Le plagiat, c’est branché

Le 8 février 2011

Alors que la France est en lutte depuis quelques années déjà contre le piratage, l'élite médiatique se fait remarquer par de multiples affaires de plagiat. Une pratique à la mode ?

La petite question provoc’, lâchée par un des humoristes-maison de Canal +, lui a valu une réponse cinglante, d’une sincère colère. Et ça rassure. Jeudi dernier, pour sa pastille d’ interview quotidienne dans le “Grand Journal” de Canal, Mouloud Achour a décroché cette semaine une interview avec James Ellroy, une des légendes vivantes de la littérature américaine, à l’origine de polars sombres et ultra-documentés. Lequel vient de publier un livre passionné, La Malédiction Hilliker, une esquisse d’autobiographie sous-titrée “mon obsession des femmes”, et était de passage à Paris pour l’occasion (mon confrère et ami Jean-Christophe Féraud relate cela avec passion).

Le plagiat, un “crime”

En bon comique, Mouloud Achour chute son interview sur cette petite question : “Avez-vous déjà copié un livre de quelqu’un d’autre ?”. LA réponse fuse, telle un uppercut : “C’est une question très offensante ! Au point que nous avons presque terminé cette interview. Vous me demandez si je suis un plagieur ! Non, je ne suis pas un plagieur ! Ce serait un crime ! Cette interview est finie”. Visiblement, le comique ne s’y attendait pas.

Une petite question, qui montre que le sujet du plagiat s’est imposé dans l’actualité littéraire, voire banalisé. Il est dans l’air du temps, parce que plusieurs cas de plagiat ont égratigné les milieux littéraires ces derniers mois. Les auteurs des dits trahisons *écarts* démentent, ou se taisent, ou parfois laissent passer de manière décomplexée. Contrairement à James Ellroy, qui exprime une froide colère à cette simple saillie. Une “réaction de vrai écrivain quand on lui parle de plagiat”, remarque Mouloud Achour, ce qui est totalement juste.

Cela peut simple désinvolte, cynique, mais le plagiat s’est-il imposé comme une pratique branchée ? Sur ces derniers mois, plusieurs cas de plagiats, discrets ou grossiers, ont émaillé l’actu culturelle.

Houellebecq adore Wikipedia

Septembre 2010. La carte et le territoire de Michel Houellebecq commence à faire parler de lui, il se murmure qu’il pourrait – enfin – décrocher le prix Goncourt . Pourtant, un accroc apparaît : quelques jours avant sa sortie, Vincent Glad, journaliste à Slate.fr, révèle que Houellebecq, un des écrivains français contemporains les plus connus, a carrément repris des extraits de Wikipedia pour certaines pages de son livre.

Une encyclopédie en accès libre en ligne comme source ! Le scoop du jeune journaliste est totalement avéré, l’écrivain ni la maison d’édition ne démentent. Loin de parler d’un “plagiat” gratuit, il nuance dans son article : il s’agit de “reprises” pouvant “s’apparenter à des «collages» littéraires”, et qu’elle n’ont “rien de scandaleux en regard du style de Michel Houellebecq”. Ce qui est juste, mais donc consacre la “reprise” d’extraits de textes antérieurs comme étant inhérente à un genre littéraire

Cerise sur le gâteau, on a découvert que le titre du dernier opus de Michel Houellebecq était lui-même celui d’un autre ouvrage : il a été accusé de contrefaçon par Michel Levy, auteur d’un texte au titre homonyme, auto-édité en 1999 et déposé officiellement à la BNF. L’éditeur du livre aurait donc décidé de ressortir le recueil agrémenté d’un bandeau rouge où l’on peut lire “Édition Originale” (joli argument marketing)… En attendant, la justice tranchera sur ce “plagiat de titre” – Flammarion revendique estime tout à fait banale “l’association de deux mots de la langue courante”.

Un exemple plus léger ? Pour le mondial de foot, l’été dernier, la très sexy chanteuse latino Shakira est retenue pour écrire le titre officiel du Mondial : elle sort, “Waka waka”, un morceau aux tons africains, exotiques, léger, qui sera évidemment un tube. Juste, on découvre qu’elle s’est fortement inspirée du groupe camerounais Zangalewa (je vous laisse comparer les deux par ici). Bon, finalement, tout est bien qui finit bien, le groupe n’y voit qu’une simple “adaptation”. Après quelques (juteuses) négociations entre son avocat et Sony Music.

Hemingway / PPDA

Le 19 janvier 2011, Jérôme Dupuis, journaliste à L’Express révèle une petite bombe : pour sa biographie – pavé consacrée à Ernest Hemingway, Hemingway, la vie jusqu’à l’excès, Patrick Poivre d’Arvor a purement et simplement plagié une centaine de pages d’une autre biographie de l’écrivain, écrite par Peter Griffin et publiée en 1985, épuisée en France depuis. Nous ne sommes plus là dans l’habile reprise de quelques passages, mais une centaine de pages, avec des passages parfois réécrits: L’Express propose des comparatifs sur son site web, puis enfonce le clou le 31 janvier, en comparant de nouveaux extraits (vous noterez en bas de cette page web la pub Fnac.com… pour acheter ledit livre de PPDA ;).

La biographie, qui sort en librairies le 21 janvier, est du coup précédée d’une publicité bien peu flatteuse. Et l’on découvre l’existence d’un nègre (pardon, une “lectrice”) sur cet ouvrage, que PPDA charge bien peu élégamment. D’après l’”auteur” donc, le livre envoyé à la presse avant sa mise en librairie n’était qu’une version provisoire que PPDA n’avait pas validée… même s’il avait dédicacé de nombreux exemplaires. O tempora ! O Mores ! (oui, je pille là Ciceron sans crainte).

Certes, tout est loin d’être éclairci. Mais sans complexes, PPDA réplique à longueur d’émissions radio et de plateaux télé : toute la vérité sera éclaircie, et il entend bien déposer plainte pour diffamation pour ces infamies, assure-t-il. Encore jeudi soir, il joue le rôle de “réhabilitateur” de feu Hemingway – vous comprenez, il faut passer outre ces fausses polémiques, ce qui compte est de remettre en lumière l’œuvre de Hemingway, raconte-t-il tranquillement, dans l’émission de François-Olivier Giesbert jeudi soir.

Johnny écoute de la musique réunionnaise…

Le plus fou, donc, étant que même des monstres sacrés de la littérature ou de la musique empruntent à d’autres en “oubliant” de citer leur source d’inspiration. La semaine dernière, on a découvert que même Johnny, notre rockeur national, avait repompé un morceau antérieur pour le premier single de son dernier album, “Jamais seul”, co-signé avec Matthieu Chedid. Il y a quelques jours, le patron de la radio Tropic FM, Claudy Siar, affirmait que la nouvelle chanson de Johnny Hallyday présentait une “similitude frappante” avec le morceau “Madagascar” du groupe réunionnais Ziskakan. Pas besoin d’être un musicos avertis pour entendre, à l’écoute, cette très forte “similitude”

Reste qu’il est fort probable que ce plagiat cette coïncidence sera réglée par une généreuse transaction financière – Le Figaro révélait le 28 janvier que ses membres se refuseraient à intenter une action en justice… par amitié. D’autant que les musiciens connaissent une gloire inattendue, leur chanson fait actuellement le tour d’Internet… Merci Johnny.

Article initialement publié sur le blog Miscellanées

>> photos flickr CC Dullhunk ; Jared Stein

Laisser un commentaire

1 ping

Derniers articles publiés