Aka-aki : interview de Roman Hänsler

Le 26 avril 2009

Roman Hänsler, 29 ans, est avant tout un passionné de médias, il a collaboré dans différentes radios à Leipzig et Berlin. Responsable des relations publiques d’aka-aki, il a aimablement accepté de répondre à mes questions pour owni. owni : Pourriez-vous définir aka-aki en 140 caractères ? Roman Hänsler : aka-aki te montre les gens les plus intéressants [...]

Roman Hänsler, 29 ans, est avant tout un passionné de médias, il a collaboré dans différentes radios à Leipzig et Berlin. Responsable des relations publiques d’aka-aki, il a aimablement accepté de répondre à mes questions pour owni.

  • owni : Pourriez-vous définir aka-aki en 140 caractères ?

Roman Hänsler : aka-aki te montre les gens les plus intéressants autour de toi. Tu trouveras parmi ceux que tu croises des gens qui partagent tes intérêts. (139 !)

  • owni – Comment vous est venue l’idée d’aka-aki ?

Roman Hänsler : Tout a commencé à la fin de l’année 2006 en tant que projet de fin d’études, à l’Université des Arts de Berlin. Avec quatre autres étudiants, nous cherchions à intégrer dans la vie réelle les fonctions et possibilités des réseaux sociaux d’Internet. Nous voulions “cliquer les gens” dans la rue, et donc nous avons créé aka-aki.aki_the_elk

  • owni – Pourquoi avez-vous choisi un élan comme symbole (nous avons vu que ses bois formaient des antennes) ? Est-ce une mascotte ?

Roman Hänsler : Oui, l’élan est notre mascotte. Non seulement parce qu’Aki a des antennes sur la tête, mais aussi parce que les élans sont beaux et gentils. Et pas encore choisi comme mascotte par une autre entreprise ;-)

  • owni – De quels financements disposez-vous ? Avez-vous une idée sur la future monétisation de votre service ? Avez-vous prévu une introduction en bourse (malgré des marchés financiers déprimés) ?

Roman Hänsler : Jusqu’à présent, aka-aki est financé par des levées de fonds, ce qui signifie qu’un capital-risqueur a investi dans notre société (NDLA : Creathor Venture aurait investi un montant à 7 chiffres le jour où nos pompiers emballaient sec dans les casernes en 2008). Mais de toute façon nous devrons faire rentrer l’argent dans un avenir proche. Il y a une large palette de moyens pour monétiser notre service. L’un d’entre eux est bien entendu la publicité. Un autre est le marketing mobile localisé. Ou encore vendre des versions premium du logiciel bénéficiant de fonctionnalités avancées et dépourvu de publicité, ou même vendre sous licence sur d’autres marchés. Quoi qu’il en soit, aka-aki tel qu’il est aujourd’hui continuera à être utilisable gratuitement, nous promettons cela à nos utilisateurs et nous nous y tiendrons. Pour le reste, nous n’avons pas prévu d’entrer en bourse, ni totalement ni partiellement.

  • owni – Avez-vous déjà étré approché par un grand acteur dans le domaine des médias sociaux (Facebook, MySpace, Hi5…) ou par une société tout-en-un (Google, Microsoft, Yahoo!) ? Avez-vous prévu de développer des partenariats ?

Roman Hänsler : Nous avons déjà noué des partenariats avec quelques grands acteurs, en particulier des opérateurs de réseaux comme Vodafone Allemagne, E-Plus (KNP Germany) et Telekom Austria. Il y a déjà eu quelques discussions avec de grands acteurs des réseaux sociaux aussi, mais il n’y a pas de projets concrets pour le moment. Ils ont plutôt peur d’ouvrir leurs plateformes les unes aux autres, alors que nous croyons aux plateformes ouvertes.

  • owni – Avez-vous rejoint Open Social ? Avez-vous prévu de le faire ?

Roman Hänsler : Non, pas pour le moment, nous attendons de voir comment se développe la plateforme. En février nous avons fondé une alliance avec d’autres réseaux sociaux mobiles appelée OLSO (Open Sharing of Location-based Objects), afin de nous mettre d’accord sur le partage des graphes sociaux et de la localisation des utilisateurs à l’avenir.

  • owni – Prévoyez-vous de créer une API publique, ou de rendre publique une partie du code pour les développeurs ? Quel genre d’applications additionnelles pourraient être développées pour aka-aki selon vous ? (pour Twitter, pensons à Twitpic, Twitlater, Twitterfeed…)

Roman Hänsler : Nous croyons aux produits ouverts et comme je l’ai mentionné, nous nous sommes déjà réunis avec d’autres services mobiles afin d’ouvrir nos systèmes et d’échanger nos API entre nous pour commencer. Des API aka-aki pour d’autres développeurs sont également prévues, mais elles doivent attendre car nous sommes déjà bien occupés avec le développement de nos différentes versions pour iPhone, Java et Androïd. Mais nous croyons vraiment aux API ouvertes, et le succès de Twitter montre que nous avons raison. Pour information, nous avons déjà intégré Twitter dans aka-aki, la mise à jour du statut peut être directement répercutée sur Twitter.

  • owni – Aka-aki est un outil très puissant en mobilité, quels types d’usages envisagez-vous ? Favoriser les rencontres ? Faire de la socialisation locale et digitale ? Partager des idées et des informations, comme c’est arrivé à Twitter après une période où on racontait surtout son quotidien ?

1_autour-de-moi_frRoman Hänsler : Wow, les possibilités sont infinies ! Actuellement nous travaillons à accentuer l’aspect ludique d’aka-aki. Nous avons remarqué que les utilisateurs s’en servent de manière très ludique sur leur mobile, et c’est donc un peu dans cette direction que nous souhaitons pousser les usages. En fait, aka-aki pourrait être compris comme une réalité augmentée, un jeu dans la vie réelle avec des gens que l’on croise réellement. La ville serait le terrain de jeu, avec des couches de jeu digital. Pour l’instant nous en sommes encore à la réflexion conceptuelle. Plus généralement, nous aimons l’idée qu’aka-aki offre la possibilité de “voir davantage” et élargit la réalité. Un peu comme si on regardait le monde différemment à travers une fenêtre : le téléphone mobile.

  • owni – Pourquoi avez-vous choisi le format en 140 caractères pour les statuts ? Puisqu’avec l’Internet mobile on ne dépend plus du format SMS, vous auriez pu le proposer plus long ? Voulez-vous imiter, supplanter ou compléter Twitter ?

Roman Hänsler : En fait les 140 caractères sont directement liés à l’intégration de Twitter. Cela n’a rien à vois avec l’imitation. Nous acceptons l’idée que Twitter a d’une certaine façon forgé le standard industriel du microblog en 140 caractères, et les standards sont toujours bons pour les industries car ils rendent les produits plus attractifs et plus simples à utiliser. Pensez au CD, à la VHS, ou au GSM.

  • owni – Quel objectif vous êtes-vous fixé pour la fin de l’année : un nombre de membres ? un nombre de pays qui ont adopté aka-aki ? un autre type d’objectif ?

Roman Hänsler : Nous ne communiquons pas sur un objectif en nombre d’utilisateurs. Mais bien sûr, notre objectif est de continuer à avoir une communauté en croissance exponentielle, comme depuis le début de cette année. Nous comptons déployer le service dans d’autres pays avec des versions locales et nous espérons que cela prendra comme ça semble avoir pris en France.2_profil_fr

  • owni – L’application iPhone est déjà disponible en français depuis début avril, le site web est disponible en allemand et en anglais. Avez-vous prévu une traduction du web ? Quand sera-t-elle prête ?

Roman Hänsler : Localiser le site web et les applications Java prend beaucoup de temps. Traduire les applications pour iPhone est bien plus aisé. Aussi, nous avons décidé de travailler au côté ludique de l’application, les versions web et Java sont déjà disponibles en anglais. Ce qui compte c’est la mobilité. Nous comptons bien sûr étendre l’application iPhone à d’autres langues, les prochaines seront l’italien et l’espagnol, d’autres suivront.

  • owni – Quelle est l’histoire la plus étonnante d’aka-aki : une rencontre étrange, une autre anecdote ?

Roman Hänsler : Ce que je trouve le plus drôle m’a été rapporté. Nous avons chaque semaine un concours de l’”aka-aki de la semaine”. Chaque semaine, ceux qui ont fait le plus de rencontres dans la vie réelle gagnent des prix. Et les utilisateurs se prennent vraiment au jeu ! La clôture se fait tous les samedi soir, il y a remise des prix et les compteurs sont remis à zéro. Un utilisateur, père de famille, était resté en tête toute la semaine mais se retrouvait classé deuxième le samedi matin. Il a déclaré à sa famille et ses enfants : “Et si on allait au centre commercial faire un tour et s’amuser ?”. Les enfants étaient enthousiastes. Il a fini par admettre que ce n’était qu’un prétexte. Il voulait juste aller dans un endroit où il y a du monde afin de multiplier les possibilités de rencontres et de faire grimper son score jusqu’au soir…

  • owni – Si vous rencontriez un extra-terrestre, que voudriez-vous connaître de sa culture ?

Roman Hänsler : As-tu un forfait data ? ;-)

Merci à Roman pour sa disponibilité, et pour les captures d’écran de l’application. Et parce qu’owni ne fait pas les choses à moitié, découvrir aka-aki c’est avec ce billet. Ou , bien entendu.

Laisser un commentaire

  • VeillePol le 26 avril 2009 - 18:55 Signaler un abus - Permalink

    Pas une question sur le côté 1984, dommage… Bon, ok, vous n’êtes pas là pour critiquer, mais pour accélérer notre glissement vers la cage de verre mondialisée… J’aimais bien Owni, mais ce côté béat face à la technologie m’inquiète.

    Rêvons un peu:

    2010: 68% des téléphones portables utilisent un service de géolocalisation instantanée. Aka-Aki, concurrencé par de nouveaux acteurs, ne détient plus que 28% du marché.

    2011: Michèle Alliot-Marie impose par décret l’installation d’un système de géolocalisation (Aka-Aki ou similaire) sur tous les portables pour faciliter les contrôles d’identité sans contact: “c’est tellement mieux, on n’a plus qu’à contrôler ceux qui choisissent la clandestinité en refusant la géolocalisation” déclare un policier.

    2012: Julien Coupat, récemment libéré, est arrêté alors qu’il circulait sans dispositif de géolocalisation. “La question n’est pas de savoir s’il a tenté de commettre un attentat: il avait vraisemblablement quelque chose à cacher”, déclare une source proche de l’enquête”.

    On critique Hadopi parce que c’est des méchants fliqueurs, mais on adore Aka-Aki parce que c’est kewl… Non, tout ça va dans la même direction.

    J’exagère? Ouvrez les yeux, ça commence toujours comme ça, la limite se déplace progressivement, et on finit par accepter l’inacceptable…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Fabrice Epelboin le 26 avril 2009 - 19:07 Signaler un abus - Permalink

    Pas faux… Ceci dit, que ce soit aka-aki, le navigo, ainsi que de multiples autres choses, il est clair que si l’on veut passer inaperçu aujourd’hui, il faut une bonne dose de compréhension des technos…

    Pour avoir rencontré l’équipe d’aka-aki lors du dernier Web2expo de Berlin, ils sont à mille lieux d’être une bande de méchants dictateurs, plutot le genre baba cool 2.0, mais leur boite pourrait être rachetée un jour (c’est tout ce qu’on leur souhaite, d’ailleurs).

    Au final, tu pose une question importante, il est indispensable d’expliquer le revers de ce genre de technos, même si akaaki n’est pas forcément le bon point de départ.

    Ce serait un peu comme si on allait voir les inventeurs du Nabaztag en leur demandant des comptes sur les usages maléfiques du RFID…

    Pour revenir sur ta chronologie du désastre, je crois tout de même que tu va un peu vite, mais ajoute quelques évènements terroristes et quelques années et on pourrait se retrouver là, ce qui est important, c’est que d’ici à ce que l’on se retrouve dans ce genre de situation, le plus de monde soit informé des tenants et aboutissants technologiques, qu’ils puissent donner un avis éclairé, pas apeuré…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • [Enikao] le 27 avril 2009 - 13:23 Signaler un abus - Permalink

    @VeillePol – J’ai choisi de ne pas refaire le coup de “tous fliqués” parce que ce sera très bien, et mieux, fait par d’autres.
    Rappels :
    - personne n’oblige personne à s’inscrire sur aka-aki ou sur Facebook
    - géolocaliser un portable, la Police n’a pas attendu aka-aki pour savoir le faire,
    - je n’accélère pas le glissement vers une cage de verre, loin de là. Owni souhaite donner à comprendre les enjeux numériques,
    - c’est la deuxième interview que je fais de ma vie, je débute ;-)
    - et un peu de suspense pour la fin : j’espère pouvoir interroger d’autres personnes sur ces usages, et les risques qui y sont associés.

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Nicolas Voisin le 27 avril 2009 - 23:59 Signaler un abus - Permalink

    Bravo. marsien[s]. me-suis-régalé.
    (et merci à Roman /-)

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Fabrice Epelboin le 28 avril 2009 - 0:11 Signaler un abus - Permalink

    J’ajouterais que le fait qu’aka-aki ait adopté OLSO (Open Sharing of Location-based Objects) plutôt qu’Open Social plaide en sa faveur, non ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • lla le 24 mai 2009 - 11:10 Signaler un abus - Permalink

    C’est intéressant et je vois qu’aka-aki peut être utilisé sans téléphone portable avec juste un ordinateur, mais je ne vois pas top comment : où est l’appli à télécharger ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • no nonsense muscle building  le 5 septembre 2010 - 21:36 Signaler un abus - Permalink

    Excellent post, saved your site with interest to read more information!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • armando codina le 5 septembre 2010 - 21:57 Signaler un abus - Permalink

    Thanks so much for sharing this great information! I am looking forward to reading more blogs!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
1 ping

  • tuxnux le 29 janvier 2011 - 13:53

    [...] Aka-aki : interview de Roman Hänsler Précision: Cette visualisation n’a pas vocation à être exhaustive. Elle ne regroupe que les éléments ayant pu être vérifiés. [...]

Derniers articles publiés