Le Parti pirate tunisien sort de l’ombre

Le 9 juillet 2011

Confidences du chef du Parti Pirate Tunisien (PPT) sur les évolutions de la plus innovante des formations politiques tunisiennes. À l'heure où une crise de maturité la traverse.

À Tunis nous avons rencontré Salah Eddine Kchouk, président du Parti Pirate Tunisien (PPT), la formation politique des cultures numériques, qui revendique l’héritage de la révolution de janvier. Ancien militant de l’UGET (l’organisation étudiante à l’origine de nombreuses manifestations réclamant le départ de Ben Ali), Salah Eddine Kchouk avait été arrêté le 6 janvier 2011 pour ses activités sur le net. Après ses prises de position critiques contre Slim Amamou, la semaine dernière, il dévoile la stratégie du Parti Pirate pour les prochains mois.

À quoi ressemble votre formation politique ?

Le Parti Pirate est un parti de troisième génération ayant comme but de reconstruire la société civile mais aussi d’être un vrai contrepoids au régime. En effet, après les partis classiques (fondés sur des distinctions dans les relations au travail et au patrimoine), le monde a connu une deuxième génération de partis avec les écologistes (fondés sur des distinctions dans les relations à l’environnement). Puis, dans le monde entier, des citoyens ont souhaité défendre la liberté de l’information et de la culture, provoquant l’apparition de partis pirates (fondés sur des distinctions dans les relations au patrimoine culturel).

Avec les idées que nous défendons en matière de liberté et de circulation de l’information, nous sommes là pour promouvoir les valeurs d’une nouvelle citoyenneté, avec le désir de consolider la société civile, longtemps faible en Tunisie.

Le parti pirate Tunisie a été fondé en 2010 par un ensemble de cyber-citoyens tunisiens qui ont milité contre le régime de Ben Ali. Nous avons décidé de donner à notre parti une dimension légale, qui soit en mesure de défendre les vrais intérêts du peuple.

“Le peuple, qui reconnaît déjà notre rôle dans la chute du dictateur, reconnaîtra peu à peu notre utilité”

Pensez-vous que l’opinion est vraiment sensible à cette troisième génération que vous affirmez incarner ?

Le Parti Pirate est une nouvelle expérience dans la vie politique. Je crois qu’il convaincra par ses pratiques et par les causes défendues, qui le différencient des autres partis. Nous agissons dans l’espace virtuel dans le but de divulguer plus d’informations, et dans le champ politique afin de régler des défaillances et des injustices. En d’autres termes, nous ne cherchons pas à agir en tant que parti politique mais en tant que régulateur de la vie politique. Le peuple, qui reconnaît déjà notre rôle dans la chute du dictateur, reconnaîtra peu à peu notre utilité.

Vous n’avez pas l’intention de participer au pouvoir ?

L’objectif du Parti Pirate est de faire parler la société elle-même, nous considérons que peuple n’a pas besoin d’intermédiaires pour s’exprimer. Notre peuple est majeur et intelligent et il peut s’exprimer et défendre ses intérêts.

Vous contestez le rôle des partis politiques ?

Pas toujours, mais bien souvent les partis politiques classiques ne représentent pas le peuple. Ils représentent d’abord leurs idéologies et leurs intérêts.

Sur des sujets politiques, le virtuel peut-il à lui seul influer sur la réalité ?

Le virtuel influence le réel par la formation de communautés qui agissent ensuite dans la réalité. Dans le cas de la Tunisie, nous avons commencé lors des événements touchant le bassin minier, en 2008. Notre influence n’était pas encore importante. Mais dès les événements de Bingarden nous avons développé notre action, ce qui a permis aux internautes de jouer un rôle fondamental dans la chute du ZABA.

“Nous ne cherchons pas à obtenir des places confortables dans la constituante, ce n’est pas notre objectif”

L’officialisation de votre parti marque la fin de votre anonymat, cette évolution modifie en profondeur votre démarche.

Il faut nuancer. Au sein du parti, d’autres personnes conservent leur anonymat pour continuer à mener des actions confidentielles en faveur de la divulgation de l’information.

Quelles sont vos relations avec les autres partis pirates, en dehors de la Tunisie ?

Nous faisons partie de la communauté internationale des partis pirates -dont leur nombre est proche de 50-, au niveau des principes. Nous échangeons nos idées, nos cultures et les technologies dont nous avons besoin. En revanche notre collaboration ne concerne pas le côté financier ni la nature des actions que nous menons en Tunisie.

Quel est votre plan pour les prochaines élections ?

Nous agirons sur deux plans. Le premier consiste à instaurer un système de contrôle de proximité des élections par le biais des nouvelles technologies. Le second consiste participer en tant que candidats. Un ou deux membres seront suffisants. Nous ne cherchons pas à obtenir des places confortables dans la constituante, ce n’est pas notre objectif.

Comment évaluez-vous la transition démocratique en Tunisie ?

La transition démocratique est lente à cause des pratiques des partis politiques, lesquels cherchent en priorité à obtenir leur part du gâteau. Il faut que les partis s’attellent aux vrais problèmes et qu’ils stimulent un tissu associatif, seul garant d’une vraie transition démocratique. La transition démocratique est la responsabilité des partis politiques puisque le régime ne peut pas changer de sa pleine volonté mais plutôt par l’obligation, et c’est là ou réside le rôle des partis. Je ne crois pas que le régime ait chuté. C’est plutôt Ben Ali qui s’est enfui.


Cet article a initialement été publié sur OWNI Maghreb

Laisser un commentaire

  • Mambo diwwabbou le 9 juillet 2011 - 12:34 Signaler un abus - Permalink

    Aucune allusion au fait que ce sont des mecs de Takriz qui ont crée le PP? Que les véritables personnes a l’origine de sa création ont été insultées sur twitter il ya qques temps ;)
    Que votre page FB soit fan de Takriz alors que le tak n’est plus celui de 98-2002 mais un groupe anarcho-libertaire qui appelait il y a quelques mois a bruler les écoles.

    Anyway. Des printscreen existent et des gens irl peuvent témoigner. Tla3tou kif el a7zeb El kol ;))
    Donc ouais Zaba est parti mais Le parti pirate TN est toujours aussi opaque et nappliqur pas la transparence que tout citoyen TN est en droit d’exiger.
    Connais pas tes fondateurs, publie leur noms.
    Connais pas ton parcours, t’es qui Kchouk.
    Connais pas tes sources de financements, publie les.
    Qu’est ce que le PP fait contre censure du net?
    Moi je vois… RIEN. Mm vos wikis et forums sont vides/incomplets

    Je veux un parti propre, je veux de l’open data, opengouvernance …

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • zapov le 9 juillet 2011 - 18:11 Signaler un abus - Permalink

    pour mabo … nfasarlek 7aja parti pirate defa3 3la les intrnotes kol sans eeption w ken enty boulis w 7abeb tchawah sleh eddin kchok ija 7el fommek w wari rou7ek, w eli ma3ndekch fekra 3ala parti w nes eli t7eb tfazed 3al parti 5aterha revollutionnaire tsaker femha , w si mta3refch sle7 c ton prob

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Mambo Diwab wabbou le 10 juillet 2011 - 2:47 Signaler un abus - Permalink

    Ah ok je suis flic parce que je “salis l’image du parti pirate tunisien”… Ok. Tu veux pas aller contribuer à rédiger leur wiki et remplir leur forum?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Professeur Kamel DAQOUD le 10 juillet 2011 - 22:33 Signaler un abus - Permalink

    bonne chance les copains,
    Il faut quand même accepter des réalités: importance du multipartisme, de la liberté de la presse, de l’indépendance de la justice, primauté d’élections libres
    Et puis un parti, quand il est politique, a pour vocation d’exercer le pouvoir. Sinon ce n’est pas un parti politique mais une organisation de la société civile, qui a d’ailleurs toute son importance

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • SARRAMBA le 11 juillet 2011 - 8:59 Signaler un abus - Permalink

    Monsieur Salah Eddine Kchouk ne nous explique pas comment il compte être à la fois dehors et dedans du système politique et du régime des partis, puisque il compte obtenir un à deux membres.
    Car quand on intègre la seine politique il faut jouer le jeu du fonctionnement démocratique et assumer éventuellement les échecs de la classe politique.
    Votre appartenance à un réseau mondial de « partis pirates » ne peut que vous décrédibilisé à l’intérieures du paye. D’ailleurs votre démission du gouvernement prouve que vous n’êtes pas capable d’assumer la « solidarité nationale à un moment curial de notre histoire. En fait vous vous êtes « dégonflé ».

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Libertarian le 11 juillet 2011 - 9:53 Signaler un abus - Permalink

    @ Mambo

    Le parti pirate n’est pas encore un parti légal, et ce n’est même pas sùr que le parti obtiendra le visa du ministère de l’intérieur. Et, légalement on a pas encore le droit de se réunir en IRL… (et c’est encore moins sur qu’on parvienne a des élections..)

    Donc il est tout à fait normal qu’à notre niveau on ai encore des difficultés d’organisations. Et d’ailleurs j’invite tout le monde pour venir nous aider…

    Pour Takriz, c’est une organisation qui n’a rien avoir avec le Parti Pirate Tunisien. Tout comme les anonymouss, les lulzsec ou encore les télecomix.

    Si on peut avoir les mêmes objectifs, nous sommes complétement distinct en ce qui concerne les moyens pour parvenir à ces objectifs.

    Pour les allusions que vous faite sur la ressemblance du Parti Pirate Tunisien avec Le RCD de Ben Ali, c’est ton droit de penser ça, et je serais heureux de défendre ta liberté de pensé :)

    FTL :p

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • singu le 20 septembre 2011 - 16:10 Signaler un abus - Permalink

    50 euro de matériel pour produire votre nouriture : ca serait un bon slogan politique

    https://singularite.wordpress.com/hydroponie-50-euro-de-materiel-et-vous-produisez-assez-de-nourriture-pour-vous-et-votre-famille-le-probleme-de-nourriture-dans-le-monde-et-de-dependance-est-terminee-construisez-vos-panneaux-solai/

    Pour des habitants totalement autonomes, il ne manque plus que a) de l’énergie renouvelable , et b) des fertilisants et engrais, biologiques, ou produit à partir d’un écosystème … les algues par exemple pour obtenir l’équivalent pétro chimique naturel. c) Soit de la conscience, et de la conscience politique : pas de la décroissance, mais du partage inconditionnel de la sur abondance ! le pouvoir d’achat conditionne la prospérité réelle d) des échanges d’informations sur un réseau respectant à jamais la neutralité du net e) Une mobilité ‘verte’ garantie, f) De la justice, et une intégrité des données / entités / individus

    Ce n’est pas tant les moyens de productions qu’il faut se réapproprier, mais bien plus le droit au dividende sur les ressources – qui surabondent : et donc ni une taxe, ni un pouvoir d’achat basée sur le travail.

    Les hackers / citoyennistes doivent donc prendre le pouvoir politique, suivant eux mêmes les règles des pirates : partage – celui qui a besoin assouvi son besoin, la communauté et le bien commun avant tout, et le chef n’a pas plus que deux fois la part de celle d’un autre. A l’abordage !!!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre

Derniers articles publiés