[En bref] La mission Lescure a son site

Le 6 septembre 2012

Ça y est, la mission Lescure a enfin son site Internet ! Un peu dégarni, il permet néanmoins d'en savoir plus sur les objectifs de cet énième comité sur la culture-à-l-heure-d-Internet. Et de s'assurer qu'Hadopi y est bien bannie.

Ca y est ! Le site officiel de la mission confiée à Pierre Lescure sur la culture à l’heure du numérique a été mis en ligne.

Si la plupart des rubriques restent aujourd’hui vides ou incomplètes, le site “Culture-acte 2-exception culturelle-soutenir la création et la diversité à l’heure du numérique” (oui, le ministère de la Culture a opté pour une exhaustivité à toute épreuve) permet d’en savoir plus sur les objectifs de ce nouveau comité.

“Culture-acte 2-exception culturelle-soutenir la création et la diversité à l’heure du numérique”

L’idée maîtresse est donc de “protéger l’exception culturelle” en adaptant les “différents instruments” mis en place pour pérenniser cette exception française aux “innovations numériques”, peut-on lire dans la lettre de mission [PDF] adressée à Pierre Lescure par Aurélie Filippetti. Datée du 6 août 2012 et très attendue, cette missive invite l’ancien directeur de Canal + à :

Formuler des propositions de dispositifs d’action publique permettant de favoriser le développement des œuvres et des pratiques culturelles numériques et d’assurer l’accès de tous à celles-ci, de soutenir la création et la diversité, de valoriser leurs retombées économiques pour le territoire national, et de lutter contre la contrefaçon commerciale.

Vaste programme donc, où est également mentionnée la nécessité de prendre en compte la “dimension internationale et tout particulièrement européenne” de la problématique. Une bonne nouvelle pour ceux qui s’inquiétaient de voir émerger un débat franco-centré.

Le site Internet donne aussi un peu plus de détails sur la composition de la mission Lescure, ainsi que son agenda. A noter : les membres de ce comité proviennent essentiellement du ministère de la Culture. On y retrouve aussi un journaliste de Studio CinéLive, Thierry Cheze. Une “équipe resserrée de hauts fonctionnaires”, indique encore la lettre, chargée de “l’organisation des auditions et la rédaction finale des propositions”.

Hadopi, business as usual

Hadopi, business as usual

L'Hadopi bouge encore. Mieux, elle a "accompli ses missions". A l'occasion d'une conférence de presse sur la "réponse ...

Ces auditions devraient se tenir “d’octobre à décembre” et faire l’objet d’une retranscription, afin que le “public et l’ensemble des parties prenantes [puissent] suivre les travaux de la mission de manière transparente”. Le site prévoit également un espace participatif, accessible le 25 septembre. On ignore encore dans quelles mesures les “suggestions”, “analyses” et “points de vue” seront écoutés.

Sans surprise, il n’est nulle part fait mention de l’Hadopi, ou même de l’après-Hadopi. A l’heure où l’autorité se débat pour survivre, Pierre Lescure ne veut pas réduire son travail à cette seule institution moribonde et potentiellement explosive :

C’est le sujet qui fâche et, si ma mission s’arrêtait là, je ne l’aurais pas acceptée.

Laisser un commentaire

1 ping

Derniers articles publiés