Retraites: la carte dynamique des blocages

Le 15 octobre 2010

Face à l'inflexibilité du gouvernement sur la réforme des retraites, le mouvement se radicalise. OWNI, en partenariat avec Mediapart, vous propose une série d'interviews et une carte pour signaler là où la France se bloque.

Retrouvez ici notre couverture de la journée du 19 octobre.

A l’heure où les médias semblent réfléchir comme des pompistes, OWNI continue son petit boulot de cartographe. Active depuis le 12 octobre, notre carte dynamique a clignoté de toutes ses couleurs au fil de la semaine : rouge vif, comme les manifs, mardi, ses bords se sont teintés du violet attribué aux raffineries en milieu de semaine avant que le vert clair des colères lycéennes ne la submerge. Une image saisissante de la nature de la mobilisation contre la réforme des retraites et la politique du gouvernement en général. Désorganisé dans ses rangs par l’arrivée imminente d’un remaniement où les prétendants à Matignon sont presque aussi nombreux que les dépôts de carburants bloqués, la majorité n’a su traiter les démonstrations que par la force. Dans le calme quand il s’est agit de débloquer quatre dépôts par l’envoie de CRS vendredi matin. Dans la confusion quand un agent des « forces de l’ordre » s’est senti autorisé à utiliser un flashball (arme anti-émeute) contre un lycéen de Montreuil

.

source :

Au regard de cette entrée fracassante des forces de l’ordre dans le face-à-face entre manifestants et gouvernements, toute forme de comptage a de fortes chances d’être vécue comme une « pitrerie », pour reprendre le mot du cherche Olivier Fillieule dans Le Parisien du 15 octobre. En début de semaine, le gouvernement continuait d’arguer que sa pédagogie avait été mal compris, que cette réforme n’était que « justice sociale », « surtout pour les jeunes » qui auraient eu à payer le déficit des retraites. En face, les manifestants et syndicalistes ne parlaient que de travail, de fatigue, d’usure et d’inquiétude, restant imperméables aux embardées catastrophistes sur la dette.

Avec l’avancée des blocages et l’arrivée des jeunes au coeur du mouvement, l’Etat prend une nouvelle posture : celui du bon père de famille, de l’organisateur. Il n’use de ses prérogatives que pour rétablir le circuit d’approvisionnement en essence, tance, par la voix de Brice Hortefeux, ces lycéens qui « devraient être en classe » et les socialistes, « irresponsables » qui les y pousse. Résolu à ne pas tenir compte des revendications de la rue (alors qu’il a prouvé qu’il pouvait le faire quand un sénateur centriste se trompait de bouton), le gouvernement veut avoir l’air de résoudre cette crise fondamentale de la civilisation automobile qu’est l’épuisement des pompes. En face, les poussettes remontent en escadrilles les faubourgs vers la place de la République, descendent sur le Vieux port les quinquagénaires, lycéens et salariés du privé pendant que les Lyonnais regagnent le point de départ de la marche dans le centre. Ces manifestations ne sont pas des troubles mais sont devenus un point de rassemblement populaire, un lieu qui « fait société », au sens sociologique du mot, dans un contexte où le chef de l’Etat tente de fragmenter à l’extrême les composantes et les intérêts, à isoler les individus. Cette après-midi, les grandes agglomérations prennent le relais des petites, en rouge, sur notre carte. Dès lundi, les premières AG se tiendront en amphi dans les facs, les camionneurs viendront en renfort de leurs collègues du privé, certains raffineries auront atteint le point mort. Nous aurons alors besoin encore de vos contributions pour compléter notre carte et la rendre la plus fidèle possible à la réalité de la mobilisation, pendant que notre outil de veille relèvera chaque tweet marqué du hashtag #16oct pour raconter à quoi ressemble la rue. Tant que la France se bloquera contre la réforme des retraites, nous suivrons vos informations et continueront de relever les données nécessaires à retranscrire ce mouvement déjà historique pour maintenir notre mot d’ordre lancé le #7sept : manifestez-vous.

La carte en temps réel des blocages

(Voir la carte en grand format ici) Chargement en cours…

Au fil des blocages

19h05 : si à 3,5 millions de manifestants, t’as pas recouvert un magasin Rolex d’autocollants, t’as raté ta manif Un immense merci à notre confrère Loup Besmond pour nous avoir signalé la photo tant recherchée. 18h45 : estimations finales police-syndicats

Participation aux mouvements de la rentrée sociale 2010, source par source
Date Chiffre Intérieur Chiffre CFDT Chiffre CGT
7 septembre 1,12 million 2,5 millions 2,735 millions
23 septembre 997000 2,9 millions 3 millions
12 octobre 1,23 million 3,5 millions 3,5 millions

Unanimement présentés comme des chiffres historiques par les syndicats, la participation à la manifestation de ce 23 octobre se révèle supérieur aux estimations de 1995 et de 2006 (CPE). Même les chiffres du ministère de l’Intérieur marque une hausse sensible (+9% par rapport au 7 septembre) renforcés par une importante mobilisation des jeunes, des cortèges plus massifs dans les grandes villes et le soutien du privé au mouvement. 17h50 : Peux-on revenir sur les 62 ans au Sénat ? 7 fois oui ! Présenté comme un point de non retour par une majorité désireuse de clore le dossier au plus tôt, les âges de départ à la retraite et de taux plein adoptés au Sénat peuvent en fait faire l’objet d’une révision par sept modalités législatives détaillées par Vincent Glad sur Slate.fr. Au sein même du Sénat, où la commission ou le gouvernement peuvent demander un second examen, dans une commission mixte paritaire ou du fait même de l’Elysée, le texte peut en effet repasser en délibération voire être littéralement écrasé par une loi patch, comme celle votée le 21 avril 2006 à l’issue de l’enlisement du conflit sur le CPE. 17h25 : la manifestation se poursuit à Paris Rue de Rennes, les cortèges de la CFDT s’avancent enfin, derrière, les socialistes se mettent en ordre. La manifestation est partie depuis 3 heures de la place du 18 juin, à 500 mètres de là. Le magasin Rolex de la rue de Rennes, à l’angle du boulevard Saint Germain, est couvert d’autocollants syndicaux de toutes formations, la porte est scellée de stickers CGT et d’affichettes “Je lutte des classes”. 16h45 : instantanée de la queue de cortège à Paris Fin de cortège, un contact appelle la rédaction d’OWNI : sur la fin de cortège (FO approche pied de la Montagne Sainte Genneviève), l’arsenal policier s’étale.

Entre Cluny et la fontaine Saint Michel, il y a un, deux, trois, quatre, cinq… Je compte 10 cars de CRS, remplis de gendarmes en groupes de dix, le casque sur les genoux, le bouclier à la main. Ils sont en formation.

De l’avis de plusieurs contacts le long du cortège ayant assisté à d’autres manifs, le dispositif policier était (lui aussi) sans précédent. Dommage : aucun syndicat n’avait pris le soin de compter les policiers. 16h30 : carte postale de la manifestation parisienne

#12oct Personne à la manif, et il pleut des cordes à Paris

Signé Patrickjjj. 15h45 : A l’Assemblée nationale, gouvernement et PS s’écharpent autour du rapport du FMI sur les mesures de rigueur Depuis l’ouverture des questions au gouvernements, ministres et socialistes se renvoient en travers le visage le rapport publié mercredi 6 octobre par le FMI. Côté majorité, François Fillon ressert à l’envie dans chacune de ses déclarations pour défendre la réforme des retraites le fait que l’institution internationale recommande le recul de l’âge de départ. De leur côté, les socialistes se défendent à chaque intervention du soutien de Dominique Strauss-Kahn à cette thèse. Dès jeudi, Eric Woerth avait “remercié” le patron du FMI, candidat putatif à la candidature socialiste pour la “posture” qu’il lui avait attribué. Comme le démontrait l’Expansion, le rapport prône bel et bien le relèvement de deux ans de l’âge de départ à la retraite pour la France, et sa récupération politique s’avère un joli coup pour la majorité. En revanche, cette dernière se garde bien de détailler toutes les mesures (notamment fiscales) recommandée par le FMI et qui mettraient bien à mal la posture gouvernementale en la matière. 15h19 : Selon Frédéric Monteil, collaborateur parlementaire, les huissiers du Sénat ont reçu l’ordre de fermer à clef l’hémicycle du Luxembourg, alors que l’examen du texte de la réforme des retraites se poursuit. MAJ 16h00 contacté par OWNI.fr, le service de presse du Sénat nous signale que les portes de l’hémicycle étaient ouverte à 15h15, heure de reprise des débats. Jean-François Téaldi (SNJ-CGT France télévision) : « certaines directions régionales de France 3 mobilisent des cadres pour remplacer des grévistes, une première qui va contre notre demande d’éviter le forcing. » Lire la suite de l’interview sur l’état des blocages à France télévision sur OWNILive. Danielle Tartakowski (historienne) interviewée par Le Figaro.fr : l’enjeu des manifestations est « montrer sa force sans avoir à l’utiliser » Lire notre brève sur cette interview sur OWNILive Interrogé par l’AFP, un « proche de l’Elysée » assure qu’en voulant maintenir l’âge du départ en retraite à 60 ans, l’opposition prépare des retraites « avec des revenus moindre » . Lire notre brève sur OWNILive Poussé au vote, le report de l’âge légal de la retraite à 62 ans a été adopté au Sénat vendredi 9 octobre, suivi de près par la retraite à taux plein à 67 ans, jetée dans le même wagon d’urgence. Si le soutien populaire est du côté des syndicalistes selon les derniers sondages, le passage de la loi prouve que les succès des quatre précédentes journées ne suffit pas à ébranler la majorité. Parlementaires et cadres de l’UMP communiquent à tort et à travers pour assurer que «l’ambiance» n’est pas la même que celle des grandes grèves de 1995 qui avaient fait basculer le gouvernement Juppé. Une agitation médiatique doublée par celle du patronat, notamment du syndicat des PME qui invente pour l’occasion un baroque « préavis de ras-le-bol ». Après quatre journées à plus de 2 millions de participants, dont deux à plus de 3 millions, la preuve a été faite que le gouvernement se moquait des chiffres, que la police minimisait parfois jusqu’à des écarts ridicules. Le bras de fer ne se tient donc plus dans les cortèges mais dans les administrations et dans les secteurs stratégiques : public, privé, transport, énergie et éducation. Ce #12oct et les jours de blocage qui suivront marquent le passage de la démonstration sociale à la guerre d’usure entre le gouvernement et les syndicats.

Crowdsourcer les points de blocage

Pour mesurer l’ampleur de la mobilisation, OWNI vous propose donc avec Mediapart de suivre dans toute la France, secteur par secteur, les « points de blocage » et de nous signaler ceux dont vous avez pris connaissance. En remplissant un formulaire pour nous signaler (article web ou photo à l’appui) une manifestation, un blocage dans l’éducation, le privé, l’énergie, les services publics ou le transport, chaque internaute peut compléter notre recension. A chaque arrêt d’un blocage (à nous signaler par mail sur bloquage@22mars.com), les points basculeront de la couleur de la manif au gris. Aussi longtemps que des mouvements seront reconduits, la carte restera active. En parallèle, la rédaction d’OWNI tentera tout au long de la journée de répondre à la question : comment bloque-t-on la France ? Experts, syndicalistes, techniciens, historiens et anciens de 1995 nous aideront à comprendre comment tourne la machine France, où il faut appuyer pour qu’elle s’arrête et quel genre de stimulus permet de passer d’une réforme déjà adoptée à la relance du débat.

Laisser un commentaire

  • ATP le 11 octobre 2010 - 23:37 Signaler un abus - Permalink

    Pour le data “type”, une sélection multiple serait certainement la bienvenue : nombre d’événements à signaler pour quelques villes, tous le même jour et aux même heures de début…

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • Sophie le 12 octobre 2010 - 12:20 Signaler un abus - Permalink

    Alors, blocage de tous les lycées de Saint Maur des Fossés: d’Arsonval, Berthelot, Theillard et Mansard (pas sur pour le dernier).
    Une partie des participants vont bouger sur Paris pour la manif’, rendez-vous à Montparnasse tout le monde!

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
  • ATP le 13 octobre 2010 - 1:45 Signaler un abus - Permalink

    Dérapage forces de l’ordre à signaler à Auch dans le Gers (32) : la tête du cortège a été aspergée de gaz lacrymogène, cordon des forces de l’ordre a chargé. Pour le quotidien sud-ouest il s’agit d’une réponse à des “jets d’oeufs”, sur des vidéos postées sur youtube on ne constate rien de tel :

    - http://www.sudouest.fr/2010/10/12/gaz-lacrimogene-sur-les-manifestants-a-auch-209561-2277.php
    - http://www.youtube.com/watch?v=1aeCmwpaUmc (action et indignation des organisateurs peu après 2mn).

    D’autres dérives/provocations policière à signaler ?

    • Vous aimez
    • Vous n'aimez pas
    • 0
    Lui répondre
6 pings

Derniers articles publiés