[APP] L’opposition birmane dans le monde

Le 17 juin 2011

L'opposition birmane face à la dictature militaire ne se résume pas à Aung San Suu Kyi et la LND. Nous vous proposons d'utiliser une application interactive pour découvrir qui sont ces multiples voix dissidentes, entre partis politiques, associations et groupes de pression.

Le 30 mars 2011, la junte birmane était officiellement dissoute, le généralissime Than Shwe abandonnait le pouvoir et un nouveau chef de gouvernement était nommé. Une décision qui aurait pu passer pour une bonne nouvelle si le premier ministre Thein Sein n’était pas l’énième militaire à prendre les commandes de l’état fédéral du Myanmar depuis 1962.

Cette décision est intervenue quelques mois après les élections générales de novembre 2010, les premières organisées depuis vingt ans et la victoire d’Aung San Suu Kyi1. Qualifiées maintes fois de mascarade par les médias autant que par une partie des opposants au régime, elles auraient eu pour dessein de légitimer le pouvoir de la junte militaire en la transformant en gouvernement civil démocratiquement élu.

Au-delà des débats suscités par la convocation de ces élections qui ont divisé les birmans et les principaux partis d’opposition, l’application interactive, réalisée en complément au web-documentaire “Happy World: la dictature de l’absurde”, vous permettra de constituer un panorama non exhaustif des oppositions birmanes, de leurs divergences et leurs points de ralliement.

Qui sont-ils, où sont-ils ? Partis politiques, groupes clandestins, associations, médias, en Birmanie ou exilés. Vous pourrez également rentrer dans le détail sur d’autres points:
Qui est favorable à un dialogue avec la junte?
Qui a boycotté les élections de novembre 2011?
Ou encore, quel groupe est pour le maintien des sanctions économiques?

Selon le dernier classement sur la liberté de la presse dans le monde effectué par RSF en 2010, la Birmanie est classée 174ème sur 178 pays. La censure est extrêmement forte et notamment sur Internet, ce qui lui a valu de figurer au palmarès des 10 pays Ennemis d’Internet dans le monde, aux côtés de l’Arabie saoudite, de l’Ouzbékistan ou encore de la Syrie.

République de l'Union du Myanmar


Une enquête de Marie Normand
Graphisme Antoine Errasti
Développement, Pierre Romera pour OWNI
Design, Pierre Cattan pour 5ème Etage Productions
Edition, Ophelia Noor

Crédits photo:
via Wikimediacommons ; via Flickr Lewihamdream [cc-by-nc] ; et illustrations d’Antoine Errasti pour Happy World
pour Happy World

Retrouvez notre dossier dictature Birmane sur Owni.fr et en anglais sur Owni.eu
Image de Une réalisée par Marion Boucharlat pour Owni /-)

Webdoc Happy World, Birmanie la dictature de l’absurde

Birmanie, l’internet dangereusement civilisé

  1. Arrêtée en 1989, son parti, la LND, avait largement remporté les élections de 1990 []

Laisser un commentaire

  • Chris le 18 juin 2011 - 5:41 Signaler un abus - Permalink

    Superbe application ! Tout comme le docu d’ailleurs … Mais si je puis me permettre, vous avez oublié (? ou pas de place ?) pas mal de groupes très actifs comme les Free Burma Rangers, la clinique Mae Tao (un véritable noeud d’éducation politique) et surtout surtout surtout, vous ne citez aucun mouvement religieux alors que les bonzes ont une importance considérable dans le pays le plus ‘bouddhistement’ croyant du monde (cf la International Burmese Monks Organization, notamment composée de deux des 6 anciens leaders de la révolution safran de 2007).

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
5 pings

  • [...] 97,000 euros from investors. This sum was used to make the content along with editorial marketing, in other words independent content that directs users to the film. Pierre adds “We didn’t make this film with volunteers. We paid everyone who worked for [...]

  • [...] médias qui enrichissent cette plongée documentaire dans la Birmanie dictatoriale : une carte interactive, sur laquelle du texte « contextualise » les acteurs de l’opposition à [...]

  • [...] Les sommes dépensées en production ont financé le contenu et le marketing éditorial, soit des contenus qui voyagent de façon autonome et qui redirigent les internautes vers le film. Pierre ajoute: “Nous n’avons pas fait un film [...]

  • [...] de novembre 2010, les premières organisées depuis vingt ans et la victoire d’Aung San Suu Kyi1. Qualifiées maintes fois de mascarade par les médias autant que par une partie des opposants au [...]

  • [...] to the chapters on Courrier International, LeMonde.fr, OWNI and many other sources. – An interactive map of the Burmese opposition in the world, at OWNI, by Marie Normand, former journalist correspondent in Bangkok for many French media (RFI, [...]

Derniers articles publiés