’espère)… Mickey3d dans “Respire” et Sinsemilia dans “On vous souhaite tout le bonheur du monde” expriment tellement bien l’avenir… Bref… Je m’éloigne de l’article… Euh… Ah oui… Il y en a beaucoup plus que tu ne le pense d’ado de l’âge de ton stagiaire pour la simple et bonne raison que ce sont eux les nouveaux bloggeurs à l’affut de l’info (enfin moi j’en vois beaucoup… J’ai même cru un moment que j’étais trop vieux pour ce support)…

    Merci pour l’article

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Charles Nouÿrit le 2 avril 2010 - 3:31 Signaler un abus - Permalink

    Personnellement ce qui m’impressionne le plus dans cette article hormis le caractère précurseur de ton stagiaire… C’est que sur les 92 commentaires de cet article il y ait 91 retweet… Où sont passées les conversations, l’échange et la construction autours d’un sujet, preuve en est, intéressant ? Est ce que l’article se suffit-il a lui même, tout a-t-il été dit ?
    Twitter favorise la dissémination auprès de ses communautés mais quid de la mise en commun de la réflexion qui faisaient évoluer le débat ?
    Ne me méprenez pas, je suis un “vieux con” du web et un Twitter addict, mais quelque chose commence à manquer…

    [WORDPRESS HASHCASH] The poster sent us ‘0 which is not a hashcash value.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Christophe le 2 avril 2010 - 17:45 Signaler un abus - Permalink

    Charles, le problème est que sur Twitter c’est pas super simple de discuter à ce sujet (140 caractères), mais il y a souvent un petit commentaire en plus du lien sur l’article en général… Mais je reste globalement d’accord avec toi.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • JCFeraud le 2 avril 2010 - 18:25 Signaler un abus - Permalink

    Et il y a plein de commentaires sur mon blog http://monecranradar.blogspot.com/ où le billet a été initialement publié ;-)
    JCF

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Arouet le Jeune le 4 avril 2010 - 8:37 Signaler un abus - Permalink

    Bonjour, je suis étonné par votre étonnement !
    Je pensais que tous les jeunes (bien plus jeune que votre “mutant”) faisaient la même chose ?
    Une seule chose m’étonne dans cette histoire, c’est le prénom du “héros” ….Christophe c’était à la mode quand je suis né, c’est à dire il y a 50 ans.

    Cordialement

    Voltaire

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • tedd le 4 avril 2010 - 11:40 Signaler un abus - Permalink

    C’est surtout que ce gamin de 15 ans boss gratos..internet a inventé une nouvelle catégorie les bosseur gratos.. ce jeune fait son boulot gratuitement qui est ensuite repris par les pros qui eux gagnent de l’argent sur son dos.il fait le travail a lui tout seul d’une agence.. il aime ça oui mais ne monétise en rien. il a 15 ans il na pas encore compris la sté.. normal .. et les requins d’adulte lui saute dessus.
    ce jeune de 15 ans qui la se dit inquiete par la vie privée de facebook mais qui bizarrment ne se pose pas de question pour twitter… comme quoi vive la contradiction..

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Christophe le 4 avril 2010 - 13:58 Signaler un abus - Permalink

    “Arouet le Jeune”, je suis moi même étonné bien sûr par l’étonnement de certains. Mais euh, non pas tous les jeunes passent leur temps à veiller sur l’actualité.

    “tedd”, effectivement, je “bosse” gratuitement. Mais ça c’est tout une histoire. Ensuite, pour Twitter, quant à moi, je fais (bien) attention à ce que je dis, et ça n’a absolument aucun rapport aux nombreuses photos et autres vidéos partagées sur Facebook…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Paul Etienney le 27 avril 2010 - 15:20 Signaler un abus - Permalink

    Assez intéressant comme article. Vous pourrez peut-être répondre à une question que je me pose : pourquoi ne retrouve-t-on pas les articles papier sur le web ? C’est quand même un comble de se priver d’un si bon contenu.

    Ca ferait un excellent support de viralité. Contrairement à ce que l’on pense instinctivement, le buzz ne se fait pas qu’autour du spectaculaire. La qualité fait parler d’elle. Et comme dit Christophe la qualité des articles papier est infiniment supérieure aux articles web.

    ps : je ne trouve pas ca génial de poster automatiquement les tweets concernant cet article dans les commentaires. Ca rend ces derniers illisibles et du coup ca doit handicaper la conversation.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Siul le 27 février 2011 - 0:09 Signaler un abus - Permalink

    Wow Christophe. Félicitations pour ton stage!!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés